Défense en profondeur

La défense en profondeur, un concept de sûreté nucléaire qui vise à prévenir et à atténuer les accidents grâce à des niveaux de protection qui se chevauchent, est appliquée à toutes les installations nucléaires en exploitation au Canada. Ces niveaux de défense, aussi rigoureux et complexes soient-ils, sont toujours soutenus par d’autres mesures de protection redondantes.

Cinq niveaux de défense

Regardez cette vidéo pour apprendre comment la défense en profondeur est appliquée aux centrales nucléaires.

Transcription (cliquer pour agrandir)

Musique : Une douce musique entraînante commence à jouer.

À l’écran : (Le texte « Commission canadienne de sûreté nucléaire » s’affiche. Le drapeau du Canada apparaît au-dessus du mot « canadienne » dans une bulle de texte. Une autre bulle de texte avec l’illustration de travailleurs apparaît sous le mot « Commission ». Une ligne verte encercle le mot « sûreté » alors que les autres mots disparaissent.)

Narratrice : La Commission canadienne de sûreté nucléaire est l’organisme de réglementation nucléaire du Canada, et la sûreté est sa plus grande priorité.

À l’écran : (Le texte « Défense en profondeur » s’affiche à l’écran puis disparaît pour révéler une centrale nucléaire. Un bouclier apparaît superposé sur la centrale, puis disparaît pour faire place à 5 bulles de différentes couleurs qui font orbite autour de la centrale nucléaire.

Narratrice : La défense en profondeur est un concept de sûreté qui vise à prévenir et à atténuer les accidents grâce à cinq niveaux de défense indépendants. Ce concept est appliqué à toutes les centrales nucléaires du Canada. Le niveau 1 est la prévention, et comprend la conception, la construction, les processus et l’entretien lors du fonctionnement normal d’une centrale.

À l’écran : (Un cercle blanc étiqueté Niveau 1 apparaît brièvement, révélant ensuite une scène où se déroulent des activités de niveau 1, comme des travailleurs qui observent les opérations, examinent des plans et utilisent des appareils à l’extérieur.)

Narratrice : Le niveau 2 représente les mesures et les systèmes en place pour contrôler et corriger tous les événements inhabituels pendant le fonctionnement normal.

À l’écran : (Un cercle blanc étiqueté Niveau 2 apparaît brièvement, révélant ensuite une scène où se déroulent des activités de niveau 2, comme des travailleurs dans une centrale nucléaire qui examinent de l’information affichée sur des écrans d’ordinateur.)

Narratrice : Les centrales nucléaires fonctionnent à ces niveaux la plupart du temps, sans qu’il n’y ait de problème de sécurité ou d’incident.

À l’écran : (La scène revient à la centrale nucléaire. Deux bulles font orbite autour d’elle, puis trois autres s’ajoutent.)

Narratrice : Les trois prochains niveaux sont rarement activés, mais ils sont souvent testés, évalués, entretenus et améliorés.

À l’écran : (Un cercle blanc étiqueté Niveau 3 apparaît brièvement, révélant ensuite une scène où se déroulent des activités de niveau 3, comme des travailleurs qui évaluent une situation debout devant un tableau blanc.)

Narratrice : Le niveau 3 représente les systèmes de sûreté robustes de la centrale qui sont conçus pour arrêter la progression d’un accident.

À l’écran : (Un cercle blanc étiqueté Niveau 4 apparaît brièvement, révélant ensuite une scène où se déroulent des activités de niveau 4, y compris des travailleurs qui effectuent des réparations.)

Narratrice : Le niveau 4 consiste à contenir les matières radioactives dans une structure prévue spécialement pour le confinement.

À l’écran : (Un cercle blanc étiqueté Niveau 5 apparaît brièvement, révélant ensuite une scène où se déroulent des activités de niveau 5, y compris divers professionnels qui travaillent ensemble près d’une centrale nucléaire.)

Narratrice : Le niveau 5 fait appel à une intervention d’urgence hors site complète pour atténuer autant que possible les conséquences pour le public et l’environnement.

À l’écran : (La scène s’estompe et devient un cercle qui rapetisse pour former une bulle et se met en orbite avec quatre autres bulles. Elles disparaissent ensuite dans la centrale nucléaire.)

