Le nucléaire dans votre voisinage

Le nucléaire dans votre voisinage

Vous pourriez être surpris X

Vous savez sans doute que la technologie nucléaire sert à produire de l’électricité. Mais saviez-vous que les Canadiens comptent sur celle-ci pour faire des centaines d’autres choses? Le rayonnement est utilisé régulièrement pour diagnostiquer ou soigner des maladies, stériliser les instruments et détecter des défauts dans des pièces en métal.

Découvrez comment la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) veille à ce que cette technologie, et les installations qui s’en servent, soient sécuritaires pour les Canadiens et l’environnement.

Prenez une petite promenade dans votre quartier.

Cliquez sur les ballons pour voir quelle technologie nucléaire est utilisée autour de vous et découvrez comment la CCSN veille à la sécurité des substances et des activités nucléaires.

Centrales nucléaires X

Au Canada, tous les réacteurs sont des réacteurs CANDU (réacteurs à deutérium-uranium), une invention canadienne. Ils utilisent l’uranium comme combustible pour faire chauffer de l’eau et produire de la vapeur. Cette vapeur fait tourner des turbines qui produisent environ
15 % de l’électricité au pays.

Un inspecteur à la centrale nucléaire de Bruce Power.

Un inspecteur travaille à la centrale nucléaire de Bruce Power.

Cliniques de traitement du cancer X

Ces cliniques utilisent des radio-isotopes ou des accélérateurs linéaires pour soigner le cancer. Les cellules cancéreuses sont traitées à l’aide de faisceaux à haute puissance ou d’une source radioactive à courte durée de vie insérée dans une tumeur. Le rayonnement endommage les cellules cancéreuses et les empêche de se multiplier ou de se diviser, ce qui fait qu’elles finiront par mourir.

Un enfant est traité pour un cancer à l’aide d’un accélérateur linéaire.

Un enfant est traité pour un cancer à l’aide d’un accélérateur linéaire (aussi appelé linac).

Hôpitaux X

Les hôpitaux utilisent la médecine nucléaire pour diagnostiquer les maladies. Les patients reçoivent une injection avec un traceur moyennement radioactif ou ils l’inspirent. Les médecins peuvent ensuite observer le fonctionnement de leurs organes. Chaque année, la médecine nucléaire aide à diagnostiquer plus de 40 millions de personnes partout dans le monde.

Un médecin examine une image

Un médecin peut utiliser un traceur radioactif pour observer les organes et détecter les maladies.

Épiceries X

L’irradiation des aliments – c’est-à-dire l’exposition des aliments au rayonnement ionisant – peut tuer les bactéries, les virus et les insectes nocifs et garder les aliments frais plus longtemps. Le cobalt-60 est une substance commune utilisée dans ce processus et il ne rend pas les aliments radioactifs.

Plusieurs aliments sur l'affichage

Les oignons, les pommes de terre, la farine de blé, les épices entières ou moulues et les assaisonnements déshydratés sont approuvés pour l’irradiation et la vente au Canada.

Chantiers X

Le césium 137, une substance radioactive, est utilisé dans les jauges portatives pour déterminer la profondeur ou le taux d’humidité du sol, ou mesurer le débit de liquide dans des tuyaux. Les appareils de gammagraphie sont aussi utilisés par des inspecteurs pour détecter les défauts dans les soudures de tuyaux et les fuites souterraines sans avoir à creuser.

Une jauge nucléaire portative

Une jauge nucléaire portative est utilisée pour mesurer l’épaisseur de la route et l’humidité.

Écoles X

Le tritium gazeux, un radio-isotope de l’hydrogène, est scellé dans des tubes de verre et utilisé dans certaines enseignes de sortie pour les faire briller. Puisque ces enseignes ne fonctionnent pas à l’électricité, elles sont très importantes pour la sécurité lors de pannes d’électricité et d’urgences. Pourvu que les tubes restent scellés, les enseignes ne posent aucun risque pour la santé ou la sûreté. Le tritium est aussi présent à l’état naturel dans l’environnement. Le tritium gazeux rejeté se disperse rapidement dans l’air.

>Une enseigne de sortie

Les enseignes de sortie contenant du tritium continueront à briller en cas d’urgence, même pendant les pannes d’électricité.

Substances radioactives en transit X

Chaque jour, près de 28 000 colis qui contiennent des substances nucléaires sont envoyés à destination, en provenance et à l’intérieur du Canada. La plupart contiennent des appareils ou des substances à faible risque, comme des détecteurs de fumée et des isotopes médicaux.

Un camion

Ce camion transporte un conteneur qui contient de l’hexafluorure d’uranium.

Avions X

Des fissures invisibles à l’œil nu peuvent se former sur les avions au fil du temps. La gammagraphie peut détecter ces fissures de contrainte dans les parties en métal de l’avion sans les empirer.

Un moteur à réaction

Les entreprises utilisent la gammagraphie sur des produits en métal, comme les avions, de la même façon qu’un dentiste se sert de rayons X pour vérifier si vos dents sont saines. L’image produite montrera les défauts dans le métal, qui pourront ensuite être réparés.

Ports canadiens X

Les ports sont des endroits achalandés. Puisque le Canada est un chef de file dans la production de radio-isotopes utilisés dans les domaines médical et industriel, en plus d’être l’un des principaux exportateurs d’uranium, des millions de colis transitent au pays chaque année.

Des conteneurs dans le port de Vancouver

Des conteneurs sont prêts à être chargés dans un bateau dans le port de Vancouver.

