REGDOC-2.2.3, Accréditation du personnel : Examens d'accréditation initiale

Préface

Le présent document d'application de la réglementation fait partie de la série de documents d'application de la réglementation de la CCSN intitulée « Gestion de la performance humaine », qui porte également sur la performance humaine, la formation du personnel et l'accréditation du personnel. La liste complète des séries figure à la fin de ce document et peut être consultée à partir du site Web de la CCSN.

Le document d'application de la réglementation REGDOC-2.2.3, Accréditation du personnel : Examens d'accréditation initiale, énonce les exigences et l'orientation relatives aux examens d'accréditation initiale à l'intention des personnes qui doivent obtenir une accréditation pour occuper un poste mentionné dans le permis d'une centrale nucléaire.

Les personnes qui souhaitent obtenir une accréditation initiale pour ces postes doivent réussir les examens d'accréditation écrits (ou oraux) et sur simulateur spécifiés dans le présent document. Collectivement, les examens écrits et oraux sont également appelés « examens d'accréditation portant sur les connaissances » et les examens sur simulateur sont également désignés par l'expression « examens d'accréditation portant sur les habiletés ».

Le présent document remplace les guides d'examen de la CCSN EG1, Exigences et directives concernant les examens d'accréditation écrits et oraux du personnel de quart des centrales nucléaires, et EG2, Exigences et directives concernant les examens d'accréditation sur simulateur du personnel de quart des centrales nucléaires.

Conformément à la philosophie de réglementation de la CCSN et à une approche largement répandue dans le monde, les titulaires de permis sont, d'abord et avant tout, responsables de l'exploitation sûre de leurs centrales respectives. Par conséquent, ces titulaires de permis ont l'entière responsabilité de former leurs travailleurs, de leur donner des examens et de s'assurer qu'ils sont pleinement qualifiés pour exercer les fonctions de leur poste, conformément aux exigences réglementaires pertinentes en vigueur.

La CCSN s'assurera que chaque personne qu'elle accrédite possède les compétences nécessaires pour occuper un poste donné au moyen d'un régime de surveillance réglementaire des programmes de formation et des examens d'accréditation des titulaires de permis. La surveillance réglementaire repose sur une combinaison d'orientation réglementaire et d'activités de vérification de la conformité appropriées.

Remarque importante :

Ce document fait partie du fondement d'autorisation d'une installation ou d'une activité réglementée si on s'y réfère directement ou indirectement dans le permis (notamment dans des documents cités en référence du titulaire de permis).

Le fondement d'autorisation établit les conditions limites du rendement acceptable pour une installation ou une activité réglementée et établit les bases du programme de conformité de la CCSN à l'égard de cette installation ou activité réglementée.

Dans le cas où le document est un élément du fondement d'autorisation, le terme « doit » est employé pour exprimer une exigence à laquelle le titulaire ou le demandeur de permis doit se conformer; le terme « devrait » dénote une orientation ou une mesure conseillée; le terme « pourrait » exprime une option ou une mesure conseillée ou acceptable dans les limites de ce document d'application de la réglementation; et le terme « peut » exprime une possibilité ou une capacité.

Aucune information contenue dans le présent document ne doit être interprétée comme libérant le titulaire de permis de toute autre exigence pertinente. Le titulaire de permis a la responsabilité de prendre connaissance de tous les règlements et de toutes les conditions de permis applicables et d'y adhérer.

Table des matières

1. Objet

Le présent document d'application de la réglementation énonce les exigences et l'orientation relatives aux examens d'accréditation initiale que doivent réussir les personnes souhaitant une accréditation initiale par la Commission canadienne de sûreté nucléaire, conformément à l'alinéa 9(2)b) du Règlement sur les installations nucléaires de catégorie I.

Le document REGDOC-2.2.3 précise les programmes et processus que les titulaires de permis de centrales nucléaires doivent mettre en œuvre lors de la conception, de l'élaboration, de la tenue, de la correction et de la notation des examens d'accréditation portant sur les connaissances et les habiletés. Ces examens visent à démontrer que les personnes qui demandent l'accréditation initiale par la CCSN possèdent les connaissances et les aptitudes nécessaires pour accomplir leurs tâches avec compétence, en toute sécurité et conformément aux exigences réglementaires. De plus, ils veillent également à ce que les titulaires de permis de centrales nucléaires administrent les examens de manière équitable et uniforme.

Le présent document d'application de la réglementation fournit également des indications dans les sections appropriées pour préciser davantage les exigences réglementaires.

2. Portée

Le présent document d'application de la réglementation établit les obligations du titulaire de permis en ce qui concerne l'administration des examens d'accréditation initiale pour les personnes souhaitant obtenir l'accréditation initiale par la CCSN pour les postes liés à l'exploitation spécifiés dans le permis d'exploitation de la centrale. Les titres génériques des postes utilisés par la CCSN et les titres des postes équivalents du titulaire de permis sont énumérés au tableau 1. Le poste de chef de quart de centrale cité dans le présent document d'application de la réglementation se rapporte exclusivement au poste de chef de quart des centrales à une tranche. Au moment de l'impression du présent document, les chefs de quart en salle de commande ne devaient pas passer d'examens d'accréditation supplémentaires pour occuper les fonctions de chef de quart dans une centrale à plusieurs tranches.

L'objet de ces examens d'accréditation est de garantir à la CCSN qu'au moment de leur accréditation initiale, les candidats possèdent le niveau de connaissances et d'habiletés nécessaires pour accomplir les tâches de leur poste avec compétence et en toute sécurité, et qu'ils sont capables de réagir aux situations d'exploitation anormales survenant à la centrale nucléaire pour laquelle l'accréditation initiale est demandée.

Tableau 1 : Titres des postes accrédités dans les centrales nucléaires existantes autorisées par la CCSN
Titre générique du poste utilisé par la CCSN Titre du poste équivalent du titulaire de permis
  Centrale nucléaire à une tranche Centrale nucléaire à plusieurs tranches
*Note: Le poste de CQC cité dans le présent document d'application de la réglementation se rapporte exclusivement au poste de chef de quart des centrales à une tranche. Pour l'instant, les examens d'accréditation initiale des GQ des centrales à plusieurs tranches débordent de la portée du présent document. Au moment de l'impression du présent document, les CQSC ne devaient pas passer d'examens d'accréditation supplémentaires pour occuper les fonctions de GQ dans une centrale à plusieurs tranches.
Chef de quart de centrale (CQC)* Chef de quart (CQ) Gestionnaire de quart (GQ)
Gestionnaire de quart (GQ) Sans objet Chef de quart en salle de commande (CQSC)
Opérateur de réacteur (OR) Opérateur de salle de commande (OSC) Opérateur nucléaire accrédité (ONA)
Opérateur de la tranche 0 (OT0) Sans objet Opérateur de salle de commande de la tranche 0 (OSC T0)

3. Législation pertinente

La CCSN est l'organisme fédéral qui réglemente l'utilisation de l'énergie et des matières nucléaires au Canada afin que le niveau de risque inhérent à ces activités, tant pour la santé et la sécurité des personnes que pour l'environnement et la sécurité nationale, demeure acceptable tout en assurant la mise en œuvre des engagements internationaux du Canada à l'égard de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire. La Loi sur la sûreté et la réglementation nucléaires (LSRN) exige des personnes et des organisations qu'elles obtiennent un permis de la CCSN pour exercer les activités mentionnées à l'article 26 de la LSRN, sauf en cas d'exemption. Les règlements connexes précisent les exigences préalables à la délivrance de permis de la CCSN ainsi que les obligations des titulaires de permis.

Les dispositions suivantes de la LSRN et de ses règlements s'appliquent au présent document d'application de la réglementation :

  1. L'alinéa 21(1)i) de la LSRN autorise la Commission à « accréditer les personnes visées à l'alinéa 44(1)k) pour accomplir leurs fonctions, ou [à] retirer leur accréditation ».
  2. L'alinéa 44(1)k) de la LSRN autorise la Commission, par règlement, à « régir les conditions de compétence, de formation et d'examens à satisfaire par [...] les travailleurs du secteur nucléaire ou toute autre personne qui exerce des fonctions dans une installation nucléaire[...] ».
  3. L'alinéa 37(2)b) de la LSRN stipule que la Commission peut autoriser le fonctionnaire désigné à « accréditer les personnes visées à l'alinéa 44(1)k) pour accomplir leurs fonctions, ou [à] retirer leur accréditation ».
  4. Le paragraphe 24(5) de la LSRN autorise la Commission à assortir tout permis des conditions que la Commission estime nécessaires à l'application de la présente loi, y compris les conditions de compétence, de formation et d'examens à satisfaire par les travailleurs du secteur nucléaire.
  5. Le paragraphe 24(4) de la LSRN stipule que la Commission ne peut délivrer, renouveler, modifier ou remplacer une licence ou un permis « que si elle est d'avis que l'auteur de la demande [...], à la fois :
    1. est compétent pour exercer les activités visées par la licence ou le permis;
    2. prendra, dans le cadre de ces activités, les mesures voulues pour préserver la santé et la sécurité des personnes, protéger l'environnement, maintenir la sécurité nationale et respecter les obligations internationales que le Canada a assumées ».
  6. L'alinéa 12(1)a) du Règlement général sur la sûreté et la réglementation nucléaires oblige tout titulaire de permis à veiller « à ce qu'il y ait suffisamment de travailleurs qualifiés pour exercer l'activité autorisée en toute sécurité et conformément à la Loi, à ses règlements et au permis ».
  7. L'alinéa 12(1)b) du Règlement général sur la sûreté et la réglementation nucléaires oblige tout titulaire de permis à former « les travailleurs pour qu'ils exercent l'activité autorisée conformément à la Loi, à ses règlements et au permis ».
  8. Selon le paragraphe 9(2) du Règlement sur les installations nucléaires de catégorie I, « La Commission ou un fonctionnaire désigné autorisé en vertu de l'alinéa 37(2)b) de la Loi peut accréditer une personne visée à l'alinéa 44(1)k) de la Loi pour occuper un poste mentionné dans le permis, sur réception d'une demande du titulaire de permis précisant que la personne :
    1. satisfait aux exigences de qualification prévues dans le permis;
    2. a réussi le programme de formation et l'examen applicables prévus dans le permis;
    3. est capable, de l'avis du titulaire de permis, d'exercer les fonctions du poste ».
  9. Selon le paragraphe 9(4) du Règlement sur les installations nucléaires de catégorie I,
    « L'attestation est valide durant les cinq ans suivant la date de sa délivrance ou de son renouvellement ».

Partie I : Exigences générales visant les examens d'accréditation initiale

4. Politiques et procédures

Le titulaire de permis doit avoir en place des politiques, des processus et des procédures pour assurer la mise en œuvre et le respect de toutes les exigences énoncées dans le présent document.

Ces politiques, processus et procédures doivent comprendre :

  1. l'assurance que toutes les personnes participant à l'administration des examens d'accréditation initiale respectent les exigences formulées dans le présent document d'application de la réglementation
  2. l'assurance que toutes les personnes participant à l'administration des examens d'accréditation initiale possèdent la formation et les compétences nécessaires et maintiennent leur niveau de compétences
  3. l'assurance que les principaux postes inclus dans le processus d'examen d'accréditation initiale comprennent :
    1. un examinateur en chef
    2. des examinateurs
    3. un chef de la formation
    4. des membres de l'équipe de soutien pour les examens portant sur les habiletés
  4. des membres du personnel qualifiés, en nombre suffisant et disposant du temps et des ressources nécessaires pour concevoir, élaborer, administrer, corriger et évaluer tous les examens d'accréditation, conformément au présent document d'application de la réglementation
  5. l'assurance de la séparation entre le personnel préposé à la formation et celui préposé aux examens, chargés de chaque examen d'accréditation

Le titulaire de permis devrait assurer un niveau de séparation approprié entre les personnes responsables de la formation des candidats demandant une accréditation et les personnes chargées d'administrer les examens d'accréditation. Ces deux groupes devraient agir sur un pied d'égalité et de manière autonome. Les examens d'accréditation devraient être gérés indépendamment de la fonction de formation. De même, les programmes de formation du titulaire de permis ne devraient pas être taillés sur mesure pour répondre aux besoins des examens d'accréditation.

  1. l'assurance que toute personne ayant pris part à la formation de candidats qui doivent subir un examen d'accréditation ne peut participer à la sélection des sujets d'examen ni à la préparation des questions d'examen dans les domaines qui faisaient partie de la formation qu'elle a donnée
  2. l'assurance que toute personne qui participe à l'élaboration d'un examen ou toute personne au courant en tout ou en partie de son contenu ne peut plus donner de formation aux candidats qui se présenteront à cet examen ni leur faire aucun commentaire relié à leur formation jusqu'à ce qu'ils aient tous subi l'examen en question
  3. l'assurance que chaque examen d'accréditation a été validé avant la tenue de l'examen, et que le processus de validation exige que l'examen soit validé par une personne tenant le rôle du candidat, qui est ou a été accréditée à la centrale nucléaire pour laquelle l'examen est conçu et qui n'a jamais participé à un aspect quelconque de la conception et de l'élaboration de l'examen
  4. les règles concernant le contrôle de la documentation officielle de toutes les phases de chaque examen
  5. les exigences relatives à la surveillance des examens d'accréditation portant sur les connaissances et un formulaire du surveillant précisant le titre de l'examen, la date, le temps alloué, l'heure de début, une liste des noms des candidats, l'heure d'achèvement de l'examen, un ensemble de règles ou de directives à suivre par les surveillants et la déclaration des surveillants indiquant qu'ils se sont conformés à cet ensemble de règles ou de directives
  6. un code de conduite et des directives pour la séance d'information à l'intention de l'équipe d'examen
  7. un code de conduite et des directives pour la séance d'information à l'intention des candidats
  8. la confirmation que le simulateur pleine échelle de la centrale satisfait aux exigences de capacités minimales acceptables pour les examens sur simulateur précisées à l'annexe A
  9. un programme en place qui assure la fidélité et l'efficacité du simulateur
Les processus et procédures du titulaire de permis devraient permettre de consigner les problèmes relatifs à la fidélité et au fonctionnement du simulateur décelés tout au long du programme de formation et du processus d'examen d'accréditation, et de prendre des mesures correctives à cet égard. Ceux-ci devraient également garantir que les activités d'entretien, les modifications ou les mises à jour réalisées sur la tranche de référence ont été faites sur le simulateur.
  1. l'assurance qu'un système d'enregistrement audiovisuel de haute qualité permet d'enregistrer clairement le comportement des candidats lors d'un examen d'accréditation, les actions et les propos des examinateurs et des membres de l'équipe de soutien, y compris les questions posées par les examinateurs et les réponses données par les candidats

Les enregistrements audiovisuels devraient être de haute qualité afin de permettre de distinguer clairement les propos et les actions du candidat, des examinateurs et des acteurs. Il est essentiel que les examinateurs puissent effectuer une notation objective du comportement d'un candidat après l'examen. Ces enregistrements permettent de confirmer si les actions et les vérifications à effectuer et les réponses à apporter aux questions d'examen étaient claires et correctes. De plus, ces enregistrements sont utilisés par la CCSN lorsqu'elle mène ses activités de vérification de la conformité. Un examen ne sera pas reconnu par la CCSN à moins d'avoir été correctement enregistré.

  1. les documents qui classent les erreurs critiques ou majeures en différentes catégories selon le niveau de risque présenté
  2. l'assurance que toute lacune de connaissances révélée par un candidat ou par le programme d'examen est prise en compte conformément aux principes de l'approche systématique à la formation (ASF)
  3. l'assurance que toute lacune importante constatée dans la documentation de la centrale lors de la conception, de l'élaboration, de l'administration, de la correction ou de la notation d'un examen d'accréditation est prise en compte en conséquence
  4. l'assurance qu'un exemplaire de l'examen autorisé, accompagné du guide de correction autorisé ou du guide d'examen autorisé correspondants, de la fiche de contrôle de l'examen, des fiches de contrôle des scénarios d'examen et de tous les formulaires applicables à chaque examen sont expédiés à la CCSN et que la CCSN est officiellement informée des résultats de chaque candidat
  5. le traitement des appels interjetés par les candidats quant à leurs résultats d'examen
  6. l'assurance que le calendrier provisoire de tous les examens d'accréditation de l'année civile à venir est communiqué à la CCSN au moins trois mois avant le début de l'année en question, et que la CCSN est informée sans délai de tout changement apporté à ce calendrier
  7. l'assurance que les noms des examinateurs qualifiés et de l'examinateur en chef de chaque examen d'accréditation de l'année civile à venir sont communiqués à la CCSN au moins trois mois avant le début de l'année en question, et que la CCSN est informée sans délai de tout changement apporté à cette liste de noms
  8. l'assurance que les personnes qui participent à l'administration des examens d'accréditation ne profiteront pas de primes de rendement liées à la réussite ou à l'échec des candidats aux examens d'accréditation

Pour préserver l'intégrité du processus d'examen d'accréditation, aucune personne participant directement à un aspect quelconque du présent processus d'examen ne devrait avoir intérêt à ce qu'un candidat réussisse un examen. Aucune personne ne devrait retirer un avantage sur le plan personnel, professionnel, financier ou autre, de la réussite d'un candidat ou d'un groupe de candidats, ni être pénalisée en cas d'échec d'un candidat.

5. Responsabilités et qualifications

Les titres de postes utilisés dans le présent document sont des titres génériques. Le titulaire de permis doit attribuer les responsabilités assorties à ces postes aux personnes qui occupent un poste équivalent dans la centrale nucléaire et disposent des qualifications requises.

5.1 Examinateur en chef

5.1.1 Responsabilités

L'examinateur en chef est responsable de la conception, de l'élaboration, de la tenue, de la correction, de la notation, de l'enregistrement et de la consignation des résultats des examens d'accréditation portant sur les connaissances et les habiletés.

L'examinateur en chef chargé d'un examen d'accréditation donné doit continuer d'exercer les fonctions d'examinateur en chef pendant toute la durée du processus d'examen.

Examens d'accréditation portant sur les connaissances

L'examinateur en chef chargé d'un examen d'accréditation écrit ou oral donné doit :

  1. coordonner la conception, l'élaboration, la tenue et la correction de l'examen et veiller au respect des exigences et des critères contenus dans le présent document d'application de la réglementation à toutes les étapes du processus d'examen
  2. informer toutes les personnes qui participent à la conception, à l'élaboration, à la tenue et à la correction de l'examen des exigences relatives au contrôle de la confidentialité de ce dernier et s'assurer que chaque personne a signé l'engagement de confidentialité pertinent
  3. faire en sorte que les membres de l'équipe d'examen connaissent parfaitement leurs responsabilités et les règles qu'ils doivent respecter
  4. veiller à ce qu'aucun changement ne soit apporté aux examens et aux guides de correction approuvés sans son autorisation préalable
  5. sélectionner les candidats qui nécessitent une deuxième correction de leur examen
  6. consigner et signaler les résultats finaux du candidat
  7. veiller à ce qu'une trousse des corrections finales soit compilée pour chaque candidat
  8. consigner et signaler toute lacune importante sur le plan des connaissances révélée par un candidat ou par un examen
  9. consigner par écrit et signaler toute lacune importante constatée dans la documentation de la centrale lors de la conception, de l'élaboration, de la tenue et de la correction de l'examen
Examens d'accréditation portant sur les habiletés

L'examinateur en chef chargé d'un examen d'accréditation sur simulateur donné doit :

  1. coordonner la conception, l'élaboration, la tenue et la notation de l'examen et veiller au respect des exigences et des critères contenus dans le présent document d'application de la réglementation à toutes les étapes du processus d'examen
  2. informer toutes les personnes qui participent à la conception, à l'élaboration, à la tenue et à la notation de l'examen des exigences relatives au contrôle de la confidentialité de ce dernier et s'assurer que chaque personne a signé l'engagement de confidentialité pertinent
  3. s'assurer que les personnes affectées à l'équipe de soutien possèdent les connaissances et les compétences requises pour tenir efficacement leur rôle
  4. veiller à ce que les membres de l'équipe de soutien soient qualifiés et connaissent à fond leurs rôles et responsabilités respectifs ainsi que les parties pertinentes du présent document
  5. veiller à ce qu'aucun changement ne soit apporté aux examens et aux guides d'examen approuvés sans autorisation préalable
  6. apporter des modifications mineures aux guides d'examen approuvés au moment de l'examen, s'il y a lieu
  7. assurer le respect des exigences énoncées à la section 6 du présent document en ce qui concerne les surveillants
  8. veiller à ce que le simulateur et les appareils d'enregistrement des données soient correctement réglés pour la tenue de l'examen
  9. s'assurer que la fidélité des interventions sur simulateur satisfait aux exigences de l'examen

Durant le processus de conception et d'élaboration de l'examen et durant l'examen, l'examinateur en chef devrait s'assurer que le simulateur pleine échelle réagit aux défaillances prévues par le scénario d'examen comme le ferait la tranche de référence de la centrale nucléaire en question.

  1. décider durant l'examen, quand commencer, terminer ou interrompre un scénario
  2. sélectionner les candidats qui nécessitent une deuxième notation de leur examen
  3. consigner et signaler les résultats finaux du candidat
  4. veiller à ce qu'une trousse d'évaluation finale soit compilée pour chaque candidat
  5. consigner et signaler toute lacune importante sur le plan des habiletés révélée par un candidat ou par un examen
  6. consigner et signaler toute lacune importante constatée dans la documentation de la centrale lors de la conception, de l'élaboration, de la tenue et de la notation de l'examen

5.1.2 Qualifications

Examens d'accréditation portant sur les connaissances

L'examinateur en chef d'un examen d'accréditation écrit ou oral donné doit :

  1. connaître à fond les parties pertinentes du présent document applicables à la centrale nucléaire en question
  2. être pleinement qualifié pour exercer les fonctions d'examinateur

Le titulaire de permis devrait s'assurer que les examinateurs qui prennent part au processus d'examen, y compris l'examinateur en chef, ont tous réussi un programme de formation démontrant et confirmant que la personne est qualifiée pour exercer les fonctions d'examinateur. Pour plus d'information, consulter la section 5.0 du document RD-204, Accréditation des personnes qui travaillent dans des centrales nucléaires.

  1. être pleinement qualifié pour exercer les fonctions d'examinateur en chef de l'examen qui lui a été confié

Le titulaire de permis devrait s'assurer que l'examinateur a réussi un programme de formation documenté démontrant et confirmant que l'examinateur possède toujours les connaissances et les compétences nécessaires pour exercer les fonctions d'examinateur en chef d'un examen donné.

  1. avoir précédemment participé à titre d'examinateur à l'ensemble du processus d'examen touchant au moins un examen d'accréditation écrit ou oral pour le poste visé par l'examen à la centrale en question
  2. pour les examens généraux, connaître les principes scientifiques et les principes de fonctionnement de l'équipement exigés des personnes actuellement accréditées occupant à la centrale le poste visé par l'examen
  3. posséder, pour les examens d'accréditation sur simulateur spécifiques à la centrale, une des compétences (a) ou (b) énumérées ci-dessous et applicables au poste visé par l'examen
    1. Pour les postes d'opérateur de réacteur, de chef de quart en salle de commande ou de chef de quart de centrale, l'examinateur en chef doit être ou avoir été accrédité par la CCSN :
      1. pour occuper le poste visé par l'examen à la centrale en question et, en cas d'accréditation antérieure, être pleinement au courant des connaissances exigées pour occuper ce poste
      2. à un poste d'exploitation autre qu'opérateur de la tranche 0 dans une centrale quelconque, compter au moins une année d'expérience acquise en occupant le poste visé par l'examen et être pleinement au courant des connaissances exigées pour occuper ce poste à la centrale en question
    2. Pour le poste d'opérateur de la tranche 0, l'examinateur en chef doit être ou avoir été accrédité par la CCSN :
      1. pour occuper le poste d'opérateur de la tranche 0 à la centrale en question et, en cas d'accréditation antérieure, être pleinement au courant des connaissances exigées pour occuper ce poste
      2. à un poste d'exploitation autre qu'opérateur de réacteur dans une centrale quelconque, compter au moins une année d'expérience acquise en occupant ce poste et être pleinement au courant des connaissances exigées pour occuper ce poste à la centrale en question

    Le titulaire de permis devrait avoir en place un programme de formation démontrant et confirmant que l'examinateur en chef possède et tient à jour les connaissances exigées des personnes actuellement accréditées occupant à la centrale en question le poste visé par l'examen. Ce programme de formation devrait également comprendre la formation continue exigée des titulaires de ce poste, de la façon prescrite par le document RD-204.

    Examens d'accréditation portant sur les habiletés

    L'examinateur en chef d'un examen d'accréditation sur simulateur donné doit :

    1. connaître à fond les parties pertinentes du présent document applicables à la centrale nucléaire en question
    2. être pleinement qualifié pour exercer les fonctions d'examinateur

    Le titulaire de permis devrait s'assurer que les examinateurs qui prennent part au processus d'examen, y compris l'examinateur en chef, ont tous réussi le programme de formation en place démontrant et confirmant que la personne est qualifiée pour exercer les fonctions d'examinateur. Consulter également la section 5.0 du document RD-204.

    1. être pleinement qualifié pour exercer les fonctions d'examinateur en chef de l'examen qui lui a été confié

    Avant qu'un examinateur ne puisse diriger un examen, le titulaire de permis devrait s'assurer que l'examinateur a réussi un programme de formation en place démontrant et confirmant que l'examinateur possède et tient à jour les connaissances et les compétences nécessaires pour exercer les fonctions d'examinateur en chef d'un examen donné.

    1. avoir précédemment participé à titre d'examinateur à l'ensemble du processus d'examen touchant au moins deux examens d'accréditation initiale sur simulateur du même type pour le poste visé par l'examen à la centrale en question, ou pour des candidats au poste de chef de quart en salle de commande ou des candidats au poste de chef de quart de centrale
    2. bien connaître les techniques d'évaluation employées lors des examens sur un simulateur pleine échelle
    3. connaître à fond les attentes consignées en matière de rendement du personnel de quart accrédité à la centrale nucléaire en question
    4. posséder une des compétences (a) ou (b) énumérées ci-dessous et applicables au poste visé par l'examen :
      1. Pour les postes d'opérateur de réacteur, de chef de quart en salle de commande ou de chef de quart de centrale, l'examinateur en chef doit :
        1. être ou avoir été accrédité par la CCSN pour occuper le poste visé par l'examen à la centrale en question et, en cas d'accréditation antérieure, être pleinement au courant des connaissances et des habiletés exigées pour occuper ce poste
        2. être ou avoir été accrédité par la CCSN à un poste d'exploitation autre qu'opérateur de la tranche 0 dans une centrale quelconque, compter au moins une année d'expérience acquise au poste visé par l'examen et être pleinement au courant des connaissances et des habiletés exigées pour occuper ce poste à la centrale en question
      2. Pour le poste d'opérateur de la tranche 0, l'examinateur en chef doit :
        1. être ou avoir été accrédité par la CCSN pour occuper le poste d'opérateur de la tranche 0 à la centrale en question et, en cas d'accréditation antérieure, être pleinement au courant des connaissances et des habiletés exigées pour occuper ce poste
        2. être ou avoir été accrédité par la CCSN à un poste d'exploitation autre qu'opérateur de réacteur dans une centrale quelconque, compter au moins une année d'expérience acquise à ce poste et être pleinement au courant des connaissances et des habiletés exigées pour occuper ce poste à la centrale en question

    Le titulaire de permis devrait avoir en place un programme de formation démontrant et confirmant que l'examinateur en chef possède et tient à jour les connaissances et les habiletés exigées des personnes actuellement accréditées occupant à la centrale en question le poste visé par l'examen. Ce programme de formation devrait comprendre les rôles et les responsabilités propres aux titulaires du poste, les domaines opérationnels tels que la conception et l'exploitation des systèmes de la centrale, le fonctionnement intégré des systèmes de la centrale, les panneaux de la salle de commande, les pratiques normales d'exploitation en salle de commande et sur le terrain à la centrale nucléaire et les attentes de la direction de la centrale en ce qui concerne le rendement. Ce programme de formation devrait également comprendre la formation continue exigée des titulaires de ce poste, de la façon prescrite par le document RD-204.

5.2 Examinateurs

5.2.1 Responsabilités

Les examinateurs participant à la conception, à l'élaboration, à la tenue, à la correction et à la notation des examens d'accréditation portant sur les connaissances et les habiletés doivent être placés sous la direction de l'examinateur en chef.

Examens d'accréditation portant sur les connaissances

Les examinateurs assignés à l'équipe chargée d'un examen d'accréditation écrit ou oral donné doivent :

  1. participer à la conception, à l'élaboration et à la correction de l'examen
  2. participer à la tenue de l'examen quand celui-ci se déroule oralement
  3. obtenir les données nécessaires du simulateur pleine échelle de la centrale afin de préparer les questions et les réponses d'examen
  4. consigner et signaler toute lacune importante constatée dans la documentation de la centrale lors de la conception, de l'élaboration, de la tenue et de la correction de l'examen
  5. consigner et signaler toute lacune importante constatée dans les documents et le programme de formation de la centrale pendant toute la durée du processus d'examen
Examens d'accréditation portant sur les habiletés

Les examinateurs assignés à l'équipe chargée d'un examen d'accréditation sur simulateur donné doivent :

  1. participer à la conception, à l'élaboration, à la tenue et à la notation de l'examen conformément aux indications fournies par l'examinateur en chef

Un examinateur, y compris un examinateur en cours de formation chargé d'un examen d'accréditation avec l'examinateur en chef, devrait continuer d'exercer les fonctions d'examinateur pendant toute la durée du processus d'examen.

  1. attirer l'attention de l'examinateur en chef sur tout défaut du simulateur susceptible d'avoir une incidence sur la simulation des scénarios d'examen
  2. noter la performance de chaque candidat dans les guides d'examen pendant la tenue d'un examen
  3. consigner et signaler toute lacune importante constatée dans la documentation de la centrale lors de la conception, de l'élaboration, de la tenue et de la notation de l'examen
  4. consigner et signaler toute lacune importante constatée dans les documents et le programme de formation de la centrale pendant toute la durée du processus d'examen
  5. recommander à l'examinateur en chef d'interrompre un scénario d'examen, au besoin

5.2.2 Exigences relatives aux qualifications

Examens d'accréditation portant sur les connaissances

Chaque examinateur assigné à l'équipe d'examen chargée d'un examen d'accréditation écrit ou oral donné doit :

  1. connaître à fond les parties pertinentes du présent document applicables à la centrale nucléaire en question
  2. être pleinement qualifié pour exercer les fonctions d'examinateur

Le titulaire de permis devrait s'assurer que l'examinateur qui prend part au processus d'examen a réussi le programme de formation en place démontrant et confirmant que la personne est qualifiée pour exercer les fonctions d'examinateur. Consulter également la section 5.0 du document RD-204.

  1. posséder les qualifications, les connaissances et les compétences requises pour concevoir, élaborer, donner et corriger l'examen d'accréditation qui lui a été confié
  2. pour les examens généraux, connaître les principes scientifiques et les principes de fonctionnement de l'équipement exigés des personnes actuellement accréditées occupant à la centrale en question le poste visé par l'examen
  3. posséder, pour les examens d'accréditation spécifiques à la centrale, une des compétences (a) ou (b) énumérées ci-dessous et applicables au poste visé par l'examen :
    1. pour les postes d'opérateur de réacteur, de chef de quart en salle de commande ou de chef de quart de centrale, posséder les compétences (i) et, le cas échéant, les compétences (ii), que voici :
      1. être ou avoir été accrédité par la CCSN à un poste d'exploitation autre qu'opérateur de la tranche 0 dans une centrale quelconque et compter au moins une année d'expérience à ce poste
      2. à défaut d'accréditation actuelle ou antérieure de la CCSN à la centrale en question dans le poste visé par l'examen, être pleinement au courant des connaissances exigées pour occuper ce poste à cette centrale
    2. pour le poste d'opérateur de la tranche 0, posséder les compétences (i) et, le cas échéant, les compétences (ii) :
      1. être ou avoir été accrédité par la CCSN à un poste d'exploitation autre qu'opérateur de réacteur dans une centrale quelconque et compter au moins une année d'expérience à ce poste
      2. à défaut d'accréditation actuelle ou antérieure par la CCSN à la centrale en question à titre d'opérateur de la tranche 0, être pleinement au courant des connaissances exigées pour occuper ce poste à cette centrale

Le titulaire de permis devrait avoir en place un programme de formation démontrant et confirmant que l'examinateur possède et tient à jour les connaissances exigées des personnes actuellement accréditées occupant à la centrale en question le poste visé par l'examen. Ce programme de formation devrait également comprendre la formation continue exigée des titulaires de ce poste, de la façon prescrite par le document d'application de la réglementation RD-204.

Remarque : Les examinateurs qualifiés peuvent être aidés par des spécialistes en la matière qui n'ont pas toutes les qualifications pertinentes.

  1. en plus des exigences susmentionnées, au moins un membre de l'équipe d'examen chargée d'un examen d'accréditation spécifique à une centrale donnée doit :
    1. connaître suffisamment le fonctionnement des centrales CANDU pour veiller à ce que les questions et les réponses d'examen soient axées sur l'exploitation
    2. soit :
      1. être actuellement accrédité, à la centrale en question ou à une centrale semblable du même site, pour occuper le poste visé par l'examen ou à titre de chef de quart en salle de commande ou de chef de quart de centrale OU
      2. avoir été accrédité auparavant à la centrale en question ou à une centrale semblable du même site, pour occuper le poste visé par l'examen ou à titre de chef de quart en salle de commande ou de chef de quart de centrale, et posséder les connaissances exigées des personnes actuellement accréditées occupant le poste visé par l'examen à la centrale en question

Le titulaire de permis devrait avoir en place un programme de formation démontrant et confirmant que l'examinateur possède et tient à jour les connaissances exigées des personnes actuellement accréditées occupant à cette centrale le poste visé par l'examen. Ce programme de formation devrait comprendre la conception et l'exploitation des systèmes de la centrale, le fonctionnement intégré des systèmes de la centrale, les panneaux de la salle de commande, les pratiques normales d'exploitation en salle de commande et sur le terrain à la centrale nucléaire et les attentes de la direction de la centrale en ce qui concerne le rendement. Ce programme de formation devrait également comprendre la formation continue exigée des titulaires de ce poste, de la façon prescrite par le document d'application de la réglementation RD-204.

Examens d'accréditation portant sur les habiletés

Chaque examinateur assigné à l'équipe d'examen chargée d'un examen d'accréditation sur simulateur donné doit :

  1. connaître à fond les parties pertinentes du présent document applicables à la centrale nucléaire en question
  2. être pleinement qualifié pour exercer les fonctions d'examinateur

Le titulaire de permis devrait s'assurer que l'examinateur qui prend part au processus d'examen a réussi le programme de formation en place démontrant et confirmant que la personne est qualifiée pour exercer les fonctions d'examinateur. Consulter également la section 5.0 du document d'application de la réglementation RD-204.

  1. bien connaître les techniques d'évaluation employées lors des examens sur un simulateur pleine échelle
  2. posséder une des compétences (a), (b) ou (c) énumérées ci-dessous, et pertinentes compte tenu du poste visé par l'examen :
    1. pour les postes d'opérateur de réacteur, de chef de quart en salle de commande et de chef de quart de centrale, posséder les compétences (i) et, le cas échéant, les compétences (ii), que voici :
      1. être ou avoir été accrédité par la CCSN à un poste d'exploitation autre qu'opérateur de la tranche 0 dans une centrale quelconque et compter au moins une année d'expérience à ce poste
      2. à défaut d'accréditation actuelle ou antérieure de la CCSN à la centrale en question dans le poste visé par l'examen, être pleinement au courant des connaissances et des habiletés exigées pour occuper ce poste à cette centrale
    2. pour le poste d'opérateur de la tranche 0, posséder les compétences (i) et, le cas échéant, les compétences (ii), que voici :
      1. être ou avoir été accrédité par la CCSN à un poste d'exploitation autre qu'opérateur de réacteur dans une centrale quelconque et compter au moins une année d'expérience à ce poste;
      2. à défaut d'accréditation actuelle ou antérieure par la CCSN à la centrale en question à titre d'opérateur de la tranche 0, être pleinement au courant des connaissances et des habiletés exigées pour occuper ce poste à cette centrale
    3. à défaut d'une accréditation actuelle ou antérieure par la CCSN à un poste d'exploitation pertinent dans une centrale quelconque, être pleinement au courant des connaissances et des habiletés exigées des personnes occupant le poste visé par l'examen à la centrale en question. Le titulaire de permis doit avoir en place des processus et des procédures pour s'assurer que les examinateurs possèdent les connaissances exigées des personnes actuellement accréditées occupant à cette centrale le poste visé par l'examen.

Le titulaire de permis devrait avoir en place un programme de formation démontrant et confirmant que l'examinateur possède et tient à jour les connaissances et les habiletés exigées des personnes actuellement accréditées occupant à cette centrale le poste visé par l'examen. Ce programme de formation devrait comprendre la conception et l'exploitation des systèmes de la centrale, le fonctionnement intégré des systèmes de la centrale, les panneaux de la salle de commande, les pratiques normales d'exploitation en salle de commande et sur le terrain à la centrale nucléaire et les attentes de la direction de la centrale en ce qui concerne le rendement. Ce programme de formation devrait également comprendre la formation continue exigée des titulaires de ce poste, de la façon prescrite par le document RD-204.

  1. de plus, au moins un membre de l'équipe d'examen chargée d'un examen sur simulateur donné doit :
    1. posséder des connaissances détaillées et à jour sur les capacités du simulateur, ses limites de modélisation et les défaillances d'équipement et de systèmes qu'il peut simuler
    2. soit :
      1. être actuellement accrédité, à la centrale en question ou à une centrale semblable du même site, pour occuper le poste visé par l'examen ou à titre de chef de quart en salle de commande ou de chef de quart de centrale OU
      2. avoir été accrédité auparavant à la centrale en question ou à une centrale semblable du même site, pour occuper le poste visé par l'examen ou à titre de chef de quart en salle de commande ou de chef de quart de centrale, et posséder les connaissances exigées des personnes actuellement accréditées occupant le poste visé par l'examen à cette centrale

Le titulaire de permis devrait avoir en place un programme de formation démontrant et confirmant que l'examinateur possède et tient à jour les connaissances et les habiletés exigées des personnes actuellement accréditées occupant à la centrale en question le poste visé par l'examen. Ce programme de formation devrait comprendre la conception et l'exploitation des systèmes de la centrale, le fonctionnement intégré des systèmes de la centrale, les panneaux de la salle de commande, les pratiques normales d'exploitation en salle de commande et sur le terrain à la centrale nucléaire et les attentes de la direction de la centrale en ce qui concerne le rendement. Ce programme de formation devrait également comprendre la formation continue exigée des titulaires de ce poste, de la façon prescrite par le document RD-204.

5.3 Chef de la formation

5.3.1 Responsabilités

Le chef de la formation est responsable de la mise en œuvre des exigences relatives aux examens d'accréditation portant sur les connaissances et les habiletés énoncées dans le présent document.

Examens d'accréditation portant sur les connaissances et les habiletés

Le chef de la formation doit :

  1. veiller au respect des exigences énoncées dans le présent document pendant tout le processus d'examen d'accréditation
  2. veiller au respect de l'ensemble des exigences relatives au contrôle de la confidentialité par tout le personnel, tout au long du processus d'examen d'accréditation
  3. pour chaque examen d'accréditation, affecter au moins deux examinateurs qualifiés à l'équipe d'examen et s'assurer que l'un d'eux est qualifié pour exercer les fonctions d'examinateur en chef

Le chef de la formation devrait veiller à ce que les examinateurs chargés d'un examen d'accréditation continuent d'exercer les fonctions d'examinateur pendant toute la durée du processus d'examen. Ceci s'applique aussi à l'examinateur en cours de formation.

  1. déterminer le besoin d'affecter des experts en la matière pour aider les examinateurs qualifiés assignés à l'équipe d'examen
  2. s'assurer que les règles concernant le contrôle de la documentation officielle sont respectées à tout moment
  3. déterminer et approuver, conformément aux indications de la section 10, le besoin d'organiser oralement un examen supplémentaire donné, spécifique à la centrale
  4. examiner et approuver les examens d'accréditation portant sur les connaissances et les guides de correction correspondants avant la tenue des examens
  5. examiner et approuver le guide de correction et les résultats d'examen de chaque candidat subissant un examen d'accréditation donné portant sur les connaissances
  6. examiner et approuver les examens d'accréditation portant sur les habiletés et les guides d'examen correspondants avant la tenue des examens
  7. examiner et approuver les guides d'examen avant d'attribuer des notes à un examen d'accréditation donné portant sur les habiletés
  8. examiner et approuver les résultats d'examen de chaque candidat subissant un examen d'accréditation donné portant sur les habiletés
  9. s'assurer que la fidélité des interventions sur simulateur satisfait aux exigences de conception de l'examen donné
  10. s'assurer que le simulateur pleine échelle de la centrale satisfait aux exigences relatives aux capacités de simulation énoncées à l'annexe A.1 pour les examens d'accréditation sur simulateur
  11. approuver la présence de surveillants pendant la tenue des examens d'accréditation portant sur les habiletés
  12. veiller à ce qu'un exemplaire de chaque examen autorisé, accompagné du guide de correction autorisé ou du guide d'examen autorisé correspondants, de la fiche de contrôle de l'examen, des fiches de contrôle des scénarios d'examen et de tous les formulaires applicables, soit communiqué à la CCSN à la demande de celle-ci après chaque examen
  13. veiller à ce que la CCSN soit officiellement informée des notes de passage ou d'échec de chaque candidat
  14. aviser officiellement la CCSN du calendrier provisoire de tous les examens d'accréditation de l'année civile à venir au moins trois mois avant le début de l'année en question, et informer la CCSN sans délai de tout changement apporté à ce calendrier

Tout changement apporté au calendrier d'examen doit être notifié à la CCSN suffisamment d'avance pour lui permettre de se préparer aux activités de vérification de la conformité requises par le processus d'examen ou des parties de celui-ci, le cas échéant.

5.3.2 Exigences relatives aux qualifications

Le titulaire de permis doit s'assurer qu'il existe des processus et des procédures documentés précisant les qualifications (et le maintien des qualifications) exigées des chefs de la formation participant au processus d'examen d'accréditation à la centrale nucléaire en question.

Examens d'accréditation portant sur les connaissances et les habiletés

Le chef de la formation doit :

  1. être ou avoir été accrédité par la CCSN à un poste d'exploitation dans une centrale quelconque, ou disposer des connaissances et de l'expérience équivalentes
  2. connaître à fond toutes les parties du présent document liées aux examens d'accréditation applicables à la centrale nucléaire en question

Si le chef de la formation n'a jamais été accrédité par la CCSN mais qu'il possède des connaissances et une expérience équivalentes du poste d'exploitation, le titulaire de permis est censé disposer de documents démontrant de quelle façon le chef de la formation possède et tient à jour les capacités techniques et l'expérience nécessaires aux examens d'accréditation portant sur les connaissances et les habiletés.

5.4 Membres de l'équipe de soutien

5.4.1 Responsabilités

Les membres de l'équipe de soutien, sous la direction de l'examinateur en chef, sont chargés d'appuyer les examens d'accréditation portant sur les habiletés durant la répétition et la validation des scénarios d'examen et lors de la tenue d'un examen donné.

Le titulaire de permis doit veiller à imposer des restrictions quant au nombre de membres de l'équipe de soutien présents dans la salle de commande et aux tâches qu'ils doivent accomplir durant la tenue d'un examen donné. Ces restrictions doivent permettre aux candidats de démontrer leur aptitude personnelle à surveiller l'évolution des conditions de la centrale, à constater des conditions anormales et à diagnostiquer les défaillances.

Examens d'accréditation portant sur les habiletés

Durant le processus d'examen d'accréditation, les membres de l'équipe de soutien doivent :

  1. exécuter le rôle de l'équipe d'exploitation en salle de commande de la centrale nucléaire, conformément aux consignes des guides d'examen

Sauf instructions contraires de l'examinateur en chef, les membres de l'équipe de soutien devraient uniquement :

  • exécuter les activités spécifiées dans le guide d'examen
  • communiquer au candidat les renseignements spécifiés dans le guide d'examen
  • exécuter les actions particulières demandées par le candidat

Les membres de l'équipe de soutien devraient agir conformément aux guides d'examen et aux qualifications pour lesquelles ils sont actuellement accrédités, indépendamment des demandes formulées par le candidat.

  1. diriger les activités ou jouer le rôle des opérateurs sur le terrain, conformément aux consignes des guides d'examen

Toute intervention sur le terrain demandée par le candidat qui ne figure pas dans le guide d'examen utilisé devra être exécutée conformément aux indications fournies par l'examinateur en chef, compte tenu du temps qui serait nécessaire pour réaliser l'intervention à la centrale.

Les membres de l'équipe de soutien devraient demander des éclaircissements si une demande du candidat est incomplète ou ambiguë, ou si elle n'a pas le degré de précision spécifié dans le guide d'examen utilisé.

  1. agir de façon à ne pas gêner ou exercer une influence négative sur la tenue de l'examen, ou modifier l'intention et la portée du scénario d'examen

Les membres de l'équipe de soutien ne doivent faire aucune suggestion aux candidats relativement au diagnostic des défaillances et aux interventions que ceux-ci sont censés effectuer ni aux décisions qu'ils sont censés prendre. Les pratiques qui suivent sont jugées inacceptables :

  • attirer l'attention des candidats sur des anomalies qu'ils sont censés constater
  • diagnostiquer une défaillance que les candidats sont censés diagnostiquer
  • de la part d'une personne qui joue le rôle d'une autre personne accréditée pendant un scénario d'examen, recommander à un candidat une mesure corrective à prendre ou lui recommander la marche à suivre dans n'importe quelle situation dont les procédures d'exploitation approuvées ne traitent pas spécifiquement
  • corriger une erreur commise par un candidat
  • adopter des attitudes corporelles, un ton de la voix ou des expressions verbales inappropriés
  • modifier la configuration des alarmes ou des messages sans avoir reçu l'ordre de le faire par le candidat
  1. faire fonctionner ou demander à une personne qualifiée de faire fonctionner le simulateur pleine échelle de la centrale, conformément aux consignes des guides d'examen

Une personne ne peut être à la fois coordonnateur des opérateurs sur le terrain, opérateur du système d'enregistrement audiovisuel et opérateur du simulateur.

  1. durant les répétitions, la validation ou la tenue d'un scénario d'examen, attirer immédiatement l'attention de l'examinateur en chef sur toute lacune du simulateur, toute lacune constatée dans la documentation de la centrale ou autres circonstances susceptibles d'avoir un impact sur la validité des scénarios d'examen

5.4.2 Exigences relatives aux qualifications

Examens d'accréditation portant sur les habiletés

Chaque membre de l'équipe de soutien doit :

  1. connaître à fond les parties pertinentes du présent document applicables à la centrale nucléaire en question
  2. posséder les connaissances et les compétences requises pour exécuter correctement et efficacement les rôles qui lui sont attribués, conformément aux consignes des guides d'examen

Au moins un membre de l'équipe de soutien, chargé de faire faire fonctionner le simulateur durant l'examen d'accréditation, doit posséder des connaissances détaillées et à jour sur les capacités du simulateur, ses limites de modélisation et les défaillances d'équipement et de systèmes qu'il peut simuler.

6. Surveillants

Le titulaire de permis doit avoir en place une politique, des processus et des procédures en ce qui concerne la participation des surveillants qui, en raison de leurs fonctions, doivent surveiller la tenue d'un examen d'accréditation sur simulateur.

Les membres du personnel de la CCSN ne sont pas considérés comme des surveillants et ne sont pas tenus de signer des engagements.

La politique, le processus et les procédures du titulaire de permis doivent inclure les exigences relatives aux engagements de confidentialité et au code de conduite des surveillants, et doivent comprendre les conditions suivantes :

  1. Les surveillants ne peuvent participer, de quelque façon que ce soit, à l'administration d'une partie quelconque de l'examen d'accréditation, ni se mêler de la tenue de l'examen.
  2. Les surveillants ne feront jamais de commentaires sur les habiletés d'un candidat et ne participeront en aucun cas à l'évaluation des habiletés de celui-ci.
  3. Les surveillants doivent obtenir l'approbation du chef de la formation avant la tenue de l'examen d'accréditation.
  4. Les surveillants doivent signer l'engagement de confidentialité indiqué à la section 7 avant d'assister à la tenue de l'examen d'accréditation.

7. Exigences de confidentialité

7.1 Politique et processus de confidentialité

Le titulaire de permis doit avoir en place des politiques, des processus et des procédures concernant les exigences de confidentialité pour toutes les phases des examens d'accréditation portant sur les connaissances et les habiletés, comprenant des engagements de confidentialité détaillés.

Les engagements de confidentialité devraient être semblables aux modèles présentés à l'annexe D.1.

Les politiques, processus et procédures documentés doivent comprendre des exigences pour :

  1. consigner par écrit les exigences et les mesures matérielles, électroniques et administratives, notamment celles élaborées spécifiquement pour le simulateur, qu'il faut appliquer pour réduire au minimum le risque de compromettre la confidentialité des examens d'accréditation
  2. contrôler en tout temps tous les examens d'accréditation et l'ensemble de la documentation connexe
  3. s'assurer qu'aucun renseignement sur le contenu d'un examen d'accréditation n'est révélé, de quelque façon que ce soit, aux candidats qui doivent subir l'examen
  4. veiller à ce que toute discussion sur un examen d'accréditation avec le personnel préposé aux examens se déroule dans un lieu sûr afin d'éviter de compromettre la confidentialité de l'examen
  5. limiter l'accès aux examens d'accréditation et aux documents d'examen connexes aux personnes qui ont un besoin justifié d'y accéder
  6. veiller à ce qu'il y ait en tout temps au moins une barrière qui empêche l'accès non autorisé aux examens et aux documents connexes

Exemples de barrières acceptables :

  • engagements de confidentialité signés
  • pièce verrouillée, aux fenêtres opaques, à laquelle n'ont accès que les personnes ayant signé l'engagement de confidentialité pertinent
  • classeur, bureau ou coffre-fort verrouillé, auxquels n'ont accès que les personnes qui ont signé l'engagement de confidentialité pertinent
  • fichiers électroniques protégés par mot de passe, auxquels n'ont accès que les personnes ayant signé l'engagement de confidentialité pertinent
  • contrôle direct du matériel d'examen par une personne qui a signé l'engagement de confidentialité pertinent
  • imprimante et photocopieur sécurisés
  • poste de travail protégé par un mot de passe
  1. s'assurer que toutes les ébauches, notes et tous les autres documents produits ou consultés pendant une étape quelconque du processus d'examen, sont traités de manière à éviter de compromettre la confidentialité des examens
  2. veiller à ce que toute personne participant à une partie quelconque du processus d'examen d'accréditation dans le cadre d'un examen d'accréditation oral, écrit ou sur simulateur, soit informée :
    1. des exigences et des mesures matérielles, électroniques et administratives touchant son rôle dans l'examen ou une partie de celui-ci, et consignées par écrit par le titulaire de permis pour garantir la confidentialité des examens
    2. des exigences du processus d'engagement de confidentialité du titulaire de permis relatif aux examens d'accréditation, y compris les conséquences du non-respect de ces exigences
    3. de l'obligation de signer l'engagement de confidentialité du titulaire de permis
  3. veiller à ce que toute personne participant à une étape quelconque du processus d'examen et ayant une présomption d'accès non autorisé à de l'information relative au contenu d'un examen donné, en informe immédiatement le chef de la formation ou l'examinateur en chef qui doit ouvrir une enquête sans délai. Dès que l'enquête confirme qu'il y a eu bris de confidentialité, l'examen en question ne doit pas être utilisé.
  4. s'assurer que tous les candidats se présentant à un examen d'accréditation sont informés des exigences de l'engagement de confidentialité du titulaire de permis relatif aux examens d'accréditation, y compris les conséquences du non-respect de ces exigences, et signent l'engagement de confidentialité du titulaire de permis
  5. veiller à ce qu'en cas de bris de confidentialité, y compris le non-respect d'un engagement signé, un processus permette de déterminer s'il convient de mettre fin immédiatement à l'examen et de ne plus l'utiliser

7.2 Engagements de confidentialité

Les engagements de confidentialité doivent stipuler les exigences énoncées à la section 7.1 concernant le rôle de la personne tenue de signer l'engagement.

Les engagements de confidentialité devraient être semblables aux modèles présentés à l'annexe D.1.

Les membres du personnel de la CCSN ne sont pas tenus de signer d'engagements de confidentialité.

Avant de participer à une partie quelconque du processus d'examen d'accréditation dans le cadre d'un examen d'accréditation quel qu'il soit, et avant la tenue de cet examen d'accréditation, les personnes suivantes doivent avoir signé un engagement de confidentialité certifiant qu'elles acceptent ces conditions :

  1. examinateurs et membres de l'équipe de soutien aux examens affectés ou nommés pour travailler de façon régulière à la conception, à l'élaboration et à la tenue d'un examen d'accréditation donné
  2. personnes, autres que celles définies au point 1 ci-dessus, autorisées à participer à la conception, à l'élaboration et à la tenue d'un examen d'accréditation donné, comme les experts en la matière et les surveillants
  3. candidats qui doivent subir un examen d'accréditation

8. Conservation des dossiers d'examen d'accréditation initiale

8.1 Dossiers d'examens d'accréditation portant sur les connaissances

  1. Le titulaire de permis doit, pour chaque examen écrit ou oral, conserver les dossiers qui suivent pendant au moins cinq ans à partir de la date d'approbation ou de signature :
    1. l'examen approuvé
    2. le guide de correction autorisé
    3. la fiche de contrôle de l'examen
    4. le formulaire du surveillant
    5. les noms des personnes qui ont préparé l'examen
    6. le nom et la signature de la personne qui a approuvé l'examen, avec la date de signature
    7. le nom et la signature de la personne qui a approuvé et qui a autorisé le guide de correction, avec la date de signature
    8. les cahiers de réponses des candidats, dans le cas des examens écrits, et, s'il y a lieu, les enregistrements des candidats, dans le cas des examens oraux
    9. les engagements de confidentialité signés
    10. tout rapport approuvé consignant l'analyse des résultats de l'examen
  2. Pendant la période prescrite au paragraphe 14(5) du Règlement sur les installations nucléaires de catégorie I, le titulaire de permis doit conserver, pour chaque candidat, un dossier des examens écrits et, s'il y a lieu, des examens oraux subis par celui-ci contenant :
    1. le titre du poste pour lequel le candidat postule
    2. le titre et la date de chaque examen
    3. le guide de correction autorisé rempli pour chaque examen subi par le candidat
    4. tous les documents relatifs à l'issue de tout appel concernant les résultats d'examen du candidat

8.2 Dossiers d'examens d'accréditation portant sur les habiletés

  1. Pour chaque examen d'accréditation sur simulateur, le titulaire de permis doit conserver les dossiers qui suivent pendant au moins cinq ans à compter de la date finale de tenue de l'examen :
    1. un dossier d'examen approuvé comprenant :
      1. les guides d'examen approuvés
      2. les fiches de contrôle de l'examen et des scénarios d'examen
      3. les noms des personnes qui ont préparé les guides d'examen
      4. le nom et la signature de la personne qui a approuvé les guides d'examen et le dossier d'examen, ainsi que la date de signature
    2. les guides d'examen autorisés ainsi que le nom et la signature de la personne qui les a autorisés et la date de signature
    3. les guides d'examen évalués par les examinateurs et toutes les données recueillies pendant l'examen, y compris les enregistrements audiovisuels
    4. les engagements de confidentialité signés
    5. tout rapport approuvé consignant l'analyse des résultats de l'examen
  2. Pendant la période prescrite au paragraphe 14(5) du Règlement sur les installations nucléaires de catégorie I, le titulaire de permis doit conserver, pour chaque candidat, un dossier des examens subis par celui-ci contenant :
    1. le titre du poste pour lequel le candidat postule
    2. le type et la date de chaque examen
    3. la trousse d'évaluation finale du candidat pour chaque examen, composée des documents spécifiés à la section 18.5 du présent document
    4. tous les documents relatifs à l'issue de tout appel concernant les résultats d'examen du candidat

Partie II : Exigences relatives aux examens d'accréditation portant sur les connaissances

Cette partie établit les examens d'accréditation initiale écrits (ou les examens d'accréditation oraux lorsqu'une autorisation préalable a été donnée) exigés et les exigences relatives à la conception, à l'élaboration, à la tenue et à la correction des examens que doivent réussir les candidats aux postes d'opérateur de réacteur (OR), d'opérateur de la tranche 0 (OT0), de chef de quart de centrale (CQC) et de chef de quart en salle de commande (CQSC).

Chaque candidat doit réussir les examens portant sur les connaissances de manière séquentielle et obtenir une note de passage avant de se présenter aux examens d'accréditation portant sur les habiletés.

Consulter également la partie III du document d'application de la réglementation RD-204.

9. Examens d'accréditation écrits et oraux

Les examens d'accréditation requis portant sur les connaissances exigés doivent comporter les éléments suivants :

  1. Un examen général : Cet examen doit vérifier les connaissances de base qu'il faut avoir pour occuper le poste à la centrale nucléaire où l'accréditation s'applique, et porter sur les notions scientifiques applicables à l'exploitation de cette centrale et les principes de fonctionnement de l'équipement de celle-ci.
  2. Un examen spécifique à la centrale : Cet examen doit vérifier les connaissances qu'il faut avoir pour occuper le poste pertinent à l'exploitation de la centrale nucléaire où l'accréditation s'applique, et porter sur les principes de la sûreté nucléaire et leur application à la centrale, ainsi que sur l'exploitation intégrée des systèmes de la centrale, y compris, s'il y a lieu, les interactions entre les systèmes d'une tranche et ceux des autres tranches et de la tranche 0, y compris les documents d'exploitation pertinents.
  3. Un examen supplémentaire spécifique à la centrale : Cet examen doit vérifier les connaissances spécifiques que doivent posséder les titulaires du poste de CQC et de CQSC, en plus de celles d'un OR ou d'un OT0 selon le cas. Ceci doit comprendre l'analyse des accidents et l'exploitation en conditions d'urgence.

La conception et l'élaboration de chaque examen spécifique exigé pour occuper un poste donné sont décrites aux sections 9.3 à 10.6.

9.1 Nombre total de points et temps alloué par examen d'accréditation

En prévision de la conception et de l'élaboration des examens (sections 9.3 à 10.6), le tableau 2 dresse la liste des examens d'accréditation exigés ainsi que les candidats auxquels l'examen s'applique. Le tableau 2 présente également le nombre total de points exigés, la durée estimée de chaque examen (prévue lors de la conception) et le temps maximal alloué aux candidats pour l'examen.

Tableau 2 : Nombre de points et durée des divers examens d'accréditation des centrales nucléaires actuellement autorisées
Examen d'accréditation et candidat concerné Nombre total de points attribué par examen Durée estimée de l'examen d'après la conception (heures) Temps maximal alloué aux candidats par examen (heures)
Examens généraux
pour les candidats OR, CQC et CQSC 100 3 4
uniquement pour les candidats de la T0 75 2,25 3
Examens spécifiques à la centrale
pour les candidats OR, CQC et CQSC 100 4 5
uniquement pour les candidats de la T0 75 3 4
Examens supplémentaires spécifiques à la centrale
pour les candidats CQC et CQSC (aux centrales sans tranche 0) 60 2 3,5
pour les candidats CQSC (aux centrales avec une tranche 0) 80 2,8 4,5

pour les candidats CQSC (aux centrales avec une installation d'extraction du tritium)

Consulter les sections pertinentes de la partie III du document RD-204 relatives aux installations d'extraction du tritium).

90 3,2 5

9.2 Enveloppe d'examen limitative

Les examens d'accréditation écrits et oraux doivent être conçus pour examiner les connaissances exigées pour occuper un poste à la centrale nucléaire particulière pour laquelle l'accréditation initiale est demandée. Chaque examen doit s'assurer que les objectifs de connaissance de chaque poste, élaborés conformément à une ASF, sont évalués de manière adéquate en fonction des sujets applicables au sein des différents groupes de sujets exigés et décrits aux annexes B.1 à B.11. Les exigences relatives à la conception sont précisées à la section 9.3, portant sur la conception et l'élaboration des examens ».

Les titulaires de permis doivent s'assurer que :

  1. Les objectifs de connaissance spécifiques à leur centrale nucléaire sont élaborés, documentés et régulièrement actualisés, conformément aux principes d'une ASF. Les titulaires de permis doivent informer la CCSN de tout changement important apporté à leur modèle d'objectifs de connaissance approuvé par la CCSN et pouvant avoir une incidence sur la formation et les enveloppes d'examen.

    Les objectifs de connaissance ou objectifs de formation sont propres à chaque centrale et sont élaborés conformément à une ASF. Le modèle d'objectifs utilisé par les centrales nucléaires à plusieurs tranches a été approuvé par la CCSN en décembre 2003. Les centrales à une seule tranche utilisent le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salle de commande (OGCS), pour l'élaboration des objectifs de connaissance propres à leur centrale.

    Les détails et le processus à utiliser par les titulaires de permis pour informer la CCSN des changements éventuellement apportés à ce modèle ont en outre été confirmés dans une lettre datée du 14 juin 2010. Ces documents sont énumérés à la section « Références ».

  2. Les objectifs de connaissance sélectionnés pour un poste donné doivent répondre aux critères suivants :
    1. chaque objectif sélectionné appuie une ou plusieurs tâches considérées comme difficiles et importantes dans l'analyse des emplois et des tâches, axée sur l'ASF actualisée et approuvée de la centrale nucléaire, et liée au poste

      Dans le cadre de la phase d'analyse des emplois et des tâches de l'ASF pour chaque poste, il faudrait utiliser un système d'évaluation DIF (D = niveau de difficulté, I = niveau d'importance, F = fréquence d'utilisation).

    2. les objectifs sélectionnés couvrent toutes les connaissances exigées pour que la personne exerce les fonctions du poste de façon compétente et en toute sécurité
    3. les objectifs sélectionnés se prêtent à la formulation de questions d'examen d'accréditation pour le poste
  3. Les groupes de sujets couvrent adéquatement les différents domaines de connaissances visés par le modèle d'objectifs de connaissance de chaque poste devant être accrédité.

