La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

CNSC logo - 8

La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

Table des matières

La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

Nous ne compromettrons jamais la sûreté

À titre d'organisme de réglementation nucléaire du Canada, la CCSN doit veiller à ce que des mesures appropriées soient prises pour limiter les risques pour la santé, la sûreté, la sécurité et l'environnement.

La CCSN contrôle et évalue régulièrement les capacités du Centre des mesures d'urgence (CMU) à intervenir en cas d'accident, et ce, au moyen d'entraînements et d'exercices à grande échelle.

Terry Jamieson, vice-président,
Évaluation technique, CCSN
CNSC logo - 8

La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

Rencontrez nos spécialistes techniques

Dans l'éventualité peu probable d'une urgence nucléaire, la CCSN mettrait en service son Centre des mesures d'urgence (CMU), à Ottawa. Cette installation fonctionnerait 24 heures par jour et compterait plusieurs équipes, y compris une équipe de spécialistes techniques.

Rencontrez les spécialistes de la section de l'évaluation technique et apprenez-en davantage sur leur rôle pendant une situation d'urgence.

La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

Chris Cole, Chef de section

Son rôle

Participant aux efforts dès le début de l'activation du CMU, Chris est responsable de la direction globale d'une équipe de spécialistes de divers domaines, comme le génie nucléaire, la physique des réacteurs et la radioprotection.

Son équipe surveille la progression de l'accident, détermine la quantité de radioactivité pouvant être rejetée et dispersée dans l'environnement et évalue la dose potentielle aux intervenants d'urgence, au personnel de la centrale et à la population.

À titre de chef de section, Chris travaille de près avec le directeur du CMU et fournit des recommandations techniques pour guider les mesures prises par la CCSN et ses efforts de communication. 

En plus de ces tâches, Chris demeure en contact étroit avec plusieurs organisations internationales (p. ex. l'Agence internationale de l'énergie atomique et la Nuclear Regulatory Commission des États-Unis).

Q Quels aspects de votre rôle au sein du CMU est le plus valorisant?

Le fait de travailler avec une équipe de personnes hautement qualifiées et dévouées est une expérience très intéressante et enrichissante – nous apprenons beaucoup les uns des autres.

Notre travail a une incidence directe sur les décisions prises et les renseignements communiqués au public. 

La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

Salah Djeffal, Agent d'information technique

Son rôle

Salah est responsable de la réception et de l'organisation de toute l'information entrante et sortante de la section de l'évaluation technique.

Il tient à jour un tableau contenant l'information la plus récente sur la situation en cours, que tous les membres de l'équipe peuvent consulter et suivre.

En plus de communiquer au reste de la section les données critiques qu'il a recueillies, Salah prépare également des rapports détaillés pour le directeur du CMU et des résumés techniques pour le reste des organismes fédéraux participant à l'exercice.

Q Quel aspect de votre rôle présente le plus grand défi?

Pendant une situation d'urgence, je dois avant tout veiller à la circulation et à la clarté de l'information. Cela peut être très exigeant quand l'information arrive rapidement de différentes sources. 

La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

Quanmin Lei, Spécialiste de la progression

Son rôle

Quanmin est le membre de la section de l'évaluation technique au courant de « tout ce qui se passe à la centrale ».

Son but est de fournir des données techniques au chef de section aux fins de planification.

Son équipe et lui se préoccupent surtout des « 72 prochaines heures »; ils tentent de prévoir divers stages clés d'un accident, comme l'exposition du combustible et la rupture du confinement.

Pour ce faire, Quanmin doit déterminer la séquence prévue des événements et des mesures prises par l'exploitant, à l'aide des données de la centrale, de ses connaissances approfondies de la progression d'accidents graves et de plusieurs outils clés.

Quanmin participe à la détermination du niveau INES de l'accident (cote internationale de l'ampleur d'une urgence nucléaire ou radiologique).

Q Quels sont les principaux outils dont tu te sers?

Je dois bien connaître les procédures d'urgence, les analyses de sûreté et les lignes directrices en cas d'accident grave de chaque centrale nucléaire, ainsi que le Severe Accident Handbook (manuel sur les accidents graves) de la CCSN. 

J'utilise également MAAP4-CANDU GRAPE, un logiciel d'analyse des conséquences et de la progression d'un accident grave survenant dans un réacteur CANDU.

La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

Peter Devitt, Spécialiste du terme source

Son rôle

Peter détermine le type et la quantité de produits de fission – qu'on appelle aussi « terme source » – susceptibles d'être rejetés dans l'enceinte de confinement ou l'environnement. 

Les spécialistes de la dispersion et de la dose se servent ensuite de ces données pour prévoir les conséquences radiologiques.

Peter utilise un logiciel conçu spécialement pour déterminer les rejets causés par un accident dans une centrale nucléaire CANDU.

Q Pendant une urgence nucléaire, quels sont les principaux éléments radioactifs dont il faut se préoccuper?

Les nombreux radio-isotopes différents qui se trouvent dans un réacteur nucléaire peuvent être rejetés pendant un accident nucléaire. Nous en surveillons plusieurs, plus particulièrement ceux qui ont des effets connus sur la santé, comme l'iode radioactif, le césium 137 et le tritium. 

La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

Gaétan Latouche, Nana Kwamena et Elias Dagher, Spécialistes de la dispersion

Leur rôle

Gaétan, Nana et Elias évaluent la dispersion atmosphérique, la couverture géographique et la trajectoire du panache, et calculent les doses d'exposition de la population.

Pour ce faire, ils se servent d'information sur le terme source et de données météorologiques.

Les résultats de la modélisation du panache permettent de déterminer la dose d'exposition de la population, qui est ensuite évaluée par les spécialistes des doses.

Q Comment vous servez vous des données météorologique pour faire votre travail?

Nous nous servons de données météorologiques en temps réel pour prévoir non seulement la direction du panache radioactif, mais également les doses potentielles à la population 

La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

Bertrand Thériault, Spécialiste des doses

Son rôle

Bertrand vérifie si les doses à la population et aux travailleurs sont déterminées conformément aux exigences réglementaires, et ce, selon les recommandations internationales les plus récentes.

Pendant une urgence radiologique ou nucléaire, Bertrand offre des conseils en matière de mesures de protection efficaces et vérifie si les mesures prises par les autorités de santé pour protéger la population sont adéquates.

Les mesures de protection possibles comprennent la mise à l'abri, l'évacuation et la distribution de comprimés d'iodure de potassium.

Q Que doivent faire les personnes vivant près d’une centrale nucléaire en situation d’urgence nucléaire?

Pendant une situation d'urgence nucléaire, les personnes vivant à proximité de la centrale touchée devraient RENTRER chez elles, ÉCOUTER la radio ou la télévision ou encore suivre la situation sur internet, et SUIVRE les directives des autorités.

Il est conseillé de ne pas signaler le 911, de limiter les appels téléphoniques (afin de libérer les lignes téléphoniques pour les intervenants d'urgence) et d'éviter de précipiter l'évacuation – l'endroit le plus sûr est souvent votre domicile ou votre lieu de travail. 

La sûreté nucléaire, c'est aussi : être prêt en cas d'urgence

Liens utiles

Iodure de potassium

Potassium Iodide symbol

L’iodure de potassium, souvent appelé KI (son symbole chimique), peut protéger la glande thyroïde contre l’iode radioactif qui pourrait être rejeté dans l’air lors d’une urgence radiologique. Apprennez plus