Voyages en avion X

Plus vous montez en altitude dans l’atmosphère terrestre, moins vous serez à l’abri du rayonnement cosmique. C’est pourquoi l’alpinisme et les vols sont associés à une plus grande exposition au rayonnement.

Des passagers dans un avion

Le rayonnement reçu en effectuant un vol typique d’un bout à l’autre du Canada représente une infime fraction de la dose de rayonnement maximale à laquelle la population peut être exposée en toute sécurité au cours d’une année.

Lacs et ruisseaux X

Les substances radioactives peuvent pénétrer dans l’eau de surface et souterraine par la dégradation des roches et du sol contenant des radio-isotopes naturels, ou à cause des activités du secteur nucléaire.

Un inspecteur vérifie le niveau de radioactivité dans l’environnement près d'une installation nucléaire

Les rejets provenant d’installations nucléaires sont systématiquement inférieurs aux limites rigoureuses.

Installations industrielles X

Les installations industrielles utilisent des jauges nucléaires qui contiennent de petites quantités de substances nucléaires comme le césium 137, le cobalt-60 et le prométhium 147 pour détecter le débit dans des tuyaux et pour vérifier que des contenants, comme les canettes de boissons gazeuses, sont remplis au bon niveau.

Les jauges nucléaires servent aussi à mesurer l’épaisseur de matériaux aussi minces que les pellicules plastique et aussi épaisses que des feuilles de métal pendant leur fabrication.

Un appareil pour mesurer le papier

Grâce au prométhium 147, cet appareil peut mesurer la largeur exacte du papier sans y toucher.

Fermes X

En agriculture moderne, les jauges nucléaires, un type d’appareil à rayonnement, sont utilisées pour vérifier l’érosion du sol, y mesurer le taux d’humidité et surveiller l’utilisation d’engrais.

Des scientifiques à une ferme

Des scientifiques utilisent des radio-isotopes pour étudier des cultures à une ferme expérimentale internationale.

Marchés aux puces X

Avant que les Canadiens comprennent les effets du rayonnement sur la santé, le radium et l’uranium étaient utilisés pour faire briller les montres dans le noir et donner des couleurs vives aux verres et aux plats givrés. Ces articles, très populaires pendant les années 1930, se trouvent encore dans de vieilles collections.

Du verre contenant de l'uranium

Du verre contenant de l’uranium luit d’une couleur bleu-vert quand il est exposé à de la lumière ultraviolette.

Sous-sols X

Le radon est un gaz radioactif qui existe à l’état naturel dans l’environnement. Le gaz se forme à la suite de la désintégration de l’uranium dans le sol, la roche et l’eau. Le radon est incolore, inodore et sans goût, mais il peut être détecté à l’aide d’instruments spéciaux. Le radon pourrait pénétrer dans les maisons construites sur du sol contenant beaucoup d’uranium par des fissures dans la fondation, ce qui pourrait augmenter le risque de cancer du poumon. Vous pouvez mesurer le niveau de radon dans votre maison pour voir s’il est sécuritaire.

Une trousse de mesure du radon

Vous pouvez acheter une trousse de mesure du radon dans des magasins de matériaux de construction, ou en obtenir une auprès de Santé Canada. Les trousses peuvent être envoyées à un laboratoire qui déterminera si les niveaux de radon exigent l’installation de ventilation spéciale dans votre maison.

Maisons X

Les détecteurs de fumée dans votre maison contiennent de petites quantités d’américium 241, une substance radioactive qui permet de détecter la fumée et de déclencher une alerte d’incendie. Quand ils sont utilisés correctement, les détecteurs de fumée ne posent aucun risque pour la santé et ils peuvent être jetés avec les déchets ménagers.

Un détecteur de fumée

Il existe deux types de détecteurs de fumée (ionisants et photoélectriques). Seul le détecteur ionisant utilise la technologie nucléaire, mais les deux détectent la fumée efficacement.

Bureaux de la CCSN X

La CCSN, qui a des bureaux partout au Canada, veille à la sécurité des installations et des activités nucléaires ainsi qu’à votre protection et celle de l’environnement.

Pour ce faire, la CCSN réglemente toutes les installations qui utilisent des substances nucléaires. Ses experts et inspecteurs travaillent sur le site de chaque centrale nucléaire pour surveiller de près tous les aspects de l’exploitation. De plus, le personnel de la CCSN inspecte régulièrement les installations qui se servent de la technologie nucléaire et veille à ce que les personnes qui l’utilisent aient reçu une formation adéquate. La CCSN vérifie que le transport de substances radioactives est bien réglementé.

Deux inspecteurs de la CCSN

Le Canada jouit d’un excellent dossier de sûreté en matière d’énergie nucléaire, principalement parce que la CCSN travaille sans relâche pour améliorer les mesures de sûreté.

Exploration spatiale X

L’exploration spatiale fait appel à la technologie nucléaire de diverses façons. Le Canada a grandement contribué à la dernière mission vers Mars en fournissant le spectromètre d’analyse de particules alpha et de rayonnement X, ou APXS. Cette invention canadienne permet au rover Curiosity de recueillir des données sur la planète. L’APXS est attaché au bras robotique du rover et il détermine la composition chimique des échantillons de sol ou de roche à l’aide de rayons X et de particules alpha (noyaux d’hélium chargés).

L'appareil APXS

Saviez-vous que le plutonium 238, un radio-isotope, alimente Curiosity pendant qu’il essaie de déterminer si Mars a déjà été, ou sera un jour, habitable?