La source des objectifs de connaissance applicables, se prêtant à la formulation de questions d'examen pour un poste donné, est indiquée dans la deuxième colonne du tableau 3. Le tableau 3 indique également les examens d'accréditation requis pour chaque poste.

Tableau 3 : Objectifs de connaissance et examens exigés en fonction du poste et de la centrale nucléaire
Poste Source des objectifs de connaissance pour les examens d'accréditation Spécifiques à la centrale nucléaire Examens d'accréditation écrits exigés
OR OR À chaque centrale OR général + OR spécifique à la centrale
OT0 OT0 À chaque centrale à plusieurs tranches avec une tranche 0 OT0 général + OT0 spécifique à la centrale
CQC CQC + OR À chaque centrale à une tranche OR général + OR spécifique à la centrale + CQC supplémentaire spécifique à la centrale
CQSC CQSC + OR À chaque centrale à plusieurs tranches sans tranche 0 OR général + OR spécifique à la centrale + CQSC supplémentaire spécifique à la centrale
CQSC CQSC + OT0 + OR À chaque centrale à plusieurs tranches avec une tranche 0 OR général + OR spécifique à la centrale + CQSC supplémentaire spécifique à la centrale avec un volet OT0

Les candidats au poste de CQC aux centrales à plusieurs tranches doivent suivre le programme de formation et passer les examens d'accréditation des CQSC avant de satisfaire aux autres exigences visant l'accréditation des CQC. Consulter la partie III, sous-partie E du document d'application de la réglementation RD-204. Pour l'instant, les CQSC ne doivent pas passer d'examens d'accréditation supplémentaires pour occuper les fonctions de GQ dans une centrale à plusieurs tranches.

9.3 Conception des examens

Les examens d'accréditation portant sur les connaissances doivent être conçus et élaborés pour être menés sous forme d'épreuves écrites. En ce qui concerne les centrales nucléaires ayant nécessité l'autorisation préalable de la CCSN, le même examen peut être mené oralement, conformément aux indications de la section 10.

Les membres de l'équipe d'examen, sous la direction de l'examinateur en chef, doivent concevoir les questions d'examen, le guide de correction de l'examen, la fiche de contrôle de l'examen et l'examen final pour chaque poste, conformément aux exigences énoncées ci-dessous.

9.3.1 Examens généraux destinés aux candidats OR, OT0, CQC et CQSC

L'équipe d'examen doit concevoir les questions d'examen conformément aux instructions qui suivent.

  1. Pour chaque groupe de sujets mentionné à l'annexe B.1 (pour les candidats OR, CQC ou CQSC) ou à l'annexe B.2 (pour les candidats OT0), choisir un ou plusieurs sujets d'examen précis à traiter
  2. Pour chaque sujet spécifique sélectionné, préparer des questions dont les réponses valent le nombre de points attribués au sujet, selon les critères suivants :
    1. Au moins 80 % des questions de l'examen d'accréditation doivent être conçues à partir de rien et ne peuvent être fondées sur des questions précédemment utilisées lors d'un examen, d'une épreuve, d'une évaluation du candidat ou dans le cadre de la formation.
    2. Pas plus de 20 % des questions de l'examen d'accréditation peuvent être fondées sur des questions précédemment utilisées. Toutes les questions réutilisées doivent être modifiées en profondeur et aucune d'entre elles ne peut avoir été vue par les candidats auparavant.
    3. Dans toute la mesure du possible, préparer des questions mesurant la compréhension intégrée ou le niveau supérieur de connaissances requis des OR et des OT0 pour qu'ils puissent s'acquitter de leurs tâches avec compétence.
    4. Choisir les parties pertinentes des objectifs de connaissance relatifs aux notions scientifiques pertinentes et aux principes de fonctionnement de l'équipement, approuvés par la CCSN, qui serviront à formuler les questions sur le sujet correspondant, conformément aux directives suivantes :

      Les objectifs de connaissance ou objectifs de formation sont propres à chaque centrale et sont élaborés conformément à une ASF. Le modèle d'objectifs utilisé par les centrales nucléaires à plusieurs tranches a été approuvé par la CCSN en décembre 2003. Les centrales à une seule tranche devraient utiliser le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salle de commande (OGCS) pour l'élaboration des objectifs de connaissance propres à leur centrale.

      1. dans toute la mesure du possible, sélectionner des objectifs exigeant une compréhension intégrée ou des connaissances de niveau supérieur

        Afin d'examiner les connaissances de niveau supérieur, les questions d'examen devraient vérifier le degré de compréhension, d'application ou d'analyse cognitive défini par la taxonomie de Bloom. Par exemple, les questions demandant aux candidats de « décrire » ou d'« expliquer » seraient classées dans la catégorie des objectifs de connaissance de niveau supérieur, tandis que celles demandant d'« énumérer » ou d'« indiquer » seraient classées dans la catégorie des objectifs de niveau inférieur.

      2. ii. ne pas utiliser textuellement les objectifs pour formuler les questions

        Vous pouvez trouver des idées de questions dans les documents suivants :

        • rapports d'événements importants survenus à la centrale et dans l'ensemble du secteur
        • manuels d'exploitation et notes de service sur l'exploitation
        • manuels de conception et autres documents techniques de base
        • rapport d'analyse de la sûreté de la centrale nucléaire
        • procédures administratives du titulaire de permis et de la centrale et documents connexes touchant l'exploitation et l'entretien de la centrale
  3. S'assurer que chaque question est axée sur l'exploitation
  4. Élaborer l'examen et le guide de correction correspondant de la façon indiquée à la section 9.4

9.3.2 Examens propres à la centrale pour les candidats au poste d'OR

L'équipe d'examen doit concevoir les questions d'examen conformément aux instructions qui suivent.

  1. Pour chaque groupe de sujets mentionné à l'annexe B.3, choisir un ou plusieurs sujets d'examen précis à traiter
  2. Attribuer un nombre de points à chaque sujet sélectionné afin que le nombre total de points pour le groupe se situe dans la plage indiquée à côté du groupe à l'annexe B.3
  3. Pour chaque sujet sélectionné à l'étape 1, choisir à l'annexe B.4 un ou plusieurs groupes de connaissances à utiliser pour préparer les questions d'examen correspondantes et, à l'aide de la matrice de conception d'examen (MCE) précisant les groupes de sujets verticalement et les groupes de connaissances horizontalement (de la façon présentée à l'annexe B.8), distribuer dans la matrice le nombre de points pour le sujet entre les domaines de connaissances sélectionnées. S'assurer que la note totale attribuée aux divers groupes de connaissances se situe dans la plage indiquée à côté du groupe à l'annexe B.4
  4. Pour chaque cellule de la MCE où figurent des points, préparer des questions pour lesquelles les réponses équivalent aux points indiqués dans la cellule, selon les critères suivants :
    1. Au moins 80 % des questions de l'examen d'accréditation doivent être conçues à partir de rien et ne peuvent être fondées sur des questions précédemment utilisées lors d'un examen, d'une épreuve, d'une évaluation du candidat ou dans le cadre de la formation.
    2. Pas plus de 20 % des questions de l'examen d'accréditation peuvent être fondées sur des questions précédemment utilisées. Toutes les questions réutilisées doivent être modifiées en profondeur et aucune d'entre elles ne peut avoir été vue par les candidats auparavant.
    3. Dans toute la mesure du possible, préparer des questions mesurant la compréhension intégrée ou le niveau supérieur de connaissances requis des OR pour s'acquitter de leurs tâches avec compétence.

      Afin d'examiner les connaissances de niveau supérieur, les questions d'examen devraient vérifier le degré de compréhension, d'application ou d'analyse cognitive défini par la taxonomie de Bloom. Par exemple, les questions demandant aux candidats de « décrire » ou d'« expliquer » seraient classées dans la catégorie des objectifs de connaissance de niveau supérieur, tandis que celles demandant d'« énumérer » ou d'« indiquer » seraient classées dans la catégorie des objectifs de niveau inférieur. La compréhension intégrée ou les connaissances de niveau supérieur sont évaluées au moyen de questions demandant au candidat d'énoncer, d'analyser et de décrire.

    4. Si une cellule est associée avec les objectifs génériques de connaissance des systèmes (OGCS) d'une centrale nucléaire ou les objectifs de connaissance en matière de radioprotection, sélectionner les éléments individuels des objectifs pertinents qui serviront à formuler les questions sur les sujets correspondants, conformément aux directives suivantes :
      1. dans toute la mesure du possible, sélectionner des OGCS selon l'annexe D.
      2. éviter l'utilisation répétée d'un objectif quelconque dans un groupe de connaissances pour formuler des questions sur des sujets différents
      3. ne pas utiliser textuellement les objectifs pour formuler les questions

        L'annexe B.4 et l'annexe D.2 présentent les exigences relatives aux OGCS. Le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire sert de manuel de référence et de guide d'accompagnement à l'intention des utilisateurs.

        Ces documents définissent les connaissances relatives aux systèmes et aux procédures de la centrale que les OR des centrales doivent posséder pour s'acquitter de leurs tâches avec compétence. Ensemble, les OGCS traitent des groupes de connaissances suivants : conception des systèmes, instrumentation et contrôle, exploitation des systèmes, exploitation générale de la tranche et exploitation en cas d'urgence.

        Les OGCS fournissent un modèle permettant aux centrales nucléaires d'élaborer des objectifs de formation propres à chaque centrale, à l'intention des candidats OR. Le guide de l'utilisateur présente des directives détaillées pour la préparation d'objectifs de formation sur les systèmes propres à chaque centrale et l'élaboration du matériel de formation à l'appui.

        Vous pouvez trouver des idées de questions dans les documents suivants :

        • rapports d'événements importants survenus à la centrale et dans l'ensemble du secteur
        • manuels d'exploitation et notes de service sur l'exploitation
        • manuels de conception et autres documents techniques de base
        • rapport d'analyse de la sûreté de la centrale nucléaire
        • procédures administratives du titulaire de permis et de la centrale et documents connexes touchant l'exploitation et l'entretien de la centrale
        • données réelles du simulateur
  5. S'assurer que chaque question concernant les systèmes et procédures de la centrale se situe dans la portée des OGCS pertinents ou dans le cadre des objectifs de connaissance spécifiques à la centrale et qui en sont dérivés.

    Pour toute question nécessitant des données spécifiques de la centrale :

    • obtenir les données de la centrale ou de simulation nécessaires pour terminer la formulation de la question
    • préciser les aspects des données obtenues qu'il pourrait être intéressant d'explorer dans la question et terminer la formulation de la question
  6. Élaborer l'examen et le guide de correction correspondant de la façon indiquée à la section 9.4.

9.3.3 Examens propres à la centrale pour les candidats au poste d'opérateur de la tranche 0

L'équipe d'examen doit concevoir les questions d'examen conformément aux instructions qui suivent.

  1. Pour chaque groupe de sujets mentionné à l'annexe B.5, choisir un ou plusieurs sujets d'examen précis à traiter.
  2. Attribuer un nombre de points à chaque sujet sélectionné afin que le nombre total de points pour le groupe se situe dans la plage indiquée à côté du groupe à l'annexe B.5.
  3. Pour chaque sujet sélectionné à l'étape 1 ci-dessus, choisir à l'annexe B.6 un ou plusieurs groupes de connaissances à utiliser pour préparer les questions d'examen correspondantes et, à l'aide de la matrice de conception d'examen (MCE) précisant les groupes de sujets verticalement et les groupes de connaissances horizontalement (de la façon présentée à l'annexe B.8), distribuer dans la matrice le nombre de points pour le sujet entre les domaines de connaissances sélectionnées. S'assurer que la note totale attribuée aux divers groupes de connaissances se situe dans la plage indiquée à côté du groupe à l'annexe B.6.
  4. Pour chaque cellule de la MCE où figurent des points, préparer des questions pour lesquelles les réponses équivalent aux points indiqués dans la cellule, selon les critères suivants :
    1. Au moins 80 % des questions de l'examen d'accréditation doivent être conçues à partir de rien et ne peuvent être fondées sur des questions précédemment utilisées lors d'un examen, d'une épreuve, d'une évaluation du candidat ou dans le cadre de la formation.
    2. Pas plus de 20 % des questions de l'examen d'accréditation peuvent être fondées sur des questions précédemment utilisées. Toutes les questions réutilisées doivent être modifiées en profondeur et aucune d'entre elles ne peut avoir été vue par les candidats auparavant.
    3. Dans toute la mesure du possible, préparer des questions mesurant la compréhension intégrée ou le niveau supérieur de connaissances requis des OT0 pour qu'ils puissent s'acquitter de leurs tâches avec compétence.

      Afin d'examiner les connaissances de niveau supérieur, les questions d'examen devraient vérifier le degré de compréhension, d'application ou d'analyse cognitive défini par la taxonomie de Bloom. Par exemple, les questions demandant aux candidats de « décrire » ou d'« expliquer » seraient classées dans la catégorie des objectifs de connaissance de niveau supérieur, tandis que celles demandant d'« énumérer » ou d'« indiquer » seraient classées dans la catégorie des objectifs de niveau inférieur. La compréhension intégrée ou les connaissances de niveau supérieur sont évaluées au moyen de questions demandant au candidat d'énoncer, d'analyser et de décrire.

    4. Si une cellule est associée aux OGCS ou aux objectifs de connaissance en matière de radioprotection, sélectionner les éléments individuels des objectifs pertinents qui serviront à formuler les questions sur les sujets correspondants, conformément aux lignes directrices suivantes :
      1. dans toute la mesure du possible, sélectionner des OGCS selon l'annexe D.4
      2. éviter l'utilisation répétée d'un objectif quelconque dans un groupe de connaissances pour formuler des questions sur des sujets différents
      3. ne pas utiliser textuellement les objectifs pour formuler les questions
  5. S'assurer que chaque question concernant les systèmes et procédures de la centrale se situe dans la portée des OGCS pertinents ou dans le cadre des objectifs de connaissance spécifiques à la centrale et qui en sont dérivés.

    Pour toute question nécessitant des données spécifiques de la centrale :

    • Obtenir les données de la centrale ou de simulation nécessaires pour terminer la formulation de la question
    • Préciser les aspects des données obtenues qu'il pourrait être intéressant d'explorer dans la question et terminer la formulation de la question
  6. Élaborer l'examen et le guide de correction correspondant de la façon indiquée à la section 9.4.

9.3.4 Examens supplémentaires propres à la centrale pour les candidats CQC et CQSC

L'équipe d'examen doit concevoir les questions d'examen conformément aux instructions qui suivent.

  1. Pour chaque groupe de sujets mentionné à l'annexe B.7, choisir un ou plusieurs sujets d'examen précis à traiter.
  2. Attribuer un nombre de points à chaque sujet sélectionné afin que le nombre total de points pour le groupe se situe dans la plage indiquée à côté du groupe à l'annexe B.7.
  3. Pour chaque sujet spécifique sélectionné, préparer des questions dont les réponses équivalent au nombre de points attribués au sujet, selon les lignes directrices qui suivent :
    1. Au moins 80 % des questions de l'examen d'accréditation doivent être conçues à partir de rien et ne peuvent être fondées sur des questions précédemment utilisées lors d'un examen, d'une épreuve, d'une évaluation du candidat ou dans le cadre de la formation.
    2. Pas plus de 20 % des questions de l'examen d'accréditation peuvent être fondées sur des questions précédemment utilisées. Toutes les questions réutilisées doivent être modifiées en profondeur et aucune d'entre elles ne peut avoir été vue par les candidats auparavant.
    3. Dans toute la mesure du possible, préparer des questions mesurant la compréhension intégrée ou le niveau supérieur de connaissances requis des CQC et des CQSC pour qu'ils puissent s'acquitter de leurs tâches avec compétence.
    4. Choisir les parties pertinentes des objectifs de connaissance pertinents pour les CQC ou les CQSC, approuvés par la CCSN, qui serviront à formuler les questions sur le sujet correspondant, conformément aux directives suivantes :
      1. Dans toute la mesure du possible, sélectionner des objectifs exigeant une compréhension intégrée ou des connaissances de niveau supérieur.

        Afin d'examiner les connaissances de niveau supérieur, les questions d'examen devraient vérifier le degré de compréhension, d'application ou d'analyse cognitive défini par la taxonomie de Bloom. Par exemple, les questions demandant aux candidats de « décrire » ou d'« expliquer » seraient classées dans la catégorie des objectifs de connaissance de niveau supérieur, tandis que celles demandant d'« énumérer » ou d'« indiquer » seraient classées dans la catégorie des objectifs de niveau inférieur. La compréhension intégrée ou les connaissances de niveau supérieur sont évaluées au moyen de questions demandant au candidat d'énoncer, d'analyser et de décrire.

      2. Ne pas utiliser textuellement les objectifs pour formuler les questions.

        Vous pouvez trouver des idées de questions dans les documents suivants :

        • rapports d'événements importants survenus à la centrale et dans l'ensemble du secteur
        • manuels d'exploitation et notes de service sur l'exploitation
        • manuels de conception et autres documents techniques de base
        • rapport d'analyse de la sûreté de la centrale nucléaire
        • procédures administratives du titulaire de permis et de la centrale et documents connexes touchant l'exploitation et l'entretien de la centrale
        • données réelles du simulateur
  4. S'assurer que chaque question se situe dans la portée des objectifs de connaissance propres aux CQC ou aux CQSC approuvés par la CCSN.

    Pour toute question nécessitant des données spécifiques de la centrale :

    • Obtenir les données de la centrale ou de simulation nécessaires pour terminer la formulation de la question
    • Préciser les aspects des données obtenues qu'il pourrait être intéressant d'explorer dans la question et terminer la formulation de la question
  5. Élaborer l'examen et le guide de correction correspondant de la façon indiquée à la section 9.4.

9.4 Élaboration de l'examen et du guide de correction

Les membres de l'équipe d'examen, sous la direction de l'examinateur en chef, doivent élaborer un examen donné et les réponses à cet examen dans un guide de correction, conformément aux exigences qui suivent :

  1. Veiller à ce que la présentation de la page couverture de l'examen ainsi que les renseignements qu'elle contient soient semblables à ceux du modèle de l'annexe B.9.
  2. S'assurer que la mise en page des questions est semblable à l'exemple qui figure à l'annexe B.10.

    Regrouper les questions qui ont un lien logique entre elles et les intégrer en une seule question à plusieurs parties, conformément aux directives suivantes :

    • Les parties principales et les parties secondaires de la question doivent être organisées dans un ordre logique.
    • La réponse à une partie d'une question ne dépend pas totalement de la réponse donnée à une partie précédente de la question.
  3. Préparer les réponses dans un guide de correction pour chaque examen donné.
  4. S'assurer que la réponse à chaque question :
    1. est conforme au but de la question
    2. est complète et exacte sur le plan technique
    3. contient uniquement l'information spécifiquement demandée par la question
    4. rend compte du niveau de connaissances attendu du candidat sur le sujet examiné
    5. n'est pas incompatible avec l'information contenue dans la documentation officielle
    6. est répartie en éléments qui servent à établir le nombre de points à attribuer à la question
  5. Pour chaque question, préciser les documents de référence nécessaires pour préparer la réponse et s'assurer que le numéro de révision et la date de publication de chaque document correspondent à ce qui est indiqué dans la documentation officielle.
  6. S'assurer que le niveau de difficulté de chaque question est approprié pour différencier les candidats qui connaissent suffisamment le sujet traité par la question et ceux qui ne le connaissent pas assez.
  7. Établir le nombre de points à attribuer à chaque question en utilisant le tableau pertinent de l'annexe B.11.

    Le nombre de points attribué à chaque question et la durée estimée de l'examen sont déterminés à l'aide du tableau des éléments applicable de l'annexe B.11.

  8. S'assurer que l'examen présente le nombre de points attribué à chaque question, la répartition des points et le nombre d'éléments que compte la réponse exigée, de la façon présentée à l'annexe B.11.

    Pour aider le candidat, le temps jugé nécessaire pour répondre à chaque partie d'une question peut également être indiqué en plus du nombre d'éléments et du nombre de points qui figurent habituellement à gauche de la lettre désignant la partie de la question.

  9. Veiller à ce que la présentation de la page couverture du guide de correction ainsi que les renseignements qu'elle contient soient semblables à ceux du modèle de l'annexe B.12.
  10. S'assurer que la mise en page des réponses dans le guide de correction est semblable à l'exemple qui figure à l'annexe B.13.
  11. Établir la version finale de l'examen et du guide de correction correspondant de la façon indiquée à la section 9.5.

9.5 Version finale de l'examen et du guide de correction

L'équipe d'examen doit établir la version finale d'un examen donné et du guide de correction correspondant conformément aux exigences qui suivent :

  1. S'assurer que chaque question et sa réponse soient claires et exactes sur le plan technique.

    Il faut notamment s'assurer que les codes d'identification de l'équipement et des documents mentionnés dans les questions sont exacts.

  2. Vérifier l'examen pour s'assurer que le nombre de points repose sur le nombre total d'éléments dans les réponses à toutes les parties de la question.

    Il faut notamment s'assurer que chaque réponse est divisée correctement en éléments.

  3. S'assurer que les questions citent clairement les documents de référence remis aux candidats et donnent des instructions appropriées pour leur utilisation.
  4. Veiller à faire apparaître textuellement toute instruction ou toute autre information contenue dans une question tirée de la documentation du titulaire de permis ou de la centrale.
  5. S'assurer, pour chaque question, d'indiquer clairement les documents de référence fournis aux candidats.
  6. S'assurer qu'aucun document de référence n'est remis au candidat lorsqu'une question porte sur un domaine que le candidat doit connaître par cœur.
  7. Veiller à ce que le contenu des procédures approuvées et des schémas fonctionnels remis comme documents de référence ne soit pas modifié.
  8. S'assurer que tout acronyme utilisé dans une question est défini la première fois qu'il apparaît dans une question.

    Dans chaque question, les mots-clés qui indiquent le niveau de développement exigé dans la réponse sont en caractères gras et soulignés afin d'aider les candidats à donner une réponse complète.

    L'examen ne devrait présenter qu'une seule question par page et les prémisses de la question devraient être placées immédiatement avant les parties ou sous-parties de la question auxquelles elles s'appliquent.

  9. Réunir un dossier contenant les questions et leurs réponses, un exemplaire des documents de référence utilisés pour préparer chaque réponse et les objectifs de connaissance visés par chaque question.
  10. Remplir une fiche de contrôle de l'examen semblable au modèle de l'annexe B.14 et confirmer que l'examen satisfait aux critères de la fiche.
  11. S'assurer que les versions finales de la MCE, de l'examen, du guide de correction et de la fiche de contrôle de l'examen ont été approuvées et signées par l'examinateur en chef et le chef de la formation.
  12. S'assurer qu'aucun changement n'est apporté à l'examen approuvé et au guide de correction correspondant sans l'autorisation préalable de l'examinateur en chef et du chef de la formation.

9.6 Validation des examens

Les membres de l'équipe d'examen, sous la direction de l'examinateur en chef, doivent s'assurer que chaque examen d'accréditation pour un poste donné a été validé et respecte ou dépasse les exigences énoncées dans le présent document d'application de la réglementation avant la tenue de l'examen.

Une validation est effectuée pour s'assurer qu'un candidat au poste pour lequel l'examen est conçu a suffisamment de temps et d'information pour répondre aux questions.

La validation doit être effectuée avant d'obtenir les approbations requises du guide de correction exigées pour la tenue d'un examen donné.

Au minimum, l'examen doit être validé :

  1. en temps réel, par une personne tenant le rôle du candidat, qui est ou a été accréditée à la centrale nucléaire au poste pour lequel l'examen est conçu et qui n'a jamais participé à un aspect quelconque de la conception de l'examen;
  2. pour confirmer que les exigences applicables énoncées aux sections 9.4 et 9.5 ont été respectées.

10. Tenue des examens d'accréditation portant sur les connaissances

Le titulaire de permis doit avoir en place des politiques, des processus et des procédures en ce qui concerne la tenue des examens portant sur les connaissances.

Le titulaire de permis doit assurer :

  1. que les examens d'accréditation portant sur les connaissances sont menés sous forme d'épreuves écrites et sont surveillés en tout temps
  2. que dans des cas exceptionnels, la CCSN a été préalablement avisée lorsqu'un même examen écrit doit être mené oralement avec un candidat. Le chef de la formation doit officiellement aviser la CCSN du besoin d'organiser un examen d'accréditation particulier oralement. La demande doit être présentée à la CCSN dans un délai raisonnable avant la date prévue de l'examen, accompagnée d'une justification écrite

    Un cas exceptionnel pourrait par exemple concerner un candidat incapable de subir un examen donné par écrit en raison d'un incident imprévu (p. ex. une blessure corporelle).

  3. que tout candidat qui décide de se retirer d'un examen ou pris à tricher durant l'examen se verra immédiatement attribuer une note d'échec
  4. que l'examen se déroule dans un lieu sûr, à accès restreint, de façon à empêcher les contacts entre les candidats et les autres employés de la centrale
  5. que les candidats qui subissent un examen écrit sont assis de manière convenable, avec un espace suffisant entre eux pour garantir la confidentialité de l'examen et prévenir les tricheries
  6. la confidentialité et la sécurité de l'examen
  7. que tous les engagements de confidentialité pertinents ont été signés avant la tenue d'un examen
  8. le contrôle de tous les documents d'examen
  9. le contrôle de tout le matériel apporté dans la salle d'examen ou sorti de celle-ci, y compris les appareils électroniques de poche
  10. que seuls les documents de référence faisant partie de la trousse d'examen sont autorisés

    Les candidats ne doivent pas avoir accès aux documents de référence autres que ceux remis avec l'examen. Les candidats ne peuvent rien apporter dans la salle d'examen et ne peuvent rien sortir de celle-ci. Les candidats ne peuvent avoir en leur possession que les articles suivants, fournis par le surveillant ou l'examinateur en chef :

    • les questions d'examen avec les documents de référence qui y sont joints
    • les cahiers d'examen permettant aux candidats d'inscrire leurs réponses
    • des feuilles de papier vierges
    • des articles tels que des stylos, des crayons, des surligneurs, des gommes à effacer, une règle, une loupe et une calculatrice non programmable
  11. des exigences consignées concernant la surveillance des examens écrits, y compris un formulaire précisant les règles à suivre par le surveillant et les exigences relatives aux attestations à remplir par les différentes personnes
  12. en ce qui concerne les pauses permettant d'aller aux toilettes durant la tenue d'un examen, que les candidats ne peuvent quitter la salle d'examen qu'un à la fois et doivent être escortés. Toute communication avec une personne à l'extérieur de la salle d'examen est interdite et peut donner lieu à un échec
  13. la présence d'un surveillant dans la salle d'examen à tout moment durant un examen écrit

    Le formulaire du surveillant et les directives à l'intention du surveillant devraient être semblables aux modèles présentés à l'annexe D.6.

  14. des règles de conduite et des directives consignées à l'intention des candidats ainsi que la signature d'un engagement de confidentialité
  15. des règles de conduite et des directives consignées à l'intention des membres de l'équipe d'examen, y compris l'opérateur du système d'enregistrement audiovisuel en cas d'examen oral

    Les engagements de confidentialité et les directives individuelles devraient être semblables aux modèles présentés à l'annexe D.1.

  16. que les examinateurs ne fournissent pas d'information complémentaire aux candidats, ni ne répondent aux demandes d'éclaircissements concernant les questions d'examen
  17. que les examens se tiennent conformément aux exigences relatives au temps maximal alloué aux candidats, présentées au tableau 2 du présent document, et qu'aucune prolongation du temps maximal alloué ne soit autorisée
  18. que les examens oraux :
    1. sont dirigés par l'examinateur en chef et au moins un autre examinateur qui a participé à la conception et à l'élaboration de l'examen et que seul l'opérateur du système d'enregistrement est autorisé à rester dans la salle d'examen avec les examinateurs
    2. sont enregistrés. Le système audiovisuel doit permettre d'enregistrer clairement les questions des examinateurs et les réponses du candidat durant l'examen

      Les enregistrements audiovisuels doivent être de haute qualité afin de permettre de distinguer clairement les questions posées par les examinateurs des réponses formulées par les candidats durant l'examen oral. Un examen oral ne sera pas reconnu par la CCSN à moins d'avoir été correctement enregistré. De plus, ces enregistrements sont utilisés par la CCSN lorsqu'elle mène ses activités de vérification de la conformité.

  19. que durant un examen oral :
    1. une copie des questions est remise au candidat, une à la fois, et lui est lue à voix haute par un examinateur membre de l'équipe d'examen;
    2. toutes les réponses données par le candidat sont consignées par chaque examinateur de l'équipe d'examen dans sa copie du guide de correction;
    3. si la réponse est incomplète ou si le candidat semble avoir mal compris la question, les membres de l'équipe d'examen reformulent celle-ci, en prenant soin de ne pas donner d'indices sur la réponse.

11. Correction des examens

11.1 Exigences d'ordre général concernant les examens écrits et oraux

Le titulaire de permis doit avoir en place des politiques, des processus et des procédures en ce qui concerne la correction des examens portant sur les connaissances. Ceci doit comprendre :

  1. Les examens doivent être corrigés dès que possible.

    La correction des examens fait partie intégrante de l'administration du processus d'examen d'accréditation. La correction devrait être effectuée immédiatement après la tenue d'un examen d'accréditation. Le présent document ne stipule aucun délai précis pour la correction des examens afin de permettre aux titulaires de permis de faire face aux imprévus. Toutefois, dans le cadre de l'administration des examens d'accréditation, les titulaires de permis devraient disposer des ressources nécessaires au tout début de la planification d'un examen donné.

  2. La correction des examens ne peut débuter que lorsque tous les candidats ont subi l'examen.
  3. Seuls l'examinateur en chef et les examinateurs ayant participé à la conception de l'examen sont autorisés à effectuer la première et la deuxième corrections des examens.
  4. La première et la deuxième corrections des examens doivent être faites conformément aux prescriptions énoncées aux sections 11.2 à 11.4.
  5. Dans le cas d'un examen oral, la première et la deuxième corrections ne peuvent être effectuées que par les examinateurs qui ont donné l'examen.
  6. Il faut que la première correction soit terminée pour tous les candidats avant de procéder à la deuxième correction.
  7. La deuxième correction de l'examen des candidats sélectionnés pour faire l'objet d'une deuxième correction doit être confiée à un examinateur qui n'a pas effectué la première correction de ces candidats.
  8. Pour s'assurer que la deuxième correction d'un examen écrit est effectuée indépendamment de la première, l'examinateur qui fait la deuxième correction ne peut avoir accès aux résultats de la première correction avant d'avoir terminé la seconde correction.
  9. Un formulaire de résultats d'examen dont les renseignements et la présentation sont analogues à ceux du modèle illustré à l'annexe B.15 doit être rempli pour chaque candidat.

11.2 First marking of written and oral examinations

L'examinateur en chef doit s'assurer que la première correction est effectuée conformément aux indications qui suivent :

  1. Utiliser un nouvel exemplaire du guide de correction approuvé pour chaque candidat
  2. Corriger la réponse de tous les candidats à une question donnée avant de passer à la question suivante
  3. Corriger les réponses du candidat par rapport au guide de correction approuvé en cochant les éléments de réponse directement dans le guide de correction du candidat
  4. Pour chaque question, consigner dans le guide de correction du candidat :
    1. toute idée fausse, erreur et lacune, ainsi que leur importance
    2. toute lacune dans la réponse du candidat dont le guide de correction ne tient pas compte du tout ou ne tient pas compte suffisamment
    3. tout renseignement pertinent de la réponse qui ne figure pas dans le guide de correction
  5. Lorsque la correction d'une question est terminée, inscrire dans un document de commentaires à propos de l'examen :
    1. toute difficulté éprouvée par un certain nombre de candidats en répondant à cette question, comme l'indiquent des réponses constamment incomplètes ou différentes de la réponse du guide de correction approuvé
    2. toute recommandation de modification de la réponse dans le guide de correction approuvé et que l'examinateur en chef estime nécessaire avant que le guide de correction ne soit autorisé
  6. Lorsque la première correction de tous les candidats est terminée :
    1. examiner les réponses de chaque candidat pour établir s'il y a lieu de lui accorder crédit pour un élément de réponse non mentionné expressément dans sa réponse à une question lorsqu'on constate, sur la foi d'une réponse à une question connexe, que le candidat possédait ces connaissances

      Lors de la correction d'un examen écrit qui a été mené oralement, les examinateurs devraient au besoin consulter les enregistrements pour vérifier les réponses données par le candidat.

    2. consigner les raisons pour lesquelles ces crédits sont accordés dans le guide de correction du candidat
    3. déterminer l'importance des idées fausses, des erreurs et des lacunes consignées dans le guide de correction de chaque candidat et inscrire les conclusions éventuelles dans le guide de correction
  7. Calculer les notes obtenues par chaque candidat pour les différentes questions et pour tout l'examen
  8. Attribuer une note de succès ou une note d'échec conformément aux indications de la section 11.4
  9. Sur la page de couverture du guide de correction de chaque candidat, inscrire les notes obtenues par celui-ci et le résultat d'examen recommandé
  10. Remplir un formulaire de résultats d'examen pour chaque candidat

11.3 Deuxième correction des examens écrits et oraux et conciliation des résultats

Lorsque la première correction de tous les candidats est terminée conformément aux indications des sections 11.2 et 11.4, la deuxième correction des candidats doit être effectuée conformément aux indications qui suivent.

  1. Le chef de la formation doit :
    1. approuver les candidats sélectionnés par les examinateurs pour faire l'objet d'une deuxième correction
    2. sélectionner au moins un des candidats notés par chaque examinateur ayant effectué la première correction

      L'exigence minimale visant la deuxième correction consiste à effectuer un contrôle d'étalonnage de l'exactitude du guide d'examen et une évaluation du processus de correction.

    3. sélectionner les candidats pour lesquels le premier évaluateur recommande une deuxième correction
    4. s'assurer que la deuxième correction d'un candidat est confiée à un membre de l'équipe d'examen qui n'a pas effectué la première correction
    5. s'assurer que la deuxième correction est effectuée pour un candidat à la fois à l'aide du guide de correction approuvé, conformément aux instructions données aux paragraphes 1 à 10 de la section 11.2 pour la première correction
  2. L'examinateur en chef doit retenir pour une deuxième correction :
    1. les candidats ayant obtenu une note comprise entre 57 % et 63 % à l'examen
    2. d'autres candidats, à la discrétion du chef de la formation ou de l'examinateur en chef
  3. Les examinateurs doivent :
    1. se réunir afin de résoudre tout écart entre leurs deux corrections et consigner la façon dont ces divergences ont été résolues
    2. passer en revue l'examen complet d'un candidat à la fois
    3. consigner les résultats d'examen unifiés et les justifications dans l'exemplaire original du formulaire de résultats d'examen portant sur les connaissances de chaque candidat
    4. s'assurer que toute modification finale apportée aux réponses dans le guide de correction approuvé et dans le formulaire de résultats d'examen a été examinée et officiellement entérinée par le chef de la formation

11.4 Communication des résultats d'examen

L'équipe d'examen doit attribuer une note de succès ou une note d'échec à un examen donné conformément aux critères qui suivent :

  1. Une note de succès est attribuée à l'examen lorsque le candidat a obtenu une note supérieure ou égale à 70 %.
  2. Une note d'échec est attribuée à un examen donné si le candidat :
    1. n'a pas répondu au critère de réussite qui précède, ou
    2. a répondu au critère énoncé ci-dessus, mais a manifesté des lacunes de connaissances considérées comme graves par l'examinateur en chef
  3. Les membres de l'équipe d'examen doivent :
    1. consigner les résultats d'examen finaux et les justifications dans l'exemplaire original du formulaire de résultats d'examen portant sur les connaissances de chaque candidat
    2. s'assurer que le formulaire de résultats a été examiné et signé par le chef de la formation

12. Communication des résultats d'examen

  1. Les membres de l'équipe d'examen doivent consigner et signaler au chef de la formation toute lacune importante sur le plan des connaissances révélée par un candidat ou par un examen.

    Les lacunes révélées par un examen devraient comprendre celles constatées dans la conception ou la correction de l'examen, les procédures de la centrale ou le programme de formation.

  2. Les examinateurs doivent veiller à ce qu'une trousse de correction finale soit compilée pour chaque candidat. Cette trousse doit comprendre les éléments suivants :
    1. formulaire de résultats d'examen complété, signé par les deux examinateurs et entériné par le chef de la formation
    2. notes finales obtenues à l'examen
    3. guide de correction unifié signé par les deux examinateurs
  3. Le chef de la formation doit :
    1. après avoir autorisé les résultats d'un examen d'accréditation donné portant sur les connaissances, veiller à ce qu'un exemplaire de l'examen approuvé, des guides de correction autorisés, des fiches de contrôle de l'examen, des MCE et des formulaires de résultats d'examen soit communiqué à la CCSN, si elle le demande, et que la CCSN soit officiellement informée des résultats de chaque candidat
    2. veiller à ce que chaque candidat auquel une note de succès a été attribuée suive une formation de rattrapage et fasse l'objet d'évaluations officielles dans chaque domaine identifié comme insuffisant par le processus de correction pour confirmer, documents à l'appui, que le candidat est parvenu à obtenir le niveau de connaissances requis pour exercer les fonctions du poste accrédité de façon compétente
    3. s'assurer que toute lacune révélée au paragraphe 1 ci-dessus a été prise en compte.

Partie III : Exigences relatives aux examens d'accréditation portant sur les habiletés

La présente partie établit les examens d'accréditation initiale sur simulateur requis et les exigences relatives à la conception, à l'élaboration, à la tenue et à la notation des examens que doivent réussir les candidats aux postes d'opérateur de réacteur (OR), d'opérateur de la tranche 0 (OT0), de chef de quart de centrale (CQC) et de chef de quart en salle de commande (CQSC) ayant satisfait à toutes les conditions préalables requises, y compris les examens d'accréditation initiale portant sur les connaissances exigés.

Tous les examens portant sur les habiletés doivent être organisés sur un simulateur pleine échelle.

Consulter le document RD-204 de la CCSN pour connaître les exigences relatives aux examens et les conditions préalables.

13. Examens d'accréditation sur simulateur

Les examens d'accréditation sur simulateur requis doivent comporter un certain nombre de scénarios d'examen qui examinent les habiletés nécessaires pour occuper chaque poste rattaché à l'exploitation de la centrale nucléaire pour lequel l'accréditation initiale s'applique. L'examen spécifique au poste doit couvrir une série de défaillances de la centrale qui crée une succession de conditions anormales, de pannes ou de perturbations exigeant que les candidats démontrent leurs aptitudes dans tous les domaines de compétence applicables. Les catégories de défaillances requises sont décrites à la sous-section 13.4.

Les scénarios d'examen doivent être conçus pour permettre de mesurer le niveau de compétence du candidat dans cinq domaines de compétence génériques à la centrale nucléaire en question :

  1. surveillance
  2. interventions effectuées sans consulter les procédures
  3. diagnostic et prise de décisions
  4. respect des procédures
  5. communication et interaction avec l'équipe

L'examen doit mettre les candidats à l'épreuve au moins 25 fois dans chacun des domaines de compétence, à l'exception du domaine de compétence 2 (interventions effectuées sans consulter les procédures) où les candidats doivent être mis à l'épreuve au moins 15 fois. Les domaines de compétence requis sont décrits à la sous-section 13.5.

Les examens d'accréditation portant sur les habiletés exigés sont les suivants :

  1. Examen pour opérateur de réacteur : Cet examen doit comprendre trois scénarios d'examen complets (SEC). Ces scénarios d'examen permettent de vérifier les habiletés nécessaires pour occuper le poste d'OR rattaché à l'exploitation de la centrale à une seule tranche ou de la centrale à plusieurs tranches où l'accréditation initiale s'applique.
  2. Examen pour opérateur de la tranche 0 : Cet examen doit comprendre deux SEC aux centrales nucléaires dotées d'une tranche 0. Ces scénarios d'examen vérifient les habiletés nécessaires pour occuper le poste d'OT0 rattaché à l'exploitation de la centrale à plusieurs tranches où l'accréditation initiale s'applique.
  3. Examen pour chef de quart de centrale : Cet examen doit comporter deux SEC et deux scénarios d'examen abrégés (SEA), y compris un certain nombre de questions normalisées spécifiques. Ces scénarios d'examen permettent de vérifier les habiletés nécessaires pour occuper le poste de CQC rattaché à l'exploitation de la centrale à une seule tranche où l'accréditation initiale s'applique, en traitant particulièrement des compétences requises lorsque l'OR est temporairement absent de la salle de commande.
  4. Examen pour chef de quart en salle de commande : Cet examen doit comporter deux SEC, trois scénarios d'examen de diagnostic (SED) et un scénario de vérification des panneaux de commande (SVPC), y compris plusieurs questions normalisées spécifiques. Ces scénarios d'examen permettent de vérifier les habiletés nécessaires pour occuper le poste de CQSC rattaché à l'exploitation de la centrale à plusieurs tranches où l'accréditation initiale s'applique.

13.1 Description des scénarios d'examen

Les scénarios d'examen requis susmentionnés qui doivent constituer les examens correspondant aux différents postes occupés dans une centrale nucléaire sont les suivants :

  1. SEC : Scénario d'examen dynamique comportant une séquence cohérente de défaillances principales et secondaires qui simulent une succession de conditions anormales, de pannes ou de perturbations qui exigent que les candidats prennent des mesures conformément aux attentes consignées en matière de rendement du personnel accrédité à cette centrale nucléaire.

    Pour les postes de CQC et CQSC, ces examens doivent également comprendre un certain nombre de questions normalisées spécifiques à la fin de la partie dynamique de chaque scénario. Les questions sont conçues pour cerner les préoccupations importantes qu'ont les candidats à la fin de chaque scénario d'examen, y compris les niveaux d'indisponibilité, pour déterminer la marche à suivre et aborder ces préoccupations et pour établir la priorité des mesures à prendre.

  2. SEA : Scénario d'examen dynamique comportant un certain nombre de défaillances principales et secondaires qui simulent une succession de conditions anormales, de pannes ou de perturbations de la centrale qui exigent que les candidats CQC démontrent leur aptitude à réagir à ces situations anormales quand l'OR est temporairement absent de la salle de commande.

    Pour le poste de CQC, ces examens doivent également comprendre plusieurs questions normalisées spécifiques à la fin de la partie dynamique de chaque scénario. Les questions sont conçues pour déterminer l'exactitude du diagnostic posé par les candidats, cerner tout autre problème observé, cerner les préoccupations importantes qu'ont les candidats à la fin de chaque scénario d'examen, déterminer la marche à suivre et établir la priorité des mesures à prendre.

  3. SED : Scénario d'examen sur simulateur comportant une seule défaillance principale et un certain nombre de défaillances secondaires qui exigent que les candidats CQSC démontrent leur aptitude personnelle à :

    1. surveiller indépendamment l'évolution des conditions de la centrale à tranches multiples
    2. reconnaître des conditions anormales
    3. déterminer l'importance de celles-ci
    4. diagnostiquer les défaillances
    5. déterminer les procédures à exécuter
    6. déterminer la marche à suivre faute de procédures ou si celles-ci ne suffisent pas

    Pour le poste de CQSC, ces examens doivent également comprendre un certain nombre de questions normalisées spécifiques à la fin de la partie dynamique de chaque scénario. Les questions sont conçues pour déterminer l'exactitude du diagnostic posé par les candidats, cerner tout autre problème observé, cerner les préoccupations importantes qu'ont les candidats à la fin de chaque scénario d'examen, y compris les niveaux d'indisponibilité, déterminer la marche à suivre et établir la priorité des mesures à prendre.

  4. SVPC : Scénario d'examen non dynamique au cours duquel l'état de la centrale est stable et qui exige que les candidats démontrent leur aptitude à surveiller les panneaux de la salle de commande qui relèvent du poste de CQSC en reconnaissant les anomalies et les conditions anormales observables sur les panneaux de commande et en déterminant leur importance.

    Pour le poste de CQSC, cet examen doit également comprendre un certain nombre de questions normalisées spécifiques à la fin du scénario d'examen. Les examens sont conçus pour démontrer l'aptitude des candidats à déterminer l'importance des anomalies et des conditions anormales et la marche à suivre pour y faire face.

Les critères à prendre en compte pour les scénarios d'examen et les questions normalisées spécifiques sont traités à la section 14, au chapitre « Conception et élaboration des examens ».

13.2 Durée des examens et des scénarios d'examen

Le tableau 4 résume le nombre et le type de scénarios d'examen que doivent comporter les examens prévus pour chaque poste devant être accrédité et la durée prévue de chaque scénario composant un examen donné. Le tableau présente également la durée estimée de chaque examen et de chaque scénario d'examen.

Tableau 4 : Nombre et type de scénarios d'examen requis par examen d'accréditation pour un poste donné, et durée prévue des scénarios et des examens
Poste Nombre et type de scénarios d'examen exigés (plus le nombre de questions normalisées exigées) Durée prévue des scénarios et de l'examen(sans compter les questions normalisées)

OR

3 SEC

50 minutes par SEC

3 heures pour tout l'examen d'OR

OT0

2 SEC

60 minutes par SEC

2,5 heures pour tout l'examen d'OT0

CQC

2 SEC (+ 2 questions normalisées)

+

2 SEA (+ 2 questions normalisées)

50 minutes par SEC
25 minutes par SEA

 

3 heures pour tout l'examen de CQC

CQSC

2 SEC (+ 2 questions normalisées)

+

3 SED (+ 5 questions normalisées)

+

1 SVPC (+ 3 questions normalisées)

50 minutes par SEC
15 minutes par SED
15 minutes pour le SVPC

 

3 heures pour tout l'examen de CQSC

13.3 Enveloppe d'examen limitative

Les examens d'accréditation sur simulateur doivent être conçus et élaborés de sorte à examiner les habiletés exigées pour occuper un poste à la centrale nucléaire pour laquelle l'accréditation initiale est demandée. Chaque examen d'accréditation sur simulateur requis doit comporter un nombre précis de scénarios d'examen avec un nombre et des types bien définis de défaillances de la centrale permettant de mettre à l'épreuve tous les domaines de compétence applicables au poste.

Aucun scénario d'examen mené précédemment ne peut être réutilisé dans son intégralité pour concevoir et mener un autre scénario d'examen ou un autre examen d'accréditation.

Dès qu'un scénario d'examen ou un examen d'accréditation a été mené, il ne peut plus être réutilisé. Cependant, un scénario d'examen peut être modifié pour servir à la conception et à l'élaboration d'un autre examen d'accréditation.

Les sous-sections qui suivent décrivent les catégories de défaillances de la centrale et les domaines de compétence requis pour la conception et l'élaboration de chaque examen d'accréditation détaillé à la section 14.

13.4 Défaillances principales et secondaires

13.4.1 Défaillances principales

Dans un scénario d'examen sur simulateur, il s'agit d'une panne d'une pièce d'équipement, d'un dispositif de commande ou d'un composant d'un système, ou d'une combinaison de telles pannes, qui provoque, au moment où elle survient, la principale condition anormale, panne ou perturbation de la centrale à laquelle le candidat doit faire face.

Les défaillances principales doivent être classées dans les quatre catégories suivantes :

Catégorie 1 : Défaillances nécessitant l'exécution d'une opération de routine

Il s'agit de toute détérioration ou défectuosité d'un ou de plusieurs éléments ou pièces d'équipement touchant un seul système, qui exige que le candidat effectue une permutation normale d'équipement, dans un laps de temps limité, afin d'éviter que l'équipement ne soit endommagé ou qu'un système ne soit perturbé par une action automatique visant à protéger l'équipement en question. Si une telle défaillance principale est corrigée, elle ne devrait poser aucun transitoire important dans les systèmes ou les réacteurs.

Remarque : Les défaillances principales de catégorie 1 ne devraient pas faire l'objet des examens destinés aux candidats CQC ou CQSC.

Exemples de défaillances de catégorie 1

  • Conditions de détérioration d'une pompe en service qui requiert la mise en marche d'une pompe de relève et l'arrêt de la pompe défectueuse avant qu'elle ne soit endommagée
  • Rapport de terrain faisant état d'un problème de fonctionnement d'une pièce d'équipement en marche qui nécessite qu'un système soit reconfiguré
  • Demande de la part d'un OR ou de l'exploitant du réseau électrique qui nécessite une reconfiguration de routine d'un système exploité par les OT0
Catégorie 2 : Défaillances nécessitant l'exécution d'une manœuvre inhabituelle mais ne causant pas de perturbation importante d'un groupe réacteur dans l'immédiat

Il s'agit de toute détérioration ou défectuosité d'un ou de plusieurs composants ou pièces d'équipement, touchant un ou plusieurs systèmes, qui oblige le candidat à exécuter ou à faire exécuter des actions inhabituelles dans un laps de temps limité, pour l'une des raisons suivantes :

  1. éviter que l'équipement ou le système ne soit endommagé tout en réduisant au minimum la détérioration de l'état du système, de la tranche ou de la centrale découlant de ces actions
  2. réduire au minimum la détérioration de l'état du système, de la tranche ou de la centrale occasionnée par une action automatique visant à protéger l'équipement en question
  3. éviter ou corriger une indisponibilité d'un système de sûreté ou d'un système de soutien en matière de sûreté

Si le candidat réagit correctement, une défaillance principale de cette catégorie touchant un groupe réacteur ne causera pas à elle seule une variation de plus de 10 % de la puissance du réacteur ou de la charge du turboalternateur. Par contre, une variation de puissance ou de charge supérieure à 10 % peut se produire par la suite en raison des actions requises de la part de l'opérateur.

Exemples de défaillances de catégorie 2 :

  • Quand le réacteur fonctionne à pleine puissance, augmentation de la température d'un palier d'une pompe principale du circuit caloporteur qui nécessite l'arrêt de la pompe pour ne pas l'endommager (exemple valable seulement pour les centrales dépourvues de pompes principales de relève)
  • Perte des deux pompes d'appoint du circuit caloporteur
  • Défectuosités d'instruments de mesure du programme de contrôle de la pression et de l'inventaire du circuit caloporteur qui nécessitent une réduction contrôlée de la puissance du réacteur et le transfert du contrôle de la pression et de l'inventaire à une boucle de contrôle analogique
  • Perte de caloporteur à l'extérieur du circuit caloporteur qui est dans les limites de la capacité des pompes d'appoint disponibles
  • Panne, sans effet immédiat sur la puissance du réacteur, d'un panneau de distribution électrique qui alimente les instruments de mesure et l'équipement d'une seule chaîne d'un ou de plusieurs systèmes spéciaux de sûreté
  • Panne d'équipement du poste de manœuvre de la centrale qui nécessite une reconfiguration inhabituelle du système principal de sortie
  • Perte de contrôle de la pression dans le système de confinement à vide aux centrales à plusieurs tranches
Catégorie 3 : Défaillances causant un transitoire majeur d'un réacteur

Il s'agit de toute défectuosité d'un ou de plusieurs composants ou pièces d'équipement qui provoque une variation de plus de 10 % de la puissance du réacteur ou de la charge du turboalternateur.

Cette catégorie comprend également toute défectuosité, autre que celles causant une des situations d'urgence décrites à la catégorie 4 ci-dessous, qui provoque un ou plusieurs des phénomènes suivants :

  1. baisse contrôlée de la puissance du réacteur
  2. recul rapide de la puissance du réacteur
  3. déclenchement du réacteur           
  4. déclenchement de la turbine, réduction de puissance ou délestage

Exemples de défaillances de catégorie 3 :

  • Déclenchement, à pleine puissance, d'une pompe principale du circuit caloporteur
  • Délestage de l'alternateur principal
  • Toute défectuosité, autre que celles causant une des situations d'urgence décrites à la catégorie 4 ci-dessous, qui provoque un ou plusieurs des phénomènes suivants :
    • baisse contrôlée de la puissance du réacteur
    • recul rapide de la puissance du réacteur
    • déclenchement du réacteur
    • déclenchement de la turbine
Catégorie 4 : Défaillances causant une situation d'urgence

Il s'agit de toute défectuosité d'un ou de plusieurs composants ou pièces d'équipement qui provoque une des situations d'urgence suivantes touchant un ou plusieurs groupes réacteurs et nécessite une ou plusieurs des procédures d'urgence applicables :

  1. Perte d'inventaire du circuit caloporteur d'un réacteur : définie comme étant une fuite soutenue de caloporteur à l'extérieur du circuit caloporteur qui ne peut être compensée par les pompes d'appoint disponibles ou qui nécessite le déclenchement manuel ou automatique du système de refroidissement d'urgence du cœur. Les fuites de tubes de générateur de vapeur font partie des défaillances principales pouvant causer cette situation d'urgence
  2. Perte de pression du circuit de vapeur d'un groupe réacteur : définie comme étant toute baisse soutenue de la pression dans le circuit de vapeur qui provoque le déclenchement d'un système d'arrêt d'urgence du réacteur en raison d'une basse pression dans le circuit caloporteur ou toute rupture d'une conduite de vapeur qui crée un risque généralisé pour le personnel et l'équipement de la centrale
  3. Perte complète de l'alimentation électrique de catégorie IV, III ou II qui touche une ou plusieurs tranches, selon le cas
  4. Perte complète de l'alimentation électrique des catégories IV et III qui touche une ou plusieurs tranches, selon le cas
  5. Perte d'air d'instrumentation d'un groupe réacteur : définit comme étant une baisse irréversible de la pression de l'air d'instrumentation du groupe.
  6. Perte d'eau d'alimentation aux générateurs de vapeur d'un groupe réacteur : définie comme étant une perte prolongée d'eau d'alimentation aux générateurs de vapeur qui nécessite l'utilisation d'une source froide de relève
  7. Perte totale d'eau de service à haute ou à basse pression d'un groupe réacteur : comprend une perte d'eau de service au niveau supérieur de la centrale de Darlington, si la perte est due à un bris de tuyauterie, et une perte de l'eau de service recirculée d'une centrale de 600 MW
  8. Perte totale des deux ordinateurs de contrôle d'un groupe réacteur

Remarque : Seules les défaillances principales de catégorie 4 qui exigent une intervention complexe de la part des OT0 doivent être créditées comme des défaillances principales de catégorie 4 dans les scénarios d'examen des candidats OT0.

En raison des différences de conception entre les diverses centrales CANDU au Canada, des situations d'urgence peuvent être ajoutées à cette liste ou supprimées de celle-ci, selon la centrale.

Les situations d'urgence qui répondent à l'un ou l'autre des critères suivants peuvent être ajoutées à la liste d'une centrale donnée :

  • autres accidents analysés dans le rapport de sûreté de la centrale
  • toute autre situation résultant d'une défaillance majeure et qui représente une menace pour l'intégrité de la gaine du combustible, du circuit caloporteur ou de l'enceinte de confinement

Le titulaire de permis doit aviser la CCSN de tout changement apporté à la liste des situations d'urgence.

13.4.2 Défaillances secondaires

Ceci précise les critères auxquels doivent répondre les défaillances secondaires, à savoir les défaillances supplémentaires et les défaillances d'indicateurs :

  1. Une défaillance supplémentaire est une défectuosité d'une pièce d'équipement, d'un dispositif de commande ou d'un composant d'un système qui l'empêche de fonctionner correctement lorsqu'il est actionné automatiquement ou par l'opérateur, ou une panne d'une pièce d'équipement en marche à la suite d'une défaillance principale. Chaque défaillance supplémentaire répond à tous les critères suivants :
    1. La défaillance doit être signalée par le personnel sur le terrain ou avoir un effet observable sur les panneaux de la salle de commande simulée.
    2. Il doit s'agir d'une défectuosité d'un composant ou d'une pièce d'équipement d'un système qui peut se produire durant l'exploitation de la centrale, y compris une défectuosité d'une pièce d'équipement en attente lorsqu'elle est sollicitée.
    3. En l'absence d'une intervention adéquate du candidat, la défaillance fera dévier un ou plusieurs paramètres du système vers une valeur inacceptable ou elle créera une autre condition indésirable dans le système.
    4. La défaillance nécessite un nombre limité d'actions correctives de la part des candidats.

    Des défaillances supplémentaires sont incluses dans les scénarios d'examen afin de faciliter l'évaluation de l'aptitude des candidats à surveiller les changements qui touchent l'état des systèmes d'une ou de plusieurs tranches et à réagir à ces changements.

  2. Une défaillance d'indicateur est une panne d'un indicateur quelconque d'un panneau de la salle de commande. Chaque défaillance d'indicateur répond à tous les critères suivants :
    1. Il doit s'agir d'une défectuosité de l'indicateur qui peut se produire à la centrale en question durant l'exploitation.
    2. L'indicateur doit être utilisé par les candidats durant le scénario d'examen.
    3. Il doit y avoir au moins deux autres moyens d'obtenir ou de déduire la même information à partir d'indications disponibles dans la salle de commande ou sur le terrain.
    4. La défaillance de l'indicateur ne doit pas avoir d'effet sur l'état du système en question.

    Des défaillances d'indicateurs sont incluses dans les scénarios d'essai afin de faciliter l'évaluation de l'aptitude des candidats à surveiller l'état des systèmes d'une ou de plusieurs tranches.

13.5 Domaines de compétence et attentes génériques relatives au comportement

Les cinq domaines de compétence visés à la section 13 présentent chacun des attentes génériques de comportement (AGC) connexes qui doivent être utilisées afin d'évaluer les habiletés exigées des candidats pour occuper le poste à la centrale nucléaire pour laquelle l'accréditation initiale est demandée. Chaque liste d'AGC liée à un domaine de compétence tient spécifiquement compte des habiletés nécessaires pour occuper un poste donné.

La norme de rendement acceptable utilisée avec chaque attente générique de comportement est dictée par les attentes des documents de la centrale nucléaire en matière de rendement, applicables à chaque poste. Les annexes C.1 à C.3 précisent les domaines de compétence exigés pour chaque poste et les AGC correspondantes.

L'intégration des AGC est précisée à la section 14, au chapitre des exigences relatives à la conception et à l'élaboration des examens.

14. Conception et élaboration des examens

Les membres de l'équipe d'examen, sous la direction de l'examinateur en chef, doivent élaborer les examens d'accréditation visés à la section 13, exigés pour occuper chaque poste à la centrale nucléaire particulière pour laquelle l'accréditation initiale est demandée, conformément aux exigences minimales énoncées aux sections 14.1 à 14.4.

De plus, les membres de l'équipe d'examen doivent :

  1. Élaborer une fiche de contrôle de la conception pour chaque SEC, SEA, SED et SVPC, en utilisant au minimum toutes les exigences de conception énoncées aux sections 14.1 à 14.4 et aux annexes C.4 à C.10. La fiche de contrôle de la conception doit également mentionner la centrale nucléaire, le titre du scénario d'examen, le poste pour lequel les candidats demandent l'accréditation, la date de l'examen, les critères et l'endroit précis de la section 3 des guides d'examen où chaque critère a été satisfait, ainsi que le nom en lettres moulées et la signature de l'examinateur en chef et du chef de la formation.

    La fiche de contrôle de la conception de chaque scénario d'examen devrait être semblable au modèle présenté à l'annexe D.7.

  2. Élaborer une fiche de contrôle de la conception pour chaque examen, en utilisant au minimum toutes les exigences de conception énoncées aux sections 14.1 à 14.4 et inclure une case à cocher permettant d'indiquer que l'examen n'a pas été utilisé pour la tenue d'un examen précédent. La fiche de contrôle de la conception de l'examen doit également mentionner le titre de l'examen en indiquant le poste pour lequel les candidats demandent l'accréditation, la date de l'examen, le scénario d'examen qui a satisfait à chacun des critères, ainsi que le nom en lettres moulées et la signature de l'examinateur en chef et du chef de la formation.

    La fiche de contrôle de la conception de chaque examen spécifique à un poste devrait être semblable au modèle présenté à l'annexe D.8.

14.1 Examen pour opérateur de réacteur

Les examens sur simulateur destinés aux candidats OR doivent être conçus pour satisfaire aux critères suivants :

  1. L'ensemble de l'examen doit comprendre trois SEC.
  2. Chaque SEC doit être conçu conformément aux critères présentés à l'annexe C.4, et conformément à la section 14.5 en ce qui a trait au guide d'examen applicable.
  3. Les SEC doivent couvrir une vaste gamme de défaillances d'équipement, de perturbations de la centrale et de manœuvres de systèmes à exécuter.
  4. La répétition des interventions requises de la part des opérateurs doit être réduite au minimum d'un scénario à un autre.
  5. Les conditions initiales de la centrale, y compris la puissance du ou des réacteurs, doivent varier d'un SEC à un autre.
  6. Au moins un SEC doit :
    1. commencer dans des conditions initiales différentes des conditions normales de fonctionnement à pleine puissance qui ont un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter
    2. compter une défaillance principale de catégorie 4 définie au paragraphe 13.4.1
    3. compter une panne d'une action automatique majeure pendant une perturbation que les candidats doivent détecter et à laquelle ils doivent réagir immédiatement
    4. compter une situation dans laquelle un article des lignes de conduite pour l'exploitation (LCE) n'est pas respecté et que les candidats doivent détecter et corriger
    5. compter une indisponibilité d'un système spécial de sûreté ou d'un système de sûreté en attente que les candidats doivent détecter et corriger
    6. Dans le cas d'une centrale à plusieurs tranches, au moins un SEC compte des conditions d'un ou de plusieurs des groupes réacteurs, autres que le groupe réacteur simulé, qui empêchent ou retardent considérablement l'arrivée à ce dernier d'un ou des deux OR appelés en renfort ou qui obligent un ou les deux OR appelés en renfort à quitter le réacteur simulé durant le SEC.
  7. Au moins deux SEC doivent :
    1. comprendre une ou plusieurs situations qui obligent les candidats à déterminer ou à recommander la suite des actions à poser parce qu'il n'y a pas de procédure pertinente, ou parce que les procédures sont incomplètes, comportent des instructions contradictoires ou sont inefficaces
    2. comprendre des défaillances complexes ou des conditions anormales simultanées qui obligent les candidats à déterminer les interventions qu'eux-mêmes ou que les membres de l'équipe de soutien doivent effectuer en priorité
  8. L'examen doit mettre les candidats à l'épreuve dans tous les domaines de compétence énumérés à l'annexe C.1, de la façon suivante :
    1. au moins 25 fois dans les domaines de compétence 1, 3, 4 et 5
    2. au moins 15 fois dans le domaine de compétence 2
  9. Les scénarios d'examen et l'ensemble de l'examen doivent être conçus pour être menés dans les délais présentés au tableau 4.
  10. Après avoir achevé la conception d'un scénario d'examen, une fiche de contrôle de la conception doit être remplie pour confirmer que le scénario d'examen en question satisfait aux critères de la fiche.
  11. Chaque fiche de contrôle de la conception d'un scénario d'examen doit être examinée, approuvée, signée et datée par l'examinateur en chef et le chef de la formation avant d'élaborer le guide d'examen correspondant.
  12. Après avoir achevé la conception des trois SEC, une fiche de contrôle de la conception de l'examen doit être remplie pour confirmer que l'examen satisfait aux critères de la fiche.
  13. La fiche de contrôle de la conception de l'examen doit être examinée, approuvée, signée et datée par l'examinateur en chef et le chef de la formation avant d'élaborer le guide d'examen correspondant.

