Exposition aux produits de filiation de radon et cancer du poumon : étude sur la mortalité des travailleurs de la mine de spath fluor à Terre-Neuve, 1950–2001 (PRS-0193)

Aperçu

Le radon et les produits de désintégration du radon (PDR), également appelés « produits de filiation du radon », émettent des types de rayonnement qui présentent un danger pour la santé humaine.

Le radon, un gaz radioactif inodore et incolore, se trouve naturellement dans l'environnement à la suite de la désintégration radioactive de l'uranium dans les sols et les roches. Le radon se désintègre à son tour par le biais d'une série de produits de désintégration radioactive à très courte période (polonium 218, plomb 214, bismuth 214 et polonium 214). Les PDR ne sont pas des gaz, mais des particules en suspension porteuses d'une charge électrique qui, en suspension dans l'air, se fixent généralement aux particules de poussière ou à la surface de matériaux solides; toutefois, certains produits peuvent demeurer libres. Qu'ils soient fixés ou libres, les PDR peuvent être inhalés. Le cas échéant, ces produits pénètrent dans les poumons et émettent un rayonnement alpha qui peut endommager les cellules vivantes qui les tapissent.

Même si les mineurs du spath fluor n'étaient pas des travailleurs du secteur nucléaire, ils représentaient une occasion d'étude exceptionnelle. Ces travailleurs étaient exposés à l'eau souterraine qui présentait une concentration élevée de radon naturel qui s'infiltrait dans la mine et était rejeté dans l'air. Comme ces travailleurs n'étaient exposés à aucun autre type de rayonnement, il a été possible d'évaluer le risque lié au radon uniquement.

Pour en savoir davantage sur le radon.

En bref :

  • Cette étude constitue la mise à jour d'une nouvelle analyse du taux de mortalité d'un groupe d'étude ou d'une « cohorte » de travailleurs d'une mine de spath fluor de Terre-Neuve, exposés aux PDR.
  • Cette étude conclut que :
    • En général, ces mineurs étaient en aussi bonne santé que la population générale masculine de Terre-Neuve.
    • Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon a été modifié en fonction de l'âge atteint, du temps écoulé depuis l'exposition, du taux d'exposition et de la durée de l'exposition aux PDR.
    • La cohorte n'était pas suffisamment importante pour déterminer le risque de développer différents types de cancer du poumon.
    • Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon était associé à la consommation de tabac.
  1. Objectifs de l'étude
  2. Contexte
  3. Méthodes
  4. Principaux résultats et conclusions
  5. Prochaines étapes
  6. Conclusions détaillées de l'étude

Haut de la page


Objectifs de l'étude

  • Cette étude a été menée afin de mieux comprendre la relation qui existe entre l'exposition aux PDR et le risque de développer un cancer du poumon en examinant les décès causés par le cancer du poumon (1950-2001) chez les travailleurs qui étaient exposés aux PDR.

Contexte

  • Le spath fluor est un minerai non métallique utilisé dans la fabrication de l'aluminium et du verre.
  • Dans le milieu des années 1940, un nombre anormalement élevé de travailleurs des mines de spath fluor avait fait l'objet d'un diagnostic de tuberculose.
  • Dans les années 1950, un médecin local a observé un nombre accru de nouveaux cas de cancer du poumon. Il a informé les responsables de la santé publique d'un risque possible de cancer chez les travailleurs des mines de spath fluor.
  • En novembre 1959, les concentrations de radon découvertes dans l'air de la mine de spath fluor St. Lawrence dépassaient considérablement les niveaux permis à cette époque.
  • En 1960, après l'installation de systèmes de ventilation mécaniques, les concentrations de radon sont descendues bien en deçà des normes admises à l'époque.
  • Les observations mentionnées précédemment ont mené à de nombreuses études de groupes de personnes exposés aux PDR, visant à examiner la relation entre l'exposition aux PDR et la mortalité par cancer du poumon. Les mineurs du spath fluor de Terre-Neuve ont fait l'objet d'études poussées (DeVilliers et coll. 1964, Parsons et coll. 1964, DeVilliers et coll. 1971, Wright et coll. 1977, DeVilliers et coll. 1981, Morrison et coll. 1981, Morrison et coll. 1985, Morrison et coll. 1988, Corkhill et coll. 1984, Morrison et coll. 1995, Morrison et coll. 1998, Villeneuve et coll. 1997, Choi 1992).
  • La source de rayonnement dans les mines de spath fluor provenait de l'eau souterraine et non du minerai radioactif. Par conséquent, il a été possible d'exclure les effets du rayonnement gamma, du thoron et des poussières radioactives des estimations des risques. Dans d'autres études sur les mineurs, par exemple celles sur les mineurs des mines d'Eldorado et de l'Ontario, il était impossible d'exclure ces effets.

Haut de la page

Méthodes

  • La cohorte a été établie à l'aide des registres professionnels des mineurs. Les mineurs dont les renseignements sur l'identité (p. ex. nom, date de naissance, etc.) étaient manquants ont été exclus de l'analyse.
  • Les taux d'exposition des employés au rayonnement ont été recueillis de 1950 à 2001. Cependant, la précision des taux d'exposition aux PDR estimés avant 1960 comporte une grande incertitude.
  • Les décès (1950–2001) ont été déterminés par le couplage des registres professionnels des mineurs à la Base canadienne de données sur la mortalité.
  • En 2003, une enquête sur le tabac a été menée afin de mettre à jour les données recueillies antérieurement sur la consommation de tabac de la cohorte des mineurs du spath fluor. Les enquêtes précédentes de ce groupe sur le tabagisme ont été menées en 1966, en 1970, en 1978 et en 1993.

