Anciens présidents de la CCSN

Découvrez la vie et la contribution des anciens présidents de la CCSN

Andrew McNaughton
Général Andrew McNaughton

Général Andrew McNaughton (1946-1948)

Homme à tout faire ayant marqué l'histoire du Canada, le général Andrew George Latta McNaughton a été le premier président de la Commission de contrôle de l'énergie atomique (CCEA), l'ancêtre de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN). Reconnu pour sa vivacité d'intelligence et ses capacités innées de leadership, il est à l'origine de la tradition d'offrir aux Canadiens une industrie nucléaire sûre. Le général McNaughton a occupé le poste de président de la CCEA de 1946 à 1948. Cependant, son emploi à la CCEA n'est qu'un des nombreux emplois importants qu'il a occupés pendant sa carrière aussi passionnante que diversifiée.

Andrew George Latta McNaughton est né en 1887 à Moosomin, en Saskatchewan (anciennement, les Territoires du Nord-Ouest). Très tôt, il manifeste de l'intérêt pour les sciences. Il étudie à l'Université McGill où il obtient un baccalauréat ès sciences et une maîtrise ès sciences en physique et en génie.

En savoir plus sur le général Andrew McNaughton

Chalmers J. MacKenzie (1948–1961)

Chalmers J. MacKenzie
Chalmers J. MacKenzie

Chalmers Jack Mackenzie est né à St. Stephen, au Nouveau-Brunswick, le 10 juillet 1888. Il est le plus jeune des six enfants d'un maître maçon et constructeur. M. Mackenzie se taille une place parmi les meilleurs de ses pairs à l'Université Dalhousie alors qu'il étudie en ingénierie. En 1909, il obtient un diplôme en génie civil de cette université.

Après avoir obtenu son baccalauréat, M. Mackenzie est invité à mettre au point un programme d'ingénierie à l'Université de la Saskatchewan. Il consacre quelques années à ce programme, mais peu de temps après avoir assumé ses fonctions de professeur de génie, il quitte son poste pour poursuivre ses études à l'Université Harvard. Il y obtient en un temps record une maîtrise en génie civil, puis revient enseigner à l'Université de la Saskatchewan.

En savoir plus sur Chalmers J. MacKenzie

George C. Laurence (1961–1970)

George C. Laurence
George C. Laurence

George Craig Laurence est né à Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, en 1905. Il fréquente l'Université Dalhousie à Halifax, où il obtient un baccalauréat en sciences ainsi qu'une maîtrise. Bien qu'au départ il envisage une carrière dans les arts, il se retrouve propulsé dans le domaine de la physique. Après être devenu un passionné de la physique, il obtient un doctorat de l'Université de Cambridge, sous la direction d'Ernest Rutherford. Ernest Rutherford de même que ses collèges de l'Université de Cambridge sont à l'avant-garde dans le domaine nucléaire au moment où George Laurence a entreprend son doctorat. C'est à cette époque qu'il commence à maîtriser les notions si complexes de la physique nucléaire.

En 1930, M. Laurence arrive au Canada pour travailler au Conseil national de recherches (CNR) où il est chargé de mettre sur pied un laboratoire pour étudier les effets du rayonnement. Ce laboratoire doit servir à élaborer des méthodes pour mesurer le rayonnement dans le domaine du traitement du cancer. Les médecins savent déjà qu'ils doivent assurer la protection de leurs patients contre le rayonnement, mais ce domaine de recherche est relativement nouveau.

En savoir plus sur George C. Laurence

Donald G. Hurst (1970–1974)

Donald G. Hurst
Donald G. Hurst

Donald Geoffrey Hurst assure la présidence de la Commission de contrôle de l'énergie atomique (CCEA) de 1970 à 1974. Durant son court mandat de quatre ans à ce poste, il fait face à un secteur nucléaire en pleine effervescence. Après l'ère tumultueuse de la guerre froide, l'industrie nucléaire subit plusieurs bouleversements. Depuis l'établissement de stratégies internationales de non-prolifération jusqu'à la découverte d'une contamination radioactive à Port Hope, en passant par la construction des premiers réacteurs nucléaires au Canada, M. Hurst et la communauté nucléaire traversent une période de transition importante. Le développement dans ce domaine est notamment accéléré par un embargo pétrolier qui renouvelle l'importance de sources d'énergie nationales et diversifiées. Les progrès et la réglementation du nucléaire deviennent alors un point central sur le plan politique national et international.

Donald Hurst est choisi pour s'attaquer aux défis associés à une industrie en pleine évolution en raison de sa grande compréhension des sciences nucléaires et de sa vaste expérience du secteur nucléaire canadien. Cette dernière lui a permis de relever les défis qui se présentent au début des années 1970 et de devenir un président influent de la CCEA. M. Hurst a consacré sa vie au développement du nucléaire, en tant qu'étudiant, physicien et administrateur.