14.2 Examen pour opérateur de la tranche 0

Les examens sur simulateur destinés aux candidats OT0 doivent être conçus pour satisfaire aux critères suivants :

  1. L'ensemble de l'examen doit comprendre deux SEC.
  2. Chaque SEC doit être conçu conformément aux critères présentés à l'annexe C.5, et conformément à la section 14.5 en ce qui a trait au guide d'examen applicable.
  3. Les SEC doivent couvrir une vaste gamme de défaillances d'équipement, de perturbations de la centrale et de manœuvres de systèmes à exécuter par les titulaires du poste d'OT0.
  4. La répétition des interventions requises de la part des opérateurs doit être réduite au minimum d'un scénario à un autre.
  5. Les conditions initiales de la centrale, y compris les conditions des tranches, doivent varier d'un SEC à un autre.
  6. Au moins un SEC doit :
    1. commencer dans des conditions initiales des systèmes exploités par les OT0 différentes des conditions normales de fonctionnement précisées dans les procédures d'exploitation qui ont un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter
    2. compter une défaillance principale de catégorie 4, telle que définie au paragraphe 13.4.1, touchant une ou plusieurs tranches et qui exige des candidats une intervention complexe
    3. compter une panne d'une action automatique majeure survenant lors d'une exploitation complexe des systèmes de la tranche 0, que les candidats doivent détecter et à laquelle ils doivent réagir immédiatement
    4. compter une situation dans laquelle un article des LCE n'est pas respecté et que les candidats doivent détecter et corriger
    5. compter une indisponibilité d'un système spécial de sûreté ou d'un système de sûreté en attente que les candidats doivent détecter et corriger
  7. Un SEC doit mettre les candidats à l'épreuve dans le rôle d'OT0 en chef et l'autre doit mettre les candidats à l'épreuve dans le rôle d'OT0 de renfort.
  8. Il doit y avoir une ou plusieurs situations qui obligent les candidats à déterminer ou à recommander la suite des actions à poser parce qu'il n'y a pas de procédure pertinente, ou parce que les procédures sont incomplètes, comportent des instructions contradictoires ou sont inefficaces.
  9. L'examen doit comporter au moins deux cas de défaillances complexes ou de conditions anormales simultanées des systèmes exploités par les OT0 qui obligent les candidats à déterminer les interventions qu'eux-mêmes ou que les membres de l'équipe de soutien doivent effectuer en priorité.
  10. Dans les deux SEC, l'arrivée du deuxième OT0 dans la salle de commande doit être retardée pendant environ 15 minutes.
  11. L'examen doit mettre les candidats à l'épreuve dans tous les domaines de compétence énumérés à l'annexe C.1, de la façon suivante :
    1. au moins 25 fois dans les domaines de compétence 1, 3, 4 et 5
    2. au moins 15 fois dans le domaine de compétence 2
  12. Les scénarios d'examen et l'ensemble de l'examen doivent être conçus pour être menés dans les délais présentés au tableau 4.
  13. Après avoir achevé la conception de chaque scénario d'examen, une fiche de contrôle de la conception doit être remplie pour confirmer que le scénario d'examen en question satisfait aux critères de la fiche.
  14. Chaque fiche de contrôle de la conception d'un scénario d'examen doit être examinée, approuvée, signée et datée par l'examinateur en chef et le chef de la formation avant d'élaborer le guide d'examen correspondant.
  15. Après avoir achevé la conception des deux SEC, une fiche de contrôle de la conception de l'examen doit être remplie pour confirmer que l'examen satisfait aux critères de la fiche.
  16. La fiche de contrôle de la conception de l'examen doit être examinée, approuvée, signée et datée par l'examinateur en chef et le chef de la formation avant d'élaborer le guide d'examen correspondant.

14.3 Examen pour chef de quart de centrale

Les examens sur simulateur destinés aux candidats au poste de CQC aux centrales à une seule tranche doivent être conçus pour satisfaire aux critères suivants :

  1. L'ensemble de l'examen doit comprendre deux SEC et deux SEA.
  2. Chaque SEC doit être conçu conformément aux critères présentés à l'annexe C.6, et conformément à la section 14.5 en ce qui a trait au guide d'examen applicable.
  3. Chaque SEA doit être conçu conformément aux critères présentés à l'annexe C.7, et conformément à la section 14.5 en ce qui a trait au guide d'examen applicable.
  4. Les scénarios d'examen doivent couvrir une vaste gamme de défaillances d'équipement, de perturbations de la centrale et de manœuvres de systèmes à exécuter.
  5. La répétition des interventions requises doit être réduite au minimum d'un scénario d'examen à un autre.
  6. Les conditions initiales de la centrale, y compris la puissance du réacteur, doivent varier d'un scénario d'examen à un autre.
  7. Au moins un scénario d'examen doit :
    1. commencer dans des conditions initiales différentes des conditions normales de fonctionnement à pleine puissance qui ont un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter
    2. compter une défaillance principale de catégorie 4 définie au paragraphe 13.4.1
    3. compter une panne d'une action automatique majeure pendant une perturbation que les candidats doivent détecter et à laquelle ils doivent réagir immédiatement
    4. compter une indisponibilité d'un système spécial de sûreté ou d'un système de sûreté en attente que les candidats doivent détecter et corriger
  8. Au moins un SEC doit comprendre des défaillances ou des conditions anormales simultanées de la centrale qui obligent les candidats à donner aux membres de l'équipe de soutien des directives concernant deux procédures d'exploitation ou marches à suivre complexes qui doivent être mises en œuvre rapidement.
  9. Au moins un SEA doit compter des défaillances ou des conditions anormales simultanées qui obligent les candidats à déterminer les interventions qu'eux-mêmes ou que les membres de l'équipe de soutien doivent effectuer en priorité.
  10. Au moins deux scénarios d'examen doivent :
    1. comprendre une ou plusieurs situations qui obligent les candidats à déterminer la suite des actions à poser parce qu'il n'y a pas de procédure pertinente, ou parce que les procédures sont incomplètes, comportent des instructions contradictoires ou sont inefficaces
    2. compter une situation dans laquelle un article des LCE n'est pas respecté et que les candidats doivent détecter et corriger
  11. L'examen doit mettre les candidats à l'épreuve dans tous les domaines de compétence énumérés à l'annexe C.2, de la façon suivante :
    1. au moins 25 fois dans les domaines de compétence 1, 3, 4 et 5
    2. au moins 15 fois dans le domaine de compétence 2
  12. Les scénarios d'examen et l'ensemble de l'examen doivent être conçus pour être menés dans les délais présentés au tableau 4.
  13. Après avoir achevé la conception de chaque scénario d'examen, une fiche de contrôle de la conception doit être remplie pour confirmer que le scénario d'examen en question satisfait aux critères de la fiche.
  14. Chaque fiche de contrôle de la conception d'un scénario d'examen doit être examinée, approuvée, signée et datée par l'examinateur en chef et le chef de la formation avant d'élaborer le guide d'examen correspondant.
  15. Après avoir achevé la conception des deux SEC et des deux SEA, une fiche de contrôle de la conception de l'examen doit être remplie pour confirmer que l'examen satisfait aux critères de la fiche.
  16. La fiche de contrôle de la conception de l'examen doit être examinée, approuvée, signée et datée par l'examinateur en chef et le chef de la formation avant d'élaborer le guide d'examen correspondant.

14.4 Examen pour chef de quart en salle de commande

Les examens sur simulateur destinés aux candidats CQSC aux centrales à tranches multiples doivent être conçus pour satisfaire aux critères suivants :

  1. L'ensemble de l'examen doit comprendre deux SEC, trois SED et un SVPC.
  2. Chaque SEC doit être conçu conformément aux critères présentés à l'annexe C.8, et conformément à la section 14.5 en ce qui a trait au guide d'examen applicable.
  3. Chaque SED doit être conçu conformément aux critères présentés à l'annexe C.9, et conformément à la section 14.5 en ce qui a trait au guide d'examen applicable.
  4. Chaque SVPC doit être conçu conformément aux critères présentés à l'annexe C.10, et conformément à la section 14.5 en ce qui a trait au guide d'examen applicable.
  5. Les scénarios d'examen doivent couvrir une vaste gamme de défaillances d'équipement, de perturbations de la centrale et de manœuvres de systèmes à exécuter.
  6. La répétition des interventions requises doit être réduite au minimum d'un scénario d'examen à un autre.
  7. Les conditions initiales de la centrale, y compris la puissance du ou des réacteurs, doivent varier d'un scénario d'examen à un autre.
  8. Au moins un SEC doit :
    1. commencer dans des conditions initiales différentes des conditions normales de fonctionnement à pleine puissance qui ont un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter
    2. comprendre des défaillances ou des conditions anormales simultanées de la centrale qui obligent les candidats à donner aux membres de l'équipe de soutien des directives concernant deux procédures d'exploitation ou marches à suivre complexes qui doivent être mises en œuvre rapidement
    3. comprendre des défaillances complexes et simultanées survenant au niveau du groupe réacteur et de la tranche 0, ou au niveau du groupe réacteur et des systèmes simulés partagés par plusieurs groupes réacteurs, qui obligent les candidats à déterminer les interventions qu'eux-mêmes ou que les membres de l'équipe de soutien doivent effectuer en priorité
  9. Au cours d'un SEC, les candidats doivent être obligés de donner aux membres de l'équipe de soutien des directives précises concernant la marche à suivre dans une situation qui nécessite l'exécution rapide d'une séquence complexe d'interventions de l'opérateur parce que l'OR ou l'OT0 ont besoin de l'aide du CQSC.
  10. Au moins un SED doit comprendre des conditions anormales complexes et simultanées de la centrale qui obligent les candidats à déterminer les interventions à effectuer en priorité.
  11. Au moins un SEC ou SED doit :
    1. compter une défaillance principale de catégorie 4 définie au paragraphe 13.4.1
    2. compter une panne d'une action automatique majeure pendant une perturbation que les candidats doivent détecter et à laquelle ils doivent réagir immédiatement
  12. Au moins un scénario d'examen doit compter une indisponibilité d'un système spécial de sûreté ou d'un système de sûreté en attente que les candidats doivent détecter et corriger.
  13. Au moins deux scénarios d'examen doivent :
    1. comprendre une ou plusieurs situations qui obligent les candidats à déterminer la suite des actions à poser parce qu'il n'y a pas de procédure pertinente, ou parce que les procédures sont incomplètes, comportent des instructions contradictoires ou sont inefficaces
    2. compter une situation dans laquelle un article des LCE n'est pas respecté et que les candidats doivent détecter et corriger
  14. L'examen doit mettre les candidats à l'épreuve dans tous les domaines de compétence énumérés à l'annexe C.3, de la façon suivante :
    1. au moins 25 fois dans les domaines de compétence 1, 3, 4 et 5;
    2. au moins 15 fois dans le domaine de compétence 2.
  15. Les scénarios d'examen et l'ensemble de l'examen doivent être conçus pour être menés dans les délais présentés au tableau 4.
  16. Après avoir achevé la conception de chaque scénario d'examen, une fiche de contrôle de la conception doit être remplie pour confirmer que le scénario d'examen en question satisfait aux critères de la fiche.
  17. Chaque fiche de contrôle de la conception d'un scénario d'examen doit être examinée, approuvée, signée et datée par l'examinateur en chef et le chef de la formation avant d'élaborer le guide d'examen correspondant.
  18. Après avoir achevé la conception des deux SEC, des trois SED et du SVPC, une fiche de contrôle de la conception de l'examen doit être remplie pour confirmer que l'examen satisfait aux critères de la fiche.
  19. La fiche de contrôle de la conception de l'examen doit être examinée, approuvée, signée et datée par l'examinateur en chef et le chef de la formation avant d'élaborer le guide d'examen correspondant.

14.5 Guides d'examen

En plus des critères de conception des scénarios d'examen précisés aux annexes C.4 à C.10, les membres de l'équipe d'examen doivent élaborer pour chaque scénario d'examen un guide d'examen correspondant, conformément aux critères qui suivent :

  1. Chaque guide d'examen doit avoir une page couverture comprenant les renseignements indiqués à l'annexe C.11.
  2. Pour les SEC, les SEA et les SED, le guide d'examen doit comporter un certain nombre de sections et de parties au sein des sections pertinentes, avec les renseignements indiqués à la section 14.5.1.
  3. Pour les SVPC, le guide d'examen doit comporter un certain nombre de sections et de parties au sein des sections pertinentes, avec les renseignements indiqués à la section 14.5.2.

14.5.1 Guide d'examen pour les SEC, les SEA et les SED

Section 1 – Sommaire du scénario d'examen

La section 1 du guide d'examen doit comporter au moins trois parties, de la façon présentée à l'annexe C.12. Elle doit être réalisée lors de la conception de chaque scénario d'examen et être modifiée pour refléter tout changement important apporté au scénario d'examen durant son élaboration.

La partie A de cette section du guide d'examen doit contenir :

  1. une description détaillée du scénario, notamment :
    1. les conditions initiales de la tranche et les défaillances de départ qui débutent l'épreuve
    2. l'évolution du groupe réacteur (ou de la tranche 0, le cas échéant) et des systèmes principaux en réaction aux défaillances de départ et aux défaillances subséquentes ou aux actions du candidat
    3. une description des mesures que le candidat est censé prendre en réponse aux conditions ou aux défaillances du groupe réacteur (ou de la tranche 0, le cas échéant) et des systèmes principaux
    4. les principales procédures auxquelles le candidat est censé accéder
    5. l'ordre de priorité que les candidats sont censés attribuer à leurs actions
    6. toute notification que les candidats sont tenus de faire
    7. le moment où chaque acteur est censé arriver, le rôle de celui-ci et le moment où il devrait quitter les lieux
    8. tout autre détail sur la façon dont le scénario doit se dérouler durant l'examen
    9. l'instant final du scénario d'examen, clairement défini
  2. une liste de toutes les défaillances utilisées, des procédures correspondantes à utiliser accompagnées du numéro de révision et de l'effet sur les actions que le candidat devra exécuter ou sur l'évolution des conditions de la centrale
  3. une liste des alarmes et messages importants
  4. une liste de tout l'équipement hors service, avec l'effet correspondant sur les actions que le candidat devra exécuter ou sur l'évolution des conditions de la centrale

La partie B de cette section du guide d'examen doit contenvir les paramètres de systèmes à enregistrer pendant l'examen.

La partie C de cette section du guide d'examen doit contenir les modifications mineures apportées durant l'examen et les raisons de celles-ci.

Section 2 – Conditions initiales de la centrale

Cette section du guide d'examen doit contenir des détails sur les conditions initiales de la centrale nucléaire, définies lors de la conception du scénario d'examen :

  1. puissance de chaque réacteur
  2. charge de chaque turboalternateur
  3. mode de contrôle du groupe réacteur simulé, s'il y a lieu
  4. niveau moyen des barres liquides du réacteur simulé
  5. état des principaux systèmes des diverses tranches
  6. équipement hors service
  7. manœuvres de rechargement du combustible en cours
  8. essais de routine et activités d'entretien en cours
  9. autres conditions de la centrale nucléaire

Cette section du guide d'examen doit également détailler l'endroit où chaque membre de l'équipe de soutien en salle de commande doit se trouver au début du scénario d'examen.

Ces renseignements doivent être communiqués au candidat au moment du changement de quart effectué au début du scénario d'examen.

Section 3 – Grille d'observation des interventions du candidat

La grille d'observation des interventions du candidat est conçue pour permettre aux examinateurs de noter précisément la réaction du candidat durant l'épreuve, indépendamment des enregistrements vidéo et du système d'enregistrement des actions posées. Elle contient tous les renseignements nécessaires au scénario d'examen, disposés selon l'ordre d'apparition prévu, et reflète le plus exactement possible les attentes de la centrale à l'égard du comportement d'un titulaire normalement qualifié pour le poste demandé par le candidat.

Cette section du guide d'examen doit :

  1. détailler la séquence des actions et des vérifications que les candidats sont censés accomplir en réponse aux défaillances et aux conditions du scénario d'examen, dans une fiche de contrôle dont la présentation est analogue à celle du modèle illustré à l'annexe C.13. Chaque case à cocher de la grille d'observation doit comprendre l'AGC correspondante identifiée à l'annexe C.1, C.2 ou C.3, en fonction du poste concerné
  2. comprendre des directives détaillées à l'intention de chaque membre de l'équipe de soutien en salle de commande et de la personne qui dirige les interventions des opérateurs en chantier ou qui joue leur rôle. Ces directives doivent être rédigées conformément aux critères de l'annexe C.14
  3. comprendre, pour les candidats CQC et CQSC, les questions normalisées à poser à la fin du scénario d'examen, précisées à l'annexe C.15, avec des réponses complètes et exactes et l'AGC correspondante identifiée à l'annexe C.2 ou C.3, en fonction du poste concerné

La grille d'observation doit être conçue de manière à permettre aux examinateurs de noter précisément la réaction des candidats aux conditions du scénario, indépendamment des enregistrements vidéo et du système d'enregistrement des actions posées. Elle doit refléter le plus exactement possible le comportement d'un titulaire normalement qualifié pour le poste demandé par le candidat et comprendre les renseignements suivants, disposés selon l'ordre d'apparition prévue et accompagnés de références aux AGC appropriées pour chaque étape :

Pour les SEC et les SEA

Pour un SEC et un SEA, les grilles d'observation des interventions du candidat doivent comprendre les éléments suivants :

  1. les défaillances principales et le moment où chacune se produit
  2. la séquence des alarmes et des messages importants reçus sur les panneaux et les écrans à tube cathodique (ou les écrans d'ordinateur) de la salle de commande suite à l'apparition de chaque défaillance principale
  3. les défaillances secondaires qui suivent une défaillance principale et le moment où chacune devient observable
  4. toute alarme ou message important reçu sur les panneaux et les écrans à tube cathodique (ou les écrans d'ordinateur) de la salle de commande suite à l'apparition de chaque défaillance secondaire
  5. le moment où chaque membre de l'équipe de soutien en salle de commande doit se présenter à la tranche pertinente après avoir été appelé
  6. les alarmes, les messages, les défaillances d'équipement et tout autre renseignement que l'équipe de soutien en salle de commande doit communiquer aux candidats et quand chaque renseignement doit être communiqué
  7. les conditions sur le terrain et tout autre renseignement que la personne qui dirige les activités ou qui joue le rôle des opérateurs sue le terrain doit communiquer aux candidats et quand chaque renseignement doit être communiqué
  8. les vérifications d'actions automatiques que les candidats doivent effectuer et les indicateurs à utiliser à cet effet (voir la note ci-dessous). Dans le cas de systèmes complexes où plusieurs dispositifs identiques sont actionnés automatiquement (par exemple, le système de refroidissement d'urgence du cœur), il est possible d'utiliser des énoncés génériques (par exemple, « s'assurer que les vannes d'isolation des collecteurs sont ouvertes »)
  9. les vérifications de paramètres et d'indicateurs des systèmes que les candidats doivent effectuer, y compris celles visant à déterminer la nature d'une défaillance principale et les procédures d'exploitation pertinentes, et les indicateurs à utiliser à cet effet
  10. les actions et les vérifications que les candidats doivent effectuer ou demander à un membre de l'équipe de soutien en salle de commande d'effectuer, à partir de leur diagnostic, avant de consulter les procédures d'exploitation pertinentes, en précisant les commandes ou dispositifs à actionner et les indicateurs à utiliser
  11. pour les candidats OR et OT0 et les candidats CQC lors d'un SEA, les actions et les vérifications que les candidats doivent effectuer ou demander à un membre de l'équipe de soutien en salle de commande d'effectuer pour mettre en œuvre chaque étape applicable des procédures pertinentes, en précisant les commandes ou dispositifs à actionner et les indicateurs à utiliser. Ces actions et ces vérifications comprennent toute pratique courante d'exploitation qui n'est pas expressément mentionnée dans une étape de la procédure mais est liée à son exécution, en se fondant sur la formation et les attentes de la direction de la centrale
  12. pour les candidats CQC et CQSC lors d'un SEC, les directives précises que les candidats doivent donner aux membres de l'équipe de soutien en salle de commande pour que ceux-ci exécutent les procédures d'exploitation pertinentes
  13. pour les candidats CQC et CQSC lors d'un SEC, les actions et les vérifications que les candidats doivent demander aux membres de l'équipe de soutien en salle de commande d'accomplir chaque fois que ceux-ci demandent l'aide du chef de quart durant l'exécution d'une procédure, en précisant les dispositifs à actionner et les indicateurs à utiliser
  14. pour les candidats CQC et CQSC, les actions et les vérifications que les candidats doivent effectuer pour mettre en œuvre toute étape d'une procédure pertinente spécifiquement attribuée au CQC ou au CQSC
  15. si les procédures d'exploitation ne traitent pas spécifiquement d'une défaillance ou d'une situation donnée, les actions et les vérifications que les candidats doivent effectuer ou demander aux membres de l'équipe de soutien en salle de commande d'effectuer pour mettre la tranche, les systèmes ou l'équipement dans l'état requis, en précisant les commandes ou dispositifs à actionner et les indicateurs à utiliser
  16. les vérifications que les candidats doivent effectuer pour déterminer la nature de toute défaillance secondaire et identifier la procédure d'exploitation pertinente, s'il y a lieu, en précisant les indicateurs à utiliser
  17. les actions et les vérifications que les candidats doivent effectuer ou demander à un membre de l'équipe de soutien en salle de commande d'effectuer après avoir constaté une défaillance secondaire, en précisant les commandes ou dispositifs à actionner et les indicateurs à utiliser
  18. pour les candidats OR et OT0 et les candidats CQC lors d'un SEA, les instructions précises, au besoin avec démonstration à l'appui, que les candidats doivent donner à un membre de l'équipe de soutien en salle de commande avant de lui déléguer une tâche particulière et l'information précise à communiquer aux candidats une fois la tâche terminée
  19. toutes les demandes d'intervention en salle d'équipement que l'on s'attend que les candidats feront et, pour chacune, le temps qu'il faudrait pour réaliser l'intervention à la centrale et l'information précise à communiquer aux candidats une fois l'intervention terminée
  20. toutes les demandes d'intervention sur le terrain que l'on s'attend que les candidats feront et, pour chacune, le nombre d'opérateurs et le temps qu'il faudrait pour réaliser l'intervention à la centrale et l'information précise à communiquer aux candidats une fois l'intervention terminée
  21. l'information précise que le candidat doit donner à l'équipe de soutien
  22. les avis que les candidats doivent émettre et les demandes d'autorisation qu'ils doivent faire
  23. pour les candidats CQC et CQSC, les vérifications relatives à l'état des systèmes, de la tranche et de la centrale ainsi qu'aux contraintes et aux limites d'exploitation qu'ils doivent effectuer avant d'approuver les demandes de l'équipe de soutien
  24. dans le cas où, à une centrale à plusieurs tranches, on donnera à un ou à plusieurs membres accrédités de l'équipe de soutien la consigne de quitter le réacteur simulé ou la tranche 0 pendant le déroulement du scénario, à quel moment chaque personne doit quitter la tranche en question et, le cas échéant, à quel moment chaque personne recevra la consigne d'y retourner
  25. pour les candidats CQC et CQSC, les questions normalisées qui figurent à la partie A de l'annexe C.15, avec des réponses complètes et exactes

La grille d'observation doit préciser l'indicateur ou le groupe d'indicateurs à utiliser pour vérifier ou surveiller un paramètre ou une condition si ce renseignement figure dans la procédure d'exploitation pertinente ou si un seul indicateur ou groupe d'indicateurs est fiable dans les circonstances.

Pour un SED 

Pour un SED, les grilles d'observation des interventions du candidat doivent comprendre les éléments suivants :

  1. la défaillance principale
  2. la séquence des alarmes et des messages importants reçus sur les panneaux et les écrans à tube cathodique (ou les écrans d'ordinateur) de la salle de commande suite à l'apparition de la défaillance principale
  3. toute défaillance secondaire qui suit la défaillance principale et le moment où elle devient observable
  4. toute alarme ou message important reçu sur les panneaux et les écrans à tube cathodique (ou les écrans d'ordinateur) de la salle de commande suite à l'apparition d'une défaillance secondaire
  5. les conditions sur le terrain et tout autre renseignement que la personne qui joue le rôle des opérateurs sur le terrain doit communiquer aux candidats et quand chaque renseignement doit être communiqué
  6. les vérifications d'actions automatiques majeures et des principaux paramètres des systèmes que les candidats doivent effectuer, en précisant les indicateurs à utiliser (voir la note ci-dessus). Dans le cas de systèmes complexes où plusieurs dispositifs identiques sont actionnés automatiquement (par exemple, le système de refroidissement d'urgence du cœur), il est possible d'utiliser des énoncés génériques (par exemple, « s'assurer que les vannes d'isolation des collecteurs sont ouvertes »)
  7. les vérifications ou combinaisons de vérifications de paramètres et d'indicateurs des systèmes que les candidats doivent effectuer afin de déterminer sans ambiguïté la nature de la défaillance principale et identifier les procédures d'exploitation pertinentes, en précisant les indicateurs à utiliser (voir la note ci-dessus). Lorsqu'il existe plusieurs façons de poser le bon diagnostic, chaque combinaison de vérifications acceptable permettant de tirer une seule et unique conclusion doit être consignée par écrit
  8. les vérifications que les candidats doivent effectuer pour déterminer la nature de toute défaillance secondaire et identifier les procédures d'exploitation pertinentes, s'il y a lieu, en précisant les indicateurs à utiliser (voir la note ci-dessus)
  9. les actions que les candidats doivent demander à l'équipe de soutien en salle de commande d'effectuer après avoir constaté une panne d'une action automatique majeure
  10. toutes les demandes de vérification en salle d'équipement que l'on s'attend que les candidats feront et, pour chaque vérification, le temps qu'il faudrait pour la faire à la centrale et l'information précise à communiquer aux candidats après l'avoir faite
  11. toutes les demandes de vérification sur le terrain que l'on s'attend que les candidats feront et, pour chaque vérification, le temps minimum qu'il faudrait pour la faire à la centrale et l'information précise à communiquer aux candidats après l'avoir faite. Lorsque des renseignements demandés sur le terrain, essentiels pour poser le bon diagnostic, peuvent être communiqués avant le temps minimum, les vérifications en salle de commande que le candidat doit avoir effectuées avant que l'information recueillie sur le terrain ne lui soit communiquée
  12. la durée maximale du SED accordée pour poser le bon diagnostic
  13. les questions normalisées qui figurent à la partie B de l'annexe C.15 doivent tenir compte des conditions réelles du scénario, avec des réponses complètes et exactes
Section 4 – Directives à l'intention de l'opérateur du simulateur

Cette section du guide d'examen doit détailler les activités de l'opérateur du simulateur pendant le scénario d'examen. Elle doit comprendre les directives qui suivent, présentées dans l'ordre d'exécution prévu.

Pour les SEC et les SEA
  1. les directives relatives au réglage du simulateur
  2. les vérifications à effectuer avant le début du scénario pour s'assurer que :
    1. le simulateur est dans la configuration appropriée pour simuler correctement l'état initial de la centrale au début du scénario
    2. tout l'équipement hors service est bien indiqué sur les panneaux de commande
    3. les défaillances d'équipement en attente prévues sont programmées
    4. tous les témoins lumineux et les alarmes sonores fonctionnent
    5. tous les appareils d'enregistrement des données fonctionnent et sont synchronisés
    6. le réseau téléphonique, les alarmes d'alerte de rayonnement et d'incendie ainsi que le système de diffusion publique fonctionnent
  3. la séquence de défaillances principales et secondaires qui doivent être inscrites durant le scénario d'examen, avec les conditions de leur activation. Les conditions possibles sont les suivantes :
    1. une condition donnée d'un système ou d'une tranche
    2. la fin de l'exécution d'une étape donnée d'une procédure d'exploitation
    3. la fin de l'exécution d'une manœuvre donnée en salle de commande par le candidat ou par un membre de l'équipe de soutien
    4. un signal de l'examinateur en chef
    5. temps déterminé après qu'un fait donné s'est produit pendant le scénario

      L'examinateur en chef devrait se garder d'utiliser un délai précis en tant que condition d'activation d'une défaillance à moins qu'il ne puisse être déterminé avec précision en se fondant sur une condition existante.

  4. les interventions requises pour reproduire en salle de commande le résultat de chaque manœuvre effectuée sur le terrain ou dans la salle d'équipement de commande et le temps après lequel le résultat sera observable en salle de commande, compte tenu du temps requis pour effectuer la manœuvre à la centrale
  5. les données à recueillir une fois le scénario terminé, d'après la liste de l'annexe C.16
Pour un SED
  1. les directives relatives au réglage du simulateur
  2. les vérifications à effectuer avant le début du scénario pour s'assurer que :
    1. le simulateur est dans la configuration appropriée pour simuler correctement l'état initial de la centrale au début du scénario
    2. tout l'équipement hors service est bien indiqué sur les panneaux de commande
    3. toute défaillance secondaire associée à de l'équipement en attente est programmée
    4. tous les témoins lumineux et les alarmes sonores fonctionnent
    5. tous les appareils d'enregistrement des données fonctionnent et sont synchronisés
    6. le réseau téléphonique, les alarmes d'alerte de rayonnement et d'incendie ainsi que le système de diffusion publique fonctionnent
  3. la défaillance principale qui doit être entrée au début du SED
  4. toute défaillance supplémentaire liée à une pièce d'équipement en marche qui doit être entrée durant le SED, avec les conditions de son activation
  5. les données à recueillir une fois le SED terminé, d'après la liste de l'annexe C.16
Section 5 – Directives à l'intention de l'équipe de soutien en salle de commande

Cette section du guide d'examen doit comprendre des directives distinctes à l'intention de chaque membre de l'équipe de soutien en salle de commande précisant ce qu'il doit faire pendant le scénario. Cette section est préparée après la répétition du scénario d'examen avec l'équipe de soutien. La séquence de directives à l'intention de chaque membre de l'équipe de soutien est dressée d'après la section du guide d'examen consacrée aux grilles d'observation des interventions du candidat.

Section 6 – Directives à l'intention des opérateurs sur le terrain

Cette section du guide d'examen doit comprendre des directives précises sur ce que doit faire la personne chargée de diriger les activités ou de jouer le rôle des opérateurs sur le terrain pendant le scénario. Cette section est préparée après la répétition du scénario d'examen avec l'équipe de soutien. La séquence de directives visant chaque activité attendue sur le terrain est dressée d'après la section du guide d'examen consacrée aux grilles d'observation des interventions du candidat.

14.5.2 Guide d'examen pour les SVPC

Pour les SVPC, le guide d'examen doit comporter un certain nombre de sections et de parties au sein des sections pertinentes, semblables à celles du modèle de l'annexe C.12, avec les renseignements suivants :

Section 1 – Sommaire du scénario d'examen

La section 1 du guide d'examen doit comporter au moins deux parties, de la façon présentée à l'annexe C.12. Elle doit être réalisée lors de la conception du SVPC et être modifiée pour refléter tout changement important apporté au scénario durant son élaboration.

La partie A de cette section du guide d'examen doit contenir :

  1. une description détaillée des tâches de vérification à accomplir par les candidats
  2. la liste des anomalies de panneaux de commande à cerner et leur effet sur les actions que le candidat devra exécuter ou sur l'évolution des conditions de la centrale

La partie B de cette section du guide d'examen doit contenir les modifications mineures apportées durant l'examen et les raisons de celles-ci.

Section 2 – Conditions initiales de la centrale

Cette section du guide d'examen doit contenir les mêmes renseignements que ceux indiqués ci-dessus au chapitre des conditions initiales de la centrale des guides d'examen destinés aux SEC, aux SEA et aux SED.

Section 3 – Grille d'observation des interventions du candidat

Cette section du guide d'examen doit détailler les réponses qu'un CQSC compétent est censé donner aux questions normalisées posées à la fin du SVPC.

Cette grille d'observation des interventions du candidat doit être élaborée pour permettre aux examinateurs de noter précisément les réponses fournies par les candidats, indépendamment des enregistrements vidéo. Elle doit comprendre les renseignements suivants :

  1. les indications de la salle de commande associées à chaque anomalie d'un panneau de commande
  2. toute demande d'information disponible sur le terrain nécessaire pour l'évaluation de la condition anormale d'un système associée à une anomalie d'un panneau que l'on s'attend que les candidats feront et, pour chacune, l'information précise que l'examinateur doit communiquer aux candidats
  3. le temps maximal alloué pour l'accomplissement de la tâche de vérification
  4. les questions normalisées qui figurent à la partie C de l'annexe C.15, avec des réponses complètes et exactes
Section 4 – Directives à l'intention de l'opérateur du simulateur

Cette section du guide d'examen doit contenir les détails des activités à accomplir par l'opérateur du simulateur avant le début du SVPC. Elle doit comprendre les directives suivantes :

  1. les directives relatives au réglage du simulateur
  2. les vérifications à effectuer avant le début du scénario pour s'assurer que :
    1. le simulateur est dans la configuration appropriée pour simuler correctement l'état initial de la centrale au début du scénario
    2. tout l'équipement hors service est bien indiqué sur les panneaux de commande
    3. toutes les anomalies de panneaux de commande sont correctement programmées
    4. tous les témoins lumineux et les alarmes sonores fonctionnent
    5. le système audiovisuel fonctionne
Section 5 – Directives à l'intention des candidats

Cette section du guide d'examen doit comprendre des directives précises concernant les tâches de vérification à accomplir par les candidats durant le SVPC.

14.6 Validation des examens

Les membres de l'équipe d'examen, sous la direction de l'examinateur en chef, doivent s'assurer que chaque guide d'examen pour les SEC, SEA, SED et SVPC est validé sur le simulateur de la centrale nucléaire pour laquelle l'accréditation initiale est demandée.

Une validation permet de s'assurer que le scénario d'examen se déroule comme prévu et qu'un titulaire compétent du poste pour lequel l'examen est conçu a suffisamment de temps et d'information pour réagir conformément aux attentes consignées en matière de rendement du personnel accrédité à cette centrale nucléaire. Lorsque des interprétations des attentes en matière de rendement se justifient, il faudrait consulter le gestionnaire de l'exploitation.

Il faut effectuer la validation avant d'obtenir les approbations du guide d'examen exigées pour la tenue d'un examen donné.

Au minimum, cette validation de l'examen doit être effectuée conformément aux exigences suivantes :

  1. s'assurer qu'une personne qui est ou a été accréditée à la centrale nucléaire au poste pour lequel l'examen est conçu et qui n'a jamais participé à un aspect quelconque de la conception de l'examen, tient le rôle du candidat
  2. affectuer la validation en temps réel sur le simulateur de la centrale avec la personne tenant le rôle du candidat pour confirmer que :
    1. a. chaque scénario d'examen se déroule comme prévu dans le guide d'examen correspondant

      Pendant l'essai, il faut surveiller étroitement les réactions du simulateur aux défaillances et aux autres conditions prévues au scénario ainsi qu'aux actions attendues de la part de l'opérateur.

    2. les alarmes reçues dans le simulateur et les paramètres énumérés dans la fiche de contrôle de l'annexe C.17 sont vérifiés afin de s'assurer que :
      1. les principales alarmes sont reçues au moment prévu et dans le bon ordre
      2. les valeurs de chaque paramètre contrôlé sont correctes et que toute variation d'un de ces paramètres est d'amplitude et de durée approximativement exactes selon les lois physiques pertinentes et les caractéristiques de l'équipement et des systèmes de la tranche de référence
      3. les circuits logiques de commande des systèmes pertinents fonctionnent bien
      4. la réaction de la tranche et des systèmes simulés aux défaillances et les mesures que le candidat est censé prendre sont réalistes et il n'y a aucune différence équivoque entre la réaction simulée et celle de la tranche de référence de la centrale
    3. les actions et les vérifications que le candidat doit effectuer et les documents d'exploitation pertinents utilisés en réponse à la séquence de défaillances sont conformes aux attentes consignées en matière de rendement du personnel accrédité à cette centrale nucléaire
    4. la séquence des actions que le candidat doit effectuer est claire et unique et un titulaire compétent du poste visé par le candidat devrait être en mesure de réagir comme prévu après chaque défaillance
    5. pour les scénarios d'examen comportant des situations pour lesquelles les procédures d'exploitation ne donnent pas d'instructions précises, la marche à suivre par le candidat est claire et unique et conforme aux attentes consignées en matière de rendement du personnel accrédité à cette centrale nucléaire
    6. le délai prévu entre les défaillances successives est tel qu'un titulaire compétent du poste visé par les candidats aurait le temps de réagir comme prévu après chaque défaillance
    7. toute défaillance secondaire touche uniquement les indicateurs, équipements, composants ou dispositifs de commande que les candidats sont censés vérifier ou actionner pendant le déroulement du scénario, et peut être clairement détectée par le candidat
    8. pour le SED, le candidat dispose de temps et d'information suffisants pour réagir de la façon attendue aux défaillances secondaires et pour poser le bon diagnostic, et l'état de la centrale ne s'est pas détérioré à un point susceptible d'empêcher ou de gêner la pose du diagnostic requis
    9. pour le SVPC, le temps alloué au candidat est suffisant pour permettre à un CQSC compétent d'accomplir la tâche de vérification
    10. pour le SED, toute action à poser pour réagir à une panne d'une action automatique majeure avant d'effectuer le diagnostic de la défaillance principale est claire et n'a pas d'effets sur l'état de la tranche susceptibles d'empêcher la formulation du bon diagnostic ou de fausser ce diagnostic
    11. la durée prévue de chaque scénario d'examen ne dépasse guère la durée maximale préconisée dans le guide d'examen et le tableau 4 ci-dessus
  3. confirmer que la liste des paramètres de systèmes à enregistrer durant le scénario, qui figure à la section 1 (Sommaire du scénario d'examen) des guides d'examen, est appropriée et complète
  4. pour le SEC et le SEA, confirmer que les étapes prévues à la section 3 (Grille d'observation des interventions du candidat) du guide d'examen ne comportent pas de situations dans lesquelles les candidats risquent davantage de faire des erreurs ou de créer des écarts susceptibles de forcer l'interruption prématurée du scénario d'examen ou de modifier l'évolution du scénario à un point tel que le guide d'examen ne puisse plus servir à noter le comportement du candidat de façon fiable
  5. pour chaque SEC et chaque SED, vérifier la grille d'observation des interventions du candidat (section 3) pour s'assurer que les réponses aux questions posées à la fin du scénario ne reprennent pas des éléments du comportement déjà mesurés pendant le déroulement du scénario
  6. vérifier que chaque élément de la grille d'observation des interventions du candidat (section 3) de chaque guide d'examen s'est vu attribuer les attentes génériques relatives au comportement appropriées, visées aux annexes C.1 à C.3, le cas échéant
  7. pour le SVPC, confirmer que le candidat pourra clairement détecter les anomalies des panneaux de commande sur les panneaux de la salle de commande lors de l'exécution de la tâche de vérification
  8. pour le SVPC, s'assurer que les indications de la salle de commande associées à chaque anomalie d'un panneau de commande sont identiques à celles qui seraient observées dans les mêmes conditions à la centrale
  9. après avoir terminé la partie dynamique de chaque scénario d'examen, confirmer que les réponses aux questions normalisées sont complètes et exactes sur le plan technique en demandant à la personne tenant le rôle du candidat de répondre aux questions d'examen normalisées tirées de la partie pertinente de l'annexe C.15, qui ont été incorporées dans le guide d'examen
  10. s'assurer que les directives à l'intention de l'équipe de soutien ont été compilées aux sections 5 (Directives à l'intention de l'équipe de soutien en salle de commande) et 6 (Directives à l'intention des opérateurs sur le terrain) des guides d'examen
  11. confirmer que toute demande d'information, de mesures correctives ou de notifications que le candidat est censé faire aux membres de l'équipe de soutien est identifiée à la section 5 (Directives à l'intention de l'équipe de soutien en salle de commande) du guide d'examen
  12. confirmer que toute action accomplie et toute communication faite par les membres de l'équipe de soutien est exacte sur le plan technique et conforme aux attentes consignées en matière de rendement du personnel accrédité à cette centrale nucléaire
  13. confirmer que l'examen met les candidats à l'épreuve au moins 25 fois dans les domaines de compétence 1, 3, 4 et 5 et au moins 15 fois dans le domaine de compétence 2
  14. préparer la version finale des guides d'examen à la lumière du résultat de la validation de chaque scénario avec l'équipe de soutien
  15. modifier le scénario d'examen et le guide d'examen correspondant pour qu'ils reflètent les réponses qu'un titulaire compétent du poste visé par les candidats est censé donner si, au minimum :
    1. il est impossible de confirmer ou d'assurer une des étapes (2 à 12) exécutées
    2. il est impossible de simuler une défaillance quelconque et ses conséquences de façon réaliste
    3. le scénario comporte des conditions pour lesquelles on ne peut prévoir avec certitude une séquence unique d'interventions
    4. il faut corriger toute erreur technique dans le guide d'examen et modifier celui-ci au besoin pour qu'il décrive bien la réaction à laquelle on s'attend d'une équipe d'exploitation compétente

      Si la validation révèle qu'une défaillance n'est pas simulée correctement, l'effet désiré pourra être reproduit par une intervention de l'opérateur du simulateur, pourvu qu'elle se fasse à l'insu des candidats. Sinon, utiliser une autre défaillance. De même, si l'ensemble du scénario d'examen ne se déroule pas correctement, utiliser un autre scénario.

  16. en cas de modification apportée au scénario d'examen ou au guide d'examen correspondant, s'assurer :
    1. que les critères de conception de l'examen soient toujours satisfaits
    2. qu'une autre validation soit effectuée en répétant les étapes 2 à 12 ci-dessus, de la façon déterminée par l'examinateur en chef
  17. remplir la fiche de contrôle de validation du scénario d'examen concerné en indiquant, au minimum, les renseignements présentés à l'annexe C.17
  18. s'assurer que le simulateur est rétabli dans une configuration d'exploitation normale de manière à ne pas révéler le contenu des scénarios d'examen élaborés ou à mener, avant de le libérer pour d'autres usages

14.7 Conception finale des guides d'examen et des examens

Lorsque tous les examens exigés spécifiés aux sections 14.1 à 14.4 et les guides d'examen correspondants spécifiés à la section 14.5 sont achevés et après avoir terminé toutes les étapes de la validation énumérées à la section 14.6, l'examinateur en chef doit s'assurer que les versions finales des guides d'examen, des fiches de contrôle de la conception des scénarios d'examen, des fiches de contrôle de la conception des examens et des fiches de contrôle de validation des scénarios d'examen sont examinées, approuvées, signées et datées par l'examinateur en chef et le chef de la formation avant la répétition de chaque scénario d'examen. La répétition de chaque scénario d'examen approuvé doit être effectuée immédiatement, avant la tenue du scénario d'examen, conformément aux indications de la sous-section 15.1.

15. Tenue des examens d'accréditation portant sur les habiletés

Le titulaire de permis doit avoir en place des politiques, des processus et des procédures documentés en ce qui concerne la tenue des examens portant sur les habiletés.

Le titulaire de permis doit s'assurer :

  1. que les examens sont dirigés par l'examinateur en chef et au moins un autre examinateur qui était chargé de la conception et de l'élaboration de l'examen
  2. que l'examinateur en chef coordonne toutes les activités de l'équipe d'examen
  3. que les membres de l'équipe d'examen ne donnent pas d'indices ou de suggestions aux candidats relativement aux diagnostics de défaillances à poser, aux décisions à prendre ou aux actions à exécuter

    Le fait de donner au candidat un indice ou une indication lui permettant de trouver la bonne réponse ou la marche à suivre peut entraîner l'annulation du scénario ou de l'examen d'accréditation.

  4. que les membres de l'équipe d'examen réduisent au minimum leurs communications verbales et non verbales durant la tenue de l'examen
  5. que le code de conduite et les directives destinés aux séances d'information à l'intention de l'équipe d'examen, de l'équipe de soutien et des candidats ont été expliqués
  6. que les questions normalisées prévues à la fin de la partie dynamique d'un scénario d'examen sont posées dans un délai raisonnable et que les questions supplémentaires éventuellement posées par l'examinateur en chef n'aident pas les candidats à trouver la bonne réponse
  7. que les examens d'accréditation se tiennent conformément aux exigences relatives au temps maximal alloué aux candidats, présentées au tableau 4 du présent document
  8. que les surveillants assistent à une séance d'information conformément aux indications de la section 6 du présent document d'application de la réglementation
  9. que tous les scénarios d'examen sont enregistrés à l'aide d'un système audiovisuel

    Un scénario d'examen ne sera pas reconnu par la CCSN à moins d'avoir été correctement enregistré.

  10. qu'après toute activité liée aux examens d'accréditation, le simulateur est rétabli dans une configuration d'exploitation normale pour éviter de révéler le contenu des scénarios d'examen élaborés ou à exécuter, avant de le libérer pour d'autres usages

L'examinateur en chef doit établir le programme des candidats devant subir un examen donné et s'assurer de ce qui suit :

  1. Chaque candidat est informé, avant la tenue des examens prévus, des rôles et des responsabilités des différentes personnes qui participent à la tenue de l'examen, du comportement attendu du candidat pendant l'examen, y compris le besoin d'exprimer verbalement ses actions pour les enregistrements et les règles qu'il doit respecter. Les exigences minimales à remplir par l'examinateur en chef lors de cette séance d'information figurent à l'annexe C.18.
  2. Tous les candidats sont examinés, un à la fois, sur un scénario d'examen donné avant le scénario d'examen suivant.
  3. L'ordre dans lequel les candidats sont examinés est changé d'un scénario à l'autre.
  4. La durée totale des scénarios d'examen menés chaque jour n'impose pas d'exigences excessives aux candidats ou aux membres de l'équipe d'examen.

    Chaque examen d'un candidat doit être exécuté de manière uniforme et ne peut subir l'incidence négative du rendement d'un membre de l'équipe d'examen en raison de la fatigue. L'examinateur en chef doit tenir compte soigneusement de la charge de travail des membres de l'équipe d'examen lors de l'établissement ou de la modification du calendrier des examens.

  5. Tout candidat qui décide de se retirer volontairement d'un examen ou pris à tricher durant l'examen se verra immédiatement attribuer une note d'échec, et ce fait est consigné dans le formulaire de résultats d'examen du candidat (voir l'annexe C.23).
  6. Avant la tenue d'un scénario d'examen, une répétition du scénario est effectuée conformément aux indications de la section 15.1.

15.1 Répétition des scénarios d'examen avant la tenue de l'examen

Les membres de l'équipe d'examen, sous la direction de l'examinateur en chef, doivent effectuer une répétition de chaque scénario d'examen approuvé (SEC, SEA, SED et SVPC) avec les membres de l'équipe de soutien sur le simulateur de la centrale pour laquelle l'examen approuvé doit être mené et où l'accréditation initiale est demandée.

Il faut effectuer cette répétition :

  1. dans un délai raisonnable, immédiatement avant de tenir chaque scénario d'examen approuvé pour la première fois.
  2. pour s'assurer que l'opérateur du simulateur et les membres de l'équipe de soutien connaissent à fond leurs rôles et responsabilités durant la tenue de l'examen
  3. pour s'assurer que le système d'enregistrement des actions posées au simulateur, les imprimantes de messages d'alarmes et les enregistreurs des paramètres requis selon le guide d'examen fonctionnent
  4. en temps réel, avec une personne tenant le rôle du candidat qui est titulaire compétente du poste visé par le candidat, pour s'assurer que :
    1. les scénarios d'examen approuvés se déroulent comme prévu dans les guides d'examen approuvés
    2. les réactions du simulateur satisfont aux exigences des guides d'examen approuvés
    3. les membres de l'équipe de soutien réagissent de la façon indiquée aux sections 3 (Grille d'observation des interventions du candidat) et 4 (Directives à l'intention de l'opérateur du simulateur) des guides d'examen approuvés
  5. pour s'assurer que les copies de tous les documents et de toutes les données qui ont trait à l'examen et qui pourraient en compromettre la confidentialité sont contrôlées. Ceci comprend les guides d'examen, les copies papier des messages d'alarmes, les tendances des paramètres, les procédures d'exploitation, les schémas fonctionnels et les documents d'exploitation et de formation annotés ainsi que les notes personnelles. Il ne faut jamais laisser de documents d'examen accessibles ou sans surveillance, y compris sur des photocopieurs se trouvant dans les aires publiques
  6. pour s'assurer qu'à la fin de chaque répétition, toute modification mineure apportée par l'examinateur en chef à un guide d'examen approuvé soit consignée à la section 1, partie C (Sommaire du scénario d'examen) du guide, y compris la raison de cette modification

    Les modifications mineures comprennent par exemple la modification d'une réaction d'un membre de l'équipe de soutien en réponse à une demande que le candidat est censé faire, d'erreurs d'ordre rédactionnel à la section 3 (Grille d'observation des interventions du candidat) du guide d'examen ou d'une procédure d'exploitation incorrecte mentionnée à la section 3 du guide d'examen, qui n'ont pas été identifiées lors de la validation de l'examen.

  7. pour s'assurer que les tendances des paramètres recueillies pendant la répétition sont conservées à titre de référence

    Les tendances des paramètres recueillies peuvent servir de référence lors de l'évaluation et de la notation des candidats et peuvent être demandées par la CCSN dans le cadre de critères d'inspection.

  8. en plaçant le simulateur dans une configuration sécuritaire pour ne pas compromettre la confidentialité de l'examen

15.2 Tenue de la partie dynamique d'un SEC, SEA ou SED

L'examinateur en chef doit coordonner la tenue de chaque scénario d'examen approuvé conformément aux exigences et aux instructions qui suivent :

  1. Avant d'autoriser un candidat à pénétrer dans la salle de commande du simulateur pour la tenue d'un scénario d'examen, s'assurer que :
    1. le simulateur est bien réglé en vue du scénario
    2. le système d'enregistrement des actions posées au simulateur, les imprimantes de messages d'alarmes, les enregistreurs des paramètres requis et les systèmes d'enregistrement audiovisuel fonctionnent et sont synchronisés
    3. tout équipement hors service est bien indiqué sur les panneaux de commande, conformément aux indications de la section 1, partie B du guide d'examen approuvé
    4. les documents à l'appui ou les renseignements que peuvent consulter les candidats se limitent à ceux dont l'utilisation est approuvée dans la salle de commande de la centrale en question
    5. tous les membres de l'équipe de soutien participant au scénario d'examen pertinent sont présents et se trouvent à l'endroit qui leur est assigné
    6. l'équipement audiovisuel servant à enregistrer les communications entre le candidat et les membres de l'équipe de soutien fonctionne
  2. Lorsque le candidat est autorisé à pénétrer dans la salle de commande du simulateur, et avant de commencer la tenue du scénario d'examen, s'assurer :
    1. que le système d'enregistrement audiovisuel est en train d'enregistrer
    2. que le candidat reçoit un rapport écrit précisant l'état dans lequel se trouve la centrale pour le scénario d'examen, de la façon détaillée à la section 2 du guide d'examen approuvé, et que cet état est décrit au candidat
    3. que l'on dise au candidat que l'état dans lequel se trouve la centrale ne présente pas d'autres d'anomalies que celles qui viennent d'être décrites
    4. que les postes et les noms des membres de l'équipe de soutien concernés sont communiqués au candidat
    5. d'accorder au candidat un délai maximum de cinq minutes pour examiner l'état dans lequel se trouve la centrale, avant de commencer l'examen
  3. Quand les cinq minutes se sont écoulées (ou plus tôt, à la demande du candidat), aviser le candidat que le scénario d'examen est sur le point de commencer et démarrer l'examen en lançant le scénario.
  4. Durant la tenue de l'examen :
    1. s'assurer que le scénario d'examen se déroule de la façon indiquée dans le guide d'examen approuvé, y compris, le cas échéant, en ce qui concerne le scénario, l'ordre des défaillances, la réception des alarmes importantes, la réponse des paramètres des systèmes, le fonctionnement des circuits logiques de commande et le comportement des membres de l'équipe de soutien
    2. de concert avec l'autre examinateur, consigner le comportement du candidat à la section 3 du guide d'examen approuvé en plaçant une coche à côté de chaque vérification ou action (ou groupe de vérifications ou d'actions) correctement effectuée par le candidat. Consigner dans la grille d'observation tout changement apporté à l'évolution prévue du scénario, tout écart important par rapport aux vérifications que le candidat est censé faire dans le cadre du scénario et toute action inattendue effectuée par le candidat ou toute demande inattendue faite par le candidat aux membres de l'équipe de soutien
    3. en consultation avec l'autre examinateur, l'examinateur en chef doit interrompre un scénario d'examen si l'une des conditions d'interruption énoncées à la partie A de l'annexe C.19 se présente à un moment ou un autre de la tenue d'un scénario d'examen. Si une condition d'interruption est remplie :
      1. demander immédiatement à l'opérateur du simulateur d'arrêter le simulateur
      2. suivre les instructions relatives aux interruptions présentées à la partie B de l'annexe C.19
  5. Lorsque le point final du SEC ou du SEA est atteint :
    1. s'assurer que l'opérateur du simulateur arrête le simulateur
    2. s'assurer de consigner la durée réelle du scénario d'examen dans le guide d'examen approuvé
    3. informer le candidat et l'équipe de soutien que le scénario est terminé et que la simulation a été arrêtée
    4. demander au candidat de rester au pupitre de l'opérateur et l'empêcher de consulter les panneaux de commande et les alarmes pendant que l'équipe d'examen passe en revue les données recueillies dans un lieu sûr pour déterminer s'il faut demander des éclaircissements à propos du comportement du candidat
    5. demander aux membres de l'équipe de soutien de quitter la salle de commande, de rendre la documentation et les notes éventuelles aux examinateurs et de rester disponibles
    6. dans un lieu sûr où le candidat ne pourra pas les entendre, les examinateurs doivent :
      1. comparer l'information notée par les deux examinateurs sur leur grille d'observation des interventions du candidat pour repérer les écarts éventuels dans les données recueillies
      2. en se fondant sur les écarts décelés et les notes consignées par chaque examinateur, déterminer s'il y a lieu d'interroger le candidat pour obtenir des éclaircissements sur tout aspect de son comportement qui pourrait influencer l'évaluation et la notation à venir du candidat
      3. inscrire toutes les questions supplémentaires dans le guide d'examen approuvé de l'examinateur en chef avant de les poser au candidat

        Les questions supplémentaires devraient être strictement liées au comportement observé du candidat et n'excluent pas les questions normalisées qui doivent être immédiatement posées aux candidats CQSC et CQC à la fin de la partie dynamique des scénarios d'examen.

    7. s'il y a lieu de poser des questions supplémentaires au candidat, s'assurer que l'équipement audiovisuel servant à enregistrer les questions et les réponses fonctionne et que les réponses du candidat sont notées de concert avec l'autre examinateur dans les guides d'examen approuvés
    8. pour les candidats CQC et CQSC, on poursuit immédiatement la partie non dynamique du scénario d'examen en posant au candidat les questions normalisées spécifiées à la sous-section 15.4.

      Pour les candidats OR et OT0, ceci représente la fin du scénario d'examen. Les enregistrements audiovisuels peuvent être arrêtés et le candidat peut avoir la permission de quitter le simulateur.

  6. Lorsque le point final du SED est atteint :
    1. l'opérateur du simulateur arrête le simulateur
    2. veiller à consigner la durée réelle du scénario d'examen dans le guide d'examen approuvé
    3. informer le candidat et l'équipe de soutien que le scénario est terminé et que la simulation a été arrêtée
    4. demander au candidat de rester au pupitre de l'opérateur et l'empêcher de consulter les panneaux de commande et les alarmes
    5. demander aux membres de l'équipe de soutien de quitter le simulateur et de rendre la documentation et les notes éventuelles aux examinateurs
    6. poursuivre immédiatement la partie non dynamique du scénario d'examen, applicable aux candidats CQC et CQSC, en posant au candidat les questions normalisées spécifiées à la sous-section 15.4

15.3 Tenue de la partie dynamique d'un SVPC

L'examinateur en chef doit coordonner la tenue d'un SVPC conformément aux exigences et aux instructions qui suivent :

  1. Avant d'autoriser un candidat à pénétrer dans la salle de commande du simulateur pour la tenue d'un SVPC, s'assurer :
    1. qu'une zone de déroulement de l'examen appropriée, comportant une barrière visuelle, est mise en place pour empêcher le candidat de voir la configuration du simulateur
    2. que le simulateur est bien réglé en vue du scénario
    3. que les systèmes audiovisuels fonctionnent et sont synchronisés
    4. que tout équipement hors service est bien indiqué sur les panneaux de commande, conformément aux indications de la section 1, partie B, du guide d'examen approuvé
    5. que les documents à l'appui ou les renseignements que peuvent consulter les candidats se limitent à ceux dont l'utilisation est approuvée dans la salle de commande de la centrale en question
    6. que l'équipement audiovisuel servant à enregistrer les communications entre le candidat et les membres de l'équipe de soutien fonctionne
  2. Lorsque le candidat est autorisé à pénétrer dans la zone de déroulement de l'examen aménagée dans la salle de commande du simulateur et avant de commencer la tenue du scénario d'examen, s'assurer :
    1. que le système d'enregistrement audiovisuel a commencé à enregistrer
    2. que le candidat reçoit un rapport écrit précisant l'état dans lequel se trouve la centrale pour le scénario d'examen, de la façon détaillée à la section 2 du guide d'examen approuvé, et que cet état est décrit au candidat
    3. que le candidat reçoit une copie de la section 5 du guide d'examen approuvé, comportant la description des tâches de vérification qu'il doit effectuer et toute documentation d'exploitation de la centrale permettant au candidat d'accomplir la tâche
    4. que le candidat est informé qu'il dispose de 15 minutes au maximum pour effectuer la tâche de vérification
  3. Demander au candidat d'accomplir la tâche de vérification en consultant les documents d'exploitation au besoin
  4. Durant la tâche de vérification :
    1. de concert avec l'autre examinateur, surveiller les vérifications des panneaux de commande effectuées par le candidat, y compris celles requises par tout document d'exploitation à l'appui
    2. répondre aux demandes de vérification sur le terrain que le candidat est censé faire, immédiatement après la demande du candidat
    3. en consultation avec l'autre examinateur, répondre en temps opportun à toute demande inattendue de vérification sur le terrain faite par le candidat en fournissant des renseignements exacts sur l'état dans lequel se trouve la centrale
    4. noter à la section 3 du guide d'examen approuvé tout écart important par rapport aux vérifications que le candidat est censé faire et toute demande inattendue de vérifications sur le terrain faite par le candidat
  5. Au point final du SVPC, lorsque le candidat a effectué la tâche de vérification ou à l'expiration du délai de 15 minutes, demander au candidat de rester au pupitre de l'opérateur, l'empêcher de consulter les panneaux de commande et les alarmes et lui poser immédiatement les questions normalisées prévues à la sous-section 15.4

15.4 Questions normalisées posées aux candidats CQC et CQSC

À la suite de la partie dynamique d'un SEC, d'un SEA, d'un SED ou d'un SVPC, l'examinateur en chef doit :

  1. s'assurer que l'équipement audiovisuel servant à enregistrer les questions et les réponses fonctionne
  2. pour le SEC, le SEA et le SED, poser aux candidats les questions normalisées figurant à la partie A ou à la partie B de l'annexe C.15 correspondant au scénario d'examen, telles que consignées dans le guide d'examen approuvé, en veillant à ce qui suit :
    1. rappeler aux candidats qu'ils peuvent consulter les documents d'exploitation pour répondre aux questions
    2. poser une question à la fois et attendre que le candidat ait fini d'y répondre avant de passer à la question suivante

      Se garder d'aider le candidat en indiquant que la réponse est complète, satisfaisante ou autre.

    3. remettre au candidat une copie de la question et la lire à haute voix
    4. de concert avec l'autre examinateur, noter les réponses du candidat à la section 3 du guide d'examen approuvé et noter toute différence importante par rapport à la réponse attendue
    5. consigner dans le guide d'examen approuvé tout document d'exploitation consulté par le candidat
    6. lorsque le candidat a répondu à toutes les questions normalisées :
      1. dans un lieu sûr où le candidat ne pourra pas les entendre, les examinateurs doivent déterminer s'il y a lieu de poser des questions supplémentaires au candidat
      2. inscrire toutes les questions supplémentaires dans le guide d'examen approuvé de l'examinateur en chef avant de les poser au candidat

        Les questions supplémentaires doivent être strictement liées au comportement observé du candidat ou aux réponses données par celui-ci et ne peuvent aider le candidat à trouver la bonne réponse. Les questions supplémentaires ont pour but d'obtenir des éclaircissements sur le comportement observé ou les réponses données, qui pourraient influencer l'évaluation et la notation à venir du candidat.