Haut de la page

Principaux résultats et conclusions

  1. En général, les mineurs étaient en aussi bonne santé que la population générale masculine de Terre‑Neuve.
  2. Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon a été modifié en fonction de l'âge atteint, du temps écoulé depuis l'exposition, du taux d'exposition et de la durée de l'exposition aux PDR.
  3. La cohorte n'était pas suffisamment importante pour déterminer le risque de développer différents types de cancer du poumon.
  4. Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon était associé à la consommation de tabac.

Pour en savoir davantage sur les conclusions de l'étude.

Haut de la page

Prochaines étapes

  • Les travailleurs qui ont commencé à travailler après 1960 sont encore relativement jeunes. La plupart ne sont pas à l'âge où le cancer du poumon constitue la principale cause de décès.
  • Il serait intéressant d'effectuer le suivi continu de ces travailleurs. Cependant, la puissance statistique serait peut-être limitée parce que seulement 743 mineurs ont commencé à travailleur après 1960.

Retourner à la page Web principale sur les études de santé

Pour obtenir une copie du rapport (en anglais seulement), veuillez communiquer avec la CCSN.

Haut de la page


Conclusions détaillées de l'étude

Conclusion 1 : En général, les mineurs étaient en aussi bonne santé que la population générale masculine de Terre-Neuve.

Preuves à l'appui :

  • Toutes causes de décès confondues, le taux de mortalité de la cohorte de mineurs n'était pas différent de celui de la population générale masculine de Terre‑Neuve.
  • Lorsqu'on considère chaque cause de décès séparément, les résultats correspondent à ceux obtenus dans les analyses précédentes qui montrent une augmentation du nombre de décès par cancer de la trachée, des bronches et du poumon, par silicose, accident, empoisonnement et par mort violente.
  • La réduction des taux de mortalité causée par les maladies de l'appareil respiratoire, qui a été observée dans la cohorte, peut être attribuée à l'« effet du travailleur en bonne santé ».

Conclusion 2 : Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon a été modifié en fonction de l'âge atteint, du temps écoulé depuis l'exposition, du taux d'exposition et de la durée de l'exposition aux PDR.

Preuves à l'appui :

  • Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon a diminué en fonction de l'âge atteint (le risque était plus élevé chez les travailleurs de 50 ans et moins que chez les travailleurs de 70 ans et plus).
  • Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon a diminué en fonction du temps écoulé depuis l'exposition aux PDR.
  • Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon a diminué en fonction de l'augmentation du taux d'exposition.
  • Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon a augmenté en fonction de la durée d'exposition aux PDR.

Conclusion 3 : La cohorte n'était pas suffisamment importante pour déterminer le risque de développer différents types de cancer du poumon.

Preuves à l'appui :

  • Les données morphologiques (type de cancer du poumon) n'étaient accessibles que pour 97 des 206 décès par cancer du poumon.
  • Le petit nombre de résultats pour chaque type de cancer du poumon n'a pas permis d'estimer avec certitude le risque supplémentaire de développer un des quatre types de cancer du poumon étudiés à la suite des expositions au rayonnement dans cette cohorte.

Conclusion 4 : Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon était associé à la consommation de tabac.

Preuves à l'appui :

  • Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon a augmenté en fonction de l'augmentation du nombre de cigarettes fumées quotidiennement.
  • En 2003, on a recueilli des renseignements sur la consommation de tabac de 547 (26 %) mineurs, et certaines données relatives au tabac ont été consultées pour 1 107 des 2 059 travailleurs de mines.
  • La consommation de tabac change au fil du temps. On comptait en 2003 environ 20 % de fumeurs de moins qu'en 1997.

Haut de la page

Renseignements supplémentaires

  • Tous les mineurs étaient des hommes.
  • Un total de 836 décès, toutes causes de décès confondues, a été déterminé chez les 1 742 mineurs de fond, et 179 décès, toutes causes de décès confondues, chez les 328 mineurs qui travaillaient exclusivement à la surface. Un total de 206 décès attribuables au cancer du poumon a été observé dans la cohorte dans son ensemble.
  • La consommation de tabac demeure la principale cause de cancer du poumon au Canada. On estime que le tabagisme est la cause de 30 % de tous les décès attribuables au cancer, et qu'il est directement relié à plus de 85 % de tous les cas de cancer du poumon. Le risque pour les fumeurs actuels est environ 20 fois plus élevé que chez les non‑fumeurs.
  • L'exposition aux PDR est la deuxième cause de cancer du poumon.
  • Il est donc important de tenir compte de l'incidence possible du tabagisme sur l'estimation des risques lorsque vient le temps d'interpréter les résultats de telles recherches.
  • Le cancer du poumon est un risque professionnel connu chez les mineurs de fond exposés à des taux élevés de PDR. Des taux d'exposition élevés se produisaient au début de l'exploitation des mines parce que la ventilation n'était pas adéquate et qu'il n'existait aucun programme de radioprotection.
  • Les résultats de cette étude concordent avec les résultats d'autres études sur les mineurs et avec les analyses combinées des données provenant de onze études sur les mineurs de fond (Rapport VI du BEIR). Ils concordent également avec les conclusions d'un rapport récent publié par UNSCEAR (UNSCEAR, 2009) qui fournit un examen exhaustif et un résumé des sources et des effets du radon dans les maisons et les lieux de travail.

Pour obtenir une copie du rapport (en anglais seulement), veuillez communiquer avec la CCSN.

Haut de la page

Liens connexes :

Haut de la page

Dernière mise à jour :