En savoir plus sur Donald G. Hurst

Alan T. Prince (1975–1978)

Alan T. Prince
Alan T. Prince

Alan T. Prince préside la Commission de contrôle de l'énergie atomique (CCEA) de 1975 à 1978. Géologue de métier, il est reconnu pour son expérience dans ce domaine. L'Université de Toronto lui a d'ailleurs remis la médaille d'or Coleman en géologie. Avant son arrivée à la CCEA, M. Prince occupait des postes supérieurs dans le secteur de l'énergie et l'industrie minière.

Un mandat de trois ans à la présidence de la CCEA peut sembler bien court, compte tenu des événements qui ont marqué cette période. C'est à cette époque que la CCEA commence à privilégier la communication avec la population canadienne, une priorité qui perdure encore aujourd'hui. La CCEA accorde une importance renouvelée à la responsabilité du secteur nucléaire de rendre compte de ses décisions. Par conséquent, la Loi sur la responsabilité nucléaire entre en vigueur, le Programme canadien à l'appui des garanties est lancé, le projet de Loi sur le contrôle et l'administration nucléaires est déposé à la Chambre des communes et des mesures d'assainissement de sols contaminés par des matières radioactives sont prises.

En savoir plus sur Alan T. Prince

Jon H. Jennekens (1978–1987)

Jon H. Jennekens
Jon H. Jennekens

De 1978 à 1987, la Commission de contrôle de l'énergie atomique (CCEA) est dirigée par Jon Jennekens. Durant son mandat à titre de président, M. Jennekens est confronté à deux des pires accidents nucléaires survenus dans l'histoire du secteur nucléaire : Three Mile Island et Tchernobyl.

Jon Jennekens est né à Toronto le 21 octobre 1932. Il amorce ses études à Kingston, au Collège militaire royal (CMR) en 1950, où il étudie en génie mécanique. Après avoir obtenu son diplôme du CMR en 1954, M. Jennekens a poursuit ses études à l'Université Queen's, où il décroche un diplôme en sciences appliquées en 1956.

En savoir plus sur Jon H. Jennekens

René J. A. Lévesque (1987–1993)

René J. A. Lévesque
René J. A. Lévesque

René J. A. Lévesque assume la présidence de la Commission de contrôle de l'énergie atomique (CCEA) de 1987 à 1993. Universitaire de carrière dans le domaine de la physique nucléaire, il consacre sa vie active à l'amélioration des sciences nucléaires et du secteur nucléaire canadien.   

En 1952, M. Lévesque décroche un baccalauréat ès sciences de l'Université Concordia. Ayant acquis un intérêt pour la vie universitaire, il passe les cinq années suivantes à l'Université Northwestern en vue d'obtenir son doctorat.

En savoir plus sur René J. A. Lévesque

Agnes J. Bishop (1994–2001)

Agnes J. Bishop
Agnes J. Bishop

Agnes J. Bishop, M.D., préside la Commission de contrôle de l'énergie atomique/Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCEA/CCSN) de 1994 à 2001. Grâce à son expertise dans le domaine médical, elle est la candidate idéale pour ce poste qui, en fait, consiste à donner aux Canadiens l'assurance que la santé et la sécurité sont des priorités pour le secteur nucléaire. 

Avant de se joindre à la CCEA, Dre Bishop pratique la médecine à Winnipeg. Pédiatre renommée se spécialisant en hématologie et oncologie pédiatriques, Elle a été médecin-chef à l'Hôpital pour enfants de Winnipeg, chef du département de pédiatrie à l'Hôpital général Saint-Boniface et présidente du département de pédiatrie à l'Université du Manitoba.

En savoir plus sur Agnes J. Bishop

Linda J. Keen (2001–2008)

Linda J. Keen
Linda J. Keen

Linda Keen occupe le poste de première dirigeante de la CCSN de 2001 à 2008. Grâce à son bagage de connaissances scientifiques et à sa vaste expérience en gestion des ressources naturelles, elle est bien placée pour relever les défis inhérents au secteur nucléaire.

Originaire de l'Ouest canadien, Linda Keen est titulaire d'un baccalauréat ès sciences avec spécialisation en chimie et d'une maîtrise ès sciences avec spécialisation en sciences agronomiques de l'Université de l'Alberta. Au début de sa carrière, elle travaille comme chimiste dans plusieurs domaines : agriculture, exploitation minière et nucléaire.

En savoir plus sur Linda Keen

Dernière mise à jour :