    7. s'il y a lieu de poser des questions supplémentaires au candidat, s'assurer que l'équipement audiovisuel servant à enregistrer les questions et les réponses fonctionne et que les réponses du candidat sont notées de concert avec l'autre examinateur dans les guides d'examen approuvés
  3. pour le SVPC, poser immédiatement au candidat la première question normalisée figurant à la partie C de l'annexe C.15, telle que consignée dans le guide d'examen approuvé et s'assurer de ce qui suit :
    1. de concert avec l'autre examinateur, que les réponses du candidat sont consignées à la section 3 du guide d'examen approuvé et que toute différence importante par rapport à la réponse attendue est notée
    2. lorsque le candidat a fini de répondre à la première question, qu'on lui remette une copie des questions restantes de la partie C et qu'on lui accorde 10 minutes pour se préparer à y répondre oralement, en lui permettant de consulter les documents d'exploitation
    3. à l'expiration du délai de 10 minutes, qu'on demande au candidat de répondre aux questions restantes
    4. lorsque le candidat a répondu à toutes les questions normalisées :
      1. dans un lieu sûr où le candidat ne pourra pas les entendre, les examinateurs doivent déterminer s'il y a lieu de poser des questions supplémentaires au candidat pour obtenir des éclaircissements en cas d'incertitudes quant au comportement observé ou aux réponses données, qui pourraient influencer l'évaluation et la notation à venir du candidat
      2. inscrire toutes les questions supplémentaires dans le guide d'examen approuvé de l'examinateur en chef avant de les poser au candidat;

        Les questions supplémentaires doivent être strictement liées au comportement observé du candidat ou aux réponses données par celui-ci et ne peuvent pas aider le candidat à trouver la bonne réponse.

    5. s'il y a lieu de poser des questions supplémentaires au candidat, s'assurer que l'équipement audiovisuel servant à enregistrer les questions et les réponses fonctionne et que les réponses du candidat sont notées de concert avec l'autre examinateur dans les guides d'examen approuvés.
  4. à la fin du scénario d'examen, arrêter les systèmes d'enregistrement audiovisuel, autoriser le candidat à quitter la salle de commande et demander à l'opérateur du simulateur de rassembler les données enregistrées durant le scénario d'examen
  5. de concert avec l'autre examinateur, consigner dans le guide d'examen approuvé les points préoccupants et toute idée fausse importante exprimée par le candidat
  6. remplir une fiche de contrôle des données à recueillir semblable au modèle de l'annexe C.16 et la joindre aux données recueillies
  7. veiller à conserver en lieu sûr les données recueillies et les guides d'examen approuvés annotés
  8. veiller à ne laisser trainer aucune copie des guides d'examen approuvés ou des autres documents d'examen, susceptible de compromettre la confidentialité de l'examen
  9. veiller à régler correctement le simulateur et les panneaux de commande pour faire subir le scénario d'examen au candidat suivant

15.5 Fin de l'examen

À la fin d'un examen donné, lorsque tous les scénarios d'examen ont été menés, l'examinateur en chef doit s'assurer de ce qui suit :

  1. Toute lacune du simulateur ou toute lacune importante constatée dans la documentation de la centrale durant la tenue de l'examen est consignée et prise en compte en conséquence.
  2. Les modifications nécessaires ont été apportées au guide d'examen approuvé pour tenir compte de toute modification mineure faite durant la tenue de l'examen et veiller à ce que les AGC applicables, énumérées à l'annexe C.1, C.2 ou C.3, le cas échéant, soient attribuées aux actions et aux vérifications supplémentaires.

    L'impact des changements ou des ajustements éventuellement apportés par l'examinateur en chef aux guides d'examen approuvés durant un examen sur simulateur devrait être mineur. Durant l'examen, il peut arriver que le candidat exécute l'action prévue conformément aux attentes d'une procédure d'exploitation mentionnée de façon inadéquate ou inexacte dans le guide d'examen et qui n'a pas été repérée durant la validation ou la répétition de l'examen. Par conséquent, l'examinateur peut avoir besoin d'ajuster l'examen et les guides d'examen des candidats correspondants pour refléter ces circonstances imprévues. Ces ajustements devraient être officiellement consignés dans les guides d'examen et être utilisés pour accorder des crédits ou noter un candidat particulier ou l'ensemble des candidats.

    Un examen validé par un titulaire actuellement accrédité ne devrait pas forcer le candidat à s'écarter de la marche qu'il est censé suivre de façon à entraîner un écart important par rapport au guide d'examen approuvé. De tels écarts de la part du candidat devraient entraîner l'interruption, l'annulation ou une nouvelle conception de l'examen ou d'une partie de celui-ci.

  3. Toute modification mineure apportée de la façon décrite au paragraphe 2 ci-dessus est consignée à la section 1, partie C, de chaque guide d'examen du candidat.
  4. Les guides d'examen approuvés sont officiellement entérinés avant de procéder à l'évaluation du comportement du candidat et la notation de l'examen.
  5. Pour tout candidat dont un SEC ou un SEA a été interrompu et n'a pas été repris, s'assurer que :
    1. la portion d'examen effectuée par le candidat répond aux critères minimums exigés pour un SEC ou un SEA et répond aux critères minimums exigés pour l'examen, de la façon spécifiée à la section 14, et :
      1. si la portion d'examen effectuée répond aux critères minimums pertinents, procéder à la première évaluation du candidat en suivant les indications fournies à la section 16
      2. si la portion d'examen effectuée ne répond pas aux critères minimums pertinents et que le candidat n'échoue pas l'examen suite à la correction de la portion de l'examen qu'il a pu terminer, il faudra concevoir, élaborer et tenir un ou plusieurs autres scénarios supplémentaires pour achever l'examen de ce candidat
  6. Pour tout candidat dont un SED a été interrompu et n'a pas été repris, s'assurer que :
    1. l'évaluation du candidat est effectuée pour la portion de l'examen qui a été effectuée
    2. si le candidat n'échoue pas l'examen suite à la correction de la portion de l'examen qui a été effectuée, il faudra concevoir, élaborer et tenir un ou plusieurs autres SED supplémentaires pour achever l'examen de ce candidat
  7. Un dossier comprenant toutes les données recueillies durant l'examen, de la façon précisée dans la fiche de contrôle des données à recueillir (annexe C.16) et les guides d'examen autorisés, annotés par les deux membres de l'équipe d'examen, est préparé pour chaque candidat et utilisé lors de l'évaluation et de la notation de la façon précisée à la section 16.

16. Notation des examens

Le titulaire de permis doit avoir en place des politiques, des processus et des procédures en ce qui concerne la notation des examens portant sur les habiletés. Ceux-ci doivent contenir les éléments suivants :

  1. Les examens doivent être notés immédiatement ou le plus tôt possible après leur tenue.

    La notation des examens fait partie intégrante de l'administration du processus d'examen d'accréditation. La notation devrait être effectuée immédiatement après la tenue d'un examen d'accréditation. Le présent document d'application de la réglementation ne stipule aucun délai précis pour la notation des examens afin de permettre aux titulaires de permis de faire face aux imprévus. Toutefois, dans le cadre de l'administration des examens d'accréditation, les titulaires de permis devraient disposer des ressources nécessaires au tout début de la planification d'un examen donné.

  2. Les résultats de chaque candidat doivent être déterminés à l'aide des données recueillies pendant l'examen.
  3. Les guides d'examen approuvés doivent être officiellement entérinés par le chef de la formation avant de procéder à l'évaluation du comportement du candidat et la notation de l'examen.
  4. Seuls les membres de l'équipe d'examen ayant participé à la conception et à la tenue de l'examen sont autorisés à effectuer la première et la deuxième évaluations du comportement des candidats et à procéder à la notation de tout l'examen.
  5. Les membres de l'équipe d'examen doivent procéder à la notation conformément aux indications des sections 16.1 à 16.3.
  6. La notation de tout l'examen doit être effectuée pour un candidat à la fois.
  7. Il faut avoir terminé la première évaluation et la première notation pour tous les candidats avant de procéder à la deuxième évaluation.
  8. La deuxième évaluation et la deuxième notation de l'examen des candidats sélectionnés pour faire l'objet d'une deuxième évaluation doivent être confiées à un examinateur qui n'a pas effectué la première évaluation et la première notation de ces candidats.
  9. Une grille d'évaluation des erreurs critiques ou majeures, reprenant les renseignements présentés à l'annexe C.21, doit être élaborée pour chaque candidat, le cas échéant.
  10. Un formulaire de résultats d'examen reprenant les renseignements présentés l'annexe C.23 doit être rempli pour chaque candidat.

16.1 Première évaluation

L'examinateur en chef doit veiller à répartir les dossiers des candidats entre les membres de l'équipe d'examen aux fins de la première évaluation et s'assurer que la première évaluation de chaque candidat s'effectue conformément aux instructions qui suivent :

  1. pour chaque scénario d'examen, préparer un nouvel exemplaire du guide d'examen autorisé pour chaque candidat
  2. à l'aide du dossier créé pour chaque candidat de la façon décrite au paragraphe 7 de la section 16.4, pour chaque scénario d'examen, cocher dans la nouvelle grille d'observation des interventions du candidat les éléments que les deux examinateurs ont cochés dans leur grille d'observation respective pendant l'examen
  3. lorsqu'un scénario d'examen a été interrompu, évaluer uniquement les actions et les vérifications que le candidat a pu effectuer avant l'interruption du scénario
  4. corriger l'examen complet d'un candidat donné à la fois
  5. pour chaque élément de la grille d'observation des interventions du candidat qui n'a pas été coché, qui n'a été coché que par un seul membre de l'équipe d'examen ou qui n'est pas clair, consulter les imprimés pertinents de messages d'alarmes et du système d'enregistrement des actions posées au simulateur ainsi que l'enregistrement audiovisuel pour déterminer si cet élément devrait être accordé
  6. Les tendances des paramètres recueillies pendant la répétition du scénario lors de l'élaboration de l'examen peuvent servir de référence à cette analyse.

  7. consigner dans la grille d'observation des interventions du candidat le résultat de la décision prise au paragraphe 5 ci-dessus ainsi que la justification de celle-ci
  8. pour un candidat CQC ou CQSC, pour chaque élément de réponse à une question normalisée qui n'a pas été coché, qui n'a été coché que par un seul membre de l'équipe d'examen ou qui n'est pas clair, consulter les imprimés pertinents de messages d'alarmes et du système d'enregistrement des actions posées au simulateur ainsi que l'enregistrement audiovisuel pour déterminer si cet élément devrait ou non être accordé
  9. consigner dans la grille d'observation des interventions du candidat le résultat de la décision prise au paragraphe 7 ci-dessus ainsi que la justification de celle-ci
  10. dans le cas d'un candidat CQC ou CQSC, inscrire à l'endroit approprié sur la grille d'observation toute réponse inattendue du candidat à une question normalisée.
  11. si une question supplémentaire a été posée, consigner la question et la réponse du candidat dans la grille d'observation des interventions du candidat
  12. passer en revue toutes les données regroupées dans la nouvelle grille d'observation des interventions du candidat et, pour chaque
    1. action ou vérification omise
    2. action ou vérification inattendue
    3. ou réponse omise ou inattendue à une question normalisée

    déterminer, compte tenu des réponses données aux questions supplémentaires éventuelles, s'il s'agit d'une erreur critique  ou d'une erreur majeure  d'après les critères de l'annexe C.20.

  13. pour chaque erreur critique ou majeure, remplir une grille d'évaluation des erreurs critiques ou majeures semblable au modèle de l'annexe C.21
  14. regrouper et consigner à la fin de la grille d'observation unifiée tous les points préoccupants concernant le comportement et les connaissances du candidat dont les examinateurs ont pris note pendant l'examen ou lors de la première évaluation de celui-ci, y compris les réponses aux questions supplémentaires
  15. consulter l'enregistrement vidéo correspondant pour assurer l'exactitude de la description des points préoccupants
  16. effectuer la première notation en suivant les indications fournies au paragraphe 16.1.1

Première notation de l'examen

Dans le cadre de la première évaluation, les membres de l'équipe d'examen doivent :

  1. En tenant compte des indications de l'annexe C.22, calculer les notes obtenues par chaque candidat d'après les données regroupées sur les grilles d'observation unifiées et consigner les éléments suivants :
    1. la note obtenue pour chaque attente générique de comportement pour tout l'examen
    2. la note obtenue dans chaque domaine de compétence pour chaque scénario
    3. la note obtenue dans chaque domaine de compétence pour tout l'examen
  2. Attribuer une note de succès ou une note d'échec conformément aux indications de la sous-section 16.3.
  3. Remplir pour chaque candidat un formulaire de résultats d'examen contenant les renseignements présentés à l'annexe C.23.
  4. Lorsque la première évaluation est terminée, signer et dater la page couverture du guide d'examen unifié de chaque candidat.

16.2 Deuxième évaluation

Lorsque la première évaluation et la première notation de tous les candidats sont terminées conformément aux indications de la sous-section 16.1 et du paragraphe 16.1.1, la deuxième évaluation de chaque candidat doit être effectuée conformément aux indications qui suivent :

  1. Le chef de la formation doit :
    1. approuver les candidats sélectionnés par les examinateurs pour faire l'objet d'une deuxième évaluation
    2. sélectionner au moins un des candidats évalués par chaque examinateur ayant effectué la première évaluation
    3. s'assurer que la deuxième évaluation d'un candidat est confiée à un membre de l'équipe d'examen qui n'a pas effectué la première évaluation
    4. s'assurer que la deuxième évaluation est effectuée pour un candidat à la fois conformément aux instructions fournies à la section 16.1 pour la première évaluation

      L'exigence minimale visant la deuxième notation consiste à effectuer un contrôle d'étalonnage de l'exactitude du guide d'examen et une évaluation du processus de notation.

  2. L'examinateur en chef doit retenir pour une deuxième évaluation :
    1. les candidats qui ne satisfont à aucun des critères de réussite énumérés à la section 16.3
    2. les candidats pour lesquels l'examinateur qui a fait la première évaluation a recommandé une deuxième évaluation
    3. les candidats pour lesquels un SEC ou un SEA s'est écarté de façon substantielle du déroulement prévu
    4. d'autres candidats, à la discrétion du chef de la formation ou de l'examinateur en chef
  3. Les membres de l'équipe d'examen doivent :
    1. effectuer la deuxième évaluation en utilisant les guides d'examen unifiés signés du candidat, toute grille d'évaluation des erreurs critiques ou majeures complétée, les notes obtenues par le candidat à l'examen, le dossier de commentaires sur le candidat et tout dossier d'examen du candidat établi par l'examinateur ayant effectué la première évaluation
    2. s'assurer que tout changement apporté aux renseignements notés et consignés par le premier examinateur, à la suite de cette deuxième évaluation, sont clairement indiqués dans le guide d'examen unifié
    3. apporter les changements nécessaires aux formulaires « Résultats de l'examen sur simulateur » des candidats et signer les formulaires

Deuxième notation de l'examen et conciliation des résultats

Lorsque la deuxième évaluation de tous les candidats choisis conformément aux indications de la section 16.2 est terminée, l'examinateur doit effectuer la deuxième notation de l'examen en suivant la procédure prévue pour la première notation.

Une fois que les notes obtenues par chaque candidat ont été calculées, les examinateurs qui ont effectué la première et la deuxième évaluations doivent :

  1. se réunir afin de résoudre tout écart entre leurs deux évaluations et consigner la façon dont ces divergences ont été résolues

    Les examinateurs devraient consulter les enregistrements audiovisuels du comportement du candidat pour résoudre toute divergence concernant les mesures prises ou non par le candidat durant la tenue d'un scénario d'examen.

  2. passer en revue l'examen complet d'un candidat donné à la fois
  3. consigner les résultats d'examen unifiés et les justifications dans l'exemplaire original du formulaire de résultats d'examen portant sur les habiletés et la grille d'évaluation des erreurs critiques ou majeures de chaque candidat
  4. s'assurer que toute modification apportée au guide d'examen unifié de chaque candidat a été dûment examinée et approuvée

16.3 Attribuer un échec ou une réussite à l'examen

L'équipe d'examen doit attribuer une note de réussite ou une note d'échec à un examen d'accréditation donné conformément aux critères qui suivent :

  1. Une note de réussite doit être attribuée à un examen si le candidat :
    1. a obtenu une note de 80 % ou plus dans chaque domaine de compétence sans avoir commis d'erreur critique ou plus de deux erreurs majeures et sans avoir commis plus d'une erreur majeure dans un même domaine de compétence
    2. a obtenu une note de 70 % ou plus dans un seul domaine de compétence et 80 % ou plus en moyenne pour l'ensemble des domaines de compétence, sans avoir commis d'erreur critique ou plus de deux erreurs majeures et sans avoir commis plus d'une erreur majeure dans un même domaine de compétence
  2. Une note d'échec doit être attribuée à un examen donné si le candidat n'a pas répondu aux critères qui précèdent
  3. Les membres de l'équipe d'examen doivent :
    1. consigner les résultats d'examen finaux et les justifications dans l'exemplaire original du formulaire de résultats d'examen sur simulateur de chaque candidat
    2. s'assurer que le formulaire de résultats a été examiné et signé par le chef de la formation

17. Communication des résultats d'examen

À la fin de l'examen, les étapes suivantes doivent être exécutées :

  1. Les membres de l'équipe d'examen doivent consigner et signaler au chef de la formation toute lacune importante sur le plan des habiletés révélée par un candidat ou par un examen.

    Les lacunes révélées par un examen devraient comprendre celles constatées au niveau de la conception, de la tenue ou de la notation de l'examen, la fidélité du simulateur, les procédures de la centrale ou le programme de formation.

  2. Les examinateurs doivent veiller à ce qu'une trousse d'évaluation finale soit compilée pour chaque candidat. Cette trousse doit comprendre les éléments suivants :
    1. le formulaire de résultats d'examen sur simulateur rempli, signé par les deux examinateurs et entériné par le chef de la formation
    2. les notes finales obtenues à l'examen
    3. la version finale du dossier comprenant les commentaires du candidat, le cas échéant
    4. les grilles d'évaluation des erreurs critiques ou majeures signées par les deux examinateurs, s'il y a lieu
    5. le guide d'examen unifié signé par les deux examinateurs
    6. la fiche de contrôle de l'examen et les fiches de contrôle des scénarios d'examen signées
  3. Le chef de la formation doit :
    1. après avoir autorisé les résultats d'un examen d'accréditation sur simulateur donné, veiller à ce qu'un exemplaire de la trousse d'évaluation décrite à la section 17.2 ci-dessus soit communiqué à la CCSN, si elle le demande, et que la CCSN soit officiellement informée des résultats de chaque candidat
    2. veiller à ce que chaque candidat auquel une note de réussite a été attribuée suive la formation de rattrapage et fasse l'objet d'évaluations officielles dans tous les domaines identifiés comme insuffisants par le processus de notation pour confirmer, documents à l'appui, que le candidat est parvenu à obtenir le niveau de connaissances requis pour exercer les fonctions du poste accrédité de façon compétente
    3. s'assurer que toute lacune révélée au paragraphe 17.1 ci-dessus a été prise en compte

Annexe A: Capacités des simulateurs pour les centrales nucléaires actuellement autorisées

Les simulateurs qui servent aux examens d'accréditation des candidats OR, OT0, CQC et CQSC doivent répondre aux critères qui suivent.

A.1 Capacités minimales acceptables de simulation

Le simulateur d'une centrale donnée doit permettre de simuler, de façon réaliste et en temps réel, toutes les manœuvres importantes et tous les phénomènes transitoires importants de la centrale, notamment :

  • les conditions d'exploitation normale
  • les incidents de fonctionnement prévus
  • les accidents de dimensionnement

En cas de conditions et de défaillances, comme un bris de tuyauterie, une perte d'inventaire ou de débit, une chute de pression ou une détérioration du vide, pour lesquelles la réaction des systèmes et les interventions des opérateurs dépendent du degré de gravité de la condition ou de la défaillance, le simulateur doit pouvoir simuler tous les degrés possibles de gravité de la condition ou de la défaillance.

Plus particulièrement, les simulateurs doivent être en mesure de simuler les conditions anormales, les perturbations et les conditions d'urgence ainsi que les défaillances énumérées ci-dessous.

Remarque : Dans la liste qui suit, la perte d'un système comprend, sans toutefois s'y limiter, les pertes de circulation, les pertes de refroidissement et les pertes d'inventaire.

A.1.1 Systèmes spéciaux de sûreté

  1. Déclenchement des systèmes d'arrêt d'urgence no 1 et no 2 pour tous les paramètres
    (aux centrales nucléaires concernées)
  2. Déclenchement du système de protection du réacteur (SPR) et du système d'arrêt d'urgence amélioré (SAUA) pour tous les paramètres (à la centrale nucléaire concernée)
  3. Réponse des détecteurs de surpuissance neutronique à des formes de flux anormales
  4. Déclenchement intempestif de n'importe quel système spécial de sûreté, y compris pour le système de refroidissement d'urgence du cœur, l'isolement intempestif des boucles du système caloporteur, s'il y a lieu, et le déclenchement intempestif du refroidissement ultra rapide des générateurs de vapeur
  5. Défaillances sécuritaires et non sécuritaires d'une chaîne quelconque de n'importe quel système spécial de sûreté, y compris les défaillances des instruments de démarrage
  6. Toute indisponibilité d'un système spécial de sûreté répertoriée dans les procédures d'exploitation de la centrale, dont l'effet est observable à partir de la salle de commande principale

A.1.2 Effets de réactivité et contrôle de la réactivité

  1. Chute partielle ou totale de n'importe quelle barre d'arrêt ou barre de commande dans le cœur du réacteur
  2. Retrait hors séquence de n'importe quelle barre de compensation ou barre de commande
  3. N'importe quelle barre d'arrêt, barre de compensation ou barre de commande bloquée hors du cœur ou bloquée partiellement ou entièrement dans le cœur
  4. Déclenchement d'un recul rapide de puissance du réacteur pour tous les paramètres (aux centrales nucléaires concernées)
  5. Déclenchement d'une baisse contrôlée de puissance du réacteur pour tous les paramètres
  6. Panne d'un ou des deux ordinateurs de contrôle
  7. Dérives et défaillances des signaux d'entrée et de sortie du programme de contrôle du système de régulation du réacteur (SRR), y compris les dérives et les défaillances des instruments de mesure nucléaire
  8. Panne du programme de contrôle du SRR dans un ou dans les deux ordinateurs de contrôle, y compris les pannes du programme de recul rapide de puissance, s'il y a lieu
  9. Perte de régulation du réacteur
  10. Basculements du flux neutronique
  11. Dérives et défaillances des signaux d'entrée des programmes informatiques qui calculent la carte du flux neutronique et la distribution de puissance dans le cœur du réacteur (FLU, ZOTPR, FINCH ou CTM, selon le cas)
  12. Panne dans un ou dans les deux ordinateurs de contrôle des programmes informatiques FLU, ZOTPR, FINCH ou CTM, s'il y a lieu
  13. Défaillances du système de contrôle zonal des barres liquides, y compris :
    1. fuite d'hélium
    2. perte de contrôle de la pression du collecteur d'équilibrage
    3. perte de contrôle de la pression du collecteur des barboteurs
    4. perte de contrôle de la pression d'eau
    5. fuite d'eau, y compris fuite d'un compartiment zonal vers le modérateur
    6. perte de débit d'eau vers n'importe quel compartiment zonal

A.1.3 Circuit caloporteur

  1. Fuites de tubes de force dans le gaz annulaire
  2. Blocages d'un canal de combustible
  3. Pertes accidentelles de caloporteur au niveau des tuyaux et des collecteurs d'alimentation du réacteur
  4. Pertes accidentelles de caloporteur au niveau des tuyaux et des collecteurs de sortie du réacteur
  5. Pertes accidentelles de caloporteur dans le modérateur dues au bris d'un tube de force et du tube de calandre connexe
  6. Bris de tubes de n'importe quel générateur de vapeur
  7. Bris de tubes de n'importe quel préchauffeur (aux centrales nucléaires concernées)
  8. Défaillance de tout sceau d'étanchéité ou de toute combinaison de sceaux d'étanchéité d'une pompe principale quelconque du circuit caloporteur
  9. Déclenchement d'une ou de plusieurs pompes principales du circuit caloporteur
  10. Modes de circulation naturels dans le circuit caloporteur dans des conditions anormales et des conditions d'urgence, y compris la circulation par thermosiphon en phase liquide et en phases liquide/vapeur
  11. Exploitation lorsque le circuit caloporteur est drainé au niveau des collecteurs
  12. Défaillances associées au transfert de D2O entre les tranches, dans les centrales à plusieurs tranches
  13. Défaillances du contrôle de la pression et de l'inventaire du circuit caloporteur, y compris :
    1. dérives et défaillances des signaux d'entrée et de sortie
    2. panne des programmes de contrôle connexes dans un ou dans les deux ordinateurs de contrôle, s'il y a lieu
    3. pertes de contrôle en mode normal et en mode isolé (aux centrales nucléaires concernées)
  14. Défaillance en position ouverte ou fermée d'une ou des deux vannes d'appoint ou d'extraction liquide du circuit caloporteur
  15. Déclenchement d'une ou des deux pompes d'appoint du circuit caloporteur
  16. Défaillance en position ouverte d'une ou de plusieurs soupapes du circuit caloporteur
  17. Défaillance en position ouverte d'une ou des deux vannes d'extraction de vapeur ou soupapes du pressuriseur (sauf à Pickering A et B)
  18. Bris d'une conduite d'extraction de vapeur du pressuriseur (aux centrales nucléaires concernées)
  19. Défaillance en position ouverte d'une ou des deux soupapes du condenseur d'extraction du circuit caloporteur (sauf pour les centrales de 600 MW)
  20. Défaillance en position ouverte d'une ou des deux soupapes du dégazeur-condenseur dans les centrales de 600 MW
  21. Fuites de tubes du condenseur d'extraction du circuit caloporteur (sauf pour les centrales de 600 MW)
  22. Fuites de tubes du refroidisseur d'extraction ou du refroidisseur du dégazeur-condenseur, selon le cas
  23. Perte du système de refroidissement du caloporteur en temps d'arrêt ou d'entretien, y compris les bris de tubes des échangeurs de chaleur
  24. Radioactivité élevée dans le circuit caloporteur

A.1.4 Sources froides

  1. Perte de vide du condenseur principal
  2. Perte d'eau de refroidissement du condenseur
  3. Perte de condensat, y compris les ruptures de conduites
  4. Défaillance du contrôle au niveau du dégazeur, y compris :
    1. dérives et défaillances des signaux d'entrée et de sortie
    2. panne du programme de contrôle dans un ou dans les deux ordinateurs de contrôle, s'il y a lieu
  5. Perte d'eau d'alimentation touchant un ou plusieurs générateurs de vapeur
  6. Défaillances associées aux raccords d'eau d'alimentation entre les tranches, s'il y a lieu
  7. Perte d'eau d'alimentation d'urgence des générateurs de vapeur
  8. Défaillances du contrôle au niveau des générateurs de vapeur, y compris :
    1. dérives et défaillances des signaux d'entrée et de sortie
    2. panne du programme de contrôle du niveau des générateurs de vapeur dans un ou dans les deux ordinateurs de contrôle (aux centrales nucléaires concernées)
  9. Bris symétriques et asymétriques de conduites d'alimentation des générateurs de vapeur, à l'intérieur et à l'extérieur de l'enceinte de confinement du bâtiment du réacteur
  10. Défaillances du contrôle de la pression des générateurs de vapeur, y compris :
    1. dérives et défaillances des signaux d'entrée et de sortie du programme de contrôle de la pression des générateurs de vapeur
    2. panne du programme de contrôle de la pression des générateurs de vapeur dans un ou dans les deux ordinateurs de contrôle
  11. Défaillance en position ouverte ou fermée d'une ou de plusieurs vannes de rejet de vapeur à l'atmosphère ou vannes de dérivation de vapeur au condenseur (aux centrales nucléaires concernées)
  12. Défaillance en position ouverte ou fermée d'une ou de plusieurs vannes de décharge de vapeur (aux centrales nucléaires concernées)
  13. Ruptures symétriques et asymétriques de conduites de vapeur principales à l'extérieur de l'enceinte de confinement du bâtiment du réacteur
  14. Ruptures de conduites de vapeur à l'intérieur de l'enceinte de confinement du bâtiment du réacteur, s'il y a lieu
  15. Perte du système modérateur, y compris :
    1. bris de conduites à l'intérieur et à l'extérieur de l'enceinte de confinement
    2. fuites des tubes des échangeurs de chaleur
    3. fuites des tubes de calandre vers le système de gaz annulaire
  16. Défaillances du contrôle de la température du modérateur, y compris :
    1. dérives et défaillances des signaux d'entrée et de sortie
    2. panne du programme de contrôle dans un ou dans les deux ordinateurs de contrôle, s'il y a lieu
    3. refroidissement ultra-rapide intempestif du circuit du modérateur
  17. Perte du circuit de refroidissement des boucliers d'extrémité, y compris des bris de conduites
  18. Perte des systèmes d'eau de service, comme par exemple l'eau de service basse pression, l'eau de service haute pression, l'eau de service recirculée, l'eau de service commune à plusieurs tranches, y compris des bris de conduites

A.1.5 Systèmes électriques

  1. Perte d'une ou de plusieurs lignes de transport
  2. Rejet partiel ou total de la charge de l'alternateur principal
  3. Défaillance d'un ou de plusieurs disjoncteurs ou d'une ou de plusieurs barres omnibus du poste de manœuvre
  4. Variations importantes de la charge de l'alternateur principal dues à des perturbations de fréquence du réseau
  5. Perte de refroidissement des barres blindées monophasées
  6. Perte d'alimentation électrique de catégorie IV
  7. Perte d'alimentation électrique de catégorie III
  8. Perte d'alimentation électrique de catégories IV et III
  9. Défaillance de n'importe quelle barre omnibus de catégorie IV
  10. Défaillance de n'importe quel disjoncteur de catégorie IV
  11. Défaillance de n'importe quelle barre omnibus de catégorie III
  12. Défaillance de n'importe quel disjoncteur de catégorie III
  13. Effets de la perte de n'importe quel bloc d'alimentation, barre omnibus, panneau ou fusible des alimentations de catégories II et I
  14. Déclenchement ou panne au démarrage d'un ou de plusieurs générateurs de secours
  15. Défaillances de transfert électrique
  16. Défaillances des transformateurs
  17. Défaillances des redresseurs, des onduleurs et des convertisseurs
  18. Défaillances du système d'alimentation électrique d'urgence, y compris le déclenchement ou la panne au démarrage d'un ou de plusieurs générateurs de secours

A.1.6 Systèmes de procédés

  1. Perte totale d'air d'instrumentation ou d'air de service
  2. Perte partielle d'air d'instrumentation ou d'air de service
  3. Défaillances associées aux raccords d'air d'instrumentation et d'air de service entre les tranches, dans les centrales à plusieurs tranches
  4. Perte de refroidissement des composants incluant, sans toutefois s'y limiter, les pompes, les compresseurs et les échangeurs de chaleur
  5. Défaillances de l'instrumentation, des alarmes et des contrôles des systèmes de procédés

A.1.7 Exploitation intégrée de la tranche

  1. Déclenchements de la turbine
  2. Déclenchements de l'alternateur principal ou du système d'excitation
  3. Défaillance de n'importe quelle vanne de vapeur principale
  4. Dérives et défaillances des signaux d'entrée et de sortie du circuit de commande et du système d'arrêt d'urgence de la turbine
  5. Dérives et défaillances des signaux d'entrée et de sortie du programme de régulation de la puissance de la tranche et du programme de montée en vitesse de la turbine
  6. Défaillance du programme de régulation de la puissance de la tranche dans un ou dans les deux ordinateurs de contrôle
  7. Défaillance du programme de montée en vitesse de la turbine dans un ou dans les deux ordinateurs de contrôle
  8. Exploitation en mode manuel de prévention de l'empoisonnement et de pseudo prévention de l'empoisonnement
  9. Perte de surchauffe du circuit de vapeur principal
  10. Défaillance du circuit de drainage des séparateurs-surchauffeurs
  11. Défaillances des joints d'étanchéité de l'alternateur principal
  12. Perte de refroidissement à l'hydrogène de l'alternateur principal, y compris les fuites de tubes des échangeurs de chaleur
  13. Perte de refroidissement du stator de l'alternateur principal, y compris les bris de conduites
  14. Fuites de tubes du condenseur principal
  15. Perte de n'importe quel réchauffeur ou de n'importe quelle file de réchauffeurs basse pression ou haute pression, y compris les bris de tubes
  16. Excursions de la concentration de deutérium

A.2 Appareils d'enregistrement des données

Le simulateur d'une centrale donnée doit être doté d'appareils d'enregistrement des données qui satisfont aux exigences énoncées aux paragraphes 1 à 2.b. Ces appareils doivent pouvoir être synchronisés à moins de deux secondes les uns des autres.

  1. Le simulateur doit être équipé d'un système d'enregistrement des actions posées au simulateur pouvant imprimer en ordre chronologique, avec l'heure de leur occurrence, toutes les défaillances déclenchées par l'opérateur du simulateur et toutes les manipulations que les opérateurs effectuent aux panneaux de commande durant un scénario d'examen.
  2. Le simulateur doit être équipé de dispositifs pouvant :
    1. tracer et imprimer avec une précision suffisante les graphiques montrant l'évolution en fonction du temps de n'importe quelle sélection de 48 paramètres des systèmes de la centrale pour une période pouvant aller jusqu'à deux heures
    2. conserver en mémoire et imprimer les valeurs, en fonction du temps, de n'importe quelle sélection de 48 paramètres des systèmes de la centrale échantillonnés à une fréquence appropriée pour une période pouvant aller jusqu'à deux heures
  3. Le simulateur doit être équipé d'un système audiovisuel :
    1. pouvant enregistrer toutes les interventions effectuées par le candidat dans la salle de commande pendant un scénario d'examen
    2. possédant une précision suffisante pour permettre aux examinateurs de repérer, avec l'aide de photographies des panneaux de commande correspondants, les commandes et les instruments utilisés par le candidat
    3. pouvant afficher l'heure sur les enregistrements
    4. pouvant enregistrer clairement toutes les communications verbales directes et les conversations téléphoniques entre un candidat et les autres membres de l'équipe durant un scénario d'examen
    5. permettant de reconnaître facilement la voix des différents participants

L'installation de commande du simulateur doit être séparée de la salle de commande de sorte que le candidat ne puisse se rendre compte des données enregistrées ou des actions posées par l'opérateur du simulateur.

A.3 Autres dispositifs

Le simulateur doit être équipé des dispositifs énumérés ci-dessous, qui doivent reproduire fidèlement ceux que l'on retrouve dans la salle de commande principale de la centrale :

  1. réseau téléphonique
  2. avertisseur sonore des alertes de rayonnement
  3. avertisseur sonore d'incendie
  4. système de diffusion publique

Annexe B: Examens d'accréditation portant sur les connaissances – Exigences supplémentaires

B.1 Groupes de sujets à traiter dans les examens généraux des candidats OR, CQC et CQSC

Ces groupes de sujets exigés se fondent sur le programme de formation en sciences fondamentales et les principes liés à l'équipement pour les candidats OR qui ont été élaborés conformément aux principes d'une approche systématique à la formation (ASF).

Les différents sujets qui devraient être couverts par les examens généraux destinés aux candidats OR, CQC et CQSC sont présentés ci-dessous dans un encadré d'orientation pour faciliter leur sélection, de manière à ce que chaque examen traite d'un éventail approprié de sujets pour couvrir les connaissances que doivent posséder les OR, CQC et CQSC. Tous les sujets sélectionnés dans un groupe de sujets doivent être liés à des objectifs de connaissance spécifiques conformément aux indications de la sous-section 9.3 et être mis à la disposition de la CCSN, sur demande.

Les groupes de sujets requis, la note totale et les notes à attribuer aux questions sont indiqués ci-dessous en caractères gras et doivent être utilisés par les membres de l'équipe d'examen pour concevoir et élaborer les examens d'accréditation généraux.

Total des points : 100

A) Principes de fonctionnement et de contrôle d'un réacteur

Groupe 1

Notions élémentaires de physique des réacteurs

Points : 7 ± 2

  1. Réaction en chaîne (fission), y compris :
    1. neutrons instantanés et retardés et effets connexes
    2. cycle des neutrons et application de la formule des six facteurs
  2. Propriétés du modérateur et procédés de modération
  3. Interactions des neutrons avec les matériaux du cœur du réacteur
  4. Production de chaleur dans le réacteur
  5. Répartition spatiale du flux neutronique dans un réacteur
  6. Fonctionnement d'un réacteur critique, y compris :
    1. effets d'insertions de réactivité positive et de réactivité négative sur la puissance
    2. période du réacteur
    3. augmentation ou chute instantanée de puissance
  7. Fonctionnement d'un réacteur sous-critique, y compris :
    1. sources de neutrons
    2. effets d'insertions de réactivité positive sur la puissance
    3. règle du doublement de la puissance
  8. Conditions de criticité instantanée

Groupe 2

Variations de la réactivité

Points : 14 ± 2

  1. Variations de la réactivité découlant du fonctionnement d'un réacteur à puissance élevée, y compris :
    1. combustion de l'uranium 235
    2. accumulation de produits de fission
    3. production et élimination du xénon et du samarium
    4. transitoires du xénon et du samarium
    5. accumulation et combustion des isotopes du plutonium
    6. transitoires du plutonium
    7. changements de réactivité dus à la combustion nucléaire
  2. Ajout et élimination de poisons neutroniques chimiques dans le modérateur pour contrôler la réactivité, y compris :
    1. différents poisons utilisés selon les conditions d'exploitation
    2. limites de concentration des poisons
    3. méthodes de vérification et de contrôle des poisons
  3. Oscillations du xénon et basculements du flux, y compris :
    1. causes des oscillations du xénon
    2. moyens de contrôler les oscillations du xénon
  4. Effets des variations de température sur la réactivité, y compris :
    1. coefficients de température de réactivité
    2. coefficient de puissance d'un réacteur et ses effets sur la régulation et la protection du réacteur
    3. limite de température du modérateur et conséquences de l'exploitation dépassant ces limites
  5. Effets sur la réactivité de la formation de vide dans le caloporteur, y compris l'effet de la formation de vide dans le cœur sur les détecteurs du flux neutroniques durant une perte accidentelle de caloporteur majeure
  6. Limites de la teneur isotopique du modérateur et du caloporteur, y compris :
    1. raisons d'être de ces limites
    2. conséquences de l'exploitation en dehors de ces limites
    3. rapport entre les limites de la teneur isotopique du modérateur et du caloporteur
  7. Variations de la réactivité après la mise à l'arrêt d'un réacteur

Groupe 3

Contrôle d'un réacteur de puissance et instrumentation connexe

Points : 14 ± 2

  1. Principes de la régulation de la puissance totale et de la puissance des zones d'un réacteur, y compris les mécanismes de contrôle de la réactivité utilisés ainsi que leurs principes de fonctionnement
  2. Principes de protection d'un réacteur
  3. Mesures du flux neutronique requises pour la régulation et la protection d'un réacteur, y compris les différents types de signaux nécessaires
  4. Instruments de mesure du flux neutronique, y compris :
    1. principes de fonctionnement de l'instrumentation de démarrage dans le cœur et hors du cœur
    2. principes de fonctionnement des chambres d'ionisation
    3. principes de fonctionnement des détecteurs de flux situés dans le cœur
    4. facteurs qui influent sur la précision des mesures de flux des détecteurs situés dans le cœur et des chambres d'ionisation
  5. Mesures de la puissance thermique requises pour la régulation d'un réacteur
  6. Principes de fonctionnement des instruments de mesure de la puissance thermique, y compris les facteurs qui influent sur la précision des mesures de puissance thermique à différents niveaux de puissance
  7. Étalonnage global et par zone des mesures du flux neutronique utilisées pour la régulation et la protection d'un réacteur
  8. Étalonnage des mesures de la puissance thermique utilisées pour la régulation d'un réacteur
  9. Formes du flux, y compris :
    1. formes du flux analysées et non analysées
    2. aplanissement du flux
    3. effets du chargement de combustible sur la forme du flux
    4. effets des configurations possibles des mécanismes de contrôle de la réactivité sur la forme du flux
    5. facteur de surpuissance de canal
    6. protection contre les surpuissances lorsqu'un réacteur fonctionne à puissance élevée
  10. État préféré du réacteur pour le rechargement de combustible
  11. Diminution de la puissance d'un réacteur en fonction du temps après le déclenchement d'un système d'arrêt d'urgence
  12. Approche de l'état critique, y compris :
    1. utilisation d'instruments spéciaux pour la régulation et la protection du réacteur
    2. méthodes d'approche de l'état critique
    3. surveillance nécessaire durant l'approche de l'état critique
    4. confirmation de la criticité du réacteur
    5. précautions à prendre durant l'approche de la criticité

B) Principes de transfert de la chaleur et de thermodynamique

Groupe 4

Réacteur et circuit caloporteur

Points : 14 ± 2

  1. Principes de refroidissement du combustible, y compris :
    1. modes de refroidissement du combustible
    2. mécanismes de transfert de la chaleur du combustible au caloporteur
    3. facteurs qui influent sur le flux thermique critique
    4. assèchement du combustible dans un canal
    5. ébullition du caloporteur
  2. Refroidissement du combustible par circulation naturelle, y compris :
    1. principe de fonctionnement du thermosiphon
    2. thermosiphon monophasé et biphasé
    3. paramètres des systèmes à surveiller durant le refroidissement par thermosiphon
    4. paramètres des systèmes contrôlés durant le refroidissement par thermosiphon et conséquences d'un mauvais contrôle
    5. refroidissement par circulation intermittente causée par poussée
  3. Évacuation de la chaleur lors de pertes accidentelles de caloporteur majeures et mineures, y compris :
    1. importance d'un arrêt d'urgence du réacteur
    2. refroidissement ultra-rapide
    3. purge du circuit caloporteur et remplissage au moyen du système de refroidissement d'urgence par injection dans le cœur
    4. effets de l'arrosage dans l'enceinte de confinement
  4. Limites de fonctionnement des grappes de combustible, de la puissance de canal et du réacteur
  5. Profils de la température du combustible dans différentes conditions
  6. Profils de la température du caloporteur et du flux thermique le long d'un canal de combustible
  7. Conditions anormales pouvant mener à une surchauffe du combustible
  8. Dommages causés au combustible, y compris :
    1. facteurs contributifs
    2. comportement de la gaine du combustible, compte tenu de la température et de l'irradiation
    3. mécanismes de défaillance de la gaine
    4. méthodes de détection et de détermination de l'emplacement du combustible défectueux
  9. Contrôle de la pression du circuit caloporteur, y compris :
    1. principes de fonctionnement du pressuriseur
    2. conséquences de l'exploitation à l'extérieur des plages de température et du niveau normal du pressuriseur
    3. principes de fonctionnement du condenseur d'extraction
    4. accumulation de gaz non condensable dans le condenseur d'extraction

Groupe 5

Systèmes secondaires

Points : 11 ± 2

  1. Principes de fonctionnement des générateurs de vapeur, y compris :
    1. mécanismes de transfert de la chaleur du caloporteur vers l'eau des générateurs de vapeur
    2. relation entre la pression du générateur de vapeur et le transfert de chaleur
    3. principes du contrôle de la pression du générateur de vapeur
    4. changements de pression des générateurs de vapeur durant le réchauffage et le refroidissement du circuit caloporteur
    5. gonflement et contraction de l'eau des générateurs de vapeur en régime stationnaire et lors de transitoires
    6. principes du contrôle du niveau du générateur de vapeur à différents niveaux de puissance
    7. causes, préoccupations relatives au fonctionnement et conséquences d'un niveau anormal du générateur de vapeur
  2. Principes de fonctionnement d'une turbine à plusieurs étages, y compris :
    1. mécanisme de transformation de la chaleur en travail dans la turbine
    2. facteurs ayant une incidence sur l'efficacité et l'intégrité de la turbine
    3. contrôle de la charge de la turbine
    4. séparation de l'humidité et réchauffement de la vapeur
    5. surchauffe de la sortie de turbine
  3. Principes de fonctionnement du condenseur, y compris :
    1. processus de transfert thermique dans le condenseur
    2. facteurs ayant une incidence sur la pression dans le condenseur
    3. conditions non souhaitables dans le condenseur
  4. Principes de fonctionnement des réchauffeurs d'alimentation, y compris les conditions non souhaitables dans les réchauffeurs d'alimentation
  5. Principes de fonctionnement du dégazeur, y compris les causes et les conséquences des excursions de pression du dégazeur
  6. Facteurs ayant une incidence sur l'efficacité du cycle secondaire
  7. Précautions nécessaires lors du remplissage ou du drainage d'un échangeur de chaleur
  8. Principes de fonctionnement des turbines à combustion et conditions de fonctionnement à éviter

C) Principes de fonctionnement de l'équipement d'une centrale CANDU

Groupe 6

Équipement mécanique

Points : 12 ± 2

  1. Vibrations dans les turbo-alternateurs et dans d'autres machines tournantes, y compris :
    1. causes principales de vibrations et conditions de fonctionnement qui influent sur le niveau de vibration
    2. conditions de fonctionnement susceptibles d'avoir une incidence sur les vitesses critiques
  2. Dommages causés à l'équipement par des vibrations excessives
  3. Causes et évitement de la cavitation dans les centrales CANDU
  4. Coups de bélier (vapeur ou eau) dans les centrales CANDU, y compris :
    1. causes
    2. dommages causés à l'équipement
    3. pratiques d'exploitation visant à réduire au minimum le risque que les coups de bélier se produisent
  5. Fonctionnement des pompes centrifuges, y compris :
    1. changements opérationnels ayant une incidence sur le fonctionnement des pompes
    2. cavitation dans une pompe et ses conséquences
    3. changements opérationnels pouvant causer la cavitation dans une pompe
    4. conditions de fonctionnement pouvant mener à la formation de poches de gaz et de poches de vapeur
    5. conséquences des poches de gaz ou de vapeur dans une pompe
    6. principales causes et conséquences du fonctionnement à sec d'une pompe
    7. conséquences d'une rotation inverse
    8. diagnostic d'un problème de pompe
    9. séquence de démarrage d'une pompe et précautions à prendre lors du démarrage
    10. précautions à prendre durant l'arrêt et l'isolement d'une pompe
  6. Démarrage d'une pompe à déplacement positif
  7. Principes de fonctionnement et aspects opérationnels des compresseurs et des pompes à vide
  8. Conséquences de la présence d'humidité excessive dans les conduites d'air comprimé et les collecteurs
  9. Conséquences et préoccupations opérationnelles associées à une lubrification inadéquate des paliers, compte tenu des différentes conditions pouvant en résulter
  10. Conséquences des conditions de fonctionnement anormales dans les joints mécaniques et les labyrinthes d'étanchéité
  11. Préoccupations opérationnelles associées aux vannes, y compris les conséquences de la présence d'impuretés dans le fluide hydraulique et de la présence d'humidité dans l'air d'instrumentation

Groupe 7

Équipement électrique

Points : 12 ± 2

  1. Principes de fonctionnement et contrôle de l'alternateur, y compris :
    1. synchronisation d'un alternateur
    2. contrôle de la tension aux bornes, de la fréquence et de la charge d'un alternateur pour différentes configurations d'alternateurs et de charges
    3. variations des paramètres d'un alternateur en fonction du débit de vapeur dans la turbine et du courant d'excitation
    4. facteurs qui influent sur la stabilité d'un alternateur
    5. délestage d'un alternateur
    6. réactions automatiques aux perturbations du réseau
    7. chaleur produite dans un alternateur et son évacuation
    8. conditions de fonctionnement néfastes et conséquences du dépassement des limites de fonctionnement d'un alternateur
  2. Principes de la protection de l'équipement, y compris :
    1. protection des barres omnibus
    2. protection des transformateurs
    3. protection des moteurs
    4. protection des génératrices
  3. Limites de fonctionnement des transformateurs, y compris les conséquences du dépassement des limites de fonctionnement
  4. Fonctionnement des moteurs, y compris les causes et les conséquences des conditions de fonctionnement anormales
  5. Exploitation des batteries d'accumulateurs d'une centrale, y compris les préoccupations de l'opérateur qui s'y rapportent
  6. Actionnement, isolement et mise hors tension des disjoncteurs
  7. Mesures de sécurité à prendre lors de l'actionnement des disjoncteurs, des disjoncteurs des barres omnibus d'un centre de commande de moteurs et des sectionneurs
  8. Mesures de sécurité à prendre lors de l'isolement des transformateurs de tension et des transformateurs de courant
  9. Mises à la terre défectueuses des circuits de déclenchement c.c.
  10. Conséquences des excès d'humidité et de température sur l'isolation de l'équipement électrique
  11. Moyens d'obtenir et de maintenir la fiabilité des sources d'alimentation électrique, y compris :
    1. but, exigences relatives à la disponibilité et implications en matière de sûreté des différentes catégories d'alimentation
    2. charges typiques pour chaque catégorie d'alimentation et raison d'être de leur choix
    3. sources de l'alimentation électrique normales et de rechange
    4. poste de sectionnement à jeu de barres en anneau

Groupe 8

Instrumentation et contrôle

Points : 8 ± 2

  1. Principes de fonctionnement des boucles de régulation de niveau, de débit, de température et de pression, y compris :
    1. principes de fonctionnement des détecteurs
    2. régulation proportionnelle
    3. régulation proportionnelle avec action intégrale
    4. régulation proportionnelle avec action dérivée
    5. régulation proportionnelle avec action intégrale et dérivée
    6. régulation prédictive
    7. régulation en cascade et régulation à éléments multiples
    8. actionneurs et positionneurs de vannes
    9. modes de défaillance des vannes de régulation
  2. Incidence des conditions ambiantes ou des conditions de fonctionnement sur :
    1. les mesures de pression
    2. les mesures de niveau
    3. les mesures de débit
  3. Conséquences de défaillances et de conditions anormales de composants sur :
    1. les mesures de pression
    2. les mesures de niveau
    3. les mesures de débit
    4. les mesures de température
  4. Principes de fonctionnement et modes de défaillances des détecteurs et des capteurs suivants :
    1. détecteurs de position
    2. capteurs de vitesse
    3. capteurs de vibrations
    4. détecteurs de fumée et d'incendie
    5. détecteurs de fuites de liquide

Groupe 9

Matériaux et chimie

Points : 8 ± 2

  1. Contraintes mécaniques et thermiques dans les pièces d'équipement mécanique, y compris :
    1. causes des contraintes et pratiques d'exploitation utilisées pour les réduire au minimum
    2. conséquences du dépassement des contraintes limites
  2. Effets des rayonnements sur les matériaux et les composants d'une centrale, y compris les problèmes attribuables aux dommages causés par les rayonnements
  3. problèmes ayant une incidence sur les tubes de force, y compris :
    1. facteurs qui influent sur le fluage des tubes de force
    2. facteurs qui favorisent la fragilisation par l'hydrogène, la fissuration différée due à l'hydruration et le boursouflement des tubes de force
    3. pratiques d'exploitation utilisées pour réduire au minimum la fissuration différée due à l'hydruration des tubes de force
  4. Principes de fonctionnement des colonnes échangeuses d'ions, y compris :
    1. contrôle du pH et de la conductivité par les colonnes échangeuses d'ions dans les systèmes d'une centrale
    2. contrôle du gadolinium et du bore dans le modérateur
    3. détection des colonnes échangeuses d'ions épuisées
    4. causes et symptômes de problèmes courants dans les colonnes échangeuses d'ions et solutions à ces problèmes
  5. Contrôle des paramètres chimiques des systèmes d'une centrale, y compris :
    1. causes de la corrosion des composants des systèmes et façons de réduire au minimum les différents types de corrosion
    2. effet du pH sur la corrosion des principaux matériaux utilisés dans une centrale
    3. causes typiques de valeurs anormales du pH dans les divers systèmes d'une centrale, méthodes de contrôle du pH utilisées et conséquences d'un fonctionnement hors de la plage normale du pH dans un système donné
    4. causes typiques d'une concentration élevée d'oxygène dissous dans les divers systèmes d'une centrale, méthodes de contrôle de l'oxygène dissous utilisées et conséquences d'un fonctionnement avec trop d'oxygène dissous dans un système donné
    5. causes typiques de valeurs de conductivité anormales dans les divers systèmes d'une centrale, méthodes de contrôle de la conductivité utilisées et conséquences d'un fonctionnement hors de la plage normale de conductivité dans un système donné
    6. causes de la formation de tartre et de boues dans les générateurs de vapeur, méthodes utilisées pour réduire la formation de tartre et de boues au minimum et conséquences de l'accumulation de tartre et de boues dans les générateurs de vapeur
    7. causes de la formation de dépôts non identifiés liés à la corrosion dans les systèmes d'une centrale, méthodes utilisées pour contrôler ces dépôts et préoccupations opérationnelles associées à ces dépôts dans les systèmes de la centrale
  6. Conditions qui favorisent la réaction du zirconium avec la vapeur dans un réacteur CANDU et conséquences connexes sur l'exploitation
  7. Excursions de deutérium ou d'hydrogène dans le gaz de couverture du modérateur, le système de contrôle des banes liquides et le réservoir de stockage du circuit caloporteur, y compris :
    1. raisons qui motivent le contrôle de la production de deutérium ou d'hydrogène gazeux
    2. facteurs ayant une incidence sur la production
    3. préoccupations opérationnelles connexes
    4. méthodes de réduction et de contrôle du deutérium ou de l'hydrogène
    5. fonctionnement des appareils de recombinaison

B.2 Groupes de sujets pour les examens généraux destinés aux candidats OT0

Ces groupes de sujets exigés se fondent sur le programme de formation en sciences fondamentales et les principes liés à l'équipement pour les candidats OT0 qui ont été élaborés conformément aux principes d'une approche systématique à la formation (ASF).

Les différents sujets qui devraient être couverts par les examens généraux destinés aux candidats OT0 sont présentés ci-dessous dans un encadré d'orientation pour faciliter leur sélection, de manière à ce que chaque examen traite d'un éventail approprié de sujets pour couvrir les connaissances que doivent posséder les OT0. Tous les sujets sélectionnés dans un groupe de sujets doivent être liés à des objectifs de connaissance spécifiques conformément aux indications de la sous-section 9.3 et être mis à la disposition de la CCSN, sur demande.

Les groupes de sujets requis, la note totale et les notes à attribuer aux questions sont indiqués ci-dessous en caractères gras et doivent être utilisés par les membres de l'équipe d'examen pour concevoir et élaborer les examens d'accréditation généraux.

Total des points : 75

A) Théorie nucléaire et principes de fonctionnement du réacteur

Groupe 1

Théorie nucléaire et notions fondamentales du réacteur

Points : 6 ± 1

  1. Processus de désintégration radioactive
  2. Réactions nucléaires induites, y compris :
    1. réactions de diffusion
    2. réactions d'absorption
    3. photoneutrons
  3. Processus nucléaires importants pour l'exploitation des réacteurs CANDU, y compris :
    1. thermalisation des neutrons
    2. réactions de détection des neutrons
    3. absorption parasite et activation
  4. Réaction en chaîne (fission), y compris :
    1. neutrons instantanés et retardés et effets connexes
    2. cycle de vie des neutrons
  5. Propriétés du modérateur et procédés de modération
  6. Interactions des neutrons avec les matériaux du cœur du réacteur
  7. Fonctionnement du réacteur sous-critique, critique et surcritique
  8. Accumulation de produits de fission

Groupe 2

Contrôle du réacteur et principales caractéristiques des réacteurs CANDU

Points : 7 ± 2

  1. Principes de la régulation de la puissance totale et de la puissance des zones d'un réacteur, y compris :
    1. mécanismes de contrôle de la réactivité utilisés et leurs principes de fonctionnement
    2. mesures requises pour la puissance neutronique et la puissance thermique
  2. Principes de fonctionnement des systèmes d'arrêt d'urgence, y compris :
    1. mécanismes d'arrêt utilisés
    2. capacités requises pour le système d'arrêt d'urgence
    3. exigences relatives à l'établissement et au maintien d'un état d'arrêt garanti
  3. Ajout et élimination de poisons neutroniques chimiques dans le modérateur pour contrôler la réactivité
  4. Principaux composants des réacteurs CANDU, y compris :
    1. blindage du réacteur
    2. circuit principal du modérateur et ses auxiliaires
    3. circuit caloporteur principal et ses auxiliaires
  5. Production et évacuation de chaleur dans un réacteur CANDU
  6. Teneur isotopique du modérateur et du circuit caloporteur

B) Principes de transfert de la chaleur et de thermodynamique

Groupe 3

Principes de transfert de la chaleur et de thermodynamique

Points : 10 ± 2

  1. Principes de refroidissement du combustible, y compris :
    1. modes de refroidissement du combustible
    2. processus de transfert de chaleur du combustible vers le caloporteur
    3. importance du contrôle de la pression du circuit caloporteur
    4. assèchement dans un canal de combustible
    5. ébullition du caloporteur
  2. Refroidissement du combustible par circulation naturelle, y compris :
    1. principe de fonctionnement du thermosiphon
    2. thermosiphon monophasé et biphasé
    3. refroidissement par circulation intermittente causée par poussée
  3. Évacuation de la chaleur lors de pertes accidentelles de caloporteur majeures et mineures, y compris :
    1. importance d'un arrêt d'urgence du réacteur
    2. refroidissement ultra-rapide
    3. purge du circuit caloporteur et remplissage au moyen du système de refroidissement d'urgence par injection dans le cœur
    4. effets de l'arrosage dans l'enceinte de confinement
    5. changements de la pression du confinement durant un accident dû à la perte de caloporteur
  4. Limites de fonctionnement des grappes de combustible, de la puissance de canal et du réacteur
  5. Conditions anormales pouvant mener à une surchauffe du combustible
  6. Dommages causés au combustible, y compris :
    1. facteurs contributifs
    2. comportement de la gaine du combustible, compte tenu de la température et de l'irradiation
    3. mécanismes de défaillance de la gaine

Groupe 4

Systèmes secondaires

Points : 8 ± 2

  1. Principes de fonctionnement des générateurs de vapeur, y compris :
    1. mécanismes de transfert de la chaleur du caloporteur vers l'eau des générateurs de vapeur
    2. relation entre la pression du générateur de vapeur et le transfert de chaleur
    3. principes du contrôle de la pression du générateur de vapeur
    4. changements de pression des générateurs de vapeur durant le réchauffage et le refroidissement du circuit caloporteur
  2. Principes de fonctionnement du condenseur, y compris :
    1. processus de transfert thermique dans le condenseur
    2. facteurs ayant une incidence sur la pression dans le condenseur
  3. Précautions nécessaires lors du remplissage ou du drainage d'un échangeur de chaleur
  4. Facteurs ayant une incidence sur l'efficacité des échangeurs de chaleur
  5. Principes de fonctionnement des turbines à combustion, y compris :
    1. mécanismes de transformation de la chaleur en travail dans la turbine
    2. régulation de la charge de la turbine
    3. conditions de fonctionnement à éviter

C) Principes de fonctionnement de l'équipement d'une centrale CANDU

Groupe 5

Équipement mécanique

Points : 12 ± 2

  1. Vibrations dans les génératrices de secours et dans d'autres machines tournantes, y compris :
    1. principales causes de vibrations et conditions de fonctionnement qui influent sur le niveau de vibration
    2. conditions de fonctionnement susceptibles d'avoir une incidence sur les vitesses critiques
  2. Dommages causés à l'équipement par des vibrations excessives
  3. Causes et évitement de la cavitation dans les centrales CANDU
  4. Coups de bélier (vapeur ou eau) dans les centrales CANDU, y compris :
    1. causes
    2. dommages causés à l'équipement
    3. pratiques d'exploitation visant à réduire au minimum le risque que les coups de bélier se produisent
  5. Fonctionnement des pompes centrifuges, y compris :
    1. changements opérationnels ayant une incidence sur le fonctionnement des pompes
    2. cavitation dans une pompe et ses conséquences
    3. changements opérationnels pouvant causer la cavitation dans une pompe
    4. conditions de fonctionnement pouvant mener à la formation de poches de gaz et de poches de vapeur
    5. conséquences des poches de gaz ou de vapeur dans une pompe
    6. principales causes et conséquences du fonctionnement à sec d'une pompe
    7. conséquences d'une rotation inverse
    8. diagnostic d'un problème de pompe
    9. séquence de démarrage d'une pompe et précautions à prendre lors du démarrage
    10. précautions à prendre durant l'arrêt et l'isolement d'une pompe
  6. Démarrage d'une pompe à déplacement positif
  7. Principes de fonctionnement et aspects opérationnels des compresseurs et des pompes à vide
  8. Conséquences de la présence d'humidité excessive dans les conduites d'air comprimé et les collecteurs
  9. Conséquences et préoccupations opérationnelles associées à une lubrification inadéquate des paliers, compte tenu des différentes conditions pouvant en résulter
  10. Conséquences des conditions de fonctionnement anormales dans les joints mécaniques et les labyrinthes d'étanchéité
  11. Préoccupations opérationnelles associées aux vannes, y compris les conséquences de la présence d'impuretés dans le fluide hydraulique et de la présence d'humidité dans l'air d'instrumentation

Groupe 6

Équipement électrique

Points : 16 ± 3

  1. Principes de fonctionnement et contrôle d'un alternateur, y compris :
    1. synchronisation d'un alternateur
    2. contrôle de la tension aux bornes, de la fréquence et de la charge d'un alternateur pour différentes configurations d'alternateurs et de charges
    3. variations des paramètres d'un alternateur en fonction du débit de vapeur ou de gaz dans la turbine et du courant d'excitation
    4. facteurs qui influent sur la stabilité d'un alternateur
    5. délestage d'un alternateur
    6. réactions automatiques aux perturbations du réseau
    7. chaleur produite dans un alternateur et son évacuation
    8. conditions de fonctionnement néfastes et conséquences du dépassement des limites de fonctionnement d'un alternateur
  2. Principes de protection de l'équipement, y compris :
    1. protection des barres omnibus
    2. protection des transformateurs
    3. protection des moteurs
    4. protection des génératrices
  3. Limites de fonctionnement des transformateurs, y compris les conséquences du dépassement des limites de fonctionnement
  4. Fonctionnement des moteurs, y compris les causes et les conséquences des conditions de fonctionnement anormales
  5. Exploitation des batteries d'accumulateurs d'une centrale, y compris les préoccupations de l'opérateur qui s'y rapportent
  6. Actionnement, isolement et mise hors tension des disjoncteurs
  7. Mesures de sécurité à prendre lors de l'actionnement des disjoncteurs, des disjoncteurs des barres omnibus d'un centre de commande de moteurs et des sectionneurs
  8. Mesures de sécurité à prendre lors de l'isolement des transformateurs de tension et des transformateurs de courant
  9. Mises à la terre défectueuses des circuits de déclenchement c.c.
  10. Conséquences des excès d'humidité et de température sur l'isolation de l'équipement électrique
  11. Moyens d'obtenir et de maintenir la fiabilité des sources d'alimentation électrique, y compris :
    1. but, exigences relatives à la disponibilité et implications en matière de sûreté des différentes catégories d'alimentation
    2. charges typiques pour chaque catégorie d'alimentation et raison d'être de leur choix
    3. sources de l'alimentation électrique normale et de rechange
    4. bus en anneau du poste de manœuvre

Groupe 7

Instrumentation et contrôle

Points : 8 ± 2

  1. Principes de fonctionnement des boucles de régulation de niveau, de débit, de température et de pression, y compris :
    1. principes de fonctionnement des détecteurs
    2. régulation proportionnelle
    3. régulation proportionnelle avec action intégrale
    4. régulation proportionnelle avec action dérivée
    5. régulation proportionnelle avec action intégrale et dérivée
    6. régulation prédictive
    7. actionneurs et positionneurs de vannes
    8. modes de défaillance des vannes de régulation
  2. Incidence des conditions ambiantes ou des conditions de fonctionnement sur :
    1. les mesures de pression
    2. les mesures de niveau
    3. les mesures de débit
  3. Conséquences de défaillances et de conditions anormales de composants sur :
    1. les mesures de pression
    2. les mesures de niveau
    3. les mesures de débit
    4. les mesures de température
  4. Principes de fonctionnement et modes de défaillances des détecteurs et des capteurs suivants :
    1. détecteurs de position
    2. capteurs de vitesse
    3. capteurs de vibrations
    4. détecteurs de fumée et d'incendie
    5. détecteurs de fuites de liquides

Groupe 8

Matériaux et chimie

Points : 8 ± 2

  1. Contraintes mécaniques et thermiques dans les pièces d'équipement mécanique, y compris :
    1. causes des contraintes et pratiques d'exploitation utilisées pour les réduire au minimum
    2. conséquences des contraintes excessives
  2. Effets des rayonnements sur les matériaux et les composants d'une centrale, y compris les problèmes attribuables aux dommages causés par les rayonnements
  3. Principes de fonctionnement des colonnes échangeuses d'ions, y compris :
    1. contrôle du pH et de la conductivité par les colonnes échangeuses d'ions dans les systèmes d'une centrale
    2. détection des colonnes échangeuses d'ions épuisées
    3. causes et symptômes de problèmes courants dans les colonnes échangeuses d'ions et solutions à ces problèmes
  4. Contrôle des paramètres chimiques des systèmes d'une centrale, y compris :
    1. causes de la corrosion des composants des systèmes et façons de réduire au minimum les différents types de corrosion
    2. effet du pH sur la corrosion des matériaux utilisés couramment dans une centrale
    3. causes typiques de valeurs anormales du pH dans les divers systèmes d'une centrale, méthodes de contrôle du pH utilisées et conséquences d'un fonctionnement hors de la plage normale du pH dans un système donné
    4. causes typiques d'une concentration élevée d'oxygène dissous dans les divers systèmes d'une centrale, méthodes de contrôle de l'oxygène dissous utilisées et conséquences d'un fonctionnement avec trop d'oxygène dissous dans un système donné
    5. causes typiques de valeurs de conductivité anormales dans les divers systèmes d'une centrale, méthodes de contrôle de la conductivité utilisées et conséquences d'un fonctionnement hors de la plage normale de conductivité dans un système donné
    6. causes de la formation de tartre et de boues dans les générateurs de vapeur, méthodes utilisées pour réduire la formation de tartre et de boues au minimum et conséquences de l'accumulation de tartre et de boues dans les générateurs de vapeur
    7. causes de la formation de dépôts non identifiés liés à la corrosion dans les systèmes d'une centrale, méthodes utilisées pour contrôler ces dépôts et préoccupations opérationnelles associées à ces dépôts dans les systèmes de la centrale
  5. Conditions qui favorisent la réaction du zirconium avec la vapeur dans un réacteur CANDU et conséquences connexes sur l'exploitation
  6. Excursion de deutérium ou d'hydrogène dans le gaz de couverture du modérateur, y compris :
    1. raisons qui motivent le contrôle de la production de deutérium ou d'hydrogène gazeux
    2. facteurs ayant une incidence sur la production
    3. préoccupations opérationnelles connexes

B.3 Groupes de sujets à traiter dans les examens propres à la centrale des candidats OR

Ces groupes de sujets exigés se fondent sur le programme de formation traitant du fonctionnement intégré des systèmes propres à la centrale destiné aux candidats OR, qui a été élaboré conformément aux principes d'une approche systématique à la formation (ASF).