Narratrice : Un réacteur conçu de cette manière a des niveaux de protection très solides. Tous les niveaux de défense en profondeur renforcent et assurent la protection du public et de l’environnement.

À l’écran : (La centrale est d’abord seule à l’écran, puis entourée d’arbres, de bâtiments et d’animaux à proximité et à distance d’elle. La signature de la CCSN affichant le symbole du drapeau du Canada et les mots « Commission canadienne de sûreté nucléaire » apparaissent, suivis du mot-symbole Canada.)

Musique : La musique s’arrête graduellement.

Cinq niveaux de défense

Les installations nucléaires du Canada comptent cinq niveaux de défense indépendants et redondants qui assurent la défense en profondeur.

Niveau 1 – Prévenir les conditions anormales d’exploitation et les défaillances

Le premier niveau de défense, c’est l’installation même : sa conception, sa construction, son exploitation et son entretien. Ce niveau de défense empêche les incidents et les bris d’équipement de survenir. Il comprend des éléments comme les processus d’exploitation, le choix des matériaux, la formation et les manuels exhaustifs, ainsi que la protection contre les dangers internes et externes.

Niveau 2 – Contrôler l’exploitation anormale et détecter les défaillances

Le deuxième niveau de défense concerne la détection des incidents et des défaillances. Le retour d’une centrale à un état d’exploitation normale dès que possible peut empêcher qu’un événement ne devienne un accident. Les outils et l’équipement de diagnostic, de même que les inspections et les contrôles de la qualité et de la conformité de routine, entre autres, sont essentiels pour assurer ce niveau de défense.

Niveau 3 – Contrôler les accidents de dimensionnement

Le troisième niveau de défense vise à contrôler et réduire au minimum les conséquences d’accidents peu probables, par les moyens suivants :

  • en activant des caractéristiques de sûreté inhérentes
  • en intégrant la sûreté à la conception
  • en disposant d’équipement supplémentaire
  • en ayant des procédures d’atténuation pour réduire au minimum les dommages au combustible et préserver l’intégrité du cœur du réacteur

Les activités à ce niveau visent à maintenir les barrières et le confinement au moyen des systèmes de sûreté complexes de l’installation afin d’éviter tout rejet radioactif.

Niveau 4 – Contrôler les conditions graves de la centrale

Les mesures prises aux trois premiers niveaux de défense en profondeur assurent l’intégrité structurale du cœur et limitent la gravité des accidents. Le quatrième niveau passe de la prévention à l’atténuation, où sont activés les processus et les systèmes de gestion des accidents qui visent à réduire les conséquences des dommages graves au cœur et à diminuer le risque d’un rejet radioactif nécessitant la prise de mesures de protection.

Niveau 5 – Atténuer les conséquences radiologiques

Le cinquième niveau de défense vise à atténuer les conséquences d’un rejet radioactif dans le cas très improbable d’un accident grave qui n’a pas été contrôlé par les niveaux de défense précédents. Il s’agit ici de miser sur la planification, l’intervention et la coordination en cas d’urgence hors site afin de pouvoir appliquer les mesures de protection du public et de l’environnement. Comme pour n’importe quelle caractéristique de sûreté sur les sites des installations nucléaires en exploitation au Canada, l’état de préparation aux urgences hors site doit aussi être mis à l’épreuve régulièrement. Grâce aux mesures de contrôle et à une surveillance réglementaire rigoureuses, il est très improbable que le niveau 5 soit atteint.

Évaluer la défense en profondeur

Les mesures de sûreté qui se chevauchent et assurent ainsi la défense en profondeur doivent être mises à l’épreuve, évaluées et améliorées périodiquement. Des inspecteurs de la CCSN travaillent sur le site de chaque centrale nucléaire en exploitation au Canada afin de vérifier que les exploitants respectent les normes de sûreté, y compris celles décrites ici. Les activités de surveillance des inspecteurs sont axées sur 14 domaines de sûreté et de réglementation qui concernent les personnes, la centrale et les processus.

Information connexe sur la réglementation

Ressources supplémentaires

Dernière mise à jour :