Les différents sujets qui devraient être couverts par les examens propres à une centrale destinés aux candidats OR sont présentés ci-dessous dans un encadré d'orientation pour faciliter leur sélection, de manière à ce que chaque examen traite d'un éventail approprié de sujets pour couvrir les connaissances que doivent posséder les OR. Tous les sujets sélectionnés dans un groupe de sujets doivent être liés à des objectifs de connaissance spécifiques conformément aux indications de la sous-section 9.3 et être mis à la disposition de la CCSN, sur demande.

Les groupes de sujets requis, la note totale et les notes à attribuer aux questions sont indiqués ci-dessous en caractères gras et doivent être utilisés par les membres de l'équipe d'examen pour concevoir et élaborer les examens d'accréditation spécifiques à la centrale.

Tous les groupes de sujets

Total : 100 points

Groupe 1

Systèmes spéciaux de sûreté

Points : 8 ± 2

  1. Systèmes d'arrêt d'urgence (SAU-1) (ou SPR à la centrale concernée), y compris :
    1. paramètres de déclenchement absolus et conditionnels avec leurs raisons d'être, types d'incidents contre lesquels ils protègent, paramètres de déclenchement primaires et alternatifs, et seuils de déclenchement dépendant de la puissance
    2. mécanismes de verrouillage entre le SAU-1 et le système de régulation du réacteur
    3. indisponibilités et leurs conséquences sur l'efficacité des systèmes
    4. procédures d'exploitation en conditions normales et anormales
  2. SAU-2 (ou SAUA à la centrale concernée), y compris :
    1. paramètres de déclenchement absolus et conditionnels avec leurs raisons d'être, types d'incidents contre lesquels ils protègent, paramètres de déclenchement primaires et alternatifs, seuils de déclenchement dépendant de la puissance
    2. mécanismes de verrouillage entre le SAU-2 et le système de régulation du réacteur
    3. indisponibilités et leurs conséquences sur l'efficacité des systèmes
    4. procédures d'exploitation en conditions normales et anormales
  3. Système de refroidissement d'urgence du cœur, y compris :
    1. systèmes et sous-systèmes connexes
    2. paramètres de déclenchement et paramètres de conditionnement, avec leurs raisons d'être
    3. indisponibilités et leurs conséquences sur l'efficacité des systèmes
    4. procédures d'exploitation en conditions normales et anormales
  4. Système de confinement et système de confinement à pression négative, y compris :
    1. sous-systèmes connexes
    2. indisponibilités et leurs conséquences sur l'efficacité des systèmes
    3. procédures d'exploitation en conditions normales et anormales
  5. Système d'aération d'urgence du bâtiment turbine, le cas échéant

Groupe 2

Sûreté nucléaire

Points : 7 ± 2

  1. Principes de sûreté nucléaire, y compris :
    1. considérations relatives à la défense en profondeur
    2. principes de contrôle, de refroidissement et de confinement dans des conditions de fonctionnement normales et anormales
    3. exigences relatives à l'établissement et au maintien de l'état d'arrêt garanti
    4. rôles des systèmes spéciaux de sûreté, des systèmes en matière de sûreté en attente et des systèmes fonctionnels liés à la sûreté
    5. moyens d'obtenir et de maintenir la fiabilité des systèmes et de l'équipement
    6. protection contre les défaillances de cause commune
    7. exigences relatives à la disponibilité et aux essais des systèmes liés à la sûreté
    8. raison d'être, exigences relatives à la disponibilité et incidence sur la sûreté des différentes catégories d'alimentation électrique
    9. fondement d'autorisation de la centrale, analyses de sûreté et paramètres d'exploitation sûre
    10. permis d'exploitation de la centrale et Lignes de conduite pour l'exploitation
    11. contrôle de la configuration et de l'état de la centrale
  2. Sources froides, y compris leur utilisation dans des conditions d'exploitation inhabituelles durant les arrêts prolongés d'un réacteur
  3. Paramètres critiques de sûreté et leurs paramètres de soutien

Groupe 3

Procédures d'urgence

Points : 8 ± 2

  1. Procédures d'exploitation en cas d'urgence, y compris :
    1. raison d'être de la procédure
    2. conséquences de l'événement sur l'exploitation
    3. réponse des systèmes à l'événement
    4. toute interaction entre la tranche du réacteur et la tranche 0, le cas échéant
  2. Fonctionnement de la zone de contrôle secondaire, y compris les indisponibilités et leurs conséquences sur l'efficacité des systèmes

Groupe 4

Physique du réacteur, surveillance du cœur, manutention et rechargement du combustible

Points : 7 ± 2

  1. Configurations normales et anormales de la réactivité et formes du flux
  2. Facteur de surpuissance de canal
  3. Principes associés au rechargement en combustible, limites à respecter lors du rechargement, manutention et stockage du combustible, et refroidissement du combustible irradié
  4. Surveillance de la température des canaux
  5. Canaux entièrement instrumentés
  6. Cartographie de la puissance de canal, s'il y a lieu
  7. Cartographie du flux et mesures de la puissance thermique, le cas échéant
  8. Chargement du combustible
    1. cycle de rechargement du réacteur en combustible
    2. exigences préalables et limites à respecter lors du rechargement
    3. refroidissement d'urgence du combustible irradié

Groupe 5

Système de régulation du réacteur

Points : 8 ± 2

  1. Routines du programme système de régulation du réacteur (SRR)
  2. Routine du recul de puissance (aux centrales nucléaires concernées)
  3. Barres de compensation
  4. Barres de commande (aux centrales nucléaires concernées)
  5. Systèmes de poison liquide du modérateur
  6. Système de contrôle de zone liquide

Groupe 6

Systèmes liés au réacteur

Points : 7 ± 2

  1. Circuit caloporteur primaire, y compris :
    1. système de contrôle de la pression et de l'inventaire
    2. système de refroidissement des garnitures de pompes du circuit caloporteur
    3. système d'arrêt des pompes du circuit caloporteur
  2. Système de refroidissement à l'arrêt (système de refroidissement pour l'entretien aux centrales nucléaires concernées)
  3. Circuit principal du modérateur
  4. Systèmes de contrôle du niveau et de la température du modérateur
  5. Système de refroidissement des boucliers d'extrémité

Groupe 7

Systèmes de contrôle du réacteur

Points : 7 ± 2

  1. Contrôle de la pression des générateurs de vapeur
  2. Contrôle du niveau des générateurs de vapeur
  3. Contrôle du niveau du dégazeur
  4. Régulateur de turbine
  5. Programme de contrôle général ou programme de contrôle des auxiliaires du circuit caloporteur, selon ce qui s'applique

Groupe 8

Systèmes de la turbine, circuit de vapeur et d'eau d'alimentation

Points : 6 ± 2

  1. Circuits du condensat, y compris le circuit d'appoint et de rejet du condensat
  2. Circuit d'eau d'alimentation des générateurs de vapeur
  3. Système d'eau d'appoint des générateurs de vapeur
  4. Système de refroidissement à l'arrêt (aux centrales nucléaires concernées)
  5. Circuit de vapeur des générateurs de vapeur, y compris :
    1. vannes de sûreté des générateurs de vapeur
    2. vannes de régulation du condenseur et soupapes atmosphériques (aux centrales nucléaires concernées)
  6. Circuit de vapeur des turbines, y compris :
    1. soupapes d'arrêt d'urgence, vannes régulatrices
    2. vannes d'arrêt des séparateurs-surchauffeurs, s'il y a lieu
  7. Système d'arrêt des turbines
  8. Programme de contrôle du régulateur de puissance de la tranche, s'il y a lieu
  9. Accélération des turbines et système de contrôle de la charge des turbines
  10. Supervision du groupe turbo-alternateur

Groupe 9

Alternateur principal et systèmes d'alimentation électrique

Points : 6 ± 2

  1. Système de l'alternateur principal
  2. Excitation statique de l'alternateur
  3. Équipement et distribution électrique de la centrale, y compris :
    1. protection électrique
    2. mécanismes de transfert d'urgence
    3. systèmes d'alimentation électrique d'urgence
  4. Équipement électrique du poste de manœuvre et système de distribution
  5. Système d'air comprimé du poste de manœuvre
  6. Circuits d'air d'instrumentation

Groupe 10

Systèmes auxiliaires du réacteur

Points : 6 ± 2

  1. Circuit d'épuration du modérateur
  2. Circuit du gaz de couverture du modérateur
  3. Systèmes de stockage, de transfert et de récupération pour le transfert de la chaleur
  4. Système de purification pour le transfert de la chaleur
  5. Système d'addition d'hydrogène pour le transfert de la chaleur
  6. Circuit du gaz annulaire
  7. Système de détection du combustible défectueux, s'il y a lieu
  8. Système de localisation du combustible défectueux, s'il y a lieu
  9. Systèmes d'alimentation d'urgence en eau (alimentation en eau de secours, système d'eau d'appoint des générateurs de vapeur)

Groupe 11

Systèmes auxiliaires de la turbine, de l'alternateur et des générateurs de vapeur

Points : 6 ± 2

  1. Purge du générateur de vapeur
  2. Système vapeur des boîtes étanches de la turbine
  3. Système d'échappement à basse pression de la turbine
  4. Système d'extraction d'air du condenseur
  5. Circuit d'eau en circulation du condenseur
  6. Circuit de refroidissement de l'alternateur (hydrogène)
  7. Circuit de refroidissement du stator de l'alternateur
  8. Circuit de lubrification des joints de l'alternateur
  9. Circuit d'huile de lubrification du groupe turbo-alternateur
  10. Circuit d'alimentation en fluide du régulateur
  11. Système de vapeur d'extraction
  12. Système de drainage du séparateur et du réchauffeur d'alimentation
  13. Système de détection des fuites du condenseur

Groupe 12

Exploitation d'un groupe réacteur

Points : 8 ± 2

  1. Procédures de démarrage d'un groupe réacteur, y compris :
    1. remplissage du circuit caloporteur
    2. approche de l'état critique
    3. pressurisation du circuit caloporteur
    4. montée en température du réacteur
    5. démarrage du turboalternateur et de ses systèmes auxiliaires
    6. chargement en combustible du réacteur
  2. Procédures de mise à l'arrêt d'un groupe réacteur, y compris :
    1. réduction de puissance du réacteur
    2. refroidissement du réacteur
    3. dépressurisation du circuit caloporteur
    4. drainage du circuit caloporteur (aux centrales nucléaires concernées)
    5. mise à l'arrêt du groupe turbo-alternateur et des auxiliaires
    6. établissement des états d'arrêt garantis
    7. mise à l'arrêt de quatre réacteurs dans les centrales à plusieurs réacteurs
  3. Procédures d'exploitation en conditions anormales, y compris :
    1. réaction à un arrêt d'urgence du réacteur
    2. réaction à une baisse contrôlée de puissance du réacteur
    3. réaction à un recul rapide de puissance du réacteur (aux centrales nucléaires concernées)
    4. récupération après une baisse contrôlée de puissance ou un recul rapide de puissance du réacteur
    5. déclenchement ou arrêt manuel des pompes du circuit caloporteur
    6. rejet de production suivi d'une récupération
    7. déclenchement de la turbine suivi d'une récupération
    8. réaction à une fuite importante d'hydrogène ou à un bris d'un joint d'étanchéité de l'alternateur principal

Groupe 13

Systèmes de radioprotection et urgences radiologiques

Points : 10 ± 2

  1. Système de contrôle de l'accès
  2. Sas
  3. Systèmes de surveillance du rayonnement
  4. Système de décharge d'air filtré d'urgence
  5. Système de surveillance du rayonnement après un accident
  6. Système de gestion des déchets liquides radioactifs
  7. Système de surveillance des cheminées, y compris :
    1. sources d'émissions en suspension dans l'air
    2. trajectoires des émissions en suspension dans l'air
  8. Notions fondamentales liées au contrôle des rejets de radioactivité dans l'environnement, y compris :
    1. limites opérationnelles dérivées et limites de dose publique connexes
    2. groupes critiques
    3. surveillance des contrôles
  9. Risques potentiels d'irradiation liés aux systèmes exploités par l'opérateur de réacteur
  10. Risques potentiels d'irradiation en cas d'accident de perte de réfrigérant primaire accompagné de combustible défectueux
  11. Responsabilités de l'opérateur du réacteur en conditions radiologiques inhabituelles

Consulter l'annexe D.3 pour la répartition des points dans le groupe.

Groupe 14

Responsabilités de l'opérateur de réacteur

Points : 6 ± 1

  1. Responsabilités et pouvoirs d'un opérateur de réacteur, y compris :
  2. Protection des travaux effectués sur les systèmes d'un groupe réacteur
  3. Sécurité du personnel
  4. Communications avec les groupes externes, par ex. les opérateurs du réseau électrique
  5. Culture de sûreté du titulaire de permis

B.4 Groupes de connaissances à traiter dans les examens propres à la centrale des candidats OR

Les membres de l'équipe d'examen doivent utiliser les groupes de connaissances et les points présentés dans le tableau qui suit afin de s'assurer que l'échantillonnage de groupes de sujets choisis à l'annexe B.3 couvre adéquatement les différents domaines de connaissances visés par les objectifs de l'ASF de la centrale à l'intention des candidats OR.

Les objectifs de connaissance ou objectifs de formation sont propres à chaque centrale et sont élaborés conformément à une ASF. Les centrales à une seule tranche utilisent le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salle de commande (OGCS) pour l'élaboration des objectifs de connaissance propres à leur centrale (consulter l'annexe D.2 pour les objectifs correspondants). Les centrales nucléaires à plusieurs tranches utilisent le modèle d'objectifs qui a été approuvé par la CCSN en décembre 2003 (voir la section « Références »).

Groupe Domaine de connaissances 100 points
A Conception des systèmes 9 ± 2
B Instrumentation et contrôle 13 ± 3
C Fonctionnement des boucles de régulation et des circuits logiques de commande 14 ± 3
D Surveillance des paramètres des systèmes, procédures d'exploitation et procédures d'essai, à l'exclusion des procédures d'exploitation d'urgence 12 ± 3
E Lignes de conduite pour l'exploitation 8 ± 2
F Indisponibilités des systèmes et sources froides 8 ± 2
G Exploitation d'urgence 9 ± 3
I Principes de la sûreté nucléaire et leur application 6 ± 1
I Physique du cœur du réacteur, surveillance du cœur, chargement de combustible et manutention du combustible 7 ± 2
J Aspects administratifs, tels que les procédures administratives liées à l'exploitation et à l'entretien de la centrale, la sécurité au travail, les rôles et les responsabilités du personnel exploitant 4 ± 1
K Objectifs de connaissance en matière de radioprotection dans les centrales nucléaires approuvés par la CCSN (consulter l'annexe D.3) 10 ± 2

B.5 Groupes de sujets à traiter dans les examens propres à la centrale des candidats OT0

Ces groupes de sujets exigés se fondent sur le programme de formation traitant du fonctionnement intégré des systèmes propres à la centrale destiné aux candidats OT0, qui a été élaboré conformément aux principes d'une approche systématique à la formation (ASF).

Les différents sujets qui devraient être couverts par les examens propres à une centrale destinés aux candidats OT0 sont présentés ci-dessous dans un encadré d'orientation pour faciliter leur sélection, de manière à ce que chaque examen traite d'un éventail approprié de sujets pour vérifier les connaissances que doivent posséder les OT0. Tous les sujets sélectionnés dans un groupe de sujets doivent être liés à des objectifs de connaissance spécifiques, conformément aux indications de la sous-section 9.3 et être mis à la disposition de la CCSN, sur demande.

Les groupes de sujets requis, la note totale et les notes à attribuer aux questions sont indiqués ci-dessous en caractères gras et doivent être utilisés par les membres de l'équipe d'examen pour concevoir et élaborer les examens d'accréditation spécifiques à la centrale.

Tous les groupes de sujets

Total : 75 points

Groupe 1

Systèmes spéciaux de sûreté

Points : 12 ± 3

  1. Système de refroidissement d'urgence par injection, y compris :
    1. systèmes connexes
    2. indisponibilités
    3. procédures d'exploitation en conditions normales et anormales
  2. Système de confinement à pression négative, y compris :
    1. sous-systèmes connexes
    2. indisponibilités
    3. procédures d'exploitation en conditions normales et anormales
  3. Ordinateur de surveillance des systèmes de sûreté de la tranche 0
  4. Système de ventilation d'urgence du bâtiment turbine

Groupe 2

Sûreté nucléaire

Points : 10 ± 2

  1. Principes de sûreté nucléaire, y compris :
    1. considérations relatives à la défense en profondeur
    2. principes de contrôle, de refroidissement et de confinement dans des conditions de fonctionnement normales et anormales du réacteur
    3. exigences relatives à l'établissement et au maintien de l'état d'arrêt garanti
    4. rôles des systèmes spéciaux de sûreté, des systèmes de soutien en matière de sûreté en attente et des systèmes fonctionnels liés à la sûreté
    5. moyens d'obtenir et de maintenir la fiabilité des systèmes et de l'équipement
    6. protection contre les défaillances de cause commune
    7. exigences relatives à la disponibilité et aux essais des systèmes liés à la sûreté
    8. raison d'être, exigences relatives à la disponibilité et incidence sur la sûreté des différentes catégories d'alimentation électrique
    9. fondement d'autorisation de la centrale, analyses de sûreté et paramètres d'exploitation sûre
    10. permis d'exploitation de la centrale et Lignes de conduite pour l'exploitation
    11. contrôle de la configuration et de l'état de centrale
  2. Sources froides, y compris leur utilisation dans des conditions d'exploitation inhabituelles durant les arrêts prolongés d'un réacteur
  3. Paramètres critiques de sûreté et leurs paramètres de soutien

Groupe 3

Procédures d'exploitation de la centrale et procédures d'urgence intégrées

Points : 10 ± 2

  1. Procédures manuelles en cas d'incident anormal
  2. Interaction entre les systèmes de la tranche 0 et ceux des réacteurs
  3. Procédures d'exploitation de centrale intégrées, y compris :
    1. exploitation en mode veilleuse
    2. mise à l'arrêt des quatre réacteurs
  4. Procédures d'exploitation en conditions anormales, y compris :
    1. rejet de production
    2. réaction aux perturbations de fréquence du réseau
    3. réaction à la perte de réseau
    4. restauration du poste de manœuvre après rejet de production (le cas échéant)
    5. perte totale de puissance de 250 V c.c. au poste de manœuvre (le cas échéant)
    6. réaction à une fuite importante d'hydrogène ou à un bris d'un joint d'étanchéité de l'alternateur principal
    7. perte d'air d'instrumentation courant
  5. Procédures d'exploitation de la tranche 0 en cas d'urgence, y compris :
    1. raison d'être de la procédure
    2. conséquences de l'événement sur l'exploitation
    3. toute interaction entre la tranche 0 et la tranche du réacteur, le cas échéant
    4. fonctionnement de la zone de contrôle secondaire, y compris les indisponibilités et leurs conséquences sur l'efficacité des systèmes
    5. refroidissement d'urgence du combustible irradié

Groupe 4

Poste de manœuvre et distribution de l'électricité

Points : 10 ± 2

  1. Systèmes de sortie de puissance principal, y compris :
    1. conversion de la puissance électrique
    2. équipement électrique du poste de manœuvre (aux centrales nucléaires concernées)
    3. système d'air comprimé du poste de manœuvre (aux centrales nucléaires concernées)
    4. protection des relais du système de sortie (aux centrales nucléaires concernées)
  2. Distribution électrique de c.a. (courant alternatif), y compris :
    1. circuit de distribution de 13,8 kV
    2. circuit de distribution de 4,16 kV
    3. circuit de distribution de 600 V c.a. de catégories III et IV
    4. circuit de catégorie II de 600 V c.a.
    5. circuit de catégorie II de 120 V c.a.
  3. Distribution électrique de c.c. (courant continu), y compris :
    1. système de 250 V c.c.
    2. système de 125 V c.c. (aux centrales nucléaires concernées)
    3. système de 48 V c.c.
    4. système d'alimentation des instruments de 45 V c.c.

Groupe 5

Alimentation électrique de secours

Points : 9 ± 2

  1. Système d'alimentation électrique de secours de catégorie III, y compris :
    1. transferts de charges automatiques et alimentation électrique de secours
    2. génératrices de secours
    3. indisponibilités et leurs conséquences sur l'efficacité des systèmes
  2. Système d'alimentation électrique de secours, y compris :
    1. génératrices d'urgence
    2. indisponibilités et leurs conséquences sur l'efficacité des systèmes
  3. Circuit d'alimentation électrique qualifié (aux centrales nucléaires concernées)

Groupe 6

Systèmes d'eau, d'air et de ventilation, et systèmes de protection contre les incendies

Points : 9 ± 2

  1. Système d'appoint du condensat (aux centrales nucléaires concernées)
  2. Circuit de l'eau de service commun (aux centrales nucléaires concernées)
  3. Circuit de l'eau domestique, y compris le circuit d'eau domestique du site (aux centrales nucléaires concernées)
  4. Circuit d'eau de secours (aux centrales nucléaires concernées)
  5. Gestion du D2O (aux centrales nucléaires concernées), y compris :
    1. systèmes de transfert et de stockage du D2O
    2. système de détection des fuites d'eau lourde
  6. Système de secours pour le refroidissement des générateurs de vapeur (aux centrales nucléaires concernées)
  7. Circuits d'eau de service de secours et auxiliaire (aux centrales nucléaires concernées)
  8. Système de protection contre le frasil
  9. Point de contrôle de la décharge d'eau de circulation (aux centrales nucléaires concernées)
  10. Système d'élimination de la moule zébrée par le chlore
  11. Système d'air de service
  12. Système d'air d'instrumentation
  13. Système d'air respirable
  14. Systèmes de chauffage et de ventilation
  15. Systèmes de climatisation
  16. Système de ventilation d'urgence du bâtiment turbine
  17. Systèmes de récupération de la vapeur
  18. Système d'alimentation en eau pour la protection contre les incendies
  19. Système d'alimentation en eau pour la protection contre les incendies du site (aux centrales nucléaires concernées)
  20. Système d'extincteurs automatiques et de gicleurs déluge du transformateur (aux centrales nucléaires concernées)
  21. Système de protection contre les incendies à base de mousse
  22. Système de détection de la fumée
  23. Système de protection contre les incendies au CO2

Groupe 7

Systèmes de radioprotection et urgences radiologiques

Points : 9 ± 2

  1. Système de contrôle de l'accès
  2. Sas et chambres de transfert du combustible
  3. Système de surveillance gamma à zone fixe
  4. Notions fondamentales liées au contrôle des rejets de radioactivité dans l'environnement, y compris :
    1. limites opérationnelles dérivées et limites de dose connexes pour la centrale
    2. groupe critique
    3. objectifs de la centrale en matière d'émissions
    4. surveillance des contrôles
    5. surveillance en vue d'assurer la conformité
  5. Système de surveillance des cheminées, y compris :
    1. sources et catégories d'émissions en suspension dans l'air
    2. trajectoires des émissions en suspension dans l'air
  6. Circuit des déchets liquides radioactifs, y compris :
    1. manutention des déchets liquides radioactifs
    2. traitement des déchets liquides radioactifs
    3. systèmes de surveillance des effluents liquides
  7. Système de gestion des effluents gazeux
  8. Programme de surveillance environnementale
  9. Système de décharge d'air filtré d'urgence
  10. Système de surveillance du rayonnement après un accident
  11. Risques potentiels d'irradiation liés aux systèmes exploités par l'opérateur de la tranche 0
  12. Risques potentiels d'irradiation en cas d'accident de perte de réfrigérant primaire accompagné de combustible défectueux
  13. Responsabilités de l'opérateur de la tranche 0 en conditions radiologiques inhabituelles

Se reporter à l'annexe D.5 pour la répartition des points dans le groupe.

Groupe 8

Responsabilités de l'opérateur de la tranche 0

Points : 6 ± 1

  1. Responsabilités et pouvoirs de l'opérateur de la tranche 0, y compris :
    1. protection des travaux effectués sur les systèmes de la tranche 0
    2. sécurité du personnel
    3. communications avec les groupes externes, par ex. les opérateurs du réseau électrique
    4. culture de sûreté du titulaire de permis

B.6 Groupes de connaissances à traiter dans les examens propres à la centrale des candidats OT0

Les membres de l'équipe d'examen doivent utiliser les groupes de connaissances et les points présentés dans le tableau qui suit afin de s'assurer que l'échantillonnage de groupes de sujets choisis dans l'annexe B.5 couvre adéquatement les différents domaines de connaissances visés par les objectifs de l'ASF de la centrale à l'intention des candidats OT0.

Les objectifs de connaissance ou objectifs de formation sont propres à chaque centrale et sont élaborés conformément à une ASF. Les centrales à plusieurs tranches présentant des OT0 utilisent le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salle de commande (consulter la section « Références ») pour l'élaboration des objectifs de connaissance propres à leur centrale (consulter l'annexe D.4 pour les objectifs correspondants). Les centrales qui utilisent un ensemble différent d'OGCS pour les OT0 peuvent se reporter aux objectifs génériques correspondants dans leur ensemble, une fois que les objectifs spécifiques de connaissance propres à la centrale ont été élaborés à partir de ces objectifs génériques, conformément à une approche systématique à la formation, et qu'ils ont été acceptés par la CCSN.

Groupe Domaine de connaissances 75 points
A Conception des systèmes 10 ± 2
B Instrumentation et contrôle 7 ± 2
C Fonctionnement des boucles de régulation et des circuits logiques de commande 10 ± 2
D Surveillance des paramètres des circuits, procédures d'exploitation et procédures d'essai, à l'exclusion des procédures d'urgence 10 ± 2
E Lignes de conduite pour l'exploitation et limites et contraintes des systèmes 8 ± 2
F Indisponibilités des systèmes et sources froides 7 ± 2
G Exploitation en cas d'urgence 7 ± 2
H Principes de la sûreté nucléaire et leur application; refroidissement d'urgence du combustible irradié 6 ± 1
I Aspects administratifs, tels que les procédures administratives liées à l'exploitation et à l'entretien de la centrale, la sécurité au travail, les rôles et les responsabilités du personnel exploitant 6 ± 1
J Les sujets relatifs à la radioprotection liés aux incidents radiologiques et aux urgences mettant en cause le rayonnement sont spécifiés à l'annexe D.5. 4 ± 1

B.7 Groupes de sujets à traiter dans les examens supplémentaires propres à la centrale pour les candidats CQC et CQSC

Les groupes de sujets exigés pour les candidats CQC et CQSC se fondent sur les programmes de formation élaborés conformément aux principes d'une ASF, et qui traitent des connaissances supplémentaires propres à la centrale que les CQSC et CQC doivent posséder, en plus de celles d'un OR, au sujet du fonctionnement intégré des systèmes de la centrale.

Les divers sujets qui doivent faire l'objet de questions lors des examens spécifiques supplémentaires ont été groupés de la façon présentée ci-dessous afin que chaque examen traite d'un éventail approprié de sujets dans le but de traiter tous les sujets que les CQC et CQSC d'une centrale donnée doivent connaître en plus de ceux que doit connaître un OR. Tous les sujets sélectionnés dans un groupe de sujets doivent être liés à des objectifs de connaissance spécifiques conformément aux indications de la sous-section 9.3 et être mis à la disposition de la CCSN, sur demande.

Les points à allouer aux questions appartenant aux différents groupes de sujets sont indiqués à côté de chaque groupe.

Groupe Sujets applicables à toutes les centrales Points
1 Analyse des accidents
  1. Hypothèses des analyses d'accidents
  2. Réaction des systèmes de la centrale lors d'accidents
  3. Refroidissement du combustible et sources froides lors d'accidents
  4. Défaillances de combustible lors d'accidents
  5. Conséquence d'indisponibilités des systèmes liés à la sûreté lors d'accidents
  6. Fondements techniques des procédures d'exploitation d'urgence et des procédures manuelles en cas d'incident anormal
10 ± 3
2 Exploitation en cas d'urgence
  1. Situations d'urgence de nature radiologique, y compris :
    1. classification des événements et des catégories d'urgences
    2. procédures d'intervention en cas d'urgence radiologique
    3. responsabilités des personnes, des équipes et des groupes
    4. évaluation de la situation
    5. mesures de protection dans la centrale et hors du site
    6. responsabilités des organisations de l'extérieur
    7. plan consolidé d'intervention en cas d'urgence nucléaire
    8. situations d'urgence liées au transport (aux centrales nucléaires concernées)
  2. Situations d'urgence classiques, y compris :
    1. procédures d'intervention en cas d'urgences classiques
    2. responsabilités des personnes, des équipes et des groupes
    3. évaluation de la situation
    4. mesures de protection
    5. responsabilités des organisations de l'extérieur
  3. Fonctionnement des zones de commande secondaires, y compris :
    1. objectif premier des zones de commande secondaires
    2. situations susceptible d'exiger leur utilisation
    3. capacités de commande et de surveillance disponibles dans les zones de commande secondaires
6 ± 2
3 Permis d'exploitation, lois et règlements
  1. Exigences stipulées dans le permis d'exploitation de la centrale et dans les LCE, raisons d'être de ces exigences, moyens pris pour en assurer le respect et conséquences possibles d'exploiter la centrale en ne s'y conformant pas
  2. Situations durant l'exploitation et l'entretien de la centrale qui pourraient donner lieu à des infractions aux conditions de permis
  3. Exigences touchant l'exploitation et l'entretien de la centrale dans les lois et les règlements fédéraux et provinciaux, y compris celles stipulées dans les normes et les codes connexes, et raison d'être de ces exigences
7 ± 3
4 Aspects techniques
  1. Protection contre les surpuissances neutroniques (SPN), y compris :
    1. configuration des mécanismes de contrôle de la réactivité analysés et formes du flux
    2. puissance de référence, puissance réelle et puissance de canal critique
    3. facteur de surpuissance de canal
    4. normalisation des détecteurs SPN
    5. réduction des valeurs seuil de la SPN pour des conditions d'exploitation  anormales
  2. Régulation du réacteur
    1. normalisation des détecteurs du système de régulation
    2. normalisation des puissances thermiques zonales
  3. Redémarrage du réacteur après des arrêts de courte et de longue durée
  4. Exploitation avec un excédent de réactivité important ou faible
  5. Calculs de bilan thermique de la tranche
  6. Raisons d'être des exigences de conception des systèmes
  7. Contraintes et limites de fonctionnement des systèmes, raisons d'être de ces contraintes et limites et moyens pris pour en assurer le respect
  8. Détermination des contraintes et des limites de fonctionnement des systèmes à partir des analyses de sûreté de la centrale
  9. Contrôle chimique dans les systèmes durant le fonctionnement et l'entretien, y compris :
    1. paramètres et produits contrôlés
    2. produits chimiques, méthodes et équipement utilisés pour le contrôle
    3. conséquences d'un contrôle inadéquat
    4. comment et pourquoi chaque paramètre ou produit varie en fonction des changements spécifiques dans le système ou des conditions du réacteur
    5. mesures spécifiques permettant de réduire ou de contrôler chaque paramètre ou produit
  10. Classification des indisponibilités des systèmes et stratégies d'exploitation correspondantes; conséquences de ces indisponibilités sur le système et sur le fonctionnement de la tranche
  11. Configuration des systèmes et isolations d'équipement requises pour effectuer des travaux d'entretien donnés sur un système
8 ± 2
5 Systèmes de manutention et de stockage du combustible
  1. Responsabilités et pouvoirs des CQC et des CQSC, y compris :
    1. état de la tranche requis pour autoriser le chargement ordinaire de combustible dans le réacteur
    2. autoriser les activités de chargement du combustible qui dévient des procédures approuvées
    3. procédures de manutention du combustible en cas d'urgence
    4. systèmes de refroidissement et de purification de la piscine de stockage du combustible irradié
    5. garanties internationales
    6. configuration de l'équipement et des systèmes et procédures à suivre pour d'autres utilisations des machines de chargement de combustible, comme l'inspection des tubes de force, travaux d'entretien des faces du réacteur et vérifications d'écoulement des canaux de combustible
7 ± 3
6 Sécurité radiologique et industrielle
  1. Sécurité radiologique
    1. travaux à risques élevés de rayonnement
    2. sécurité radiologique du personnel de la centrale
    3. conditions radiologiques anormales de la centrale
    4. rejets radioactifs liquides
    5. politiques et principes de radioprotection et exigences en matière de radioprotection – installations nucléaires
    6. expédition de produits radioactifs
    7. responsabilités et pouvoirs du CQC ou du CQSC et des personnes qui relèvent du CQC ou du CQSC en ce qui a trait à la sécurité radiologique du personnel de centrale
  2. Sécurité industrielle
    1. politiques et programmes en matière de santé et sécurité
    2. programme de sécurité industrielle
    3. procédures en matière de sécurité au travail
    4. dangers industriels en centrale
    5. responsabilités et pouvoirs du CQC ou du CQSC et des personnes qui relèvent du CQC ou du CQSC en ce qui a trait à la sécurité industrielle du personnel de la centrale
6 ± 2
7 Administration
  1. Mise en œuvre de modifications permanentes
  2. Mise en œuvre de modifications temporaires
  3. Gestion de la configuration des systèmes
  4. Modification des procédures d'exploitation
  5. Changements aux valeurs de consigne
  6. Exigences relatives aux essais d'équipement
  7. Exigences de déclaration
  8. Procédures de contrôle des travaux
  9. Sécurité du site et garanties
  10. Surveillance et protection de l'environnement
  11. Responsabilités et autorité du CQC ou du CQSC et d'autres membres du personnel de centrale qui relèvent du CQC ou du CQSC ou travaillent de concert avec le CQC ou le CQSC
  12. Qualifications exigées du personnel de la centrale qui relève du CQC ou du CQSC
6 ± 2
Tous les groupes   50
Groupe Systèmes de la tranche 0 aux centrales nucléaires concernées Points
8 Systèmes spéciaux de sûreté, systèmes de soutien en matière de sûreté et procédures d'urgence
  1. Système de refroidissement d'urgence du cœur par injection et sous-systèmes connexes
  2. Système de confinement à pression négative et sous-systèmes connexes
  3. Système d'alimentation d'urgence en eau
  4. Système d'alimentation électrique d'urgence
  5. Système de ventilation d'urgence du bâtiment turbine
  6. Ordinateur de surveillance des systèmes de sûreté
  7. Procédures manuelles et procédures d'exploitation d'urgence en cas d'incident anormal à la tranche 0
8 ± 3
9 Systèmes électriques
  1. Distribution et équipement électrique en c.c. et en c.a. de la centrale, y compris :
    1. protection électrique
    2. mécanismes de transfert d'urgence
    3. génératrices et auxiliaires de secours
  2. Système principal d'alimentation électrique
  3. Équipement électrique du poste de manœuvre et système de distribution
  4. Système d'air comprimé du poste de manœuvre
6 ± 2
10 Autres systèmes
  1. Eau de service commune
  2. Surveillance environnementale (eau de circulation du condenseur)
  3. Usine de traitement d'eau
  4. Circuit d'appoint du condensat
  5. Système de protection contre les incendies
  6. Circuits d'air comprimé
  7. Systèmes de ventilation
  8. Gestion du D2O
    1. installations de reconcentration d'eau lourde (aux centrales nucléaires concernées)
    2. nettoyage des résines échangeuses d'ions (aux centrales nucléaires concernées)
  9. Système de contrôle de l'accès
  10. Système de gestion des effluents gazeux
  11. Systèmes de gestion des déchets liquides radioactifs
  12. Systèmes de surveillance du rayonnement
  13. Systèmes de refroidissement et de purification de la piscine de stockage du combustible irradié
  14. Ordinateurs de commande de la tranche 0
6 ± 2
Groupes de la tranche 0   20
Groupe Installation d'extraction du tritium aux centrales à plusieurs tranches concernées Points
11
  1. Responsabilités et pouvoirs du CQC et du CQSC, y compris :
    1. risques radiologiques
    2. dangers classiques, y compris :
      • incendie ou explosion d'isotopes d'hydrogène
      • risques thermiques
      • risques liés aux asphyxiants
      • risques d'origine électrique
  2. Exigences relatives au déclenchement du système d'arrêt d'urgence
  3. Mesures à prendre en cas de rejet d'hydrogène ou de substances nucléaires radioactives
  4. Se reporter aux objectifs de connaissance relatifs à l'installation d'extraction du tritium, destinés aux CQSC
10
Tous les groupes    
Groupe Gestion des accidents graves (GAG) et lignes directrices pour la gestion des accidents graves (LDGAG) (toutes les centrales) Points
12
  1. Responsabilités et pouvoirs du CQC et du CQSC, y compris :
    1. caractéristiques des accidents graves
    2. scénarios liés à la progression d'accidents susceptibles de déclencher le programme de GAG
    3. critères utilisés pour indiquer l'apparition et l'existence de dommages graves au cœur
    4. LDGAG de la centrale, y compris :
      • objectifs procéduraux
      • principaux instruments utilisés pour évaluer l'état du cœur du réacteur
      • usage innovant d'équipements de la centrale permettant d'atténuer les conditions de GAG
    1. rôles et responsabilités des autres personnes accréditées et du personnel de quart à l'égard de la mise en œuvre des LDGAG
10 ± 2

B.8 Exemple de matrice de conception d'examen

Matrice de conception d'examen propre à la centrale pour les opérateurs de la salle de commande de la tranche 0
Groupes de sujet Domaines de connaissances
Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D Groupe E Groupe F Groupe G Groupe H Groupe I Groupe J
Conception des systèmes Instrum. et contrôle Fonc. des boucles de régulation et des circuits logique de commande Surveil. des param. des circuits, procéd. d'exploitation et procéd. d'essai LCE, limites et contraintes des systèmes Indisponibilités des systèmes et sources froides Exploitation en cas d'urgence Principes de sûreté nucl., refroidiss. d'urgence du combustible irradié Aspects administratifs Radio-protection
No de question    Points No de question    Points No de question    Points No de question    Points No de question    Points No de question    Points No de question    Points No de question    Points No de question    Points No de question    Points Points totaux Plage de points
1 Systèmes spéciaux de sûreté 5.c,d, f 5 5.e 5 5.b 1     5.a 1                 12 12 ± 3
2 Sûreté nucléaire             2.a 3 2.b 1     2.c 2 2.d 5         11 10 ± 2
3 Procéd. d'exploit. et d'urgence intégrées de la centrale                      4.c 2 4.b 4 4.d 2     4.a 2 9 10 ± 2
4 Poste de manoeuvre et dist. électrique 8. a, b  6 9.c 2 9.b 1 9.a 1                         10 9 ± 2
5 Alimentation électrique d'urgence         6.a 8             6.b 2             9 9 ± 2
6 Sys. d'eau, d'air et de ventilation et sys. de protection contre l'incendie         7.a 1     7.b, c 3 7.e 3             7.d 2 8 9 ± 2
7 Radioprotection et urgences radiologiques             3.b 4 3.a 3 3.c 3                 10 9 ± 2
8 Responsabilités de l'opérateur T0                                 1.a, b 6     6 6 ± 1
Pointage total 11   7   11   8   8   8   8   7   6   4
Plage de points  10 ± 2   7 ± 2   10 ± 2   10 ± 2   8 ± 2   7 ± 2   7 ± 2   6 ± 1   6 ± 1   4 ± 1

B.9 Page couverture de l'examen portant sur les connaissances

Examen d'accréditation initiale portant sur les connaissances

[Titre de l'examen]
[Centrale]
[Poste]
[Date de tenue de l'examen]

Total : [nombre de] points
Temps alloué : [nombre d'] heures
Durée prévue : [nombre d'] heures

Préparé par : 

_____________________________                         
[Nom en lettres moulées et signature]                                               
Examinateur en chef

________________
Date

Équipe d'examen :     

______________________________            ______________________________

______________________________            ______________________________
[Noms en lettres moulées]

Approuvé par :

_____________________________             
[Nom en lettres moulées et signature]                       
Chef de la formation

________________
Date

B.10 Exemples de questions d'examen portant sur les connaissances

Les exemples de questions d'examen qui suivent présentent le type de renseignements exigés pour chaque question.

Remarque : Le nombre total de points attribué à une question correspond à la somme des éléments. Les principales instructions liées à chaque question sont en caractères gras et soulignées.

[X] pointage total 1. Les pages 15 à 43 de la procédure du manuel d'exploitation sont indiquées à titre de référence :
M.E. 1-09110-4.1        Pompe du modérateur et approche à l'état critique alors que l'instrumentation de démarrage n'est pas en service.
    a.   Voir l'encadré 1.1 de la section 4.1.1, page 18.
Expliquer pourquoi il est nécessaire de s'assurer que chacune des conditions préalables suivantes a été satisfaite :
[X] éléments     i) s'assurer que le circuit d'épuration du modérateur est vidé
[X] éléments     ii) s'assurer que le circuit caloporteur et le circuit du modérateur respectent les spécifications suivantes pour ce qui est de la teneur isotopique :
  • Teneur isotopique du D20 du circuit caloporteur > 97,5 % en poids du D20
  • Teneur isotopique du modérateur (D20) > 99,8 % en poids du D20
  • Teneur isotopique du modérateur (D20) 0,5 % au-dessus de la teneur isotopique dans le circuit caloporteur
[X] éléments   b. i) Voir l'encadré 2.3.1, étape 2 et la barre latérale adjacente à la page 29.
Expliquer pourquoi la puissance indiquée diminue au départ puis augmente par la suite à mesure que le niveau du modérateur augmente.
[X] éléments     ii) Voir le troisième encadré à côté de l'étape 2.4.1 à la page 35.
Expliquer pourquoi « il est plus important que le niveau de zone moyen (NZM) soit uniforme pour chaque lecture plutôt que d'être de 35 % exactement ».
[X] éléments   c.   Le tableur des données recueillies pendant une approche à l'état critique avec enlèvement du bore est fourni afin que vous puissiez le consulter.
En se reportant à la colonne « % de puissance RX final », indiquer le niveau de puissance auquel le réacteur est considéré comme étant critique.
De plus, expliquer pourquoi le réacteur est considéré comme étant critique à ce niveau.

B.11 Points attribués et temps alloué pour répondre aux questions en fonction du nombre d'éléments de réponse

Examens généraux   Examens propres à la centrale
Éléments Points Minutes   Éléments Points Minutes
1 1 1   1 1 1
2 1 1   2 1 2
3 1 2   3 1 2
4 2 3   4 1 3
5 2 4   5 2 4
6 2 4   6 2 5
7 3 5   7 2 6
8 3 6   8 3 6
9 4 6   9 3 7
10 4 7   10 3 8
11 4 8   11 4 9
12 5 9   12 4 10
13 5 9   13 4 10
14 6 10   14 5 11
15 6 11   15 5 12
16 6 12   16 5 13
17 7 12   17 6 14
18 7 13   18 6 14
19 8 14   19 6 15
20 8 14   20 7 16
21 8 15   21 7 17
22 9 16   22 7 18
23 9 17   23 8 18
24 10 17   24 8 19
25 10 18   25 8 20
26 10 19   26 9 21
27 11 19   27 9 22
28 11 20   28 9 22
29 12 21   29 10 23
30 12 22   30 10 24
31 12 22   31 10 25
32 13 23   32 11 26
33 13 24   33 11 26
34 14 24   34 11 27
35 14 25   35 12 28
36 14 26   36 12 29
37 15 27   37 12 30
38 15 27   38 13 30
39 16 28   39 13 31
40 16 29   40 13 32
250 100 180 Totaux 300 100 240

Calcul des notes obtenues :

Points par question = arrondi (total des points / nombre total d'éléments * nombre réel d'éléments)

Minutes par question = arrondi (total des minutes / nombre total d'éléments * nombre réel d'éléments)

Exemple no 1 – Examen général : 100/300 x 20 éléments dans une question = 7 points pour cette question

Exemple no 2 – Examen propre à la centrale : 100/250 x 20 éléments dans une question = 8 points pour cette question

B.12 Page couverture du guide de correction de l'examen portant sur les connaissances

Guide de correction

Titre de l'examen :
Centrale :                                                                                           
Nom complet du candidat :
Résultat de l'examen :
Date de l'examen :
Points :

Examinateur en chef : ____________________________  
[Nom en lettres moulées et signature]           

_________
Date

Approuvé par : ____________________________   
[Nom en lettres moulées et signature]
Chef de la formation           

_________
Date

Corrigé par :  ____________________________   
[Nom en lettres moulées et signature]          
Premier évaluateur                           

___________________________
[Nom en lettres moulées et signature]
Deuxième évaluateur

Autorisé par : ____________________________   
[Nom en lettres moulées et signature]           
Chef de la formation

_________
Date

B.13 Réponse du guide de correction portant sur les connaissances

Exemple de présentation de réponse du Guide de correction. Les renseignements exigés pour chaque élément de réponse sont indiqués en gras.

Q1       [X] pointage total
a)         [X] éléments

i)          Le rôle du réducteur de charge consiste à :
[ ]         Protéger le turbo-alternateur (dans des conditions défavorables) en limitant la charge maximale.

Il suffit de :
[ ]         limiter le signal de demande de la vanne régulatrice,
[ ]         ce qui limite, par conséquent, l'écoulement de vapeur (limitant la charge de la turbine).

Réf. : TM 234-7XXX_XXX [titres, Révision X, p. 4 Objectifs de connaissance = X]

ii)         La réduction de charge du groupe turbo-alternateur est amorcée par :
[ ]         un faible vide du condenseur (pression élevée du condenseur)
[ ]         une faible pression du générateur de vapeur

Réf. : TM 234-7, p. 4

b)         [X] éléments

La réduction de charge permet un désamorçage afin d'éviter :
[ ]         une variation de la charge des turbines qui pourrait se produire comme suit :
[ ]         suite à une réduction de charge, le paramètre de réduction de charge (faible vide du condenseur ou faible pression du générateur de vapeur) pourrait revenir à une plage acceptable
[ ]         la restriction de la charge imposée par le réducteur de charge pourrait être éliminée.
[ ]         Cela permettrait d'éliminer la limite placée sur le signal de demande de la vanne,
[ ]         ce qui permettrait aux vannes de revenir à la valeur seuil inchangée.
[ ]         L'écoulement de vapeur dans la turbine augmentera,
[ ]         ce qui fait en sorte que le paramètre de réduction de charge atteindra encore une valeur inacceptable
[ ]         et un autre cycle de réduction de charge et de variation de la charge débutera.

Réf. : TM 234-7, p. 4 et 5 

[Examens propres à la centrale : 100/300 x 13 éléments = 4 points pour la Q1]

B.14 Fiche de contrôle de l'examen portant sur les connaissances

Centrale :        ________________________            Dossier :          _________

Titre de l'examen :     ________________________

Date de l'examen :      ________________________

Cette fiche de contrôle doit être remplie à la fin de l'élaboration de chaque examen.

[  ]        L'examen et les questions sont conformes aux sujets discutés, à l'attribution des points et au nombre total de points figurant dans le tableau sommaire présenté ci-dessous.

[  ]        Pas plus de 20 % des questions de l'examen d'accréditation sont fondées sur des questions précédemment utilisées. Toutes les questions réutilisées ont été modifiées en profondeur et aucune d'entre elles n'a été vue par les candidats auparavant.

[  ]        Au moins 80 % des questions de l'examen d'accréditation sont entièrement nouvelles et ne reposent pas sur des questions précédemment utilisées lors d'un examen, d'une épreuve, d'une évaluation du candidat ou dans le cadre de la formation.

[  ]        Le niveau de difficulté de chaque question permet de séparer les candidats qui ont une compréhension suffisante du sujet traité par la question de ceux qui ne l'ont pas.

[  ]        Chaque question est claire, exacte sur le plan technique et elle contient tous les renseignements nécessaires pour donner la réponse exigée.

[  ]        Les parties et sous-parties se rapportant à l'énoncé principal de chaque question sont arrangées selon un ordre logique, s'il y a lieu.

[  ]        La réponse à une partie d'une question ne devrait pas dépendre totalement de la réponse donnée à une partie précédente de la question.

[  ]        Les questions mesurent la compréhension d'ensemble ou un niveau de connaissance supérieur que les personnes qui occupent le poste visé par l'examen doivent avoir pour s'acquitter de leurs fonctions avec compétence.

[  ]        Les questions sont axées sur l'exploitation et couvrent une vaste gamme de systèmes de la centrale, ainsi que les procédures et sujets liés à l'exploitation coordonnée de ces systèmes.

[  ]        Il ne faut pas accorder trop d'importance à un système, une procédure, un sujet ou à un type d'objectifs en particulier.

[  ]        Les questions ne peuvent contenir de renseignements susceptibles d'aider le candidat à répondre à d'autres questions.

[  ]        Les renseignements qui figurent sur la page couverture de l'examen sont semblables à ceux du modèle présenté à l'annexe B.9.

[  ]        Les codes d'identification de l'équipement et des documents mentionnés dans les questions sont exacts.

[  ]        Tout acronyme utilisé dans une question est défini la première fois qu'il figure dans la question.

[  ]        Les questions font clairement mention de tout document de référence remis aux candidats et comportent des instructions appropriées concernant l'utilisation des documents de référence remis.

[  ]        Aucun document de référence ne sera remis pour toute question qui porte sur un domaine que les candidats doivent connaître par cœur.

[  ]        Toute citation dans une question d'une instruction ou d'un autre extrait provenant de la documentation de la centrale figure textuellement.

[  ]        Des points sont attribués à chaque question.

[  ]        La mise en page des questions est semblable à l'exemple qui figure à l'annexe B.10.

[  ]        Les renseignements qui figurent sur la page couverture du guide de correction sont semblables à ceux du modèle présenté à l'annexe B.12.

[  ]        Chaque réponse contient uniquement l'information spécifiquement demandée par la question.

[  ]        Chaque réponse est complète et exacte sur le plan technique.

[  ]        Chaque réponse correspond au niveau de connaissances que les candidats sont censés avoir du sujet traité par la question.

[  ]        Aucune réponse n'est incompatible avec l'information contenue dans la documentation officielle mise à jour.

[  ]        Chaque réponse est divisée correctement en éléments.

[  ]        La mise en page des réponses dans le guide de correction est semblable à l'exemple qui figure à
l'annexe B.13.

[  ]        L'examen a été validé et respecte les exigences énoncées dans le présent document.

Tableau sommaire de l'examen
Numéro de la question (y compris les sous-questions) Groupe de sujets (y compris le no de l'annexe) Sujet(s) Nombre maximal de points alloués Nombre réel de points et d'éléments
1        
2        
3 a) i)        

Examinateur en chef :

________________________            

[Nom en lettres moulées]      

________________________
[Signature]

Chef de la formation :

______________________               

[Nom en lettres moulées]                  

________________________
[Signature]

B.15 Formulaire de résultats d'examen portant sur les connaissances

Nom complet du candidat :
Poste du candidat :
Titre de l'examen :
Date de l'examen :
Centrale :

No de la question 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 Total
Pointage max.                                  
Points obtenus                                  
Pointage total exprimé en pourcentage                                  

Justification du résultat :

Lacunes révélées par le candidat :

Examinateur en chef :

______________________               
[Nom en lettres moulées et signature]                       

__________________
[Date]

Examinateurs :          

______________________               
[Nom en lettres moulées et signature]                       

___________________
[Nom en lettres moulées et signature]

Autorisé par :

___________________                                             
[Nom en lettres moulées et signature]
Chef de la formation

__________________
[Date]

Annexe C : Examens d'accréditation portant sur les habiletés – Exigences supplémentaires

C.1 Domaines de compétence et attentes génériques relatives au comportement des candidats aux postes d'OR et d'OT0

Les domaines de compétence et les attentes génériques en matière de comportement (AGC) dont la liste figure dans cette annexe doivent servir à évaluer le comportement des candidats OR et OT0 lors de leur examen d'accréditation sur simulateur.

La norme de comportement acceptable à utiliser pour mesurer chaque attente générique est dictée par les attentes spécifiques des documents de la centrale nucléaire en matière de rendement, applicables aux postes des OR et des OT0. Le chiffre entre parenthèses qui précède chaque attente générique est un facteur de pondération qui sert au calcul des notes obtenues par les candidats dans un domaine de compétence. Les facteurs de pondération reflètent l'importance relative des attentes génériques en matière de comportement.

AGC    Domaine de compétence

1.0       Surveillance

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de se tenir constamment et indépendamment au fait de l'état de la tranche ou des systèmes de la centrale à l'aide des instruments appropriés de la salle de commande principale (SCP), de dispositifs de la salle d'équipement ou de rapports sur le terrain, soit en effectuant les vérifications requises sans recourir aux procédures d'exploitation, soit en effectuant des vérifications pertinentes qui ne figurent pas explicitement dans les procédures d'exploitation en cours d'exécution.

  1. 1.1 (5)  Surveille les paramètres critiques de sûreté (PCS) et les principaux paramètres de soutien (PPS), selon les besoins.
  2. 1.2 (4)  Surveille en temps opportun que les principaux paramètres des systèmes majeurs de la centrale se comportent et se stabilisent comme prévu.
  3. 1.3 (4)  Surveille les alarmes et les indications des panneaux au besoin pour rester au fait des changements qui touchent l'état de l'équipement, des systèmes et de la tranche.
  4. 1.4 (5)  Vérifie en temps opportun que les actions automatiques majeures (AAM) se produisent et qu'elles ont les effets voulus avant de consulter les procédures.
  5. 1.5 (3)  Vérifie en temps opportun que les autres actions automatiques se produisent et qu'elles ont les effets voulus.
  6. 1.6 (3)  Vérifie en temps opportun que les interventions de l'opérateur ont ou ont eu les effets voulus.
2.0       Interventions effectuées sans consulter les procédures        

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité d'effectuer les interventions requises lorsque l'on ne s'attend pas à ce que les procédures d'exploitation soient consultées, quand il n'y a pas de procédure pertinente ou avant de recourir aux procédures applicables lorsque survient une perturbation ou une condition anormale.

  1. 2.1 (2)  S'assure en temps opportun du rappel de l'équipe d'intervention de la salle de commande.
  2. 2.2 (5)  Prend en temps opportun les mesures correctives nécessaires lorsqu'une AAM ne s'est pas produite.
  3. 2.3 (3)  Prend en temps opportun les mesures correctives nécessaires lorsqu'une autre action automatique ne s'est pas produite.
  4. 2.4 (5)  Effectue en temps opportun les interventions requises, d'après son diagnostic, avant de recourir aux procédures pertinentes.
  5. 2.5 (3)  Effectue au besoin des interventions requises sans recourir aux procédures d'exploitation, lorsque l'on ne s'attend pas à ce que celles-ci soient consultées.
  6. 2.6 (4)  Effectue correctement, en temps opportun et avec l'autorisation du CQC ou du CQSC, les interventions requises lorsqu'une perturbation, une condition anormale, une défaillance supplémentaire, une indisponibilité d'équipement ou toute autre condition n'est pas traitée par les procédures.
  7. 2.7 (4)  S'assure en temps opportun que les mesures correctives ou préventives appropriées sont prises lorsque l'état de la tranche menace la sécurité du personnel de la centrale ou la sécurité publique.
  8. 2.8 (5)  Prend en temps opportun des mesures correctives qui ne figurent pas dans les procédures d'exploitation lorsqu'un PCS ou un PPS s'écarte dangereusement de la normale.
3.0       Pose de diagnostics et prise de décisions

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de reconnaître rapidement et indépendamment les situations anormales au niveau de la tranche ou des systèmes de la centrale, de diagnostiquer indépendamment les défaillances, de choisir les procédures d'exploitation pertinentes et, à défaut de procédures, de déterminer ou de recommander une marche à suivre pertinente.

  1. 3.1 (5)  Constate qu'un PCS ou un PPS s'écarte dangereusement de la normale.
  2. 3.2 (4)  Constate qu'un paramètre d'un système, que la configuration d'un système ou que l'état d'une tranche de la centrale s'écarte d'une valeur, d'une configuration ou d'un état acceptable défini dans les procédures d'exploitation.
  3. 3.3 (5)  Constate qu'une exigence précisée dans les LCE est sur le point d'être ou a peut-être été enfreinte.
  4. 3.4 (5)  Repère sans procédure les alarmes et les indications qui déterminent la nature d'une défaillance et, le cas échéant, constate les conditions d'entrée de la procédure pertinente.
  5. 3.5 (3)  Choisit les procédures applicables ou la marche à suivre d'après son diagnostic.
  6. 3.6 (2)  En se reportant aux procédures, détermine la nature d'une défaillance ou les procédures particulières qu'il convient d'appliquer.
  7. 3.7 (2)  Confirme son diagnostic ou confirme que la procédure choisie est la bonne, à l'aide d'autres moyens à sa disposition tels que les documents de la centrale ou les rapports sur le terrain.
  8. 3.8 (5)  Détermine ou recommande une marche à suivre appropriée lorsqu'il n'y a pas de procédure ou lorsque les procédures ne traitent pas complètement de la situation, donnent des instructions contradictoires ou sont inefficaces.
  9. 3.9 (4)  Constate en temps opportun que la centrale présente des conditions anormales simultanées qu'il faut corriger et établit l'ordre d'exécution des interventions nécessaires pour remédier à ces conditions, compte tenu de leur importance relative.
  10. 3.10 (3) Si le temps le permet, détermine la cause précise d'une défaillance à l'aide de toutes les données disponibles.
4.0       Respect des procédures         

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité d'effectuer correctement les actions et les vérifications prescrites par toute procédure pertinente approuvée.

  1. 4.1 (3)  Exécute toutes les étapes de la procédure pertinente correctement et dans le bon ordre.
  2. 4.2 (4)  Exécute les actions considérées comme pratiques courantes d'exploitation qui sont nécessaires pour réaliser une étape d'une procédure.
  3. 4.3 (5)  Exécute en temps opportun la procédure pertinente lorsqu'un PCS ou un PPS s'écarte dangereusement de la normale.                     
5.0       Communication et interaction avec l'équipe

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de communiquer avec les autres membres de l'équipe d'intervention en SCP ou membres de l'équipe de manière claire et précise ainsi que la capacité d'interagir efficacement avec eux.

  1. 5.1 (5)  Donne en temps opportun des instructions aux membres de l'équipe ou aux membres de l'équipe d'intervention en SCP, le cas échéant.
  2. 5.2 (3)  Accuse réception des requêtes ou des renseignements reçus.
  3. 5.3 (5)  Communique le résultat des interventions à la personne qui les a demandées.
  4. 5.4 (3)  Tient les membres de l'équipe d'intervention en SCP ou les membres de l'équipe, le cas échéant, au fait de l'état de la tranche ou des événements importants dans le cadre de séances d'information, le cas échéant.
  5. 5.5 (2)  Émet en temps opportun les avis ou les demandes nécessaires, le cas échéant.
  6. 5.6 (3)  Obtient en temps opportun les autorisations requises de la part du CQC ou du CQSC.

C.2 Domaines de compétence et attentes génériques relatives au comportement des candidats au poste de CQC aux centrales à une seule tranche

Les domaines de compétence et les AGC dont la liste figure dans cette annexe doivent servir à évaluer le comportement des candidats CQC des centrales à une seule tranche lors de leur examen d'accréditation sur simulateur.

La norme de comportement acceptable à utiliser pour mesurer chaque attente générique est dictée par les attentes spécifiques des documents de la centrale nucléaire en matière de rendement, applicables au poste de CQC. Le chiffre entre parenthèses qui précède chaque attente générique est un facteur de pondération qui sert au calcul des notes obtenues par les candidats dans un domaine de compétence. Les facteurs de pondération reflètent l'importance relative des attentes génériques en matière de comportement.

AGC    Domaine de compétence

1.0       Surveillance

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de se tenir indépendamment et constamment au fait de l'état de la centrale à l'aide des instruments appropriés de la SCP, soit en effectuant les vérifications requises sans recourir aux procédures d'exploitation, soit en effectuant des vérifications pertinentes qui ne figurent pas explicitement dans les procédures d'exploitation en cours d'exécution.

  1. 1.1 (5) Surveille les paramètres critiques de sûreté (PCS) et les principaux paramètres de sûreté (PPS), selon les besoins.
  2. 1.2 (4)  Surveille en temps opportun que les principaux paramètres des systèmes majeurs de la centrale se comportent et se stabilisent comme prévu.
  3. 1.3 (4)  Surveille les alarmes et les indications des panneaux au besoin pour rester au fait des changements qui touchent l'état de l'équipement et des systèmes de la centrale.
  4. 1.4 (5)  Vérifie en temps opportun que les AAM se produisent et qu'elles ont les effets voulus avant de consulter les procédures.
  5. 1.5 (3)  Vérifie de façon appropriée à la situation que les autres actions automatiques se produisent et qu'elles ont les effets voulus.
  6. 1.6 (3)  Vérifie en temps opportun que toute action accomplie a les effets voulus.
  7. 1.7 (5)  Vérifie les conditions pertinentes des systèmes et de la centrale avant de donner son autorisation ou d'amorcer une intervention.
  8. 1.8 (1)  reconnaît et réinitialise les alarmes ou relève périodiquement le résumé des alarmes de façon appropriée, lorsque l'OR est temporairement absent de la SCP.
2.0       Interventions effectuées sans consulter les procédures

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de diriger l'exécution des interventions requises ou de les effectuer lorsque l'on ne s'attend pas à ce que les procédures d'exploitation soient consultées, lorsqu'il n'y a pas de procédure pertinente ou avant de recourir aux procédures applicables lorsque survient une perturbation ou une condition anormale.

  1. 2.1 (2)  S'assure en temps opportun du rappel et du déploiement de l'équipe d'intervention de la SCP.
  2. 2.2 (5)  Dirige en temps opportun l'exécution des mesures correctives nécessaires, ou prend personnellement ces mesures, lorsqu'une AAM ne s'est pas produite.
  3. 2.3 (3)  Dirige en temps opportun l'exécution des mesures correctives nécessaires, ou prend personnellement ces mesures, lorsqu'une autre action automatique ne s'est pas produite.
  4. 2.4 (5)  Dirige en temps opportun l'exécution des interventions requises, d'après son diagnostic, ou effectue personnellement ces interventions, avant de consulter les procédures pertinentes.
  5. 2.5 (3)  Dirige en temps opportun l'exécution d'autres interventions requises, ou effectue personnellement ces interventions lorsque l'on ne s'attend pas à ce que les procédures soient consultées.
  6. 2.6 (4)  Dirige en temps opportun l'exécution des interventions requises, ou effectue personnellement ces interventions, lorsqu'une perturbation, une condition anormale, une défaillance supplémentaire, une indisponibilité d'équipement ou toute autre condition de la centrale n'est pas traitée par les procédures.
  7. 2.7 (4)  S'assure en temps opportun que les mesures correctives ou préventives appropriées sont prises lorsque l'état de la centrale menace la sécurité du personnel de la centrale ou la sécurité publique.
  8. 2.8 (5)  Dirige en temps opportun l'exécution de mesures correctives qui ne figurent pas dans les procédures d'exploitation, ou prend personnellement ces mesures, lorsqu'un PCS ou un PPS s'écarte dangereusement de la normale.
3.0       Pose de diagnostics et prise de décisions

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de reconnaître indépendamment les situations anormales, de diagnostiquer indépendamment les défaillances, de choisir les procédures d'exploitation applicables et, à défaut de procédures, de déterminer une marche à suivre pertinente.

  1. 3.1 (5)  Constate en temps opportun qu'un PCS ou un PPS s'écarte dangereusement de la normale.
  2. 3.2 (4)  Constate en temps opportun qu'un paramètre d'un système, que la configuration d'un système ou que l'état de la centrale s'écarte d'une valeur, d'une configuration ou d'un état acceptable défini dans les procédures d'exploitation.
  3. 3.3 (5)  Constate en temps opportun qu'une exigence précisée dans les LCE est sur le point d'être ou a peut-être été enfreinte.
  4. 3.4 (5)  Repère sans procédure et en temps opportun les alarmes et les indications qui déterminent la nature d'une défaillance et, le cas échéant, constate les conditions d'entrée de la procédure pertinente.
  5. 3.5 (3)  Choisit en temps opportun les procédures applicables d'après son diagnostic.
  6. 3.6 (2)  En se reportant aux procédures, détermine en temps opportun la nature d'une défaillance ou les procédures particulières qu'il convient d'appliquer.
  7. 3.7 (2)  Confirme son diagnostic ou confirme que la procédure choisie est la bonne, à l'aide d'autres moyens à sa disposition tels que les documents de la centrale ou les rapports sur le terrain.
  8. 3.8 (5)  Détermine en temps opportun une marche à suivre appropriée lorsqu'il n'y a pas de procédure pertinente ou lorsque les procédures ne traitent pas complètement de la situation, donnent des instructions contradictoires ou sont inefficaces.
  9. 3.9 (4)  Constate en temps opportun que la centrale présente des conditions anormales simultanées qu'il faut corriger et établit l'ordre d'exécution des interventions nécessaires pour remédier à ces conditions, compte tenu de leur importance relative.
  10. 3.10 (3) Si le temps le permet, détermine la cause précise d'une défaillance à l'aide de toutes les données disponibles.
  11. 3.11 (5) Détermine en temps opportun les mesures correctives requises lorsqu'un PCS ou un PPS s'écarte dangereusement de la normale.
  12. 3.12 (4) Suite à l'occurrence d'une perturbation ou d'une condition anormale, détermine l'état final dans lequel il faut placer la centrale, ainsi que tout état intermédiaire d'importance, et l'échéancier pour atteindre l'état final.
  13. 3.13 (5) Détermine la pertinence d'une demande d'effectuer une manœuvre ou une intervention qui exige l'autorisation du CQC d'après un examen judicieux des conditions, des contraintes et des limites des systèmes et de la centrale, avant d'autoriser la manœuvre ou l'intervention en question.
4.0       Respect des procédures

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de diriger l'exécution des actions et des vérifications requises, à l'aide de la procédure pertinente approuvée. Il sert aussi à évaluer la capacité d'effectuer correctement les actions et les vérifications prescrites par toute procédure pertinente approuvée, lorsque l'OR est temporairement absent de la SCP, ainsi que la capacité d'effectuer les actions et les vérifications expressément confiées au CQC en consultant la procédure pertinente approuvée.

  1. 4.1 (3)  Dirige l'exécution de la procédure pertinente, ou exécute celle-ci, correctement et dans le bon ordre.
  2. 4.2 (4)  Exécute les actions considérées comme pratiques courantes d'exploitation qui sont nécessaires pour réaliser une étape d'une procédure.
  3. 4.3 (5)  Dirige en temps opportun l'exécution de la procédure pertinente, ou exécute celle-ci, lorsqu'un PCS ou un PPS s'écarte dangereusement de la normale.
5.0       Communication et interaction avec l'équipe

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de communiquer avec les autres membres de l'équipe d'intervention en SCP ou membres de l'équipe de manière claire et précise ainsi que la capacité d'interagir avec eux de manière efficace et efficiente.

  1. 5.1 (5)  Donne en temps opportun des instructions et des autorisations aux membres de l'équipe d'intervention en SCP ou aux membres de l'équipe, le cas échéant.
  2. 5.2 (3)  Accuse réception des requêtes et des renseignements reçus.
  3. 5.3 (5)  Communique au moment opportun le résultat des interventions à la personne qui les a demandées.
  4. 5.4 (3)  Communique au moment opportun les renseignements nécessaires aux membres de l'équipe d'intervention en SCP ou aux membres de l'équipe, le cas échéant.
  5. 5.5 (2)  Émet en temps opportun les avis nécessaires.
  6. 5.6 (3)  Obtient en temps opportun les autorisations requises de la part de la direction de la centrale.

C.3 Domaines de compétence et attentes génériques relatives au comportement des candidats au poste de CQSC aux centrales à plusieurs tranches

Les domaines de compétence et les AGC dont la liste figure dans cette annexe doivent servir à évaluer le comportement des candidats CQSC des centrales à plusieurs tranches lors de leur examen d'accréditation sur simulateur.

La norme de comportement acceptable à utiliser pour mesurer chaque attente générique est dictée par les attentes spécifiques des documents de la centrale nucléaire en matière de rendement, applicables au poste de CQSC.

Remarque : L'applicabilité d'une AGC à un SED, à un SVPC ou aux deux est indiquée entre parenthèses.

AGC    Domaine de compétence

1.0       Surveillance

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de se tenir constamment et indépendamment au fait de l'état de la tranche ou des systèmes de la centrale à l'aide des instruments appropriés de la SCP, de dispositifs de la salle d'équipement ou de rapports sur le terrain, soit en effectuant les vérifications requises sans recourir aux procédures d'exploitation, soit en effectuant des vérifications pertinentes qui ne figurent pas explicitement dans les procédures d'exploitation en cours d'exécution.

  1. 1.1 (5)  Surveille paramètres critiques de sûreté (PCS) et les principaux paramètres de sûreté (PPS), selon les besoins (SED).
  2. 1.2 (4)  Surveille en temps opportun que les principaux paramètres des systèmes majeurs de la centrale se comportent et se stabilisent comme prévu (SED).
  3. 1.3 (4)  Surveille les alarmes et les indications des panneaux au besoin pour rester au fait des changements qui touchent l'état de l'équipement, des systèmes et de la tranche (SED).
  4. 1.4 (5)  Vérifie en temps opportun que les AAM se produisent et qu'elles ont les effets voulus avant de consulter les procédures (SED).
  5. 1.5 (3)  Vérifie en temps opportun que les interventions de l'opérateur ont ou ont eu les effets voulus (SED).
  6. 1.6 (5)  Vérifie les conditions pertinentes des systèmes, de la tranche et de la centrale avant de donner son autorisation ou d'amorcer une intervention.
2.0       Interventions effectuées sans consulter les procédures

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de diriger l'exécution des interventions requises lorsque l'on ne s'attend pas à ce que les procédures d'exploitation soient consultées, quand il n'y a pas de procédure pertinente ou avant de recourir aux procédures pertinentes lorsque survient une perturbation ou une condition anormale.

  1. 2.1 (2)  S'assure en temps opportun du rappel et du déploiement de l'équipe d'intervention de la salle de commande.
  2. 2.2 (5)  Dirige en temps opportun l'exécution des mesures correctives nécessaires lorsqu'une AAM ne s'est pas produite (SED).
  3. 2.3 (5)  Dirige en temps opportun l'exécution des interventions requises, d'après son diagnostic, avant de consulter les procédures pertinentes.
  4. 2.4 (3)  Dirige en temps opportun l'exécution des interventions requises, sans recourir aux procédures d'exploitation, lorsque l'on ne s'attend pas à ce que celles-ci soient consultées.
  5. 2.5 (4)  Exécute en temps opportun les actions spécifiquement attribuées au CQSC, sans recourir aux procédures d'exploitation, lorsque l'on ne s'attend pas à ce que celles-ci soient consultées.
  6. 2.6 (4)  Dirige en temps opportun l'exécution des interventions requises lorsqu'une perturbation, une condition anormale, une défaillance supplémentaire, une indisponibilité d'équipement ou toute autre condition n'est pas traitée par les procédures.
  7. 2.7 (4)  Applique en temps opportun les mesures correctives ou préventives appropriées lorsque l'état de la centrale menace la sécurité du personnel de la centrale ou la sécurité publique.
  8. 2.8 (5)  Dirige en temps opportun l'exécution de mesures correctives qui ne figurent pas dans les procédures d'exploitation lorsqu'un PCS ou un PPS s'écarte dangereusement de la normale.
3.0       Pose de diagnostics et prise de décisions

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de reconnaître indépendamment les situations anormales, de diagnostiquer indépendamment les défaillances, de choisir les procédures d'exploitation applicables et, à défaut de procédures, de déterminer une marche à suivre pertinente.

  1. 3.1 (5)  Constate en temps opportun qu'un PCS ou un PPS s'écarte dangereusement de la normale (SED).
  2. 3.2 (4)  Constate en temps opportun qu'un paramètre d'un système, que la configuration d'un système ou que l'état de la tranche s'écarte d'une valeur, d'une configuration ou d'un état acceptable défini dans les procédures d'exploitation (SED et SVPC).
  3. 3.3 (5)  Constate en temps opportun qu'une exigence des LCE est sur le point d'être ou a peut-être été enfreinte (SED et SVPC).
  4. 3.4 (5)  Repère sans procédure et en temps opportun les alarmes et les indications qui déterminent la nature de la défaillance et, le cas échéant, constate les conditions d'entrée de la procédure pertinente (SED).
  5. 3.5 (3)  Choisit en temps opportun les procédures applicables d'après son diagnostic (SED et SVPC).
  6. 3.6 (2)  En se reportant aux procédures, détermine en temps opportun la nature de la défaillance ou les procédures particulières qu'il convient d'appliquer (SED et SVPC).
  7. 3.7 (2)  Confirme son diagnostic ou confirme que la procédure choisie est la bonne, à l'aide d'autres moyens à sa disposition tels que les documents de la centrale ou les rapport sur le terrain (SED).
  8. 3.8 (5)  Détermine en temps opportun une marche à suivre appropriée lorsqu'il n'y a pas de procédure pertinente ou lorsque les procédures ne traitent pas complètement de la situation, donnent des instructions contradictoires ou sont inefficaces (SED et SVPC).
  9. 3.9 (4)  Constate en temps opportun que la centrale présente des conditions anormales simultanées qu'il faut corriger et établit l'ordre d'exécution des interventions nécessaires pour remédier à ces conditions, compte tenu de leur importance relative (SED et SVPC).
  10. 3.10 (3) Détermine la cause précise d'une défaillance à l'aide de toutes les données disponibles (SED).
  11. 3.11 (5) Détermine en temps opportun les mesures correctives requises lorsqu'un PCS ou un PPS s'écarte dangereusement de la normale (SED).
  12. 3.12 (4) Suite à l'occurrence d'une perturbation ou d'une condition anormale, détermine l'état final dans lequel il faut placer la centrale, ainsi que tout état intermédiaire d'importance, et l'échéancier pour atteindre l'état final (SED et SVPC).
  13. 3.13 (5) Détermine la pertinence d'une demande d'effectuer une manœuvre ou une intervention qui exige l'autorisation du GQ d'après un examen judicieux des conditions, des contraintes et des limites des systèmes, des tranches et de la centrale, avant d'autoriser la manœuvre ou l'intervention en question.
4.0       Respect des procédures         

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de diriger l'exécution des actions et des vérifications requises, à l'aide de la procédure pertinente approuvée. Il sert aussi à évaluer la capacité d'effectuer les actions et les vérifications expressément confiées au CQSC en consultant la procédure pertinente approuvée.

  1. 4.1 (3)  Dirige l'exécution de la procédure pertinente correctement et dans le bon ordre.
  2. 4.2 (5)  Dirige en temps opportun l'exécution d'une procédure de restauration d'un PCS, lorsque cela est nécessaire.
  3. 4.3 (3)  Exécute toutes les étapes d'une procédure approuvée qui relève spécifiquement du CQSC correctement et dans le bon ordre.
5.0       Communication et interaction avec l'équipe

Ce domaine de compétence sert à évaluer la capacité de communiquer avec les autres membres de l'équipe d'intervention en SCP ou membres de l'équipe de manière claire et précise ainsi que la capacité d'interagir efficacement avec eux.

  1. 5.1 (5)  Donne en temps opportun des instructions et des autorisations aux membres de l'équipe d'intervention en SCP ou aux membres de l'équipe, le cas échéant.
  2. 5.2 (3)  Accuse réception des requêtes et des renseignements reçus.
  3. 5.3 (5)  Communique au moment opportun le résultat des interventions à la personne qui les a demandées.
  4. 5.4 (3)  Communique au moment opportun les renseignements nécessaires aux membres de l'équipe d'intervention en SCP ou aux membres de l'équipe, le cas échéant.
  5. 5.5 (2)  Émet en temps opportun les avis nécessaires.
  6. 5.6 (3)  Obtient en temps opportun les autorisations requises de la part de la direction de la centrale.

C.4 Conception d'un SEC pour l'examen des OR

L'équipe d'examen doit concevoir chaque SEC destiné aux candidats opérateurs de réacteur conformément aux critères qui suivent :

  1. Définir les conditions initiales de la centrale nucléaire à la section 2 du guide d'examen conformément aux critères qui suivent :
    1. préciser la puissance de chaque réacteur, la charge de chaque turboalternateur, l'état des principaux systèmes des diverses tranches, l'équipement hors service, l'état des activités de chargement du combustible et toute autre condition pertinente de la centrale, comme les tests de routine et les activités d'entretien en cours
    2. seulement une partie de l'équipement hors service durant le SEC peut avoir un effet sur les actions que les candidats devront effectuer
    3. les conditions initiales de la centrale ne contreviennent pas aux exigences formulées dans les documents d'exploitation de la centrale
  2. Repérer un certain nombre de défaillances principales, classer chacune d'entre elles dans l'une des catégories définies à la sous-section 13.4.1 et les disposer dans un ordre plausible. Sélectionner les défaillances principales, avec l'heure de leur occurrence, en fonction des critères suivants :
    1. La durée prévue du SEC ne dépasse guère 50 minutes.
    2. Le SEC compte une défaillance principale de catégorie 2 ou 3 qui exige des candidats une intervention complexe, ou le SEC compte une défaillance principale de catégorie 4.
    3. Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance principale de catégorie 4.
    4. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances principales de catégories 3 et 4.
    5. Le SEC ne compte pas plus de quatre défaillances principales.
    6. Les limites supérieures énoncées aux alinéas c) à e) peuvent être dépassées si l'une des défaillances choisies créerait dans la centrale des conditions qui peuvent provoquer à leur tour d'autres défaillances, si l'on s'appuie sur les analyses de sûreté de la centrale ou sur un incident survenu dans le secteur nucléaire qui pourrait vraisemblablement se produire à la centrale.
    7. Il faut choisir une défaillance principale qui entraîne une détérioration de l'état de la tranche qui aura un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter en réaction à une défaillance principale subséquente.

      De préférence, les défaillances principales devraient être ordonnées de façon à ce qu'il y ait une détérioration graduelle de l'état de la centrale.

    8. Le délai prévu entre deux défaillances principales successives est suffisant pour qu'un OR compétent et l'équipe de soutien aient le temps de réagir de la façon attendue à la première défaillance principale avant que la suivante se produise.

    Les défaillances principales peuvent être tirées de la documentation suivante :

    • rapports d'événements importants survenus à la centrale et dans le reste du secteur nucléaire
    • manuels d'exploitation et notes de service sur l'exploitation
    • procédures d'exploitation d'urgence et manuels en cas d'incidents anormaux
    • manuels de conception et autres documents techniques de base
    • rapport d'analyse de la sûreté de la centrale
    • manuels de formation
    • liste des défaillances que le simulateur peut reproduire et scénarios de formation sur simulateur
  3. Repérer un certain nombre de défaillances secondaires liées aux défaillances principales et déterminer l'heure de leur occurrence. Sélectionner ces défaillances en fonction des critères suivants :
    1. Chaque défaillance secondaire répond aux critères énoncés à la sous-section 16.3.1.
    2. Le SEC compte au moins quatre défaillances principales ou supplémentaires.
    3. Le SEC ne compte pas plus de 10 défaillances principales et secondaires au total.
    4. Le SEC ne compte pas plus de cinq défaillances supplémentaires associées à une défaillance principale donnée.
    5. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances d'indicateurs.
    6. Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance secondaire qui provoque une indisponibilité de niveau 1 ou 2 d'un système spécial de sûreté.
    7. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires qui provoquent une indisponibilité d'un système spécial de sûreté.
    8. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente.
    9. Les limites supérieures énoncées aux alinéas c) à h) peuvent être dépassées si l'une des défaillances principales choisies créerait dans la centrale des conditions qui peuvent provoquer à leur tour d'autres défaillances, si l'on s'appuie sur les analyses de sûreté de la centrale ou sur un incident survenu dans le secteur nucléaire qui pourrait vraisemblablement se produire à la centrale.
  4. Pour satisfaire au critère 7.a de la sous-section 14.1, il y a lieu de choisir certaines combinaisons de défaillances et de conditions de la centrale qui créent des situations pour lesquelles les procédures d'exploitation ne donnent pas d'instructions précises.
  5. Pour satisfaire au critère 7.b de la sous-section 14.1, il y a lieu de choisir des défaillances complexes ou des conditions de la tranche simultanées qui obligent les candidats à déterminer les interventions à effectuer en priorité.
  6. Déterminer, parmi la documentation officielle, tous les documents d'exploitation qu'il faut utiliser pour réagir aux défaillances principales et secondaires.
  7. Fixer les conditions qui encadrent la participation des membres de l'équipe de soutien en salle de commande, soit :
    1. le nombre de personnes disponibles et leurs rôles respectifs
    2. l'endroit où doit se trouver chaque personne au début du SEC
    3. le moment où chaque personne appelée doit arriver au groupe réacteur simulé
    4. à une centrale à plusieurs tranches, si l'on donnera à un ou à plusieurs des membres accrédités de l'équipe de soutien la consigne de quitter le groupe réacteur simulé pendant le SEC et, dans cette éventualité
      1. à quel moment chaque personne doit partir
      2. à quel moment elle doit revenir, s'il y a lieu
  8. Déterminer le point final du SEC en précisant l'état final dans lequel doit se trouver la tranche, une étape particulière d'une procédure qu'il faut exécuter, ou une décision ou une action particulière qu'on attend des candidats. Le point final doit être choisi de sorte que les examinateurs puissent l'observer aisément.
  9. Déterminer la façon appropriée de réagir à chacune des défaillances principales et secondaires. Veiller à ce que cette réponse soit claire et unique.
  10. Estimer la complexité globale du SEC en tenant compte du nombre de défaillances principales et secondaires et du délai prévu entre les défaillances successives, de l'effet des conditions initiales de la centrale sur les actions à exécuter, et des restrictions imposées quant à la disponibilité des membres de l'équipe de soutien en salle de commande. S'assurer qu'un OR compétent aurait le temps de réagir comme prévu après chaque défaillance.
  11. S'assurer que le SEC exige bien que les candidats démontrent leurs compétences dans chacun des domaines de compétence évalués par l'examen.
  12. Déterminer les paramètres de systèmes dont l'évolution sera enregistrée pendant l'examen pour être utilisée par la suite lors de la notation de l'examen. Ces paramètres doivent être sélectionnés en fonction de leur sensibilité aux défaillances choisies et des actions que le candidat est censé accomplir (il faut au moins enregistrer l'évolution des paramètres énumérés à l'annexe C.17).
  13. Remplir une fiche de contrôle de la conception du SEC, de la façon précisée à la section 14, pour confirmer que le SEC satisfait aux critères de la fiche.
  14. Achever l'élaboration de l'examen d'accréditation conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.1.
  15. Élaborer chaque guide d'examen conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.5.

C.5 Conception d'un SEC pour l'examen des OT0

L'équipe d'examen doit concevoir chaque SEC destiné aux candidats opérateurs de la tranche 0 conformément aux critères qui suivent :

  1. Définir les conditions initiales de la centrale nucléaire à la section 2 du guide d'examen conformément aux critères qui suivent :
    1. Préciser la puissance de chaque réacteur,  la charge de chaque turboalternateur , l'état des principaux systèmes des diverses tranches et de la tranche 0, l'équipement hors service, l'état des activités de chargement du combustible et toute autre condition pertinente de la centrale, comme les tests de routine et les activités d'entretien en cours.
    2. Seulement une partie de l'équipement hors service durant le SEC peut avoir un effet sur les actions que les candidats devront effectuer.
    3. Les conditions initiales de la centrale ne contreviennent pas aux exigences formulées dans les documents d'exploitation de la centrale.
  2. Repérer un certain nombre de défaillances principales, classer chacune d'entre elles dans l'une des catégories définies à la sous-section 13.4.1 et les disposer dans un ordre plausible. Sélectionner les défaillances principales, avec l'heure de leur occurrence, en fonction des critères suivants :
    1. La durée prévue du SEC ne dépasse guère 60 minutes.
    2. Le SEC compte une défaillance principale de catégorie 2 des systèmes exploités par les opérateurs de la tranche 0, pouvant avoir un effet sur la sûreté du réacteur et qui exige des candidats une intervention complexe, ou le SEC compte une défaillance principale de catégorie 2, 3 ou 4 survenant au niveau du groupe réacteur et qui exige des candidats une intervention complexe au niveau des systèmes exploités par les opérateurs de la tranche 0.
    3. Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance principale de catégorie 4.
    4. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances principales qui exigent des candidats une intervention complexe.
    5. Le SEC ne compte pas plus de quatre défaillances principales.
    6. Les limites supérieures énoncées aux alinéas c) à e) peuvent être dépassées si l'une des défaillances choisies créerait dans la centrale des conditions qui peuvent provoquer à leur tour d'autres défaillances, si l'on s'appuie sur les analyses de sûreté de la centrale ou sur un incident survenu dans le secteur nucléaire qui pourrait vraisemblablement se produire à la centrale.
    7. Choisir une défaillance principale qui entraîne une détérioration de l'état de la tranche 0 qui aura un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter en réaction à une défaillance principale subséquente.

      De préférence, les défaillances principales devraient être ordonnées de façon à ce qu'il y ait une détérioration graduelle de l'état de la centrale.

    8. Le délai prévu entre deux défaillances principales successives est suffisant pour qu'un opérateur de la tranche 0 compétent et l'équipe de soutien aient le temps de réagir de la façon attendue à la première défaillance principale avant que la suivante se produise.

    Les défaillances principales peuvent être tirées de la documentation suivante :

    • rapports d'événements importants survenus à la centrale et dans le reste du secteur nucléaire
    • manuels d'exploitation et notes de service sur d'exploitation
    • procédures d'exploitation d'urgence et manuels en cas d'incidents anormaux
    • manuels de conception et autres documents techniques de base
    • rapport d'analyse de la sûreté de la centrale nucléaire
    • manuels de formation
    • liste des défaillances que le simulateur peut reproduire et scénarios de formation sur simulateur
  3. Repérer un certain nombre de défaillances secondaires liées aux défaillances principales et déterminer l'heure de leur occurrence. Sélectionner ces défaillances en fonction des critères suivants :
    1. Chaque défaillance secondaire répond aux critères énoncés à la sous-section 13.4.2.
    2. Le SEC compte au moins quatre défaillances principales et supplémentaires.
    3. Le SEC ne compte pas plus de 10 défaillances principales et secondaires au total.
    4. Le SEC ne compte pas plus de cinq défaillances supplémentaires associées à une défaillance principale donnée.
    5. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances d'indicateurs.
    6. Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance secondaire qui provoque une indisponibilité de niveau 1 ou 2 d'un système spécial de sûreté.
    7. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires qui provoquent une indisponibilité d'un système spécial de sûreté.
    8. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente.
    9. Les limites supérieures énoncées aux alinéas c) à h) peuvent être dépassées si l'une des défaillances principales choisies créerait dans la centrale des conditions qui peuvent provoquer à leur tour d'autres défaillances, si l'on s'appuie sur les analyses de sûreté de la centrale ou sur un incident survenu dans le secteur nucléaire qui pourrait vraisemblablement se produire à la centrale.
  4. Pour satisfaire au critère 6.d de la sous-section 14.2, il y a lieu de choisir certaines combinaisons de défaillances et de conditions de la centrale qui créent des situations pour lesquelles les procédures d'exploitation ne donnent pas d'instructions précises.
  5. Pour satisfaire au critère 9 de la sous-section 14.2, il y a lieu de choisir des défaillances complexes ou des conditions anormales simultanées qui obligent les candidats à déterminer les interventions à effectuer en priorité.
  6. Déterminer, parmi la documentation officielle, tous les documents d'exploitation qu'il faut utiliser pour réagir aux défaillances principales et secondaires.
  7. Fixer les conditions qui encadrent la participation des membres de l'équipe de soutien en salle de commande, soit :
    1. le nombre de personnes disponibles et leurs rôles respectifs
    2. l'endroit où doit se trouver chaque personne au début du SEC
    3. le moment où chaque personne appelée doit arriver à la tranche 0
    4. si l'on donnera à un ou à plusieurs des membres accrédités de l'équipe de soutien la consigne de quitter la tranche 0 pendant le SEC et, dans cette éventualité :
      1. à quel moment chaque personne doit partir
      2. à quel moment elle doit revenir à la tranche 0, s'il y a lieu
  8. Déterminer le point final du SEC en précisant l'état final dans lequel doit se trouver la tranche 0 ou la centrale, une étape particulière d'une procédure qu'il faut exécuter, ou une décision ou une action particulière qu'on attend des candidats. Le point final doit être choisi de sorte que les examinateurs puissent l'observer aisément.
  9. Déterminer la façon appropriée de réagir à chacune des défaillances principales et secondaires. Veiller à ce que cette réponse soit claire et unique.
  10. Estimer la complexité globale du SEC en tenant compte du nombre de défaillances principales et secondaires et du délai prévu entre les défaillances successives, de l'effet des conditions initiales de la centrale sur les actions à exécuter, et des restrictions imposées quant à la disponibilité des membres de l'équipe de soutien en salle de commande. S'assurer qu'un opérateur de la tranche 0 compétent aurait le temps de réagir comme prévu après chaque défaillance.
  11. S'assurer que le SEC exige bien que les candidats démontrent leurs compétences dans chacun des domaines de compétence évalués par l'examen.
  12. Déterminer les paramètres de systèmes dont l'évolution sera enregistrée pendant l'examen pour être utilisée par la suite lors de la notation de l'examen. Ces paramètres doivent être sélectionnés en fonction de leur sensibilité aux défaillances choisies et des actions que le candidat est censé accomplir.
  13. Remplir une fiche de contrôle de la conception du SEC, de la façon précisée à la section 14, pour confirmer que le SEC satisfait aux critères de la fiche.
  14. Achever l'élaboration de l'examen d'accréditation conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.2.
  15. Élaborer chaque guide d'examen conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.5.

C.6 Conception d'un SEC pour l'examen des CQC

L'équipe d'examen doit concevoir chaque SEC destiné aux candidats chefs de quart de centrale aux centrales à une tranche conformément aux critères qui suivent :

  1. Définir les conditions initiales de la centrale nucléaire à la section 2 du guide d'examen conformément aux critères qui suivent :
    1. Préciser la puissance du réacteur, la charge du turboalternateur, l'état des principaux systèmes de la centrale, l'équipement hors service, l'état des activités de chargement du combustible et toute autre condition pertinente de la centrale, comme les tests de routine et les activités d'entretien en cours.
    2. Seulement une partie de l'équipement hors service durant le SEC peut avoir un effet sur les actions que les candidats devront effectuer.
    3. Les conditions initiales de la centrale ne contreviennent pas aux exigences formulées dans les documents d'exploitation de la centrale.
  2. Repérer un certain nombre de défaillances principales, autres que des défaillances principales de catégorie 1, classer chacune d'entre elles dans l'une des catégories définies à la sous-section 13.4.1 et les disposer dans un ordre plausible. Sélectionner les défaillances principales, avec l'heure de leur occurrence, en fonction des critères suivants :
    1. La durée prévue du SEC ne dépasse guère 50 minutes.
    2. Le SEC compte une défaillance principale de catégorie 2 ou 3 qui exige des candidats une intervention complexe, ou le SEC compte une défaillance principale de catégorie 4.
    3. Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance principale de catégorie 4.
    4. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances principales de catégories 3 et 4.
    5. Le SEC ne compte pas plus de quatre défaillances principales.
    6. Les limites supérieures énoncées aux alinéas c) à e) peuvent être dépassées si l'une des défaillances choisies créerait dans la centrale des conditions qui peuvent provoquer à leur tour d'autres défaillances, si l'on s'appuie sur les analyses de sûreté de la centrale ou sur un incident survenu dans le secteur nucléaire qui pourrait vraisemblablement se produire à la centrale.
    7. Choisir une défaillance principale qui entraîne une détérioration de l'état de la centrale qui aura un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter en réaction à une défaillance principale subséquente.

      De préférence, les défaillances principales devraient être ordonnées de façon à ce qu'il y ait une détérioration graduelle de l'état de la centrale.

    8. Le délai prévu entre deux défaillances principales successives est suffisant pour qu'un CQC compétent et l'équipe de soutien aient le temps de réagir de la façon attendue à la première défaillance principale avant que la suivante se produise.

      Les défaillances principales peuvent être tirées de la documentation suivante :

      • rapports d'événements importants survenus à la centrale et dans le reste du secteur nucléaire
      • manuels d'exploitation et notes de service sur l'exploitation
      • procédures d'exploitation d'urgence et manuels en cas d'incidents anormaux
      • manuels de conception et autres documents techniques de base
      • rapport d'analyse de la sûreté de la centrale nucléaire
      • manuels de formation
      • liste des défaillances que le simulateur peut reproduire et scénarios de formation sur simulateur
  3. Repérer un certain nombre de défaillances secondaires liées aux défaillances principales et déterminer l'heure de leur occurrence. Sélectionner ces défaillances en fonction des critères suivants :
    1. Chaque défaillance secondaire répond aux critères énoncés à la sous-section 13.4.2.
    2. Le SEC compte au moins quatre défaillances principales et supplémentaires.
    3. Le SEC ne compte pas plus de 10 défaillances principales et secondaires au total.
    4. Le SEC ne compte pas plus de cinq défaillances supplémentaires associées à une défaillance principale donnée.
    5. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances d'indicateurs.
    6. Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance secondaire qui provoque une indisponibilité de niveau 1 ou 2 d'un système spécial de sûreté.
    7. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires qui provoquent une indisponibilité d'un système spécial de sûreté.
    8. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente.
    9. Les limites supérieures énoncées aux alinéas c) à h) peuvent être dépassées si l'une des défaillances principales choisies créerait dans la centrale des conditions qui peuvent provoquer à leur tour d'autres défaillances, si l'on s'appuie sur les analyses de sûreté de la centrale ou sur un incident survenu dans le secteur nucléaire qui pourrait vraisemblablement se produire à la centrale.
  4. Sélectionner des défaillances qui, dans les conditions initiales définies de la centrale, créent des situations anormales dont la résolution serait confiée au CQC, telles que des défaillances qui provoquent une indisponibilité de systèmes spéciaux de sûreté ou de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente, une exigence des LCE qui n'est pas respectée ou des problèmes liés au contrôle de la puissance du réacteur, au refroidissement du combustible ou au confinement de la radioactivité.
  5. Choisir des défaillances complexes ou des conditions de la centrale simultanées qui obligent les candidats à déterminer les interventions à effectuer en priorité.
  6. Pour satisfaire au critère 10 de la sous-section 14.3, il y a lieu de choisir certaines combinaisons de défaillances et de conditions de la centrale qui créent des situations pour lesquelles les procédures d'exploitation ne donnent pas d'instructions précises.
  7. Déterminer, parmi la documentation officielle, tous les documents d'exploitation qu'il faut utiliser pour réagir aux défaillances principales et secondaires.
  8. Fixer les conditions qui encadrent la participation des membres de l'équipe de soutien en salle de commande, soit :
    1. le nombre de personnes disponibles et leurs rôles respectifs
    2. l'endroit où doit se trouver chaque personne au début du SEC
    3. le moment où chaque personne appelée doit arriver en salle de commande
  9. Déterminer le point final du SEC en précisant l'état final dans lequel doit se trouver la centrale, une étape particulière d'une procédure qu'il faut exécuter, ou une décision ou une instruction particulière qu'on attend des candidats. Le point final doit être choisi de sorte que les examinateurs puissent l'observer aisément.
  10. Déterminer la façon appropriée de réagir à chacune des défaillances principales et secondaires. Veiller à ce que cette réponse soit claire et unique.
  11. Estimer la complexité globale du SEC en tenant compte du nombre de défaillances principales et secondaires et du délai prévu entre les défaillances successives, de l'effet des conditions initiales de la centrale sur les actions à exécuter, et des restrictions imposées quant à la disponibilité des membres de l'équipe de soutien en salle de commande. S'assurer qu'un CQC compétent aurait le temps de réagir comme prévu après chaque défaillance.
  12. S'assurer que le SEC exige bien que les candidats démontrent leurs compétences dans chacun des domaines de compétence évalués par l'examen.
  13. Déterminer les paramètres de systèmes dont l'évolution sera enregistrée pendant l'examen pour être utilisée par la suite lors de la notation de l'examen. Ces paramètres doivent être sélectionnés en fonction de leur sensibilité aux défaillances choisies et des actions que le candidat est censé accomplir (il faut au moins enregistrer l'évolution des paramètres énumérés à l'annexe C.17).
  14. Remplir une fiche de contrôle de la conception du SEC, de la façon précisée à la section 14, pour confirmer que le SEC satisfait aux critères de la fiche.
  15. Achever l'élaboration de l'examen d'accréditation conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.3.
  16. Élaborer chaque guide d'examen conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.5.

C.7 Conception d'un SEA pour l'examen des CQC

L'équipe d'examen doit concevoir chaque SEA destiné aux candidats chefs de quart de centrale aux centrales à une tranche conformément aux critères qui suivent :

  1. Définir les conditions initiales de la centrale nucléaire à la section 2 du guide d'examen conformément au critère 1 de l'annexe C.6.
  2. Définir un certain nombre de défaillances principales, autres que des défaillances principales de catégorie 1, classer chacune d'entre elles dans l'une des catégories définies à la sous-section 13.4.1 et les disposer dans un ordre plausible. Sélectionner les défaillances principales, avec l'heure de leur occurrence, en fonction des critères suivants :
    1. La durée prévue du SEA ne dépasse guère 25 minutes;
    2. Le SEA compte une défaillance principale de catégorie 2 ou 3 qui exige des candidats une intervention complexe, ou le SEA compte une défaillance principale de catégorie 4;
    3. Le SEA ne compte pas plus d'une défaillance principale de catégorie 4;
    4. Le SEA ne compte pas plus de deux défaillances principales;
    5. Les limites supérieures énoncées aux alinéas c) et d) peuvent être dépassées si l'une des défaillances choisies créerait dans la centrale des conditions qui peuvent provoquer à leur tour d'autres défaillances, si l'on s'appuie sur les analyses de sûreté de la centrale ou sur un incident survenu dans le secteur nucléaire qui pourrait vraisemblablement se produire à la centrale;
    6. Choisir une défaillance principale qui entraîne une détérioration de l'état de la centrale qui aura un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter en réaction à une défaillance principale subséquente;
    7. Le SEA compte une défaillance principale de catégorie 3 ou 4 ou au moins trois défaillances secondaires (dont au moins deux d'entre elles sont des défaillances supplémentaires) lorsque le SEA ne compte aucune défaillance principale de catégorie 3 ou 4;
    8. Le cas échéant, le délai prévu entre deux défaillances principales successives est suffisant pour qu'un CQC compétent et l'équipe de soutien aient le temps de réagir de la façon attendue à la première défaillance principale avant que la suivante se produise.

      Une défaillance principale peut être tirée de la documentation suivante :

      • rapports d'événements importants survenus à la centrale et dans le reste du secteur nucléaire
      • manuels d'exploitation et notes de service sur d'exploitation
      • procédures d'exploitation d'urgence et manuels en cas d'incidents anormaux
      • manuels de conception et autres documents techniques de base
      • rapport d'analyse de la sûreté de la centrale
      • manuels de formation
      • liste des défaillances que le simulateur peut reproduire et scénarios de formation sur simulateur
  3. Repérer un certain nombre de défaillances secondaires liées aux défaillances principales et déterminer l'heure de leur occurrence. Sélectionner ces défaillances en fonction des critères suivants :
    1. Chaque défaillance secondaire répond aux critères énoncés à la sous-section 13.4.2.
    2. Le SEA compte au moins deux défaillances principales et supplémentaires.
    3. Le SEA compte au moins trois défaillances secondaires (dont au moins deux sont des défaillances supplémentaires) lorsque le SEA ne compte aucune défaillance principale de catégorie 3 ou 4.
    4. Le SEA ne compte pas plus de cinq défaillances principales et secondaires au total.
    5. Le SEA ne compte pas plus de trois défaillances supplémentaires.
    6. Le SEA ne compte pas plus de deux défaillances d'indicateurs.
    7. Le SEA ne compte pas plus d'une défaillance secondaire qui provoque une indisponibilité de niveau 1 ou 2 d'un système spécial de sûreté.
    8. Le SEA ne compte pas plus de trois défaillances secondaires qui provoquent une indisponibilité d'un système spécial de sûreté.
    9. Le SEA ne compte pas plus de deux défaillances secondaires de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente.
    10. Les limites supérieures énoncées aux alinéas d) à i) peuvent être dépassées si l'une des défaillances principales choisies créerait dans la centrale des conditions qui peuvent provoquer à leur tour d'autres défaillances, si l'on s'appuie sur les analyses de sûreté de la centrale ou sur un incident survenu dans le secteur nucléaire qui pourrait vraisemblablement se produire à la centrale.
    11. Les défaillances secondaires touchent uniquement les indicateurs, équipements, composants ou dispositifs de commande que les candidats sont censés vérifier pendant le déroulement du SEA dynamique.
    12. Le nombre et la nature des défaillances secondaires sont tels qu'un gestionnaire de quart compétent aurait le temps de réagir de la façon attendue à ces défaillances pendant le déroulement du SEA.
  4. Sélectionner des défaillances qui, dans les conditions initiales définies de la centrale, créent des situations anormales dont la résolution serait confiée au CQC, telles que des défaillances qui provoquent une indisponibilité de systèmes spéciaux de sûreté ou de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente, une exigence des LCE qui n'est pas respectée ou des problèmes liés au contrôle de la puissance du réacteur, au refroidissement du combustible ou au confinement de la radioactivité.
  5. Pour satisfaire au critère 10.a de la sous-section 14.3, il y a lieu de choisir certaines combinaisons de défaillances et de conditions de la centrale qui créent des situations pour lesquelles les procédures d'exploitation ne donnent pas d'instructions précises.
  6. Pour satisfaire au critère 9 de la sous-section 14.3, il y a lieu de choisir des défaillances complexes ou des conditions de la centrale simultanées qui obligent les candidats à déterminer les interventions à effectuer en priorité.
  7. Déterminer, parmi la documentation officielle, tous les documents d'exploitation qu'il faut utiliser pour réagir aux défaillances principales et secondaires.
  8. Fixer les conditions qui encadrent la participation des membres de l'équipe de soutien en salle de commande, soit :
    1. le nombre de personnes disponibles et leurs rôles respectifs
    2. l'endroit où doit se trouver chaque personne au début du SEA
    3. le moment où chaque personne appelée doit arriver en salle de commande
  9. Déterminer le point final du SEA en précisant l'état final dans lequel doit se trouver la centrale, une étape particulière d'une procédure qu'il faut exécuter, ou une décision ou une instruction particulière qu'on attend des candidats. Le point final doit être choisi de sorte que les examinateurs puissent l'observer aisément.
  10. Déterminer la façon appropriée de réagir à chacune des défaillances principales et secondaires. Veiller à ce que cette réponse soit claire et unique.
  11. Estimer la complexité globale du SEA en tenant compte du nombre de défaillances principales et secondaires, du délai prévu entre les défaillances successives ainsi que de l'effet des conditions initiales de la centrale sur les actions à exécuter. S'assurer qu'un CQC compétent aurait le temps de réagir comme prévu après chaque défaillance.
  12. Déterminer les paramètres de systèmes dont l'évolution sera enregistrée pendant l'examen pour être utilisée par la suite lors de la notation de l'examen. Ces paramètres doivent être sélectionnés en fonction de leur sensibilité aux défaillances choisies et des actions que le candidat est censé accomplir (il faut au moins enregistrer l'évolution des paramètres énumérés à l'annexe C.17).
  13. Remplir une fiche de contrôle de la conception du SEA, de la façon précisée à la section 14, pour confirmer que le SEA satisfait aux critères de la fiche.
  14. Achever l'élaboration de l'examen d'accréditation conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.3.
  15. Élaborer chaque guide d'examen conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.5.

C.8 Conception d'un SEC pour l'examen des CQSC

L'équipe d'examen doit concevoir chaque SEC destiné aux candidats chefs de quart en salle de commande aux centrales à plusieurs tranches conformément aux critères qui suivent :

  1. Définir les conditions initiales de la centrale nucléaire à la section 2 du guide d'examen conformément aux critères qui suivent :
    1. Préciser la puissance de chaque réacteur, la charge de chaque  turboalternateur, l'état des principaux systèmes des diverses tranches, l'équipement hors service, l'état des activités de chargement du combustible et toute autre condition pertinente de la centrale, comme les tests de routine et les activités d'entretien en cours.
    2. Seulement une partie de l'équipement hors service durant le SEC peut avoir un effet sur les actions que les candidats devront effectuer.
    3. Les conditions initiales de la centrale ne contreviennent pas aux exigences formulées dans les documents d'exploitation de la centrale.
  2. Définir un certain nombre de défaillances principales, autres que des défaillances principales de catégorie 1, classer chacune d'entre elles dans l'une des catégories définies à la sous-section 13.4.1 et les disposer dans un ordre plausible. Sélectionner les défaillances principales, avec l'heure de leur occurrence, en fonction des critères suivants :
    1. La durée prévue du SEC ne dépasse guère 50 minutes.
    2. Le SEC compte une défaillance principale de catégorie 2 ou 3 qui exige des candidats une intervention complexe, ou le SEC compte une défaillance principale de catégorie 4.
    3. Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance principale de catégorie 4.
    4. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances principales de catégories 3 et 4.
    5. Le SEC ne compte pas plus de quatre défaillances principales.
    6. Les limites supérieures énoncées aux alinéas c) à e) peuvent être dépassées si l'une des défaillances choisies créerait dans la centrale des conditions qui peuvent provoquer à leur tour d'autres défaillances, si l'on s'appuie sur les analyses de sûreté de la centrale ou sur un incident survenu dans le secteur nucléaire qui pourrait vraisemblablement se produire à la centrale.
    7. Choisir une défaillance principale qui entraîne une détérioration de l'état de la centrale qui aura un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter en réaction à une défaillance principale subséquente.

      De préférence, les défaillances principales devraient être ordonnées de façon à ce qu'il y ait une détérioration graduelle de l'état de la centrale.

    8. Le délai prévu entre deux défaillances principales successives est suffisant pour qu'un CQSC compétent et l'équipe de soutien aient le temps de réagir de la façon attendue à la première défaillance principale avant que la suivante se produise.

    Les défaillances principales peuvent être tirées de la documentation suivante :

    • rapports d'événements importants survenus à la centrale et dans le reste du secteur nucléaire
    • manuels d'exploitation et notes de service sur l'exploitation
    • procédures d'exploitation d'urgence et manuels en cas d'incidents anormaux
    • manuels de conception et autres documents techniques de base
    • rapport d'analyse de la sûreté de la centrale
    • manuels de formation
  3. Repérer un certain nombre de défaillances secondaires liées aux défaillances principales et déterminer l'heure de leur occurrence. Sélectionner ces défaillances en fonction des critères suivants :
    1. Chaque défaillance secondaire répond aux critères énoncés à la sous-section 13.4.2.
    2. Le SEC compte au moins quatre défaillances principales et supplémentaires.
    3. Le SEC ne compte pas plus de 10 défaillances principales et secondaires au total.
    4. Le SEC ne compte pas plus de cinq défaillances supplémentaires associées à une défaillance principale donnée.
    5. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances d'indicateurs.
    6. Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance secondaire qui provoque une indisponibilité de niveau 1 ou 2 d'un système spécial de sûreté.
    7. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires qui provoquent une indisponibilité d'un système spécial de sûreté.
    8. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente.
    9. Les limites supérieures énoncées aux alinéas c) à h) peuvent être dépassées si l'une des défaillances principales choisies créerait dans la centrale des conditions qui peuvent provoquer à leur tour d'autres défaillances, si l'on s'appuie sur les analyses de sûreté de la centrale ou sur un incident survenu dans le secteur nucléaire qui pourrait vraisemblablement se produire à la centrale.
  4. Sélectionner des défaillances qui, dans les conditions initiales définies de la centrale, créent des situations anormales dont la résolution serait confiée au CQSC, telles que des défaillances qui provoquent une indisponibilité de systèmes spéciaux de sûreté ou de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente, une exigence des LCE qui n'est pas respectée ou des problèmes liés au contrôle de la puissance du réacteur, au refroidissement du combustible ou au confinement de la radioactivité.
  5. Choisir des défaillances complexes ou des conditions de la centrale simultanées qui obligent les candidats à déterminer les interventions à effectuer en priorité.
  6. Pour satisfaire au critère 12 de la sous-section 14.4, il y a lieu de choisir certaines combinaisons de défaillances et de conditions de la centrale qui créent des situations pour lesquelles les procédures d'exploitation ne donnent pas d'instructions précises.
  7. Déterminer, parmi la documentation officielle, tous les documents d'exploitation qu'il faut utiliser pour réagir aux défaillances principales et secondaires.
  8. Fixer les conditions qui encadrent la participation des membres de l'équipe de soutien en salle de commande, soit :
    1. le nombre de personnes disponibles et leurs rôles respectifs
    2. l'endroit où doit se trouver chaque personne au début du SEC
    3. le moment où chaque personne appelée doit arriver au groupe réacteur simulé ou à la tranche 0
    4. si l'on donnera à un ou à plusieurs des membres accrédités de l'équipe de soutien la consigne de quitter le groupe réacteur simulé ou la tranche 0 pendant le SEC et, dans cette éventualité
      1. à quel moment chaque personne doit partir
      2. à quel moment elle doit revenir à la tranche pertinente, s'il y a lieu
  9. En cas de SEC au cours duquel les candidats doivent donner des directives précises concernant l'exécution d'une séquence complexe d'interventions de l'opérateur pour satisfaire au critère 9 de la sous-section 14.4, déterminer la suite précise des actions que les candidats doivent demander d'exécuter.
  10. Déterminer le point final du SEC en précisant l'état final dans lequel doit se trouver la centrale, une étape particulière d'une procédure qu'il faut exécuter, ou une décision ou une instruction particulière qu'on attend des candidats. Le point final doit être choisi de sorte que les examinateurs puissent l'observer aisément.
  11. Déterminer la façon appropriée de réagir à chacune des défaillances principales et secondaires. Veiller à ce que cette réponse soit claire et unique.
  12. Estimer la complexité globale du SEC en tenant compte du nombre de défaillances principales et secondaires et du délai prévu entre les défaillances successives, de l'effet des conditions initiales de la centrale sur les actions à exécuter, et des restrictions imposées quant à la disponibilité des membres de l'équipe de soutien en salle de commande. S'assurer qu'un CQSC compétent aurait le temps de réagir comme prévu après chaque défaillance.
  13. S'assurer que le SEC exige bien des candidats qu'ils démontrent leurs compétences dans chacun des domaines de compétence évalués par l'examen.
  14. Déterminer les paramètres de systèmes dont l'évolution sera enregistrée pendant l'examen pour être utilisée par la suite lors de la notation de l'examen. Ces paramètres doivent être sélectionnés en fonction de leur sensibilité aux défaillances choisies et des actions que le candidat est censé accomplir (il faut au moins enregistrer l'évolution des paramètres énumérés à l'annexe C.17).
  15. Remplir une fiche de contrôle de la conception du SEC, de la façon précisée à la section 14, pour confirmer que le SEC satisfait aux critères de la fiche.
  16. Achever l'élaboration de l'examen d'accréditation conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.4.
  17. Élaborer chaque guide d'examen conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.5.

C.9 Conception d'un SED pour l'examen des CQSC

L'équipe d'examen doit concevoir chaque SED destiné aux candidats chefs de quart en salle de commande aux centrales à plusieurs tranches conformément aux critères qui suivent :

  1. Définir les conditions initiales de la centrale nucléaire à la section 2 du guide d'examen conformément aux critères qui suivent :
    1. Préciser la puissance de chaque réacteur, la charge de chaque  turboalternateur, l'état des principaux systèmes des diverses tranches, l'équipement hors service, l'état des activités de chargement du combustible et toute autre condition pertinente de la centrale, comme les tests de routine et les activités d'entretien en cours.
    2. Seulement une partie de l'équipement hors service durant le SEC peut avoir un effet sur le diagnostic attendu ou le déroulement des mesures à prendre.
    3. Les conditions initiales de la centrale ne contreviennent pas aux exigences formulées dans les documents d'exploitation de la centrale.
  2. Sélectionner des défaillances principales et secondaires qui, dans les conditions initiales définies de la centrale, créent des situations anormales suscitant au moins une préoccupation sérieuse en ce qui concerne un ou plusieurs éléments suivants :
    1. le contrôle de la puissance du réacteur
    2. le refroidissement du combustible
    3. le confinement de la radioactivité
    4. la défaillance des systèmes spéciaux de sûreté
    5. la défaillance des systèmes de soutien en matière de sûreté en attente
    6. le respect des LCE
    7. l'exploitation sûre des systèmes et de l'équipement de la centrale nucléaire
    8. la sécurité du personnel de la centrale
    9. la protection de l'environnement
  3. Sélectionner une défaillance principale en fonction des critères suivants :
    1. La durée prévue du SED ne dépasse guère 15 minutes.
    2. La défaillance principale est une défaillance principale de catégorie 2, 3 ou 4 qui, dans les conditions initiales définies de la centrale, exige une analyse suffisamment complexe des renseignements disponibles permettant de poser le bon diagnostic et de déterminer la marche à suivre appropriée.
    3. Les défaillances principales ne créent pas de conditions anormales de la centrale susceptibles d'exiger la mise en œuvre de plus de deux procédures d'exploitation ou marches à suivre complexes.
    4. Lorsque la défaillance principale se produit à la centrale, le candidat doit disposer d'information suffisante pour poser le bon diagnostic pendant le déroulement du SED.

      Les défaillances principales peuvent être tirées de la documentation suivante :

      • rapports d'événements importants survenus à la centrale et dans le reste du secteur nucléaire
      • manuels d'exploitation et notes de service sur l'exploitation
      • procédures d'exploitation d'urgence et manuel en cas d'incidents anormaux
      • manuels de conception et autres documents techniques de base
      • rapport d'analyse de la sûreté de la centrale nucléaire
      • manuels de formation
      • liste des défaillances que le simulateur peut reproduire et scénarios de formation sur simulateur
  4. Définir le diagnostic précis que les candidats sont censés poser et déterminer les renseignements exigés en salle de commande et sur le terrain pour poser ce diagnostic.
  5. Repérer un certain nombre de défaillances secondaires liées à la défaillance principale et déterminer l'heure de leur occurrence. Sélectionner ces défaillances en fonction des critères suivants :
    1. Chaque défaillance secondaire répond aux critères énoncés à la sous-section 13.4.2.
    2. Le SED compte au moins une défaillance secondaire.
    3. Le SED ne compte pas plus de quatre défaillances secondaires.
    4. Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance secondaire qui provoque une indisponibilité de niveau 1 ou 2 d'un système spécial de sûreté.
    5. Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires qui provoquent une indisponibilité d'un système spécial de sûreté.
    6. Le SED ne compte pas plus de trois défaillances secondaires de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente.
    7. Les défaillances secondaires touchent uniquement les indicateurs, équipements, composants ou dispositifs de commande que les candidats sont censés vérifier pendant le déroulement du SED.
    8. Le nombre et la nature des défaillances secondaires sont tels qu'un CQSC compétent serait en mesure de réagir de la façon attendue à ces défaillances et de poser le diagnostic requis pendant le déroulement du SED.
  6. Pour satisfaire au critère 12 de la sous-section 14.4, il y a lieu de choisir certaines combinaisons de défaillances et de conditions de la centrale qui créent des situations pour lesquelles les procédures d'exploitation ne donnent pas d'instructions précises.
  7. Pour satisfaire au critère 10 de la sous-section 14.4, il y a lieu de choisir des conditions anormales complexes et simultanées qui obligent les candidats à déterminer les interventions à effectuer en priorité.
  8. Déterminer, parmi la documentation officielle, tous les documents d'exploitation qu'il faut utiliser pour réagir aux défaillances principales et secondaires.
  9. Estimer le temps qui sera accordé aux candidats pour poser le bon diagnostic en fonction des attentes de la centrale nucléaire en matière de rendement, applicables au poste de CQSC. Ce temps définit le point final de la partie dynamique du SED, le moment où le simulateur est arrêté et le début de l'interrogatoire des candidats.
  10. Déterminer la marche à suivre pertinente pour réagir aux défaillances sélectionnées.
    1. s'assurer que cette marche à suivre est claire
    2. s'assurer que toute action à poser pour réagir à une panne d'une action automatique majeure avant d'effectuer le diagnostic de la défaillance principale est claire et n'a pas d'effets sur l'état de la tranche susceptibles d'empêcher la formulation du bon diagnostic ou de fausser ce diagnostic de manière excessive
  11. Cerner les préoccupations importantes liées à l'état de la centrale à la fin du SED et les disposer dans les catégories énumérées au paragraphe 2 ci-dessus.
  12. Estimer la complexité globale du SED en tenant compte du nombre de défaillances, du délai prévu entre les défaillances successives ainsi que de l'effet des conditions initiales de la centrale sur les actions à exécuter. S'assurer qu'un CQSC compétent aurait assez de temps et d'information pour réagir de la façon attendue aux défaillances secondaires et pour poser le bon diagnostic pendant le déroulement du SED.
  13. Déterminer les paramètres de systèmes dont l'évolution sera enregistrée pendant l'examen pour être utilisée par la suite lors de la notation de l'examen. Ces paramètres doivent être sélectionnés en fonction de leur sensibilité aux défaillances choisies et des actions que le candidat est censé accomplir (il faut au moins enregistrer l'évolution des paramètres énumérés à l'annexe C.17).
  14. Remplir une fiche de contrôle de la conception du SED, de la façon précisée à la section 14, pour confirmer que le SED satisfait aux critères de la fiche.
  15. Achever l'élaboration de l'examen d'accréditation conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.4.
  16. Élaborer chaque guide d'examen conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.5.

C.10 Conception d'un SVPC pour l'examen des CQSC

L'équipe d'examen doit concevoir le SVPC destiné aux candidats chefs de quart en salle de commande aux centrales à plusieurs tranches conformément aux critères qui suivent :

  1. Définir les conditions initiales de la centrale nucléaire à la section 2 du guide d'examen conformément aux critères suivants :
    1. Les conditions initiales comprennent la puissance de chaque réacteur, la charge de chaque turboalternateur , l'état des principaux systèmes des diverses tranches, l'équipement hors service, l'état des activités de chargement du combustible et toute autre condition pertinente de la centrale, comme les tests et les activités d'entretien en cours.
    2. Seulement une partie de l'équipement hors service peut avoir un effet sur l'importance des anomalies observables sur les panneaux de commande ou sur le déroulement des mesures à prendre.
    3. L'équipement hors service sélectionné ne crée pas de conditions initiales de la centrale qui contreviennent aux exigences formulées dans les documents d'exploitation de la centrale.
  2. Identifier une tâche de vérification à effectuer par les candidats et un certain nombre d'anomalies de panneaux de commande liées à cette tâche. Sélectionner la tâche de vérification et les anomalies de panneaux de commande en fonction des critères suivants :
    1. La durée de la tâche sélectionnée ne dépasse guère 15 minutes.
    2. La tâche est liée aux responsabilités du CQSC, telles que la vérification indépendante de la configuration des systèmes et de l'état de la tranche, la vérification de l'état des systèmes, des tranches et de la centrale avant d'accorder une autorisation, ou la vérification des sources froides disponibles.
    3. Le SVPC compte au moins trois anomalies de panneaux de commande indiquant des situations anormales dont la résolution serait confiée au CQSC, telles que des configurations anormales des systèmes, des indisponibilités des systèmes spéciaux de sûreté ou des systèmes de soutien en matière de sûreté en attente, le non-respect d'une exigence des LCE ou des problèmes liés au contrôle de la puissance du réacteur, au refroidissement du combustible ou au confinement de la radioactivité.
    4. Le SVPC ne compte pas plus de dix anomalies de panneaux de commande.
    5. Les anomalies des panneaux de commande peuvent être détectées sur les panneaux de la salle de commande lors de l'exécution de la tâche de vérification.
    6. Pour satisfaire au critère 12 de la sous-section 14.4, il y a lieu de choisir quelques anomalies de panneaux de commande qui créent des situations pour lesquelles les procédures d'exploitation ne donnent pas d'instructions précises.
    7. Un CQSC compétent serait en mesure d'accomplir la tâche sélectionnée dans le délai imparti.

      La tâche de vérification et les anomalies de panneaux de commande peuvent être tirées de la documentation suivante :

      • rapports d'événements importants survenus à la centrale et dans le reste du secteur nucléaire
      • manuels d'exploitation et notes de service sur l'exploitation
      • procédures d'exploitation d'urgence et manuel en cas d'incidents anormaux
      • manuels de conception et autres documents techniques de base
      • rapport d'analyse de la sûreté de la centrale nucléaire
      • manuels de formation
      • liste des défaillances que le simulateur peut reproduire et scénarios de formation sur simulateur
  3. Déterminer les indications de la salle de commande associées à chaque anomalie d'un panneau de commande et toute information disponible sur le terrain nécessaire pour évaluer la condition anormale correspondante.
  4. Identifier tout document d'exploitation qui doit servir à effectuer la tâche de vérification, à repérer les anomalies de panneaux de commande existantes et à résoudre celles-ci en utilisant la documentation officielle.
  5. Déterminer la suite des actions à poser pour résoudre chaque anomalie d'un panneau de commande. S'assurer que cette marche à suivre est claire.
  6. Déterminer le temps qui sera accordé aux candidats pour examiner et effectuer la tâche de vérification. Déterminer également le temps qui sera accordé aux candidats pour déterminer l'importance des anomalies de panneaux de commande et la marche à suivre pour les résoudre en fonction des attentes de la centrale nucléaire en matière de rendement, applicables au poste de CQSC.
  7. Estimer la complexité globale du SVPC en tenant compte du nombre d'anomalies de panneaux de commande ainsi que de la difficulté à déterminer leur importance et de la marche à suivre pour les résoudre. S'assurer qu'un CQSC compétent aurait le temps d'effectuer la tâche de vérification et de décider de la façon de résoudre les anomalies de panneaux de commande comme prévu.
  8. Remplir une fiche de contrôle de la conception du SVPC, de la façon précisée à la section 14, pour confirmer que le SVPC satisfait aux critères de la fiche.
  9. Achever l'élaboration de l'examen d'accréditation conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.4.
  10. Élaborer chaque guide d'examen conformément aux exigences énoncées à la sous-section 14.5.

C.11 Page couverture d'un guide d'examen portant sur les habiletés

Guide d'examen

Centrale :

Date de l'examen :
Titre du scénario :
Type de scénario :
Numéro du scénario :

Durée estimée :                                                                      

Durée réelle :

Nom complet du candidat :
Poste du candidat :

Membres de l'équipe d'examen :       [Noms en lettres moulées]

Tenue de l'examen
approuvée par 
:                     

________________________  
[Nom en lettres moulées et signature]           
Chef de la formation

_________
Date

Examinateur en chef :                       

_______________________
[Nom en lettres moulées et signature] 

________
Date

Examinateur(s) :                    

_______________________             
[Nom en lettres moulées et signature]           

________
Date

Autorisé par :

_______________________             
[Nom en lettres moulées et signature]
Chef de la formation

_________
Date

C.12 Section 1 du guide d'examen – Sommaire du scénario d'examen

Exemple de présentation de la section 1 d'un guide d'examen, avec le type de renseignements requis pour chaque SEC, SEA et SED. Un exemple de présentation de la section 1 d'un SVPC figure ci-après.

Section 1 – Sommaire du scénario d'examen

Partie A

a) Description détaillée du scénario
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

b) Défaillances principales/catégorie
___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
Procédures à utiliser avec numéro de révision
___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
c) Défaillances supplémentaires
___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
Procédures à utiliser avec numéro de révision
___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
d) Défaillances d'indicateurs

___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
Effet sur les actions que le candidat devra exécuter ou sur l'évolution des conditions de la centrale
___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
e) Équipement hors service

___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
Effet sur les actions que le candidat devra exécuter ou sur l'évolution des conditions de la centrale
___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
Partie B

Paramètres de systèmes à enregistrer pendant l'examen
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

Partie C

Modifications mineures apportées durant l'examen et raisons de celles-ci _______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

Section 1 – Sommaire du scénario d'examen portant sur la vérification des panneaux de commande (SVPC)

Exemple de présentation de la section 1 d'un guide d'examen, avec le type de renseignements requis pour un SVPC.

Partie A

a) Description détaillée des tâches de vérification à accomplir
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

b) Anomalies de panneaux decommande à repérer
___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
Effet

___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
Partie B
Modifications mineures apportées durant l'examen
___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
Raisons de celles-ci

___________________________________
___________________________________
___________________________________
___________________________________
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C.13 Section 3 du guide d'examen – Grille d'observation des interventions du candidat

Voici un modèle de présentation de la section 3 du guide d'examen destiné aux SEC, SEA et SED, avec les cases à cocher et le type de renseignements requis. Durant la tenue du scénario d'examen, les cases sont uniquement cochées lorsque le candidat effectue l'activité ou répond à l'attente correspondante.

Section 3 – Grille d'observation des interventions du candidat

Partie A :        Grille d'observation partielle avant l'évaluation

HEURE DU DÉBUT : ____:____

Directives de l'examinateur en chef à l'intention de l'opérateur du simulateur

L'opérateur du simulateur entame le plan de leçon no, étape no ….………..

Description sommaire de la première défaillance prése : …………………

Fenêtre :         Nos des alarmes           Description des alarmes

Message :        IND nos            Description des indications

Étape   AGC    Actions attendues de la part du candidat
Réagit à la première défaillance :
  1. 1)         (2.9)     [ ]         Accuse réception des messages et remet les indicateurs à zéro.
  2. 2)         (1.3)     [ ]         Vérifie ….. à l'aide de l'affichage, des écrans à tube cathodique ou de ….. l'ordinateur de surveillance du SAU1.
  3. 3)         (3.2)     [ ]         Observe …..
  4. 6)         (3.5)     [ ]         Consulte la procédure no …..
  5. 8)         (4.1)     [ ]         Vérifie la page couverture à la recherche de notes d'exploitation.
  6. 9)         (4.1)     [ ]         Vérifie …..
  7. 10)       (5.1)     [ ]         Demande des renseignements sur le terrain …..

Instructions à l'intention des acteurs, réactions de ceux-ci, etc.

  1. 11)       (5.2)     [ ]         Accuse réception de l'information communiquée par l'équipe sur le terrain …..
  2. 12)       (3.2)     [ ]         Observe ……
  3. 13)       (4.1)     [ ]         Exécute ……

Directives de l'examinateur en chef à l'intention de l'opérateur du simulateur

L'opérateur du simulateur entame l'étape no ….………..

Description sommaire de la ne défaillance présentée : …………………

Fenêtre :                     Nos des alarmes           Description des alarmes

Message :                    IND nos                        Description des indications

Réagit à la ne défaillance
  1. 26)       (#.#)     [  ]        Action du candidat …
  2. 27)       (#.#)     [  ]        Action du candidat …
  3. 28)       (#.#)     [  ]        Action du candidat …
  4. X)
  5. X)
  6. X)
  7. n)         (#.#)     [  ]        …………………….

Heure de fin d'enregistrement : ____:____

C.14 Règles de conduite et directives à l'intention des membres de l'équipe de soutien chargée des SEC, des SEA, des SED et des SVPC

Cette annexe comprend les exigences minimales à respecter par les titulaires de permis lors de la préparation des règles de conduite et des directives à l'intention des membres de l'équipe de soutien chargée de la répétition et de la tenue des scénarios d'examen.

Partie A : Règles de conduite

  1. Les membres de l'équipe de soutien doivent jouer le rôle de l'équipe d'exploitation en salle de commande ou des opérateurs sur le terrain, conformément aux consignes des guides d'examen.
  2. Sauf instructions contraires données par l'examinateur en chef ou consignées dans les guides d'examen, les membres de l'équipe de soutien doivent rester dans la salle de commande pendant toute la durée d'un scénario d'examen.
  3. L'opérateur du simulateur doit faire fonctionner le simulateur conformément aux consignes des guides de l'examinateur.
  4. L'opérateur du simulateur ne peut entrer une défaillance ou une alarme non spécifiée dans les guides d'examen sans l'autorisation préalable de l'examinateur en chef.
  5. Les membres de l'équipe de soutien ne peuvent emporter aucun document lié à l'examen se trouvant dans la salle de commande du simulateur. Toutes les copies des documents utilisés par les candidats et toutes les données recueillies durant l'examen doivent être contrôlées.
  6. À moins de devoir répondre à certaines demandes supplémentaires faites par le candidat et sauf instructions contraires de l'examinateur en chef, les membres de l'équipe de soutien sont tenus de respecter scrupuleusement les directives des guides d'examen en ce qui concerne les activités à accomplir et les renseignements à communiquer aux candidats.
  7. Les membres de l'équipe de soutien doivent demander des éclaircissements si une demande du candidat est incomplète ou ambiguë, ou si elle n'a pas le degré de précision spécifié dans le guide d'examen utilisé.
  8. Les membres de l'équipe de soutien ne doivent faire aucune suggestion ou donner des indications aux candidats relativement au diagnostic des défaillances et aux interventions que ceux-ci sont censés effectuer et aux décisions qu'ils sont censés prendre, de la façon également précisée à la partie B et à la partie C.

Partie B : Exigences applicables aux SEC et aux SEA

  1. Règles à l'intention des membres de l'équipe de soutien :
    1. Les candidats doivent être examinés un à la fois avec les membres de l'équipe de soutien jouant le rôle habituel des membres de l'équipe de quart à la centrale.
    2. Le nombre maximal de personnes faisant partie de l'équipe de soutien durant un scénario d'examen doit être limité au nombre de personnes censées intervenir en salle de commande et sur le terrain en cas de perturbation survenant dans une seule tranche lorsque la centrale est dotée de l'effectif minimal absolu par quart, tel que défini dans le document relatif à l'effectif mentionné dans le permis d'exploitation d'un réacteur de puissance de la centrale.
    3. Dans les centrales à plusieurs tranches, le nombre de membres de l'équipe de soutien à la disposition des candidats en salle de commande et sur le terrain doit tenir compte de l'état actuel des autres tranches visées par le scénario.
    4. Chaque membre de l'équipe de soutien en salle de commande doit être qualifié pour accomplir les tâches exécutées par les personnes accréditées qui occupent le poste correspondant à la centrale.
  2. Directives à l'intention des membres de l'équipe de soutien et des opérateurs sur le terrain :

    Le titulaire de permis doit imposer des restrictions quant au comportement des membres de l'équipe de soutien et des opérateurs sur le terrain, le cas échéant, durant les scénarios d'examen, par rapport au comportement réel des membres de l'équipe de quart à la centrale.

    Ces restrictions doivent permettre aux candidats de démontrer qu'ils ont acquis certaines connaissances et disposent d'aptitudes bien précises.

    1. Les instructions du titulaire de permis à l'intention des membres de l'équipe de soutien et des opérateurs sur le terrain, le cas échéant, doivent spécifier :
      1. le nombre de personnes disponibles et leurs rôles respectifs
      2. l'endroit où chaque membre de l'équipe de soutien doit se trouver au début du scénario d'examen et le poste qu'il doit occuper lorsqu'il doit se présenter en salle de commande
      3. le moment où chaque personne appelée doit arriver à la tranche après une perturbation
      4. les conditions sur le terrain et tout autre renseignement à communiquer aux candidats par les opérateurs sur le terrain et quand chaque renseignement doit être communiqué
      5. toutes les demandes d'intervention ou de vérification en salle d'équipement ou sur le terrain que les candidats sont censés faire et, pour chaque activité, le temps réel qu'il faudrait pour effectuer l'intervention à la centrale et l'information précise à communiquer au candidat une fois l'intervention terminée
      6. dans une centrale à plusieurs tranches, le moment où l'on donnera à un membre jouant le rôle d'une personne accréditée la consigne de quitter le groupe réacteur simulé ou la tranche 0 pendant le déroulement du SEC et, le cas échéant, le moment où le membre recevra la consigne d'y retourner
      7. toutes les demandes d'intervention sur le terrain que l'on s'attend que les candidats feront et, pour chacune, le nombre d'opérateurs et le temps réel qu'il faudrait pour réaliser l'intervention à la centrale et l'information précise à communiquer aux candidats une fois l'intervention terminée
    2. Lors de la préparation des directives à l'intention des membres de l'équipe de soutien, le titulaire de permis doit indiquer que les pratiques suivantes sont acceptables :
      1. un délai raisonnable en ce qui concerne l'arrivée des membres de l'équipe de soutien en salle de commande
      2. dans les centrales à plusieurs tranches, les conditions hypothétiques pour une ou plusieurs tranches, autres que la tranche simulée touchée par la perturbation, qui empêchent ou retardent l'arrivée à cette tranche d'une ou de plusieurs personnes accréditées priées de s'y rendre, ou qui exigent qu'une ou plusieurs des personnes accrédités quittent ensuite cette tranche durant un SEC
      3. un délai raisonnable en ce qui concerne la réalisation des interventions en salle de commande que les candidats sont censés demander
      4. un délai raisonnable en ce qui concerne la réalisation des interventions sur le terrain que les candidats sont censés demander, telles que la fermeture manuelle d'une grande vanne d'isolation
      5. le fait de retarder la communication des renseignements censés être demandés par les candidats
      6. le fait de demander des conseils concernant les priorités lorsqu'un candidat demande d'effectuer plusieurs tâches
      7. le fait de demander l'aide du candidat en ce qui concerne la suite des actions qui doivent être posées pour résoudre une défaillance ou une condition anormale de la centrale
      8. en cas de situation dans une tranche non spécifiquement visée par le guide d'examen approuvé durant un SEC destiné aux candidats OR ou OT0, le membre de l'équipe de soutien désigné pour jouer le rôle du CQC ou du CQSC est censé ne donner l'approbation nécessaire concernant le plan d'action requis qu'après avoir reçu du candidat une recommandation accompagnée d'une justification relative à l'approche à suivre. Le CQC ou CQSC doit uniquement donner les orientations requises pour les situations concernant des systèmes ou des domaines de compétence qui ne relèvent pas des responsabilités d'un OR ou d'un OT0, comme le définissent les documents d'exploitation de la centrale
    3. Lors de la préparation des directives à l'intention des membres de l'équipe de soutien, le titulaire de permis doit indiquer que les pratiques suivantes ne sont pas acceptables :
      1. attirer l'attention des candidats sur des anomalies qu'ils sont censés constater
      2. diagnostiquer une défaillance que les candidats sont censés diagnostiquer
      3. faire des suggestions concernant les décisions que les candidats sont censés prendre ou les interventions qu'ils sont censés effectuer
      4. de la part d'une personne qui joue le rôle d'une autre personne accréditée, recommander une mesure corrective à prendre ou recommander la marche à suivre dans n'importe quelle situation dont les procédures d'exploitation approuvées ne traitent pas spécifiquement
      5. corriger une erreur commise par un candidat, y compris le choix incorrect des commandes ou l'entrée de données en réponse à une demande de vérification par des pairs
      6. demander aux membres de l'équipe de soutien de donner des renseignements incorrects aux candidats
      7. demander aux membres de l'équipe de soutien en salle de commande d'exécuter des interventions incorrectes lorsque les candidats leur demandent d'exécuter des tâches
      8. entrer une défaillance ou une alarme non spécifiée dans le guide d'examen sans l'autorisation préalable de l'examinateur en chef

Partie C : Exigences applicables aux SED

  1. Règles à l'intention des membres de l'équipe de soutien :
    1. Les candidats doivent être examinés un par un avec l'aide d'un ou de deux membres de l'équipe de soutien en salle de commande jouant le rôle de l'OR et, le cas échéant, de l'OT0. Ils doivent répondre aux candidats lorsqu'ils sont spécifiquement priés :
      1. de faire apparaître un affichage, une tendance, un numéro de message ou un résumé d'alarme
      2. de gérer les alarmes
      3. d'exécuter des mesures correctives lorsqu'une action automatique majeure ne s'est pas produite
      4. d'obtenir une procédure particulière
      5. d'obtenir des renseignements en salle d'équipement de commande ou sur le terrain
    2. Un membre de l'équipe de soutien doit être disponible pour jouer le rôle des opérateurs sur le terrain.
  2. Directives à l'intention des membres de l'équipe de soutien :

    Le titulaire de permis doit imposer des restrictions quant au nombre de membres de l'équipe de soutien présents dans la salle de commande et aux tâches qu'ils doivent accomplir :

    1. Lors de la préparation des directives à l'intention des membres de l'équipe de soutien, le titulaire de permis doit indiquer que les pratiques suivantes ne sont pas acceptables :
    2. attirer l'attention des candidats sur des anomalies qu'ils sont censés constater
    3. diagnostiquer une défaillance que les candidats sont censés diagnostiquer
    4. demander aux membres de l'équipe de soutien de donner des renseignements incorrects aux candidats
    5. demander aux membres de l'équipe de soutien en salle de commande d'exécuter des interventions incorrectes lorsque les candidats leur demandent d'appliquer des mesures correctives
  3. Les instructions du titulaire de permis à l'intention des membres de l'équipe de soutien et de l'opérateur sur le terrain, le cas échéant, doivent spécifier :
    1. le poste occupé par le membre de l'équipe de soutien appelé à se présenter en salle de commande
    2. les alarmes, les messages, les défaillances d'équipement et tout autre renseignement à communiquer aux candidats par l'acteur et quand chaque renseignement doit être communiqué
    3. toutes les demandes de vérification en salle d'équipement que l'on s'attend que les candidats feront et, pour chaque vérification, le temps réel qu'il faudrait pour faire la vérification à la centrale et l'information précise à communiquer aux candidats une fois la vérification est faite
    4. les conditions sur le terrain et tout autre renseignement à communiquer aux candidats par les opérateurs sur le terrain et quand chaque renseignement doit être communiqué
    5. toutes les demandes de vérification sur le terrain que les candidats sont censés faire et, pour chaque vérification, le temps minimum qu'il faudrait pour effectuer la vérification à la centrale et l'information précise à communiquer aux candidats une fois la vérification terminée. Lorsque les renseignements demandés sur le terrain sont essentiels pour poser le bon diagnostic, il est acceptable de les communiquer au candidat avant le temps minimal, dès que le candidat a effectué toutes les vérifications en salle de commande qu'il est censé faire à ce moment pour poser le diagnostic et qu'il attend que l'information recueillie sur le terrain lui soit communiquée pour terminer le diagnostic

C.15 Questions normalisées destinées aux candidats CQC et aux CQSC

Partie A : Questions normalisées pour chaque SEC et SEA

Les questions normalisées énumérées ci-dessous doivent être posées par l'examinateur en chef à la fin de la partie dynamique de chaque SEC et SEA destiné aux candidats CQC et CQSC.

Les éléments de réponse attendus et les attentes génériques de comportement connexes liés à chaque question doivent être consignés dans le guide d'examen propre à chaque scénario.

1.         a) Énoncer les principales préoccupations que vous avez, en tant que chef de quart de centrale (centrale à une seule tranche) ou en tant que chef de quart en salle de commande (centrale à plusieurs tranches), compte tenu des conditions de la centrale à la fin du scénario.

Les candidats sont censés énoncer leurs principales préoccupations du moment relativement aux éléments suivants : le contrôle de la puissance du réacteur; l'état actuel des sources froides pour refroidir le combustible; le confinement de la radioactivité; toute modification exigée de l'état de la centrale; l'indisponibilité de systèmes spéciaux de sûreté ou de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente; le non-respect des LCE; l'exploitation sûre des systèmes et de l'équipement de la centrale; la sécurité du personnel de la centrale; la protection de l'environnement.

Dans la réponse du candidat à cette question, les préoccupations importantes sont censées comprendre celles qui doivent être traitées immédiatement et celles qui doivent l'être au cours des prochaines heures. Le candidat est censé indiquer de façon précise le niveau des défaillances et ses préoccupations quant au non-respect des LCE, le cas échéant.

Les attentes génériques en matière de comportement 3.1, 3.2 et 3.3 sont associées aux éléments de la réponse à cette question.

       b) Dans quel ordre faudrait-il traiter ces points inquiétants?

Les candidats sont censés établir la priorité à donner au traitement des préoccupations importantes cernées à la question 1 a), compte tenu de leur importance relative.

En réponse à cette question, le candidat est censé indiquer clairement la préoccupation importante à laquelle il convient d'accorder la plus haute priorité compte tenu des interventions qu'il est raisonnablement possible d'envisager au cours des prochaines heures.

L'attente générique en matière de comportement 3.9 est associée à la réponse à cette question.

2.         Décrivez les actions à poser pour traiter ces points inquiétants.

Les candidats sont censés décrire les actions qui doivent être posées et indiquer les procédures qu'il faudrait appliquer pour traiter les préoccupations cernées à la question 1 a).

S'il y a plus d'une procédure à exécuter, les candidats sont censés présenter les diverses actions à poser dans l'ordre approprié.

S'il n'y a pas de procédure pertinente, ou si les procédures sont incomplètes ou comportent des instructions contradictoires, les candidats sont censés décrire les actions et les vérifications qu'ils demanderaient au personnel de la salle de commande d'exécuter.

Les attentes génériques en matière de comportement 3.5, 3.6, 3.8, 3.9, 3.11 et 3.12 sont associées aux éléments de la réponse à cette question.

Partie B :        Questions normalisées pour chaque SED

Les questions normalisées énumérées ci-dessous doivent être posées par l'examinateur en chef à la fin de la partie dynamique de chaque SED destiné aux candidats CQSC.

Les éléments de réponse attendus et les attentes génériques en matière de comportement connexes liés à chaque question doivent être consignés dans le guide d'examen propre à chaque scénario.

1.     a) Quelle est la principale condition anormale de la centrale que vous avez diagnostiquée?

        b) Quelle panne ou combinaison de pannes a provoqué cette situation?

Les candidats sont censés diagnostiquer aussi précisément que possible la panne ou la combinaison de pannes qui a provoqué la principale condition anormale à laquelle il faut réagir, en tenant compte de la gravité de la détérioration de l'état de la centrale et de l'urgence d'agir.

Les attentes génériques en matière de comportement 3.4 ou 3.6 sont associées à la première partie de cette question en ce qui concerne la principale condition anormale, et l'attente générique en matière de comportement 3.10 est associée à la deuxième partie de la question en ce qui concerne les défaillances.

2.         Expliquez comment vous en êtes venu à cette conclusion?

Les candidats sont censés démontrer que leur diagnostic repose sur une analyse de l'information disponible en salle de commande et sur le terrain, qui mène avec certitude à une seule conclusion.

S'il y a plus d'une façon de poser le bon diagnostic, chaque combinaison de vérifications qui mène avec certitude à ce diagnostic doit être consignée dans le guide d'examen.

Les attentes génériques en matière de comportement 3.4, 3.6, 3.7 et 3.10 sont associées aux éléments de la réponse à cette question.

3.         Quels autres problèmes importants avez-vous constatés en posant votre diagnostic?

Les candidats sont censés indiquer toute autre défectuosité d'un indicateur, d'une pièce d'équipement, d'un élément ou d'un dispositif de contrôle d'un système survenue pendant qu'ils effectuaient leur diagnostic, y compris toute panne d'une action automatique majeure.

L'attente générique en matière de comportement 3.2 est associée à la réponse à cette question.

4.         Décrivez les actions à poser d'après votre diagnostic.

Les candidats sont censés décrire les actions à poser pour réagir à la principale condition anormale de la centrale qu'ils ont diagnostiquée et à tout autre problème d'importance qu'ils auront constaté, et indiquer les procédures qu'il faudrait appliquer.

S'il y a plus d'une procédure à exécuter, les candidats sont censés présenter les diverses actions à poser dans l'ordre approprié.

S'il n'y a pas de procédure pertinente, ou si les procédures sont incomplètes ou comportent des instructions contradictoires, les candidats sont censés décrire les actions et les vérifications qu'ils demanderaient au personnel de la salle de commande d'exécuter.

Les attentes génériques en matière de comportement 3.5, 3.6, 3.8, 3.9, 3.11 et 3.12 sont associées aux éléments de la réponse à cette question.

5.         a) Énoncer les principales préoccupations que vous avez, en tant que CQSC, compte tenu des conditions de la centrale à la fin du SED.

Les candidats sont censés énoncer leurs principales préoccupations du moment relativement aux éléments suivants : le contrôle de la puissance du réacteur; l'état actuel de la (des) source(s) froide(s) pour refroidir le combustible; le confinement de la radioactivité; toute modification exigée de l'état de la centrale; l'indisponibilité de systèmes spéciaux de sûreté ou de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente; le non-respect des LCE; l'exploitation sûre des systèmes et de l'équipement de la centrale; la sécurité du personnel de la centrale; la sécurité publique; la protection de l'environnement.

Dans la réponse du candidat à cette question, les préoccupations importantes sont censées comprendre celles qui doivent être traitées immédiatement et celles qui doivent l'être au cours des prochaines heures. Le candidat est censé indiquer de façon précise le niveau des défaillances et ses préoccupations quant au non-respect des LCE.

Les attentes génériques en matière de comportement 3.1, 3.2 et 3.3 sont associées aux éléments de la réponse à cette question.

            b) Laquelle de ces préoccupations importantes jugez-vous la plus importante?

En réponse à cette question, le candidat est censé indiquer clairement la préoccupation importante à laquelle il convient d'accorder la plus haute priorité.

L'attente générique de comportement 3.9 est associée à la réponse à cette question.

Partie C :          Questions normalisées pour le SVPC

Les questions normalisées énumérées ci-dessous doivent être posées par l'examinateur en chef à la fin de la partie consacrée aux vérifications du SVPC destiné aux candidats CQSC.

Les éléments de réponse attendus et les attentes génériques en matière de comportement connexes liés à chaque question doivent être consignés dans le guide d'examen du scénario.

1.         Quelles anomalies de panneaux de commande ou conditions anormales avez-vous cernées?

Les candidats doivent d'abord répondre à cette question AVANT de pouvoir consulter les documents d'exploitation pour répondre aux deux questions suivantes.

Les candidats sont censés repérer les défaillances d'indicateurs, les alarmes ou indications d'un état anormal d'une pièce d'équipement ou d'un système ou encore une configuration incorrecte d'un système étant donné l'état de la centrale.

L'attente générique en matière de comportement 3.2 est associée à la réponse à cette question.

Une fois que les candidats auront répondu à cette question, on doit leur accorder 10 minutes pour qu'ils puissent consulter les documents d'exploitation approuvés et élaborer leur réponse aux deux questions qui suivent.

2.         Expliquez l'importance de chaque anomalie ou condition anormale.

Les candidats sont censés expliquer l'importance de chaque anomalie ou condition anormale décelée en termes de non-respect des LCE, de défaillances des systèmes et de configurations anormales des systèmes étant donné l'état de la centrale, en utilisant les documents d'exploitation approuvés de la centrale.

Les attentes génériques en matière de comportement 3.2 et 3.3 sont associées aux éléments de la réponse à cette question.

3.         Décrivez les actions à poser pour résoudre chaque anomalie ou condition anormale.

Les candidats sont censés indiquer les actions à poser pour résoudre chaque anomalie ou condition anormale, ainsi que les procédures qu'il faudrait appliquer.

Les attentes génériques en matière de comportement 3.5, 3.6, 3.8, 3.9 et 3.12 sont associées aux éléments de la réponse à cette question.

À la discrétion de l'examinateur en chef, les questions 2 et 3 peuvent être combinées de manière à ce que l'importance de chaque anomalie puisse être immédiatement suivie par les actions à poser pour la résoudre.

C.16 Fiche de contrôle des données à recueillir

Centrale :                                 ________________________________________________

Nom complet du candidat :    ________________________________________________

Titre du scénario :                  ________________________________________________

Numéro du scénario :             ________________________________________________

Date de l'examen :                  ________________________________________________

Imprimés des actions posées au simulateur   [  ]

Cassette ou disque vidéo                               [  ]

Tendances des paramètres                            [  ]

Imprimés des messages d'alarmes                 [  ]

Tous les journaux de la salle de commande   [  ]

Schémas fonctionnels                                   [  ]

Autres :           ________________    [  ]

                        ________________    [  ]

                        ________________    [  ]

                        ________________    [  ]

Commentaires

______________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________

Responsable du recueil des données :           

________________________           

[Nom en lettres moulées]                     

________________________

Signature

Examinateur en chef :                                     

________________________          

[Nom en lettres moulées]                               

________________________

Signature

C.17 Fiche de contrôle de validation des SEC, des SEA et des SED

Centrale :                    ________________________

Date de l'examen :      ________________________            Type de scénario :      ________

Titre du scénario :      ________________________            No du scénario :          ________

La simulation du scénario d'examen satisfait aux critères suivants :

[  ]        Les principales alarmes sont reçues au moment prévu et dans le bon ordre.

[  ]        Les valeurs simulées des paramètres énumérés ci-dessous sont correctes et toute variation de ces paramètres est d'amplitude et de durée approximativement exactes selon les lois pertinentes de la physique et les caractéristiques de l'équipement et des systèmes en cause.

  • puissance du réacteur
  • pression de chaque collecteur de sortie du circuit caloporteur
  • température de chaque collecteur de sortie du circuit caloporteur
  • niveau du réservoir de stockage du circuit caloporteur
  • niveau du pressuriseur du circuit caloporteur (aux centrales nucléaires concernées)
  • débits d'alimentation et de purge du circuit caloporteur (tous les débits mesurés)
  • niveau de chaque générateur de vapeur
  • pression dans la conduite d'alimentation des générateurs de vapeur
  • débits d'alimentation des générateurs de vapeur (tous les débits mesurés)
  • niveau du dégazeur
  • niveau du condenseur principal
  • pression des générateurs de vapeur
  • erreur de pression des générateurs de vapeur
  • charge du groupe turboalternateur (MWe)
  • niveau du modérateur (aux centrales nucléaires concernées)
  • tout autre paramètre d'un système dont l'évolution sera enregistrée pendant l'examen, d'après la liste qui figure dans le guide d'examen (annexe C.12, partie B).

[  ]        Les circuits logiques de commande des systèmes pertinents fonctionnent bien.

[  ]        Les réactions du simulateur aux défaillances et aux autres conditions prévues au scénario ainsi qu'aux actions que devraient poser les opérateurs sont conformes à la réalité.

[  ]        Lors de la validation finale du scénario, aucune différence trompeuse n'a été observée entre la réaction de la tranche telle qu'observée dans la salle de commande du simulateur et la réaction de la tranche de référence.

Examinateur en chef :                       

________________________           

[Nom en lettres moulées]                      

________________________

Signature

C.18 Règles de conduite et informations communiquées aux candidats OR, OT0, CQC et CQSC avant la tenue de l'examen

Cette annexe comprend les exigences minimales concernant la tenue des examens d'accréditation que l'examinateur en chef doit utiliser pour informer les candidats avant de commencer un examen et des scénarios d'examen.

Les informations communiquées aux candidats doivent satisfaire à toutes les exigences énoncées dans le présent document d'application de la réglementation et doivent comprendre les éléments suivants :

A)        Règles de conduite à l'intention des candidats

  1. Les candidats doivent rester dans la salle de commande du simulateur pendant toute la durée d'un scénario d'examen jusqu'à ce que l'examinateur en chef les autorise à quitter les lieux.
  2. Les candidats doivent donner à l'examinateur en chef tous les documents liés à l'examen avant de quitter la salle d'examen.
  3. Un candidat peut décider de déclarer forfait à tout moment durant l'examen. Ce geste donne automatiquement lieu à un échec.

B)        Informations à communiquer aux candidats

  1. Présentation des membres de l'équipe d'examen et description générale de ce qu'ils feront durant l'examen
  2. Présentation des membres de l'équipe de soutien et explication de leur rôle durant l'examen
  3. Durée et caractéristiques générales de l'examen
  4. Description des caractéristiques principales du scénario d'examen, devant également comprendre :
    1. un rapport écrit décrivant l'état dans lequel se trouve la centrale pour le scénario d'examen. Il doit spécifier l'état initial des tranches simulées, y compris l'équipement hors service et les autres conditions applicables de la centrale. Il doit également préciser l'endroit où chaque membre de l'équipe de soutien en salle de commande se trouvera au début du scénario d'examen et ces conditions sont décrites aux candidats par l'examinateur en chef
    2. tous les équipements hors service doivent être identifiés sur les panneaux de la salle de commande conformément aux procédures approuvées de la centrale. Avant d'amorcer la simulation du scénario d'examen, il faut s'assurer que les panneaux ne présentent pas de conditions anormales autres que celles mentionnées dans le formulaire
    3. le temps maximal alloué pour examiner les panneaux de commande et les résumés d'alarmes ou effectuer la tâche de vérification correspondant au scénario d'examen
  5. Lors des SEC et des SEA, les candidats doivent s'efforcer d'indiquer clairement les vérifications de paramètres et d'indicateurs des systèmes qu'ils effectuent sur les panneaux de la salle de commande pour diagnostiquer des défaillances et sélectionner des procédures d'exploitation, en pointant le doigt vers les indicateurs des panneaux de commande, les écrans à tube cathodique, les écrans des terminaux ou les fenêtres d'alarme ou en l'exprimant à haute voix. Durant la mise en œuvre des procédures d'exploitation et lorsqu'ils prennent une mesure corrective, les candidats doivent également s'efforcer d'indiquer clairement les vérifications qui sont faites conformément aux attentes de la centrale nucléaire
  6. La procédure et l'objectif de la période de questions posées à la suite de la partie dynamique ou de la partie consacrée aux vérifications des scénarios d'examen

C.19 Conditions et directives concernant l'interruption d'un scénario d'examen

Partie A : Conditions d'interruption

L'examinateur en chef doit interrompre un SEC, un SEA ou un SED si l'une des conditions suivantes se présente à un moment quelconque de la tenue d'un scénario d'examen :

  1. Un événement inattendu, tels qu'un incendie, une situation d'urgence dans la centrale, des conditions d'exploitation ou des perturbations des systèmes de soutien du simulateur, entraîne une interruption de la tenue du scénario d'examen.
  2. Une situation entraîne une violation connue ou suspectée de la sécurité.
  3. Un défaut du simulateur provoque un écart substantiel et inexplicable entre le fonctionnement simulé des systèmes et ce qui se produirait à la tranche de référence de la centrale dans les mêmes circonstances.
  4. Un fait quelconque modifie l'évolution prévue du scénario à un point tel qu'il n'est plus possible d'utiliser la grille d'observation des interventions du candidat qui figure dans le guide d'examen approuvé pour noter de façon fiable le comportement du candidat.
  5. Des circonstances imprévues forcent le candidat ou l'examinateur en chef à quitter le simulateur.
  6. Un membre de l'équipe de soutien, l'opérateur du simulateur ou le second examinateur doit quitter le simulateur pendant un scénario d'examen, et l'absence de cette personne compromet la fiabilité de l'évaluation du comportement du candidat.
  7. Une panne du système audiovisuel compromet la possibilité d'une évaluation fiable et vérifiable du comportement du candidat.
  8. Un membre de l'équipe de soutien effectue l'une des actions suivantes :
    1. attirer l'attention des candidats sur des anomalies qu'ils sont censés constater
    2. diagnostiquer une défaillance que les candidats sont censés diagnostiquer
    3. recommander à un candidat une mesure corrective à prendre ou la marche à suivre
    4. corriger une erreur commise par un candidat, y compris le choix incorrect des commandes ou l'entrée de données en réponse à une demande de vérification par des pairs
    5. entrer une défaillance non spécifiée dans le guide d'examen sans l'autorisation préalable de l'examinateur en chef

Partie B : Directives concernant l'interruption

Si l'une des conditions d'interruption énumérées à la partie A est remplie, l'examinateur en chef doit :

  1. Demander à l'opérateur du simulateur d'arrêter le simulateur.
  2. Informer le candidat que le scénario est terminé.
  3. Demander au candidat de rester dans la salle de commande et l'empêcher de consulter les panneaux de commande et les alarmes pendant que l'équipe d'examen passe en revue les données recueillies.
  4. Demander aux membres de l'équipe de soutien de quitter la salle de commande et de rester disponibles.
  5. Inscrire dans le guide d'examen à quel point du scénario la simulation a été arrêtée et le motif de l'interruption du scénario.
  6. N'envisager de reprendre le scénario que si toutes les conditions qui suivent sont remplies :
    1. cette interruption ne s'est produite qu'une seule fois
    2. il est improbable que le candidat réussisse à prévoir le reste du scénario
    3. il est improbable que la défectuosité du simulateur se reproduise
  7. Suivre les instructions de la partie C s'il est décidé de reprendre le scénario, ou celles de la partie D s'il est décidé de NE PAS reprendre le scénario.
  8. S'il s'agit de la deuxième interruption du scénario survenant durant l'examen, suspendre immédiatement la tenue de l'examen. Suivre les paragraphes 1 à 5 des directives relatives à l'interruption ci-dessus. Moyennant l'approbation du chef de la formation, l'examen peut se poursuivre après une enquête approfondie et la correction de la cause des conditions d'interruption (la cause des interruptions et les mesures correctives prises doivent être officiellement consignées dans le cadre de la communication des résultats d'examen).

Partie C : Reprise du scénario d'examen après une interruption

Si l'étape 6 de la partie B ci-dessus est satisfaite et s'il est décidé de reprendre le scénario, l'examinateur en chef doit :

  1. Demander au candidat de quitter la salle de commande du simulateur, de se rendre sous escorte dans une pièce stérile et de rester disponible.
  2. Demander à l'opérateur du système d'enregistrement audiovisuel de cesser l'enregistrement.
  3. Déterminer l'état dans lequel la centrale sera à la reprise du scénario et décrire cet état dans le guide d'examen.
  4. Demander à l'opérateur du simulateur de régler correctement le simulateur et les panneaux de commande en vue de la reprise du scénario.
  5. Avant de reprendre le scénario, passer en revue avec l'équipe de soutien l'état de la centrale à la reprise du scénario et la réaction attendue de chaque membre de l'équipe pendant le reste du scénario.
  6. S'assurer que l'équipement servant à enregistrer les communications fonctionne.
  7. Demander à l'opérateur du système d'enregistrement audiovisuel de reprendre l'enregistrement.
  8. Escorter le candidat dans la salle de commande du simulateur.
  9. Avant de reprendre le scénario, décrire au candidat l'état dans lequel se trouve la centrale.
  10. Demander à l'opérateur du simulateur de reprendre le scénario d'examen à l'étape pertinente de la grille d'observation des interventions du candidat.        

Partie D : Non-reprise du scénario d'examen après une interruption

S'il est décidé de NE PAS reprendre le scénario, l'examinateur en chef doit :

  1. Comparer l'information notée par les deux examinateurs sur leur guide d'examen pour repérer les écarts éventuels.
  2. En consultation avec l'autre examinateur, déterminer s'il y a lieu d'interroger le candidat pour obtenir des éclaircissements sur tout aspect du comportement observé avant l'interruption du scénario et qui pourrait influencer l'évaluation à venir du candidat.
  3. S'il y a lieu de poser des questions au candidat :
    1. s'assurer que les questions sont consignées dans le guide d'examen
    2. s'assurer que l'équipement audiovisuel servant à enregistrer les questions et les réponses fonctionne
    3. s'assurer que toutes les questions posées au candidat figurent dans le guide d'examen
    4. de concert avec l'autre examinateur, noter les réponses du candidat dans le guide d'examen
    5. vérifier que l'autre examinateur n'a pas besoin d'autres précisions
  4. Informer le candidat que l'examen est terminé et lui demander de quitter la salle de commande du simulateur.
  5. Informer immédiatement le chef de la formation.

C.20 Critères des erreurs critiques et des erreurs majeures

Les erreurs critiques et les erreurs majeures décrites ci-dessous doivent être utilisées par les membres de l'équipe d'examen pour évaluer la gravité des omissions ou des écarts de comportement des candidats OR, OT0, CQC et CQSC par rapport aux interventions et aux vérifications que l'on s'attend qu'ils fassent.

Avant de conclure qu'un candidat a commis une erreur correspondant aux définitions données ci-dessous, les critères qui suivent doivent être satisfaits :

  1. L'énoncé de l'erreur critique ou majeure en question décrit sans ambiguïté le comportement du candidat.
  2. Il ne fait aucun doute que le candidat a commis l'erreur en question.
  3. Dans le cas des erreurs découlant de l'incapacité à réagir correctement à une situation, le candidat a eu suffisamment de temps et d'information pour constater la situation et y réagir comme prévu, compte tenu des autres conditions qui régnaient alors et des attentes consignées de la centrale à l'égard du comportement des titulaires du poste visé par le candidat.

Remarque :      Le type de scénario d'examen auquel chaque erreur peut s'appliquer est indiqué entre parenthèses à la fin de l'énoncé d'erreur.

A)        Erreur critique

Une erreur critique a été commise par un candidat lorsque celui-ci :

  • C.1       a provoqué une indisponibilité de niveau 1 ou 2 d'un système spécial de sûreté, à moins d'indication contraire dans une procédure d'exploitation pertinente qui avait préséance dans les conditions qui régnaient à ce moment (SEC et SEA)
  • C.2       n'a pas exécuté ou fait exécuter en temps opportun toutes les actions requises suite à une indisponibilité de niveau 1 ou 2 d'un système spécial de sûreté, compte tenu des autres priorités (SEC et SEA)
  • C.2a     n'a pas déterminé en temps opportun toutes les actions requises suite à une indisponibilité de niveau 1 ou 2 d'un système spécial de sûreté (SED et SVPC)
  • C.3       a rendu indisponible ou totalement inefficace un système de soutien en matière de sûreté en attente, à moins que les conditions qui régnaient alors ne justifient la prise d'une telle mesure (SEC et SEA)
  • C.4       n'a pas exécuté ou fait exécuter en temps opportun toutes les actions requises lorsqu'un système de soutien en matière de sûreté en attente est devenu indisponible ou totalement inefficace, compte tenu des autres priorités (SEC et SEA)
  • C.4a     n'a pas déterminé en temps opportun toutes les actions requises alors qu'un système de soutien en matière de sûreté en attente était indisponible ou totalement inefficace (SED et SVPC)
  • C.5       a provoqué une perturbation dans un système fonctionnel qui a entraîné le déclenchement d'un système spécial de sûreté, à moins que les conditions qui régnaient alors ne justifient d'avoir pris une telle mesure ou que le système fonctionnel en cause ne soit trop sujet aux perturbations dans ces conditions en raison d'une faiblesse ou d'un défaut de conception (SEC et SEA)
  • C.6       n'a pas exécuté une seule des actions correctives nécessaires suite à une perturbation dans un système fonctionnel, alors que la marche à suivre était évidente et qu'il disposait de suffisamment de temps pour exécuter les actions nécessaires, et ceci a entraîné le déclenchement d'un système spécial de sûreté (SEC et SEA)
  • C.7       a provoqué une perturbation dans un système fonctionnel ou créé une condition qui a entraîné la transgression d'une ou plusieurs exigences des LCE liées au contrôle de la puissance du réacteur, au refroidissement du combustible ou au confinement de la radioactivité, à moins que les conditions qui régnaient alors ne justifient d'avoir pris une telle mesure ou que le système fonctionnel en cause ne soit trop sensibles aux perturbations dans ces conditions en raison d'une faiblesse ou d'un défaut de conception (SEC et SEA)
  • C.8       n'a pas exécuté ou fait exécuter en temps opportun toutes les actions requises alors qu'une ou plusieurs exigences des LCE liées au contrôle de la puissance du réacteur, au refroidissement du combustible ou au confinement de la radioactivité n'étaient pas respectées (SEC et SEA)
  • C.8a     n'a pas déterminé en temps opportun toutes les actions requises alors qu'une ou plusieurs exigences de LCE liées au contrôle de la puissance du réacteur, au refroidissement du combustible ou au confinement de la radioactivité n'étaient pas respectées (SED et SVPC)
  • C.9       n'a pas exécuté en temps opportun toutes les vérifications requises pour déterminer si un système spécial de sûreté fonctionnait ou avait fonctionné efficacement après son déclenchement (SEC, SEA et SED)
  • C.10     n'a pas exécuté en temps opportun toutes les vérifications requises pour déterminer si la puissance du réacteur était contrôlée adéquatement suite à une baisse contrôlée ou à un recul rapide de puissance, ou suite à une occurrence qui a entraîné un changement substantiel de la puissance du réacteur, à moins qu'un déclenchement d'un système d'arrêt d'urgence ne se soit produit (SEC, SEA et SED)
  • C.11     n'a pas correctement mis en œuvre en temps opportun les procédures d'exploitation d'urgence ou les manuels d'exploitation en cas de situation anormale corrects en conditions d'urgence à la centrale nucléaire (SEC, SEA et SED)
  • C.12     a exposé par négligence le personnel de la centrale à des risques sérieux pour sa santé (SEC et SEA)
  • C.13     a commis une autre erreur grave démontrant une lacune importante au niveau des connaissances ou des habiletés considérées comme fondamentales pour le poste accrédité, en fonction des attentes de la centrale nucléaire en matière de rendement applicables au poste, ou du risque pour la sécurité publique, la sécurité des travailleurs, l'environnement ou l'équipement de la centrale (SEC, SEA, SED et SVPC)

B)        Erreur majeure

Une erreur majeure a été commise par un candidat lorsque celui-ci :

  • S.1       a provoqué une indisponibilité de niveau 3 d'un système spécial de sûreté, à moins d'indication contraire dans une procédure d'exploitation pertinente qui avait préséance dans les conditions qui régnaient à ce moment (SEC et SEA)
  • S.2       n'a pas exécuté ou fait exécuter en temps opportun toutes les actions requises suite à une indisponibilité de niveau 3 d'un système spécial de sûreté, compte tenu des autres priorités (SEC et SEA)
  • S.2a     n'a pas déterminé en temps opportun toutes les actions requises suite à une indisponibilité de niveau 3 d'un système spécial de sûreté (SED et SVPC)
  • S.3       a provoqué une perturbation dans un système fonctionnel qui a entraîné une baisse contrôlée ou un recul rapide de puissance, un déclenchement ou un délestage de l'alternateur principal, ou le déclenchement d'un système de soutien en matière de sûreté en attente, à moins que les conditions qui régnaient alors ne justifient d'avoir pris une telle mesure ou que le système fonctionnel en cause ne soit trop sensible aux perturbations dans ces conditions en raison d'une faiblesse ou d'un défaut de conception (SEC et SEA)
  • S.4       n'a pas exécuté une seule des actions correctives nécessaires suite à une perturbation dans un système fonctionnel, alors que la marche à suivre était évidente et qu'il disposait de suffisamment de temps pour exécuter les actions nécessaires, et ceci a entraîné une baisse contrôlée ou un recul rapide de puissance, un déclenchement ou un délestage de l'alternateur principal, ou le déclenchement d'un système de soutien en matière de sûreté en attente (SEC et SEA)
  • S.5       n'a pas exécuté toutes les actions correctives nécessaires suite à une perturbation dans un système fonctionnel, alors que la marche à suivre était évidente et qu'il disposait de suffisamment de temps pour exécuter les actions nécessaires, et ceci a entraîné un déclenchement d'un système spécial de sûreté (SEC et SEA)
  • S.6       a provoqué un déclenchement inopportun d'un système spécial de sûreté (SEC et SEA)
  • S.7       a provoqué une baisse contrôlée ou un recul rapide de puissance inopportun, ou un déclenchement ou un délestage de l'alternateur principal inopportun (SEC et SEA)
  • S.8       n'a pas exécuté ou fait exécuter en temps opportun toutes les actions requises alors qu'une ou plusieurs exigences des LCE, autres que celles liées au contrôle de la puissance du réacteur, au refroidissement du combustible ou au confinement de la radioactivité, n'étaient pas respectées (SEC et SEA)
  • S.8a     n'a pas déterminé en temps opportun toutes les actions requises alors qu'une ou plusieurs exigences des LCE, autres que celles liées au contrôle de la puissance du réacteur, au refroidissement du combustible ou au confinement de la radioactivité, n'étaient pas respectées (SED et SVPC)
  • S.9       a provoqué une perturbation dans un système fonctionnel ou créé une condition qui a entraîné la transgression d'une ou plusieurs exigences des LCE, autres que celles liées au contrôle de la puissance du réacteur, au refroidissement du combustible ou au confinement de la radioactivité, à moins que les conditions qui régnaient alors ne justifient d'avoir pris une telle mesure ou que le système fonctionnel en cause ne soit trop sensible aux perturbations dans ces conditions en raison d'une faiblesse ou d'un défaut de conception (SEC et SEA)
  • S.10     n'a pas exécuté en temps opportun toutes les vérifications requises pour déterminer si une baisse contrôlée ou un recul rapide de puissance, un déclenchement ou un délestage de l'alternateur principal, ou le déclenchement d'un système de soutien en matière de sûreté en attente s'effectuait ou s'était effectué efficacement, compte tenu des autres priorités (SEC, SEA et SED)
  • S.11     a provoqué une situation d'urgence qui correspond à l'une des défaillances principales de catégorie 4 décrites à la sous-section 16.4, à moins que les conditions qui régnaient alors ne justifient d'avoir pris une telle mesure ou que le système fonctionnel en cause ne soit trop sensible aux perturbations dans ces conditions en raison d'une faiblesse ou d'un défaut de conception (SEC et SEA)
  • S.12     n'a pas exécuté ou fait exécuter en temps opportun les actions correctives ou préventives pertinentes alors que les conditions de la centrale mettaient en danger la sécurité du personnel de la centrale ou la sécurité publique (SEC et SEA)
  • S.13     a commis une autre erreur grave démontrant une lacune importante au niveau des connaissances ou des habiletés considérées comme fondamentales pour le poste accrédité, en fonction des attentes de la centrale nucléaire en matière de rendement applicables au poste, ou du risque pour la sécurité publique, la sécurité des travailleurs, l'environnement ou l'équipement de la centrale (SEC, SEA, SED et SVPC)

C.21 Grille d'évaluation des erreurs critiques ou majeures

Centrale :

Nom complet du candidat :
Date de l'examen :

Titre du scénario :
Type de scénario :
Numéro du scénario :

Domaine(s) de compétence :

Description de l'erreur :

Pour que les exigences du paragraphe 2 de l'annexe C.20 soient satisfaites, les détails énoncés ici devraient comprendre une brève description de l'erreur, les étapes applicables de la grille d'observation des interventions du candidat et tout renseignement pertinent du système d'enregistrement des actions posées au simulateur, des enregistrements des paramètres et des enregistrements audiovisuels, le cas échéant.

Description de l'erreur :

L'erreur décrite ci-dessus correspond à l'erreur critique no :     

Ou

L'erreur décrite ci-dessus correspond à l'erreur majeure no :     

Justification :

Pour que les exigences des paragraphes 1 et 3 de l'annexe C.20 soient satisfaites, les détails de cette justification devraient décrire clairement la façon dont les étapes omises ou les mesures inattendues prises par le candidat satisfont aux critères de l'erreur critique ou majeure en question.

Examinateur en chef :
________________________
[Nom en lettres moulées et signature]
____________
Date
Examinateur(s) :
________________________
[Nom en lettres moulées et signature]
____________
Date

C.22 Calcul des notes obtenues à l'examen portant sur les habiletés

La présente annexe décrit le calcul des diverses notes qui servent à évaluer le comportement d'un candidat à partir des données regroupées sur les grilles d'observation des interventions unifiées.

A) Note obtenue pour une attente générique de comportement pour l'ensemble de l'examen

Pour obtenir cette note, diviser le nombre total des éléments associés à une attente générique de comportement donnée qui ont été cochés sur toutes les grilles d'observation unifiées d'un candidat par le nombre total d'éléments de ce type qui peuvent servir à l'évaluation dudit candidat sur ces grilles.

B) Note obtenue dans un domaine de compétence pour un scénario d'examen

Pour obtenir cette note, diviser la somme pondérée de tous les éléments associés aux attentes génériques de comportement d'un domaine de compétence donné qui ont été cochés sur la grille d'observation unifiée d'un candidat pour un scénario donné par la somme pondérée de tous les éléments de ce type qui peuvent servir à l'évaluation dudit candidat sur cette grille.

La somme pondérée s'obtient en additionnant les éléments pertinents, chacun multiplié par le facteur de pondération qui correspond à l'attente générique de comportement associée.

C) Note obtenue dans un domaine de compétence pour l'ensemble de l'examen

Pour obtenir cette note, diviser la somme pondérée de tous les éléments associés aux attentes génériques de comportement d'un domaine de compétence donné qui ont été cochés sur toutes les grilles d'observation unifiées d'un candidat par la somme pondérée de tous les éléments de ce type qui peuvent servir à l'évaluation dudit candidat sur ces grilles.

C.23 Formulaire de résultats d'examen portant sur les habiletés

Nom complet du candidat :
Poste du candidat : Date de l'examen : Centrale : o  Échec
Résultat de l'examen : o  Réussite

Scénario
d'examen
Domaine de compétence no 1 Domaine de compétence no 2 Domaine de compétence no 3 Domaine de compétence no 4 Domaine de compétence no 5
Points obtenus Nbre maximal de points disponibles Points obtenus Nbre maximal de points disponibles Points obtenus Nbre maximal de points disponibles Points obtenus Nbre maximal de points disponibles Points obtenus Nbre maximal de points disponibles
SEC1                    
SEC2                    
SEC3                    
SEA1                    
SEA2                    
SED1                    
SED2                    
SED3                    
SVPC                    
Total des points obtenus à l'examen                    
Pourcentage obtenu dans chaque domaine de compétence % % % % %
Pourcentage global %

Justification du résultat :

Lacunes du candidat : (En cas de réussite conditionnelle) inclure les renseignements indiqués à la section 17.3.

Examinateur en chef : 

______________________               
[Nom en lettres moulées et signature]    

__________________
[Date]

Examinateur(s) :                    

_______________________                   
[Nom(s) en lettres moulées et signature(s)]  

__________________
[Date]

Autorisé par :            

_________________________                                 
[Nom en lettres moulées et signature]                       
Chef de la formation

__________________
[Date]

Annexe D : Exemples de directives, de fiches de contrôle et de formulaires

D.1 Engagements de confidentialité relatifs aux examens d'accréditation

Partie A :        Examinateurs et personnel de soutien aux examens

Toute personne qui participe à l'élaboration et à la tenue des examens d'accréditation, à titre d'examinateur ou de membre du personnel de soutien aux examens, doit signer le présent engagement une seule fois, la première fois qu'elle assume ces responsabilités.

D'ici à ce qu'on m'avise qu'un examen d'accréditation n'est plus secret, je ne divulguerai sciemment aucun renseignement lié de près ou de loin au contenu de l'examen en question à quiconque, sauf :

  • aux examinateurs qui participent à l'élaboration et à la tenue de l'examen
  • aux personnes qui ont signé le présent engagement de confidentialité ou un engagement de confidentialité propre à l'examen en question

Toute discussion sur un examen d'accréditation avec l'une ou l'autre de ces personnes doit se dérouler dans un endroit sûr pour ne pas compromettre la confidentialité de l'examen.

Dès que j'aurai commencé à participer à l'élaboration d'un examen ou dès que j'aurai quelque renseignement que ce soit sur son contenu, je m'abstiendrai de toute participation à la formation des candidats à cet examen et je ne leur donnerai aucune rétroaction en lien avec leur formation jusqu'à ce que tous les candidats aient subi l'examen en question.

Je connais les exigences et les mesures physiques, électroniques et administratives établies à la centrale pour éviter de compromettre la confidentialité des examens d'accréditation.

Je signalerai immédiatement à l'examinateur en chef ou au chef de la formation tout indice ou soupçon qui me laisserait croire que la confidentialité de l'examen pourrait être compromise.

Je suis conscient que le non-respect de cet engagement peut entraîner l'annulation d'un examen.

________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date

Partie B :        Candidats subissant un examen d'accréditation

(Le présent engagement doit être signé par tout candidat qui doit subir un examen d'accréditation écrit, oral [s'il est approuvé] ou sur simulateur donné.)

À ma connaissance, je n'ai reçu aucun renseignement lié de près ou de loin au contenu de l'examen

< préciser ici l'examen d'accréditation pertinent>

que je m'apprête à subir.

D'ici à ce qu'on m'avise de l'annulation de cet engagement, je ne divulguerai sciemment aucun renseignement relatif au contenu de cet examen d'accréditation à quiconque sauf aux examinateurs qui participent à la tenue de l'examen. Je suis conscient que toute discussion sur cet examen avec les examinateurs doit se dérouler dans un endroit sûr pour ne pas compromettre la confidentialité de l'examen.

Je signalerai immédiatement à l'examinateur en chef ou au chef de la formation tout indice ou soupçon qui me laisserait croire que la confidentialité de l'examen pourrait être compromise.

Je suis conscient que le non-respect de cet engagement peut entraîner l'annulation de l'examen.

________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
Règles et directives destinées aux examens d'accréditation oraux

Avant de commencer un examen oral, l'examinateur en chef devrait communiquer aux candidats et, s'il y a lieu, à l'opérateur du système d'enregistrement, des renseignements généraux concernant l'examen et les règles auxquelles ils doivent se soumettre.

D) Introduction

L'examinateur en chef devrait aborder les points d'intérêt général suivants :

  1. présentation des membres de l'équipe d'examen, avec une description générale de leur comportement durant l'examen
  2. durée et caractéristiques générales de l'examen
  3. caractéristiques générales du processus d'examen, y compris les exigences relatives à l'enregistrement des questions des examinateurs et des réponses du candidat durant l'examen au complet
E) Règles de conduite
  1. Les seules personnes dont la présence est autorisée dans la salle d'examen durant l'examen sont le candidat, le responsable de la formation et, s'il y a lieu, l'opérateur du système d'enregistrement.
  2. Les candidats et l'opérateur du système d'enregistrement doivent demeurer à l'intérieur de la salle d'examen jusqu'à ce qu'ils reçoivent la permission de l'examinateur en chef de quitter les lieux.
  3. Les candidats peuvent déclarer forfait à tout moment durant l'examen. Ce geste donne automatiquement lieu à un échec.
  4. Les candidats ne doivent pas avoir accès aux documents de référence autres que ceux remis avec l'examen.
  5. Les seuls objets que les candidats peuvent avoir en leur possession sont les questions d'examen, les documents de référence connexes et le papier fourni par l'examinateur, ainsi que des stylos, des crayons, des surligneurs, des gommes à effacer, une règle, une loupe et une calculatrice non programmable.

(Avant de quitter la salle d'examen, les candidats et l'opérateur du système d'enregistrement doivent remettre à l'examinateur en chef tous les documents liés à l'examen.)

Règles et directives destinées aux candidats qui passent un examen d'accréditation écrit
  1. Le fait de tricher durant l'examen donne automatiquement lieu à un échec pour toutes les personnes concernées.
  2. Un candidat peut décider de déclarer forfait à tout moment durant l'examen. Ce geste donne automatiquement lieu à un échec.
  3. Les seuls objets que les candidats peuvent avoir en leur possession sont le questionnaire d'examen et les documents de référence connexes, les cahiers de réponses ainsi que des stylos, des crayons, des surligneurs, des gommes à effacer, une règle, une loupe et une calculatrice non programmable, conformément aux indications fournies par l'examinateur en chef ou le surveillant.
  4. Les candidats sont autorisés à quitter la salle d'examen pour se rendre aux toilettes, mais ils ne peuvent sortir qu'un à la fois et doivent être escortés. Toute communication avec une personne à l'extérieur de la salle d'examen est interdite et peut donner lieu à un échec.
  5. Inscrivez sur la page couverture de chacun de vos cahiers de réponses votre nom complet, le nom de la centrale, le titre de l'examen et la date.
  6. Lisez chaque question au complet avant de commencer à y répondre. Si une question ne vous semble pas claire, vous pouvez demander des précisions aux surveillants seulement.
  7. Dans chaque question, les mots-clés qui indiquent le niveau de développement exigé dans la réponse sont en caractères gras et soulignés pour vous aider à donner une réponse complète.
  8. Les points alloués à chaque question figurent à gauche du numéro de la question.
  9. Le temps estimé pour répondre à chaque partie de question et le nombre d'éléments à donner dans la réponse figurent à gauche de la lettre représentant la partie de question.
  10. Lorsque des procédures, des schémas fonctionnels ou des diagrammes sont fournis à titre de référence, les dispositifs qui sont mentionnés dans la réponse doivent être spécifiés par leur code d'identification complet ou par une description écrite équivalente.
  11. Il faut laisser suffisamment d'espace entre les réponses, ou utiliser des cahiers de réponses distincts pour différentes questions.
  12. Utilisez le côté gauche des cahiers de réponses pour effectuer des calculs ou dessiner des réponses.
  13. Utilisez des abréviations et des acronymes seulement si ceux-ci sont couramment utilisés à la centrale, ou après les avoir définis.
  14. Lorsque vous avez terminé l'examen :
    1. Remettez à un surveillant vos réponses et tous les autres documents exigés, tels que les schémas fonctionnels et les diagrammes annotés. Aucun document ne sera accepté après que vous aurez quitté la salle d'examen.
    2. Inscrivez l'heure à laquelle vous remettez vos réponses et apposez vos initiales sur le formulaire de surveillance de l'examen d'accréditation initiale à côté de votre nom.
    3. Quittez la salle d'examen et ne flânez pas dans le voisinage.
  15. Si vous avez des questions concernant ces consignes, posez-les avant le début de l'examen.

Partie C :        Autres

Toute personne qui participe à l'élaboration et à la tenue d'un examen d'accréditation donné, exception faite des personnes employées régulièrement à titre d'examinateur ou de membre du personnel de soutien aux examens et des candidats à l'examen, doit signer le présent engagement.

D'ici à ce qu'on m'avise de l'annulation de cet engagement, je ne divulguerai sciemment aucun renseignement lié de près ou de loin au contenu de l'examen
< préciser ici l'examen d'accréditation pertinent>
à quiconque, sauf :

  • aux examinateurs qui participent à l'élaboration et à la tenue de l'examen
  • aux personnes dont le nom et la signature figurent ci-dessous

Toute discussion sur cet examen d'accréditation avec l'une ou l'autre de ces personnes doit se dérouler dans un endroit sûr pour ne pas compromettre la confidentialité de l'examen.

Dès que j'aurai commencé à travailler à l'élaboration de l'examen ou dès que j'aurai quelque renseignement que ce soit sur son contenu, je m'abstiendrai de toute participation à la formation des candidats à cet examen et je ne leur donnerai aucune rétroaction en lien avec leur formation jusqu'à ce que tous les candidats aient subi l'examen en question.

Je connais les exigences et les mesures physiques, électroniques et administratives qui me concernent et qui ont été établies à la centrale pour éviter de compromettre la confidentialité des examens d'accréditation.

Je signalerai immédiatement à l'examinateur en chef ou au chef de la formation tout indice ou soupçon qui me laisserait croire que la confidentialité de l'examen pourrait être compromise.

Je suis conscient que le non-respect de cet engagement peut entraîner l'annulation de l'examen.

________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date
________________________
Nom
________________________
Signature
________________________
Date

D.2 Groupes de connaissances à traiter dans les examens propres à une centrale à une seule tranche destinés aux candidats OR

Partie A : Groupes de connaissances – Objectifs génériques de connaissance des systèmes (OGCS) d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salle de commande et domaines non visés par les OGCS

Les objectifs de connaissance ou objectifs de formation sont propres à chaque centrale et sont élaborés conformément à une approche systématique à la formation (ASF). Les centrales à une seule tranche utilisent le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salle de commande (OGCS) pour l'élaboration des objectifs de connaissance propres à leur centrale. Les membres de l'équipe d'examen doivent utiliser les groupes de connaissances et les points présentés dans le tableau qui suit afin de s'assurer que l'échantillonnage des groupes de sujets choisis à l'annexe B.3 couvrent adéquatement les différents domaines de connaissances visés par les objectifs de l'ASF de la centrale à l'intention des candidats OR.

Le regroupement des domaines présenté ci-dessous contient des renseignements sur les différents domaines de connaissances visés par les OGCS tout en permettant de sélectionner des domaines de connaissances qui ne sont pas explicitement couverts par les OGCS. Les renseignements qui figurent à côté de chaque domaine de connaissances pour les groupes A à G se rapportent aux OGCS énoncés dans le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salles de commande (consulter les Références). Les centrales qui utilisent un ensemble différent d'OGCS pour les OR peuvent se reporter aux objectifs génériques correspondants dans leur ensemble, une fois que les objectifs spécifiques de connaissance propres à la centrale ont été élaborés à partir de ces objectifs génériques, conformément à une approche systématique à la formation, et qu'ils ont été acceptés par la CCSN.

Groupe Domaine de connaissances 73 points
A Conception des systèmes : OGCS – Partie 1 9 ± 2
B Instrumentation et contrôle : OGCS – Partie 2, à l'exclusion des sujets traités dans le groupe C ci-dessous 13 ± 3
C Fonctionnement des boucles de régulation et des circuits logiques de commande : OGCS 2.2.3, 2.2.4, 2.2.5 et 2.3.7 14 ± 3
D Surveillance des paramètres des systèmes, des procédures d'exploitation et des procédures d'essai, à l'exclusion des procédures d'urgence : OGCS 3.1, 3.3, 3.4 et 4.1 12 ± 3
E Lignes de conduite pour l'exploitation : OGCS 3.2.1 et 4.2, et Limites et contraintes des systèmes : OGCS 3.2.2 8 ± 2
F Indisponibilités de système et sources froides : OGCS 3.5 et 4.3 8 ± 2
G Exploitation en cas d'urgence : OGCS – Partie 5 9 ± 3
Groupe Domaines non visés par les OGCS 27 points
H Principes de sûreté nucléaire et leur application 6 ± 1
I Physique du cœur du réacteur, surveillance du cœur, chargement de combustible et manutention du combustible 7 ± 2
J Aspects administratifs, tels que les procédures administratives liées à l'exploitation et à l'entretien de la centrale, la sécurité au travail, les rôles et les responsabilités du personnel exploitant 4 ± 1
K Objectifs de connaissance en matière de radioprotection dans les centrales nucléaires approuvés par la CCSN (se reporter à l'annexe D.3) 10 ± 2

Partie B : Liste des OGCS pour les examens propres à une centrale à une seule tranche destinés aux candidats OR

Les numéros qui suivent se rapportent aux OGCS énoncés dans le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salle de commande. Les centrales qui utilisent un ensemble différent d'OGCS pour les OR peuvent se reporter aux objectifs génériques correspondants dans leur ensemble, une fois que les objectifs spécifiques de connaissance propres à la centrale ont été élaborés à partir de ces objectifs génériques, conformément à une approche systématique à la formation, et qu'ils ont été approuvés par la CCSN.

Autant que possible, les OGCS dont le numéro figure dans la liste qui suit doivent être choisis pour la formulation des questions d'examen, étant donné qu'ils représentent des objectifs de connaissance de niveau supérieur. Les numéros en caractères gras correspondent aux OGCS qui sont au niveau cognitif le plus élevé. D'autres OGCS peuvent également être utilisés si la question d'examen qui en découle est assez complexe pour séparer les candidats qui ont une connaissance suffisante du sujet traité pour accomplir leurs tâches avec compétence de ceux qui ne l'ont pas.

Partie 1 : Conception des systèmes

1.1.2 (i)
1.3.4
1.3.5 (i)

Partie 2 : Instrumentation et contrôle

2.1.1 (i)2.1.1 (iii)
2.1.2
2.1.3
2.2.1.1
2.2.1.2
2.2.1.4
2.2.2
2.2.3
2.2.4
2.2.5
2.3.1
2.3.2
2.3.3 (i), sauf le deuxième point
2.3.3 (ii)
2.3.6
2.3.7
2.5.1 (ii)
2.5.2, sauf le deuxième point de (ii)
2.5.3
2.6.1
2.6.3

Partie 3 : Aspects opérationnels

3.1.1 (vi)
3.2.1
3.2.2
3.3.1, sauf (vii)
3.3.2
3.4 (ii), (iii), (iv) et (v)
3.5

Partie 4 : Exploitation générale de la tranche

4.1.1, sauf (i)
4.1.2, sauf (i) et (vii)
4.1.3
4.2
4.3, sauf (v)

Partie 5 : Exploitation en situations d'urgence

5.1 (i)
5.2.1
5.2.2, sauf (v)

D.3 Objectifs de connaissance et sujets relatifs à la radioprotection à traiter dans les examens propres à la centrale pour les candidats OR

Les différents sujets liés à la radioprotection qui devraient être traités, dans le cadre du groupe de sujets 13 de l'annexe B.3, se rapportent aux connaissances des aspects de l'exploitation des réacteurs, à la fois dans des conditions normales et anormales, qui pourraient donner lieu au rejet de radioactivité dans l'environnement, ou qui pourraient avoir une incidence sur la sécurité du personnel ou du grand public, notamment :

  1. les connaissances que doivent avoir les RO pour gérer tous les aspects liés aux rejets radioactifs de type courant ou non hors de la centrale
  2. les connaissances que doivent avoir les RO pour réagir adéquatement en cas d'incident radiologique qui pourrait donner lieu à une situation d'urgence mettant en cause le rayonnement
  3. les connaissances de tous les aspects des urgences mettant en cause le rayonnement et concernant les RO

Les autres questions associées à la radioprotection, comme les systèmes de contrôle de l'accès et les systèmes de surveillance du rayonnement, pourraient être traitées dans le groupe de sujets 14.

D.3.1 Partie A : Sous-groupes des sujets de radioprotection et objectifs de connaissance pour les examens propres à une centrale à une seule tranche

Cette partie précise les points à attribuer aux questions qui se rapportent à chaque sous-groupe de sujets en radioprotection ainsi que les objectifs de connaissance devant être utilisés pour la formulation de questions dans chaque sous-groupe de sujets pour les examens propres à une centrale à une seule tranche destinés aux candidats RO. Ces objectifs ne sont pas nécessairement exhaustifs et des questions autres que celles portant sur ces objectifs spécifiques peuvent être posées si elles se situent à l'intérieur des limites de ces aspects de l'exploitation de centrale, à la fois normales et anormales, qui pourraient donner lieu au rejet de radioactivité dans l'environnement, ou qui pourraient avoir une incidence sur la sécurité du personnel de centrale ou les membres du public.

D.3.1.1 Sous-groupe A : Contrôle des rejets radioactifs
Points : 5 ± 1
I. Notions fondamentales

Expliquer le sens des expressions suivantes :

  1. limites de rejet dérivées pour les déchets gazeux
  2. limites de rejet dérivées pour les déchets liquides
  3. limites de rejet dérivées et limites de dose connexes
  4. groupe critique
II. Effluents gazeux

A) Ventilation et récupération de vapeur

  1. Décrire comment les systèmes suivants contrôlent les rejets gazeux :
    1. système de ventilation du bâtiment réacteur
    2. système de récupération de vapeur de D2O
    3. système d'isolement du confinement
    4. système de ventilation du bâtiment des services
  2. Expliquer le rôle des dispositifs de verrouillage entre le système d'isolement du confinement et le système de ventilation du bâtiment réacteur.
  3. Décrire comment la sortie d'extraction du train de filtres du système de ventilation du bâtiment réacteur permet de réduire au minimum la radioactivité en suspension dans l'air.
  4. Décrire les exigences préalables qui doivent être satisfaites avant de réaliser une dépressurisation du bâtiment réacteur après un accident de perte de réfrigérant primaire (APRP). Expliquer pourquoi chacune des exigences préalables doit être satisfaite.
  5. En tenant compte de la procédure de dépressurisation du système de récupération de la vapeur de D2O après un APRP, expliquer pourquoi chaque étape ou chaque groupe d'étapes est requis. Lorsque des instructions spécifiques sont énoncées pour l'exécution d'une étape, expliquer pourquoi elles doivent être exécutées selon les spécifications.
  6. En tenant compte de la procédure de dépressurisation du système de récupération de la vapeur de D2O suite à l'établissement de l'étanchéité du confinement, expliquer pourquoi chaque étape ou chaque groupe d'étapes est requis. Lorsque des instructions spécifiques sont énoncées pour l'exécution d'une étape, expliquer pourquoi elles doivent être exécutées selon les spécifications.
  7. Décrire les conséquences d'un faible débit de ventilation sur les moniteurs d'activité du système de confinement, donner les raisons possibles du faible débit de ventilation et indiquer les mesures à prendre par l'exploitant dans un tel cas.
  8. Expliquer les conséquences d'un fonctionnement inadéquat des moniteurs d'activité de l'isolement du confinement. Préciser les mesures requises si l'on détecte un mauvais fonctionnement de ces moniteurs.
  9. Décrire la réaction attendue des moniteurs d'activité du système de confinement lors des opérations suivantes :
  10. Déchargement d'une grappe de combustible défectueuse
  11. Dégazage du circuit caloporteur primaire
  12. Purge du circuit du gaz annulaire
  13. Purge du système de contrôle de zone liquide
  14. Purge du gaz de couverture du modérateur
  15. Décrire comment la sortie d'extraction active du train de filtres du système de ventilation du bâtiment de service permet de réduire au minimum la radioactivité en suspension dans l'air.

B) Surveillance et échantillonnage des effluents gazeux

  1. Énumérer les principales sources de déchets radioactifs gazeux dans la centrale.
  2. Décrire les groupes importants de radionucléides dans les effluents gazeux et leur importance relative durant l'exploitation normale.
  3. Décrire les responsabilités générales du CQC, de l'OR, du département de radioprotection et du département de chimie en ce qui a trait à la surveillance et au contrôle des effluents gazeux.
  4. Expliquer l'importance de l'échantillonnage isocinétique, des dépôts sur les parois, du traçage thermique et de l'écoulement dans les cheminées en ce qui a trait à l'échantillonnage représentatif des rejets contaminés des cheminées.
  5. Décrire comment le moniteur d'effluents gazeux (GEM, de l'anglais Gaseous Effluent Monitor) sépare et détecte les différents radionucléides dans l'échantillon.
  6. Décrire comment le spectromètre permettant de détecter les gaz rares mesure les rejets de ce type de gaz.
  7. Décrire la réaction typique du GEM et du spectromètre de gaz rares lors des opérations suivantes :
    1. déchargement d'une grappe de combustible défectueuse
    2. dégazage du circuit caloporteur primaire
    3. purge du circuit du gaz annulaire
    4. purge du système de contrôle de zone liquide
    5. purge du gaz de couverture du modérateur
  8. Énumérer les alarmes générales et les indications qui sont disponibles localement, dans la salle de commande, dans la salle de l'équipement de commande et dans la zone de contrôle secondaire.
  9. Énumérer les indications pouvant être utilisées pour confirmer qu'il y a eu rejet de radioactivité.
  10. Nommer les mesures principales requises dans l'éventualité où surviendrait une alarme GEM de radioactivité élevée, et expliquer pourquoi chaque mesure est requise.
  11. Décrire le procédé selon lequel l'huile usée contaminée est approuvée pour la combustion et comment ce rejet de radioactivité s'ajoute aux registres d'effluents gazeux.
  12. Expliquer pourquoi les analyses de laboratoire sont effectuées par l'équipe de radioprotection dans le but d'évaluer les rejets gazeux à l'aide des moniteurs de cheminée et des échantillonneurs.
  13. Décrire les mesures requises et les autres méthodes de surveillance disponibles, s'il y a lieu, dans les cas suivants :
    1. défaillance d'un canal GEM qui n'a aucune incidence sur l'échantillonnage continu
    2. défaillance de la pompe d'échantillonnage GEM
    3. défaillance du spectromètre de gaz rares
    4. défaillance de l'échantillonneur C-14
  14. Décrire les effets d'un fonctionnement anormal des systèmes suivants sur les résultats de surveillance de la cheminée :
    1. ventilation de la piscine du combustible usé
    2. ventilation du bâtiment réacteur
    3. récupération de vapeur
    4. ventilation de l'usine de traitement
    5. sortie centrale de rejets contaminés
  15. Décrire les mesures requises s'il faut faire sortir de l'air de toute zone active non raccordée à la cheminée d'échappement principale. Expliquer pourquoi chacune des mesures est requise.
  16. Décrire la surveillance spéciale requise pour mesurer les rejets de la turbine qui découlent d'une fuite de tube de générateur de vapeur.
  17. Décrire comment le moniteur de cheminée peut aider à déterminer si des conditions d'ALERTE ou d'URGENCE existent.
  18. Préciser et expliquer quelles sont les limites du GEM et du spectromètre de gaz rares, lors de rejets importants.
  19. Dans les conditions d'exploitation de centrale actuelles accompagnées d'une indication que les rejets de cheminée sont anormalement élevés :
    1. déterminer la source probable des rejets à l'aide des traces de dépôts dans les moniteurs de cheminée
    2. nommer les mesures requises pour confirmer le diagnostic
    3. nommer toute mesure consécutive à prendre dans la salle de commande ou sur le terrain en vue d'atténuer les rejets
III. Surveillance et échantillonnage des effluents liquides
  1. Énumérer les principales sources de déchets radioactifs liquides dans la centrale.
  2. Décrire les responsabilités générales du CQC, de l'OR, du département de radioprotection et du département de chimie en ce qui a trait à la surveillance et au contrôle des effluents liquides.
  3. Décrire les grandes étapes de déchargement du contenu d'un réservoir de déchets liquides, en accordant une attention particulière à l'analyse et au contrôle des rejets.
  4. Après avoir reçu une autorisation de pomper un échantillon d'effluent liquide, dire si l'on peut procéder à la décharge de l'effluent liquide et expliquer pourquoi.
  5. Pour chacune des conditions précisées concernant l'autorisation de pomper l'effluent liquide et nécessitant l'approbation du département de radioprotection, expliquer pourquoi cette approbation est nécessaire.
  6. S'il y a une indication de la présence de matières hautement radioactives dans l'effluent liquide et si l'on dispose de l'information pertinente :
    1. déterminer la raison de cette indication
    2. préciser quelles sont les mesures à prendre afin d'éviter des rejets ultérieurs
D.3.1.2 Sous-groupe B : Situations d'urgence radiologique
Points : 5 ± 1
  1. Décrire les responsabilités et la structure de commandement des groupes sur le site ainsi que les ressources disponibles pour ces groupes.
  2. Pour un scénario donné, décrire le rôle et les responsabilités des groupes clés hors site qui participent aux plans de secours contre le rayonnement et décrire comment le CQC et l'OR interagissent avec ces groupes.
  3. Pour un scénario donné, préciser toute intervention de secours requise, établir l'ordre de priorité des mesures et procéder à l'intervention appropriée.
  4. Définir les expressions ALERTE au rayonnement et URGENCE radiologique en précisant quelles mesures doivent être prises dans chaque cas. Déterminer la procédure et énumérer les paramètres utilisés pour catégoriser les événements radiologiques.
  5. Pour un scénario donné, placer tous les événements dans les catégories ALERTE ou URGENCE et mentionner les mesures prioritaires à prendre avant de consulter les procédures d'urgence.
  6. Décrire comment le personnel de la centrale (quart de travail et centre d'urgence hors site [CUHS]) sont organisés pour répondre à une URGENCE radiologique.
  7. Décrire les responsabilités du CQC et de l'OR durant une situation d'urgence radiologique sur le site, et décrire le rôle du chef de l'équipe d'intervention.
  8. Décrire les responsabilités du coordonnateur du CUHS, de l'adjoint du CUHS et de l'agent de liaison du CUHS.
  9. Énumérer les installations et l'équipement clés fournis lors des situations d'urgence radiologiques.
  10. Décrire les mesures prévues du personnel de centrale en cas d'ALERTE ou d'URGENCE radiologique et en cas d'évacuation de la centrale.
  11. Énumérer les organismes clés participant au plan des mesures d'urgence hors site et préciser leur responsabilité en situation d'URGENCE radiologique.
    1. énumérer les groupes agissant sous la supervision de l'organisation des mesures d'urgence (OMU) qui seront présents au CUHS et qui pourraient avoir besoin de l'information de l'agent de liaison du CUHS
    2. décrire l'information et les ressources qui doivent être fournies aux groupes précisés en a) de manière à ce que les contre-mesures appropriées soient appliquées pour protéger le public en cas d'URGENCE radiologique
  12. Pour chacune des procédures d'urgence mentionnées ci-après que le candidat pourrait avoir à mettre en œuvre, expliquer la justification de chaque étape de la procédure :
    1. EP-29   Mesures du coordonnateur du CUHS durant une ALERTE/URGENCE
    2. EP-30   Mesures de l'adjoint du CUHS durant une ALERTE/URGENCE
    3. EP-31   Mesures de l'agent de liaison du CUHS durant une ALERTE/URGENCE
    4. EP-32   Données météorologiques et prévision du panache
  13. Pour un scénario donné, nommer les mesures clés requises pour un chef d'équipe d'intervention tel qu'il est précisé dans la procédure EP-25 – Mesures à prendre par l'équipe d'intervention durant une situation d'urgence radiologique.
  14. Pour des données tirées du système de surveillance météorologique, faire une prévision de la direction initiale du panache radioactif, de sa largeur et de sa longueur suite à un rejet.

D.3.2 Partie B : Sous-groupes des sujets de radioprotection et objectifs de connaissance pour les examens propres à une centrale à plusieurs tranches

Cette partie précise les points à attribuer aux questions qui se rapportent à chaque sous-groupe de sujets en radioprotection ainsi que les objectifs de connaissance devant être utilisés pour la formulation de questions dans chaque sous-groupe de sujets visant les examens propres à une centrale à plusieurs tranches destinés aux candidats RO. Ces objectifs ne sont pas nécessairement exhaustifs et des questions autres que celles portant sur ces objectifs spécifiques peuvent être posées si elles se situent à l'intérieur des limites de ces aspects de l'exploitation de la centrale, à la fois normales et anormales, qui pourraient donner lieu au rejet de radioactivité dans l'environnement, ou qui pourraient avoir une incidence sur la sécurité du personnel de centrale ou les membres du public.

D.3.2.1 Sous-groupe A : Contrôle des rejets
Points : 5 ± 1
I. Notions fondamentales

Expliquer le sens des expressions suivantes :

  1. limites de rejet dérivées pour les effluents gazeux
  2. limites de rejet dérivées pour les effluents liquides
  3. limites de rejet dérivées et limites de dose connexes pour la centrale
  4. groupe critique
  5. objectifs de la centrale en matière d'émissions
  6. surveillance des contrôles
  7. surveillance en vue d'assurer la conformité
  8. surveillance environnementale
II. Effluents gazeux

A) Émissions en suspension dans l'air durant les opérations d'urgence

  1. Expliquer le rôle du système de décharge d'air filtré (EFADS, de l'anglais Emergency Filtered Air Discharge System).
  2. En cas de perte de caloporteur accompagnée de combustible défectueux :
  3. Préciser quand l'EFADS sera prêt à être mis en service.
  4. Énumérer les paramètres pouvant être surveillés lorsque l'EFADS est en service.
  5. Dire qui l'on doit aviser avant de mettre en service l'EFADS.

B) Surveillance et échantillonnage des effluents gazeux

  1. Nommer les sources d'émissions en suspension dans l'air.
  2. Nommer les catégories d'émissions en suspension dans l'air et décrire comment chaque catégorie est surveillée.
  3. Nommer les composants du système de surveillance des cheminées.
  4. Nommer les mesures à prendre lorsque le système d'échantillonnage et de surveillance des cheminées n'est plus disponible.
  5. Décrire comment l'écoulement d'air de ventilation est réglé dans les zones radioactives de la centrale.
  6. Nommer les objectifs du programme de surveillance environnementale.
  7. Nommer les différentes mesures pouvant être prises dans le cadre du programme de surveillance environnementale.
II. Surveillance et échantillonnage des effluents liquides
  1. Nommer les principales activités susceptibles de générer des déchets liquides radioactifs.
  2. Nommer la voie principale d'exposition du public ou de l'environnement aux émissions liquides.
  3. Nommer les principales sources de liquides radioactifs pouvant pénétrer dans le circuit d'eau de circulation du condenseur.
  4. Nommer les catégories de radionucléides surveillés dans les émissions liquides.
  5. Définir les émissions liquides anormales et les limites d'émissions liquides anormales.
  6. Dire quel mécanisme de surveillance de secours des émissions liquides existe, ou quel mécanisme doit être mis en œuvre lorsque la surveillance normale est compromise.
  7. Préciser quels sont les documents requis en cas de rejet normal ou anormal de déchets liquides radioactifs.
  8. Préciser qui l'on doit aviser en cas de rejet anormal de déchets liquides radioactifs.
  9. Préciser les limites relatives à la précision de la surveillance des effluents liquides.
  10. Décrire le système de surveillance des rejets liquides radioactifs du point de vue du contrôle et de la conformité, y compris les points de surveillance, ainsi que le type et la fréquence de la surveillance.
D.3.2.2 Sous-groupe B : Situations d'urgence radiologique
Points : 4 ± 1
  1. Énumérer les sources possibles d'information concernant les dangers d'irradiation dans la centrale qui sont à la disponibilité de l'opérateur du réacteur.
  2. Énumérer les dangers d'irradiation possibles qui existent après un APRP avec combustible défectueux.
  3. Énumérer les systèmes ou pièces d'équipement qui pourraient générer des champs de rayonnement élevés après un APRP avec combustible défectueux.
  4. Pour un scénario et des conditions de systèmes donnés dans une tranche, évaluer une demande d'autorisation de travail du point de vue des dangers d'irradiation et déterminer si les travaux peuvent être réalisés de manière sûre conformément au principe ALARA. Justifier la conclusion.
  5. Nommer les catégories de conditions radiologiques inhabituelles.
  6. Nommer les responsabilités de l'opérateur du réacteur qui intervient dans le cas de conditions radiologiques inhabituelles.
  7. Énumérer les sources d'information sur le rayonnement disponibles sur le terrain qui pourraient aider à reconnaître des conditions radiologiques inhabituelles.
  8. Pour un scénario donné mettant en cause des conditions radiologiques inhabituelles, préciser quelles sont les mesures immédiates requises sur le terrain et dans la salle de commande. Expliquer pourquoi chacune des mesures est requise.
  9. Décrire le rôle principal de l'opérateur du réacteur dans une situation d'urgence radiologique.
  10. Décrire la réponse générale d'un opérateur de réacteur à une alarme du moniteur gamma à zone fixe.

D.4 Groupes de connaissances pour les examens propres à une centrale à plusieurs tranches destinés aux candidats OT0

Partie A : Groupes de connaissances – OGCS et domaines non visés par les OGCS

Les objectifs de connaissance ou objectifs de formation sont propres à chaque centrale et sont élaborés conformément à une ASF. Les centrales à plusieurs tranches utilisent le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salle de commande, pour l'élaboration des objectifs de connaissance propres à leur centrale. Les membres de l'équipe d'examen doivent utiliser les groupes de connaissances et les points présentés dans le tableau qui suit afin de s'assurer que l'échantillonnage de groupes de sujet de l'annexe B.5 couvre adéquatement les différents domaines de connaissances visés par les objectifs de l'ASF de la centrale à l'intention des candidats OT0.

Le regroupement des domaines présenté ci-dessous contient des renseignements sur les différents domaines de connaissances visés par les OGCS tout en permettant de sélectionner des domaines de connaissances qui ne sont pas explicitement couverts par les OGCS. Les renseignements qui figurent à côté de chaque domaine de connaissances pour les groupes A à G se rapportent aux OGCS énoncés dans le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salles de commande, daté de juin 1998. Les centrales qui utilisent un ensemble différent d'OGCS pour les OT0 peuvent se reporter aux objectifs génériques correspondants de leur ensemble, une fois que les objectifs spécifiques de connaissance propres à la centrale ont été élaborés à partir de ces objectifs génériques, conformément à une approche systématique à la formation, et qu'ils ont été approuvés par la CCSN.

Groupe Domaine de connaissances 75 points
A Conception des systèmes : OGCS – Partie 1 10 ± 2
B Instrumentation et contrôle : OGCS – Partie 2, à l'exclusion des sujets traités dans le groupe C ci-dessous 7 ± 2
C Fonctionnement des boucles de régulation et des circuits logiques de commande : OGCS 2.2.3, 2.2.4, 2.2.5 et 2.3.7 10 ± 2
D Surveillance des paramètres des systèmes, des procédures d'exploitation et des procédures d'essai, à l'exclusion des procédures d'urgence : OGCS 3.1, 3.3, 3.4 et 4.1 10 ± 2
E Lignes de conduite pour l'exploitation : OGCS 3.2.1 et 4.2, et Limites et contraintes des systèmes : OGCS – Partie 5 8 ± 2
F Indisponibilités des systèmes et sources froides : OGCS 3.5 et 4.3 7 ± 2
G Exploitation en cas d'urgence : OGCS – Partie 5 7 ± 2
    59
Groupe Domaines non visés par les OGCS 16 points
I Principes de sûreté nucléaire et leur application; refroidissement d'urgence du combustible irradié 6 ± 1
I Aspects administratifs, tels que les procédures administratives liées à l'exploitation et à l'entretien de la centrale, la sécurité au travail, les rôles et les responsabilités du personnel exploitant 6 ± 1
J Sujets relatifs à la radioprotection Les objectifs de connaissance liés aux incidents et aux urgences radiologiques sont précisés à l'annexe D.5. 4 ± 1

Partie B : Liste des OGCS pour les examens propres à une centrale à plusieurs tranches destinés aux candidats OT0

Les numéros qui suivent se rapportent aux OGCS énoncés dans le document intitulé Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salle de commande, daté de juin 1998 (consulter les Références). Les centrales qui utilisent un ensemble différent d'OGCS pour les OT0 peuvent se reporter aux objectifs génériques correspondants de leur ensemble, une fois que les objectifs spécifiques de connaissance propres à la centrale ont été élaborés à partir de ces objectifs génériques, conformément à une approche systématique à la formation, et qu'ils ont été approuvés par la CCSN.

Autant que possible, les OGCS dont le numéro figure dans la liste qui suit doivent être choisis pour la formulation des questions d'examen, étant donné qu'ils sont des objectifs de connaissance de niveau supérieur. Les numéros en caractères gras correspondent aux OGCS qui sont au niveau cognitif le plus élevé. D'autres OGCS peuvent également être utilisés si la question d'examen qui en découle est assez complexe pour permettre de séparer les candidats qui ont une connaissance suffisante du sujet traité pour accomplir leurs tâches avec compétence de ceux qui ne l'ont pas.

Partie 1 : Conception des systèmes

1.1.2 (i)
1.3.4
1.3.5 (i)

Partie 2 : Instrumentation et contrôle

2.1.1 (i)
2.1.1 (iii)
2.1.2
2.1.3
2.2.1.1
2.2.1.2
2.2.1.4
2.2.2
2.2.3
2.2.4
2.2.5
2.3.1
2.3.2
2.3.3 (i), sauf le deuxième point
2.3.3 (ii)
2.3.6
2.3.7
2.5.1 (ii)
2.5.2, sauf le deuxième point de (ii)
2.5.3
2.6.1
2.6.3

Partie 3 : Aspects opérationnels

3.1.1 (vi)
3.2.1
3.2.2
3.3.1, sauf (vii)
3.3.2
3.4 (ii), (iii), (iv) et (v)
3.5

Partie 4 : Exploitation générale de la tranche

4.1.1, sauf (i)
4.1.2, sauf (i) et (vii)
4.1.3
4.2
4.3, sauf (v)

Partie 5 : Exploitation en situations d'urgence

5.1 (i)
5.2.1
5.2.2, sauf (v)

D.5 Objectifs de connaissance permettant d'élaborer les sujets liés aux incidents et aux urgences radiologiques dans les examens propres à une centrale destinés aux candidats OT0

Citée en référence à l'annexe B.6, cette annexe précise les objectifs de connaissance devant être utilisés pour la formulation de questions relatives aux incidents et aux urgences radiologiques dans les examens propres à une centrale à tranches multiples destinés aux candidats OT0. Ces objectifs ne sont peut-être pas exhaustifs et des questions portant sur d'autres sujets que ces objectifs peuvent être posées, pour autant qu'elles portent sur les connaissances que devraient posséder les candidats OT0 afin de réagir aux incidents et aux urgences radiologiques, le cas échéant.

  1. Énumérer les sources possibles d'information concernant les dangers d'irradiation dans la centrale qui sont disponibles pour l'opérateur de la tranche 0.
  2. Énumérer les dangers d'irradiation possibles qui existent après un APRP avec combustible défectueux.
  3. Énumérer les systèmes ou pièces d'équipement qui pourraient générer des champs de rayonnement élevés après un APRP avec combustible défectueux.
  4. Pour un scénario et des conditions de systèmes donnés dans une tranche, évaluer une demande d'autorisation de travail du point de vue des dangers d'irradiation et déterminer si les travaux peuvent être réalisés de manière sûre et conformément au principe ALARA. Justifier la conclusion.
  5. Nommer les catégories de conditions radiologiques inhabituelles.
  6. Nommer les responsabilités de l'opérateur de la tranche 0 lorsqu'il intervient dans le cas de conditions radiologiques inhabituelles.
  7. Énumérer les sources d'information sur le rayonnement disponibles sur le terrain qui pourraient aider à reconnaître des conditions radiologiques inhabituelles.
  8. Pour un scénario donné mettant en cause des conditions radiologiques inhabituelles, préciser quelles sont les mesures immédiates requises sur le terrain et dans la salle de commande. Expliquer pourquoi chacune des mesures est requise.
  9. Décrire le rôle principal de l'opérateur de la tranche 0 en cas d'urgence radiologique.

D.6 Exemple de formulaire du surveillant de l'examen d'accréditation

Centrale : ________________________
Titre de l'examen : ________________________
Date : ________________________
Temps alloué : ________________________
Heure du début : ________________________

Nom des candidats
Heure d'achèvement
Initiales
1. ____________________________
_______________
______
2. ____________________________
_______________
______
3. ____________________________
_______________
______
4. ____________________________
_______________
______
5. ____________________________
_______________
______
6. ____________________________
_______________
______
7. ____________________________
_______________
______
8. ____________________________
_______________
______
9. ____________________________
_______________
______

Directives à l'intention des surveillants

  1. S'assurer que les candidats ne peuvent consulter aucun autre document de référence que ceux qui leur seront remis avec l'examen, conformément aux indications fournies par l'examinateur en chef.
  2. S'assurer que chaque candidat dispose d'un pupitre convenable et qu'il y a un espace suffisant entre ces pupitres pour assurer la confidentialité.
  3. S'assurer que les personnes qui rédigent l'examen sont bien celles dont les noms figurent sur la liste.
  4. Remettre à chaque candidat un exemplaire des consignes et des règles pour les candidats qui subissent un examen d'accréditation écrit jointes au présent formulaire et passer en revue ces consignes avec les candidats avant de débuter l'examen.
  5. S'assurer que les candidats n'ont pas en leur possession des sources d'information non autorisées, telles que des notes, des manuels ou des appareils électroniques.
  6. Distribuer l'examen et les cahiers de réponses.
  7. Noter l'heure de début de l'examen.
  8. S'assurer que les candidats n'obtiennent aucune aide durant l'examen.
  9. S'assurer que personne ne fournit d'information supplémentaire aux candidats ou ne répond aux demandes d'éclaircissements concernant les questions d'examen.
  10. En ce qui concerne les pauses permettant d'aller aux toilettes durant la tenue d'un examen, s'assurer que les candidats ne peuvent quitter la salle d'examen qu'un à la fois et qu'ils sont escortés.
  11. S'assurer que la salle d'examen est surveillée en tout temps.
  12. Demander aux candidats d'inscrire l'heure à laquelle ils remettent leurs réponses et d'apposer leurs initiales sur le présent formulaire, à côté de leur nom.
  13. S'assurer que chaque cahier de réponses contient le nom complet du candidat, le numéro d'employé, le nom de la centrale, le titre de l'examen et la date de l'examen.
  14. Récupérer tous les cahiers de réponses des candidats immédiatement après l'examen.
  15. Lorsqu'un candidat ne remet pas de cahier de réponses complet, consigner ce fait sur le présent formulaire.
  16. Signer la déclaration ci-après.
  17. Remettre les cahiers de réponses et le présent formulaire à l'examinateur en chef.

Remarques :
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

Déclaration

J'ai surveillé cet examen et me suis conformé aux instructions précitées.

Nom : ____________________________
Nom : ____________________________
En lettres moulées ___________________________
En lettres moulées ___________________________
Signature___________________________
Signature___________________________
Titre :____________________________
Titre :____________________________

D.7 Exemple type de fiche de contrôle de SEC pour candidats au poste d'OR

Centrale :
____________________________
Date de l'examen :
____________________________
Titre du scénario :
____________________________

Le SEC répond aux critères suivants. Indiquer à quel endroit de la grille d'observation des interventions du candidat les critères ont été satisfaits :

[  ]        Les conditions initiales de la centrale sont bien définies à la section 2 du guide d'examen.

[  ]        Seulement une partie de l'équipement hors service durant le SEC a un effet sur les actions que les candidats devront effectuer.

[  ]        Les conditions initiales de la centrale ne contreviennent pas aux exigences formulées dans les documents d'exploitation de la centrale.

[  ]        Les défaillances principales et supplémentaires se succèdent dans un ordre plausible.

[  ]        La durée prévue du SEC ne dépasse guère 50 minutes.

[  ]        Le SEC compte une défaillance principale de catégorie 2 ou 3 qui exige des candidats une intervention complexe.
Ou

[  ]        Le SEC compte une défaillance principale de catégorie 4.

[  ]        Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance principale de catégorie 4.
Ou

[  ]        Cette limité a été dépassée; préciser :

[  ]        Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances principales de catégories 3 et 4.
Ou

[  ]        Cette limité a été dépassée; préciser :

[  ]        Le SEC ne compte pas plus de quatre défaillances principales.
Ou

[  ]        Cette limité a été dépassée; préciser :

[  ]        Chaque défaillance secondaire satisfait aux critères.

[  ]        Le SEC compte au moins quatre défaillances principales et supplémentaires.

[  ]        Le SEC ne compte pas plus de 10 défaillances principales et secondaires au total.
Ou

[  ]        Cette limité a été dépassée; préciser :

[  ]        Le SEC ne compte pas plus de cinq défaillances supplémentaires associées à une défaillance principale donnée.
Ou

[  ]        Cette limité a été dépassée; préciser :

[  ]        Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances d'indicateurs.
Ou

[  ]        Cette limité a été dépassée; préciser :

[  ]        Le SEC ne compte pas plus d'une défaillance secondaire qui provoque une indisponibilité de niveau 1 ou 2 d'un système spécial de sûreté.
Ou

[  ]        Cette limité a été dépassée; préciser :

[  ]        Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires qui provoquent une indisponibilité d'un système spécial de sûreté.
Ou

[  ]        Cette limité a été dépassée; préciser :

[  ]        Le SEC ne compte pas plus de trois défaillances secondaires de systèmes de soutien en matière de sûreté en attente.
Ou

[  ]        Cette limité a été dépassée; préciser :

[  ]        Les conditions qui encadrent la participation des membres de l'équipe de soutien en salle de commande sont bien définies.

[  ]        Le point final du SEC est défini précisément et les examinateurs pourront le reconnaître aisément.

[  ]        Tous les documents d'exploitation qu'il faut utiliser pour réagir aux défaillances du SEC font partie de la documentation officielle de la centrale.

[  ]        Il y a une seule façon claire et appropriée de réagir à chacune des défaillances principales et secondaires.

[  ]        Un OR compétent aurait le temps de réagir tel que prévu à chaque défaillance.

[  ]        Le SEC exige que les candidats démontrent leurs compétences dans chacun des domaines de compétence évalués par l'examen.

[  ]        Les paramètres de systèmes dont l'évolution sera enregistrée pendant l'examen ont été déterminés.

Indiquer lesquelles des caractéristiques ci-dessous font partie du SEC :

[  ]        Les conditions initiales de la centrale sont différentes des conditions normales de fonctionnement à pleine puissance et cela a un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter.

[  ]        Les candidats doivent détecter une panne d'une action automatique majeure pendant une perturbation et y réagir immédiatement.

[  ]        Une ou plusieurs situations obligent les candidats à déterminer ou à recommander un plan approprié d'actions à poser parce qu'il n'y a pas de procédure pertinente, ou parce que les procédures sont incomplètes, comportent des instructions contradictoires ou sont inefficaces.

[  ]        Des défaillances ou des conditions anormales simultanées obligent les candidats à déterminer les interventions qu'eux-mêmes ou que les membres de l'équipe de soutien doivent effectuer en priorité.

[  ]        Les candidats doivent détecter et corriger une situation pour laquelle une exigence des LCE n'est pas respectée.

[  ]        Les candidats doivent détecter et corriger une indisponibilité d'un système spécial de sûreté ou d'un système de soutien en matière de sûreté en attente.

Aux centrales à plusieurs tranches seulement :

[  ]        Les conditions d'un ou de plusieurs des groupes réacteurs, autres que le groupe réacteur simulé, empêchent ou retardent considérablement l'arrivée à ce dernier d'un ou des deux OR appelés en renfort, ou elles obligent un ou les deux OR appelés en renfort à quitter le réacteur simulé durant le SEC.

Examinateur en chef :
________________________
En lettres moulées
________________________
Signature
Responsable de la formation :
________________________
En lettres moulées
________________________
Signature

D.8 Exemple type de fiche de contrôle d'examen sur simulateur pour candidats au poste d'OR

Centrale : ________________________
Dossier : ________________________
Date de l'examen : ________________________

L'examen répond aux critères suivants. Indiquer à quel endroit de la grille d'observation des interventions du candidat les critères ont été satisfaits :

[  ]        L'examen est composé de trois SEC.

[  ]        La répétition des interventions requises de la part des opérateurs est réduite au minimum d'un SEC à un autre.

[  ]        Les conditions initiales de la centrale, y compris la puissance du ou des réacteurs, varient d'un SEC à un autre.

[  ]        Au moins un SEC commence dans des conditions initiales différentes des conditions normales de fonctionnement à pleine puissance qui ont un effet important sur les actions que les candidats devront exécuter.

[  ]        Les SEC couvrent une vaste gamme de manœuvres de systèmes à exécuter, de défaillances d'équipement et de perturbations de la tranche.

[  ]        Au moins un SEC compte une défaillance principale de catégorie 4.

[  ]        Au moins un SEC compte une panne d'une action automatique majeure pendant une perturbation que les candidats doivent détecter et à laquelle ils doivent réagir immédiatement.

[  ]        Au moins deux SEC comptent une ou plusieurs situations qui obligent les candidats à déterminer ou à recommander le plan d'actions à poser parce qu'il n'y a pas de procédure pertinente, ou parce que les procédures sont incomplètes, comportent des instructions contradictoires ou sont inefficaces.

[  ]        Au moins deux SEC comptent des défaillances ou des conditions de la tranche simultanées qui obligent les candidats à déterminer les interventions qu'eux-mêmes ou que les membres de l'équipe de soutien doivent effectuer en priorité.

[  ]        Au moins un SEC compte une situation pour laquelle une exigence des LCE n'est pas respectée et que les candidats doivent détecter et corriger.

[  ]        Au moins un SEC compte une indisponibilité d'un système spécial de sûreté ou d'un système de soutien en matière de sûreté en attente que les candidats doivent détecter et corriger.

[  ]        L'examen devrait mettre les candidats à l'épreuve au moins 25 fois dans chacun des domaines de compétence 1, 3, 4 et 5, et au moins 15 fois dans le domaine de compétence 2.

[  ]        La durée prévue de l'examen est entre 2 et 3 heures.

Aux centrales à plusieurs tranches seulement

[  ]        Au moins un SEC compte des conditions d'un ou de plusieurs des groupes réacteurs, autres que le groupe réacteur simulé, qui empêchent ou retardent considérablement l'arrivée à ce dernier d'un ou des deux OR appelés en renfort, ou qui obligent un ou les deux OR appelés en renfort à quitter le réacteur simulé durant le SEC.

Examinateur en chef :
________________________
En lettres moulées
________________________
Signature
Responsable de la formation :
________________________
En lettres moulées
________________________
Signature

Glossaire

accident de dimensionnement
Conditions d'accident par rapport auxquelles est conçue l'installation du réacteur, conformément aux critères d'acceptation établis, et pour lesquelles les dommages causés au combustible et les rejets de matières radioactives sont maintenus à l'intérieur des limites autorisées.
accréditation
Attestation écrite de la Commission, ou d'un fonctionnaire désigné par la Commission, à l'effet qu'une personne est compétente pour exercer les fonctions d'un poste donné mentionné dans le permis d'une centrale nucléaire.
actions automatiques majeures (AAM)
Actions automatiques liées à l'un des éléments suivants, et nécessaires pour permettre au système ou au sous-système de remplir sa fonction :
  • déclenchement du système d'arrêt d'urgence (SAU-1) (ou SPR à la centrale concernée)
  • déclenchement du SAU- (ou SAUA à la centrale concernée)
  • recul rapide de puissance
  • baisse contrôlée de puissance
  • déclenchement du groupe turbo-alternateur
  • déclenchement du système de refroidissement d'urgence du cœur
  • déclenchement du système de confinement
  • activation de la logique de déclenchement des pompes du circuit caloporteur principal (le cas échéant)
 
actions requises
Ensemble des actions définies dans la documentation approuvée d'une centrale nucléaire, qui sont nécessaires pour corriger, atténuer ou prendre en compte une situation qui s'est produite.
anomalie d'un panneau de commande
Dans le contexte d'un scénario de vérification des panneaux de commande d'un examen sur simulateur, défaillance d'un indicateur, d'une alarme ou d'une indication d'un état anormal d'une pièce d'équipement ou d'un système ou encore d'un réglage incorrect d'un dispositif de commande étant donné l'état de la centrale.
approche systématique à la formation (ASF)
Approche logique de la formation qui comprend les étapes suivantes :
  1. l'analyse, dont l'objet est de préciser les connaissances et les compétences qu'il faut avoir pour occuper un poste
  2. la conception, qui consiste à définir les objectifs de formation et à produire un plan de formation pour un poste donné à partir des connaissances et des compétences qu'il faut avoir pour occuper ce poste
  3. l'élaboration, où l'on prépare les documents de formation pour atteindre les objectifs de formation
  4. la mise en œuvre, où l'on donne la formation à l'aide des documents élaborés précédemment
  5. l'évaluation, où l'on recueille et analyse les données obtenues à chacune des étapes précédentes pour déterminer l'efficacité de la formation et prendre les mesures appropriées afin de l'améliorer
barrière
Dispositif physique, processus administratif ou comportement d'une personne qui réduit considérablement le risque de compromettre la sécurité du matériel d'examen ou la confidentialité d'un examen d'accréditation.
centrale nucléaire
Toute installation d'un réacteur de fission construite pour la production d'électricité à une échelle commerciale. Une centrale nucléaire est une installation nucléaire de catégorie IA telle que définie dans le Règlement sur les installations nucléaires de catégorie I. Lorsqu'un permis est délivré pour plusieurs réacteurs, le terme « centrale » englobe tous les réacteurs visés dans le permis.
chef de quart de centrale (CQC)
Personne accréditée qui, dans une centrale nucléaire, a la responsabilité de superviser directement l'exploitation de la centrale et de s'assurer que les opérations et l'entretien sont conformes au permis, aux politiques et aux procédures de la centrale ainsi qu'aux exigences applicables stipulées dans les lois et règlements fédéraux et provinciaux ainsi que dans les normes et les codes pertinents. Le chef de quart de centrale est le représentant de la direction de la centrale pour un quart de travail donné.
chef de quart en salle de commande (CQSC)
Personne accréditée qui, dans une centrale nucléaire à plusieurs tranches, relève du chef de quart de centrale et a la responsabilité de veiller à ce que les membres du personnel de la salle de commande principale accomplissent leurs fonctions en toute sécurité, dans les limites de leurs pouvoirs, et de s'assurer que la conduite des opérations dans la salle de commande principale est conforme au permis, aux politiques et aux procédures de la centrale.
défaillance d'indicateur
Dans le contexte d'un scénario d'examen sur simulateur, panne d'un indicateur, d'une indication ou d'une alarme quelconque sur les panneaux de la salle de commande.
défaillance principale
Dans un scénario d'examen sur simulateur, panne d'une pièce d'équipement, d'un dispositif de commande ou d'un composant d'un système, ou combinaison de telles pannes, qui provoque, au moment où elle survient durant un examen sur simulateur, la principale condition anormale, panne ou perturbation de la centrale à laquelle le candidat doit faire face.
défaillance secondaire
Toute défaillance supplémentaire ou défaillance d'indicateur dans le contexte d'un scénario d'examen sur simulateur.
défaillance supplémentaire
Dans un scénario d'examen sur simulateur, une panne d'une pièce d'équipement, d'un composant ou d'un dispositif de commande d'un système qui l'empêche de fonctionner correctement lorsqu'il est actionné automatiquement ou par intervention de l'opérateur, ou panne d'une pièce d'équipement en marche, suite à une défaillance principale.
diagnostiquer [ou diagnostic d'] une défaillance
Déterminer la nature d'une défaillance de manière suffisante pour permettre de sélectionner les procédures appropriées ou la marche à suivre lors d'un examen sur simulateur. On peut poser un tel diagnostic en interprétant des alarmes dans la salle de commande, des indications et des informations obtenues sur le terrain, et en se référant, au besoin, à la documentation de la centrale nucléaire.
documentation officielle
Ensemble des documents approuvés et à jour de la centrale nucléaire relatifs à l'exploitation, à la formation et aux exigences en matière de rendement, pouvant servir de références à l'équipe d'examen lors de la préparation, de la tenue et de la notation d'un examen donné. Ces documents comprennent tous les documents disponibles dans la salle de commande de la centrale et que peuvent habituellement consulter dans l'exécution de leurs fonctions les titulaires des postes visés par les candidats. Elle comprend également tous les documents de formation pertinents et approuvés remis aux candidats.
durée dynamique (ou partie dynamique)
Laps de temps entre le point de départ et l'instant final de la simulation d'un scénario d'examen avec le simulateur fonctionnant en permanence en temps réel. En cas de scénario de vérification des panneaux de commande (SVPC) où le simulateur ne fonctionne pas en permanence mais est figé dans le temps, ce laps de temps est toujours considéré comme la partie dynamique.
durée dynamique prévue du scénario d'examen
Temps qu'un titulaire compétent typique du poste visé par les candidats mettrait pour exécuter un scénario d'examen (scénario d'examen complet, scénario d'examen de diagnostic, scénario d'examen abrégé ou scénario de vérification des panneaux de commande) donné, selon les estimations effectuées pendant la vérification finale de chaque scénario d'examen. Ce temps est mesuré depuis le moment où l'examinateur en chef indique à l'opérateur du simulateur d'amorcer la simulation du scénario jusqu'au moment où la simulation se termine au point final préétabli du scénario.
durée prévue de l'examen
Dans le cas des examens sur simulateur, somme de la durée dynamique prévue de tous les scénarios composant un examen donné. Les questions normalisées qui doivent être posées à la fin des scénarios ne sont pas comprises dans la durée prévue de l'examen.
durée réelle (du scénario d'examen)
Intervalle mesuré pendant la tenue de l'examen d'un candidat entre le moment où l'examinateur en chef indique à l'opérateur du simulateur d'amorcer la simulation du scénario jusqu'au moment où la simulation du scénario prend fin au point final préétabli.
effectif minimal
Nombre minimal absolu de personnes qualifiées par quart de travail dans une centrale nucléaire, tel que défini par le document relatif à l'effectif mentionné dans le permis d'exploitation de la centrale.
élément
Fragment autonome de la réponse à une question d'examen portant sur les connaissances. Le nombre total d'éléments de réponse sert à établir le nombre de points attribués à une question et figure dans le guide de correction approuvé.
en temps opportun
Durant un scénario d'examen sur simulateur, temps alloué à un candidat pour effectuer les interventions, faire les vérifications ou pendre les décisions nécessaires, selon les attentes des documents approuvés de la centrale nucléaire en matière de rendement.
équipe de soutien
Équipe qui participe aux répétitions et à la validation des scénarios d'examen et qui administre l'examen d'accréditation sur simulateur en faisant fonctionner le simulateur et en jouant le rôle de l'équipe de quart.
équipe d'examen
Équipe qui conçoit, élabore, tient et corrige un examen d'accréditation ou attribue des notes à celui ci. L'équipe est composée d'un examinateur en chef qualifié et d'au moins un autre examinateur qualifié. Dans le cadre des examens d'accréditation sur simulateur, l'opérateur du simulateur et les acteurs sont également considérés comme des membres de l'équipe d'examen.
erreur critique
Erreur humaine qui a un effet immédiat ou éventuel grave sur la sûreté de la centrale ou sur la sécurité de la population. Pour plus de détails sur les critères, voir l'annexe C.20.
erreur majeure
Erreur humaine qui pourrait avoir une incidence immédiate ou potentielle sur la sûreté de la centrale ou sur la sécurité de la population, ou qui se traduit par une perturbation injustifiée de la tranche. Pour plus de détails sur les critères, voir l'annexe C.20.
examen portant sur les habiletés
Examen organisé sur un simulateur pleine échelle et composé d'une série de scénarios d'examen requis pour vérifier les habiletés d'un candidat à un poste accrédité demandé.
examens d'accréditation portant sur les connaissances
Un nombre requis d'examens écrits destinés à vérifier les connaissances d'un candidat à un poste accrédité. Certains examens écrits peuvent également être tenus oralement moyennant notification préalable adressée à la CCSN.
examinateur en chef
Examinateur chargé de toutes les phases d'un examen, qui est responsable de la conception, de l'élaboration, de la tenue, de la correction et de la notation d'un examen.
fondement d'autorisation
Ensemble d'exigences et de documents visant une installation ou une activité réglementée, qui comprend :
  1. les exigences réglementaires stipulées dans les lois et règlements applicables
  2. les conditions et les mesures de sûreté et de réglementation décrites dans le permis relatif à l'installation ou à l'activité et les documents cités en référence directement dans ce permis
  3. les mesures de sûreté et de réglementation décrites dans la demande de permis et les documents soumis à l'appui de cette demande
guide de correction
Se reporter aux définitions du « Guide de correction approuvé » et du « Guide de correction autorisé ».
guide de correction approuvé
Document approuvé par le chef de la formation qui contient les réponses aux questions d'examen portant sur les connaissances et qui sert à corriger l'examen.
guide de correction autorisé
Version finale du guide de correction approuvé, autorisé par le chef de la formation, et qui sert à établir les résultats d'un examen portant sur les connaissances. guide d'examen Se reporter aux définitions du « Guide d'examen approuvé » et du « Guide d'examen autorisé ».
guide d'examen approuvé
Document approuvé par le chef de la formation qui contient toutes les informations nécessaires pour la tenue d'un scénario d'examen sur simulateur.
guide d'examen autorisé
Version du guide d'examen approuvé propre à un scénario d'examen sur simulateur, autorisé par le chef de la formation et utilisé pour la notation d'un examen sur simulateur.
incident de fonctionnement prévu
Processus opérationnel qui s'écarte de l'exploitation normale et qui devrait survenir à tout le moins une fois au cours du cycle de vie utile de la centrale nucléaire, mais qui ne cause pas, selon les dispositions de conception appropriées, de dommage grave aux composants importants pour la sûreté ou qui ne se transforme pas en accident.
niveaux d'indisponibilité
Les documents d'exploitation des centrales nucléaires présentent des critères spécifiques définissant différents niveaux d'indisponibilité des systèmes spéciaux de sûreté. En vue de conclure qu'un candidat a commis une erreur critique ou une erreur majeure dans le cadre d'un examen d'accréditation portant sur les habiletés, les niveaux d'indisponibilité sont classés en trois catégories (niveau 1, niveau 2 et niveau 3).
opérateur de la tranche 0 (OT0)
Personne accréditée qui, dans une centrale nucléaire à plusieurs tranches, est responsable de l'exploitation et de la surveillance d'un groupe de systèmes de sûreté et de systèmes fonctionnels communs à tous les groupes réacteurs à partir des panneaux de commande de la tranche 0 de la salle de commande principale, conformément au permis, aux politiques et aux procédures de la centrale.
opérateur de réacteur (OR)
Personne accréditée qui, dans une centrale nucléaire, est responsable de l'exploitation et de la surveillance des systèmes d'un groupe réacteur à partir de la salle de commande principale, conformément au permis, aux politiques et aux procédures de la centrale.
paramètres critiques de sûreté (PCS)
Paramètres définis dans la documentation de la centrale nucléaire, utilisés pour surveiller l'efficacité du contrôle de la puissance du réacteur, du refroidissement du combustible et du confinement de la radioactivité.
paramètres de soutien (PS)
Paramètres définis dans la documentation de la centrale nucléaire que l'on surveille pour obtenir un avertissement préalable de la détérioration d'un ou de plusieurs paramètres critiques de sûreté.
permis
Permis délivré par la Commission pour la construction, l'exploitation ou le déclassement d'une centrale nucléaire.
scénario de vérification des panneaux de commande (SVPC)
Scénario d'examen sur simulateur au cours duquel l'état de la centrale est stable et qui exige que les candidats au poste de chef de quart en salle de commande (CQSC) d'une centrale à plusieurs tranches démontrent leur aptitude à vérifier les panneaux de la salle de commande qui relèvent du poste de CQSC en constatant les anomalies et les conditions anormales observables sur les panneaux de commande et en déterminant leur importance. Le SVPC exige aussi que les candidats CQSC démontrent leur aptitude à déterminer la marche à suivre pour corriger ces anomalies et ces conditions anormales.
scénario d'examen abrégé (SEA)
Scénario d'examen sur simulateur comportant un certain nombre de défaillances principales et secondaires qui créent une succession de conditions anormales, de pannes ou de perturbations exigeant que les candidats au poste de chef de quart de centrale (CQC) dans les centrales à une seule tranche démontrent leur aptitude à réagir à ces situations anormales quand l'opérateur de réacteur est temporairement absent de la salle de commande.
scénario d'examen complet (SEC)
Scénario d'examen sur simulateur comportant une séquence cohérente de défaillances principales et secondaires qui créent une succession de conditions anormales, de pannes ou de perturbations exigeant des candidats qu'ils démontrent leurs aptitudes dans chacun des domaines de compétence évalués par l'examen.
scénario d'examen de diagnostic (SED)
Scénario d'examen sur simulateur comportant une seule défaillance principale et un certain nombre de défaillances secondaires qui exigent que les candidats au poste de chef de quart en salle de commande des centrales à plusieurs tranches démontrent leur aptitude personnelle à surveiller indépendamment l'évolution des conditions de la centrale, à reconnaître des conditions anormales et à en déterminer l'importance, à diagnostiquer les défaillances et à déterminer les procédures à exécuter pour régler ces défaillances ou la marche à suivre si les procédures sont inexistantes ou insuffisantes.
simulateur pleine échelle
Un simulateur qui peut modéliser précisément la réaction des systèmes d'une centrale nucléaire donnée dans des conditions d'exploitation normales, anormales et en cas d'accidents. Le simulateur est une reproduction exacte des panneaux de commande de la salle de commande principale de la centrale et permet aux opérateurs de piloter les systèmes simulés comme s'ils se trouvaient dans la véritable salle de commande.
surveillants
Personnes comprenant des membres du personnel d'exploitation d'une centrale nucléaire qui, en raison de leurs fonctions, doivent surveiller la tenue d'un examen d'accréditation sur simulateur.
taxonomie de Bloom
Hiérarchie composée de six niveaux de capacité cognitive décrits dans le tableau ci-dessous :
Connaissance La connaissance correspond au niveau de capacité cognitive le plus bas et le plus élémentaire. Elle désigne la capacité à se rappeler des faits essentiels.
Compréhension La compréhension constitue le deuxième niveau de capacité cognitive. Elle désigne la capacité à comprendre les faits et les principes, à interpréter les renseignements présentés dans les graphiques, les tendances, les indicateurs et les procédures ainsi qu'à estimer les conséquences futures suggérées par les données.
Application L'application constitue le troisième niveau de capacité cognitive. Elle désigne la capacité à utiliser les renseignements appris aux niveaux de la connaissance et de la compréhension pour résoudre des problèmes courants.
Analyse L'analyse (également appelée diagnostic) constitue le quatrième niveau de capacité cognitive. Elle désigne la capacité à décomposer des situations complexes en plusieurs parties, à déterminer les liens qui existent entre les différentes parties et la façon dont celles-ci influent les unes sur les autres, et à résoudre des problèmes après avoir reçu les descriptions et les données du scénario.
Synthèse La synthèse (également appelée développement) constitue le cinquième niveau de capacité cognitive. Elle désigne la capacité à élaborer de nouvelles solutions, méthodes ou procédures en intégrant les renseignements maîtrisés aux niveaux de capacité cognitive inférieurs pour produire un résultat original.
Évaluation L'évaluation constitue le sixième niveau et le niveau supérieur de capacité cognitive. Elle désigne les capacités mentales nécessaires pour exercer un contrôle efficace dans un contexte dynamique et incertain.
titulaire de permis
Le titulaire d'un permis délivré par la Commission pour la construction, l'exploitation ou le déclassement d'une centrale nucléaire donnée.
vérifications requises
Dans un scénario d'examen sur simulateur, vérifications minimales définies dans la documentation approuvée d'une centrale nucléaire qui sont nécessaires pour confirmer le fonctionnement efficace de ce qui suit :
  • système spécial de sûreté
  • recul rapide de la puissance du réacteur
  • baisse contrôlée de la puissance du réacteur
  • déclenchement du groupe turboalternateur
  • délestage de l'alternateur principal
  • système de soutien en matière de sûreté en attente

Références

Commission de contrôle de l'énergie atomique, Objectifs génériques de connaissance des systèmes d'une centrale nucléaire pour opérateurs de salles de commande, juin 1998.

Commission canadienne de sûreté nucléaire, RD-204, Accréditation des personnes qui travaillent dans des centrales nucléaires, février 2008.

Ébauche – Commission canadienne de sûreté nucléaire, REGDOC-2.2.2, Gestion de la performance humaine : Systèmes de formation des installations nucléaires.

Request for CNSC Concurrence – Station Specific Program Objective Template, lettre de la CCSN adressée à Bruce Power et Ontario Power Generation, décembre 2003.

Request for Clarification – Process for Revision of Learning Objectives, lettre de la CCSN adressée à Bruce Power et Ontario Power Generation, juin 2010.

Séries de documents d'application de la réglementation de la CCSN

Les installations et activités du secteur nucléaire du Canada sont réglementées par la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN). En plus de la Loi sur la sûreté et la réglementation nucléaires et de ses règlements d'application, il pourrait y avoir des exigences en matière de conformité à d'autres outils de réglementation, comme les documents d'application de la réglementation ou les normes.

Depuis avril 2013, la collection des documents d'application de la réglementation actuels et prévus comporte trois grandes catégories et vingt-cinq séries, selon la structure ci-dessous. Les documents d'application de la réglementation préparés par la CCSN font partie de l'une des séries suivantes :

  • 1.0 Installations et activités réglementées
  • Séries 1.1 Installations dotées de réacteurs
    • 1.2       Installations de catégorie IB
    • 1.3       Mines et usines de concentration d'uranium
    • 1.4       Installations de catégorie II
    • 1.5       Homologation d'équipement réglementé
    • 1.6       Substances nucléaires et appareils à rayonnement
  • 2.0 Domaines de sûreté et de réglementation
  • Séries 2.1 Système de gestion
    • 2.2       Gestion de la performance humaine
    • 2.3       Conduite de l'exploitation
    • 2.4       Analyse de la sûreté
    • 2.5       Conception matérielle
    • 2.6       Aptitude fonctionnelle
    • 2.7       Radioprotection
    • 2.8       Santé et sécurité classiques
    • 2.9       Protection de l'environnement
    • 2.10     Gestion des urgences et protection-incendies
    • 2.11     Gestion des déchets
    • 2.12     Sécurité
    • 2.13     Garanties et non-prolifération
    • 2.14     Emballage et transport
  • 3.0 Autres domaines de réglementation
  • Séries 3.1 Exigences relatives à la production de rapports
    • 3.2       Mobilisation du public et des Autochtones
    • 3.3       Garanties financières
    • 3.4       Délibérations de la Commission
    • 3.5       Diffusion de l'information

Remarque : Les séries de documents d'application de la réglementation pourraient être modifiées périodiquement par la CCSN. Chaque série susmentionnée peut comprendre plusieurs documents d'application de la réglementation. Pour obtenir la plus récente liste de documents d'application de la réglementation, veuillez consulter le site Web de la CCSN.

Dernière mise à jour :